Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 14:12
LE TRIOMPHE DE "LUCIA DE LAMMERMOOR" AU JAPON

Partager cet article

Repost0
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 08:24
FESTIVAL PRINTEMPS DES ARTS DI MONTE-CARLO/ 17 MARZO / 8 APRILE 2017 XXXIII EDIZIONE

FESTIVAL PRINTEMPS DES ARTS DI MONTE-CARLO

Sotto la presidenza di Sua Altezza Reale Carolina di Hannover, Principessa di Hannover

17 MARZO / 8 APRILE 2017 XXXIII edizione

 

 

WEEKEND INAUGURALE 17-19 MARZO 2017

Portrait Berlioz

 

 

La trentatreesima edizione del Printemps des Arts di Montecarlo si inaugura venerdì 17 marzo con un ritratto sonoro di Berlioz. Il manifesto della musica a programma e del romanticismo francese, ovvero la sua Symphonie fantastique, sarà in scaletta venerdì 17 marzo alle 20.30 nella Salle des Princes del Forum Grimaldi, affidata ad una delle migliori orchestre tedesche, la Frankfurt Radio Symphony diretta da Andrés Orozeo-Estrada. La celeberrima pagina sinfonica di Berlioz sarà accostata a due lavori contemporanei, il brano per violino di Miroslav Srnka, solista Malika Yessetova, e la prima esecuzione assoluta firmata da Michael Jarrell che fa eco proprio all’orchestra di Berlioz. L’oboe del concerto del compositore svizzero, affidato a François Leleux, non è lontano infatti dal corno inglese della Scena dei campi nella Fantastica.

A precedere il concerto sarà l’introduzione al colosso di Berlioz ad opera della musicologa Corinne Schneider alle 19, mentre un’ora prima nella cornice dell’Auditorium Rainier III si inaugurerà la mostra di strumenti a fiato sempre sul filo del musicista francese. Si tratta infatti dei fiati in uso all’epoca del compositore, un approfondimento del rapporto tra ricerca timbrica e compositiva, promossa da Berlioz e da altri suoi contemporanei, e lo sviluppo tecnico degli strumenti, nella fattispecie quelli a fiato, insieme a metodi, trattati e documenti iconografici. L’esposizione resterà aperta dalle 14 alle 20 e le sere dei concerti all’Auditorium, è chiusa invece il lunedì.

 

È ancora intorno a Berlioz che ruota il secondo giorno del primo weekend con il concerto dell’Académie de musique Rainier III de Monaco e del Conservatoire national à Rayonnement Régional de la ville de Nice diretto da Thierry Muller, alle 16 all’Auditorium Rainier III (ingresso libero sino a esaurimento posti) per una giornata intitolata ai conservatori.

I fiati la fanno da padrone anche nel concerto serale delle 20.30, introdotto alle 19 dal musicologo David Christoffel e dal direttore d’orchestra Denis Raisin Dadre, stavolta al Museo Oceanografico. Si fa però un balzo indietro nel tempo sino al Rinascimento con un breve spaccato della musica di Claude Lejeune che ha dato alla musica il ritmo della lingua, un po’ alla maniera dei Greci. Sarà eseguita la sua opera più famosa, ovvero Printemps. Il direttore dell’ensemble Doulce Mémoire, con cui il concerto è in coproduzione, ha difeso e promosso la sua musica puntando sulla fluidità dell’esecuzione.

 

Domenica invece è la volta del consueto appuntamento col weekend a sorpresa, un viaggio attraverso il Principato e cinque concerti da Bach al contemporaneo a partire dalle 14, con appuntamento alla Piazza del Casinò. Come sempre il pubblico è guidato nel percorso misterioso dove sino all’ultimo il concerto resta segreto.

 

 

PRIMO WEEKEND

VENERDÌ 17 marzo

Portrait Berlioz I

18.00 AUDITORIUM RAINIER III

INAUGURAZIONE

Esposizione di strumenti a fiato

 

19.00 GRIMALDI FORUM

INCONTRO: La Symphonie fantastique

Corinne Schneider, musicologa

 

20.30 GRIMALDI FORUM, SALLE DES PRINCES

CONCERTO INAUGURALE

I cinque minuti di Srnka

Miroslav Srnka/That Long town of White to Cross

Malika Yessetova, violino

 

 

Michael Jarrell/Aquateinte, concerto per oboe e orchestra

Prima esecuzione assoluta

Co-commande du Printemps des Arts de Monte-Carlo, du Frankfurt Radio Symphony Orchestra,

Utah Symphony et Bern Symphony Orchestra

Con il sostegno di Pro Helvetia

 

Hector Berlioz/Symphonie fantastique, op. 14

Frankfurt Radio Symphony

Andrés Orozeo-Estrada, direzione

François Leleux, oboe

 

SABATO 18 marzo

Journée des conservatoires

16.00 AUDITORIUM RAINIER III

CONCERTO

Hector Berlioz/La Damnation de Faust, H. 111: Marche hongroise/Grande symphonie funèbre et triomphale, H. 80: I. Marche funèbre. Moderato un poco lento; II. Oraison funèbre. Adagio non tanto – Andantino un poco lento e sostenuto; III. Apothéose. Allegro non troppo e pomposo

Symphonie fantastique, op. 14: Un bal; Marche au supplice

Académie de musique Rainier III de Monaco et Conservatoire national à Rayonnement Régional de la ville de Nice

Thierry Muller, direzione

 

 

Musique de la Renaissance I

19.00 MUSÉE OCÉANOGRAPHIQUE

INCONTRO: Intorno a Claude Lejeune

Denis Raisin Dadre, direttore d’orchestra

David Christoffel, musicologo

 

20.30 MUSÉE OCÉANOGRAPHIQUE

I cinque minuti di Levinas

Michaël Levinas/Froissements d’ailes

Samuel Bricault, flauto

 

Claude Lejeune/Le Printemps*

Doulce Mémoire

Denis Raisin Dadre, direzione artistica

Cécile Achille, soprano

Clara Coutouly, soprano

Matthieu Peyrègne, controtenore

Hugues Primard, tenore

Matthieu Lelevreur, baritono

Marc Busnel, basso

Jérémie Papasergio, flauti, bombarda, dulciana

Elsa Frank, flauti, bombarda, dulciana

Denis Raisin Dadre, flauti, bombarda, dulciana

Pascale Boquet, liuto e chitarra rinascimentale

Bérengère Sardin, arpa

Sarah Van Oudenhove, viola da gamba

Etienne Foultier, viola da gamba

*In coproduzione con l’ensemble Doulce Mémoire

 

DOMENICA 19 marzo

Voyage surprise à Monaco!

14.00 PLACE DU CASINO

VOYAGE À MONACO

Il viaggio a sorpresa del festival quest’anno si svolgerà dentro il Principato di Monaco:

5 concerti da Bach alla musica contemporanea

 

 

 

I prezzi dei biglietti variano da 17 a 50 euro con possibilità di riduzioni per chi acquista più concerti; biglietti ridotti a 8 euro per gruppi e di 10 euro per giovani fino ai 25 anni, entrata gratuita per i bambini fino ai 12 anni. La tariffa del viaggio a sorpresa è di 40 euro.

 

Modalità di prenotazione e di acquisto dei biglietti:

12 avenue d’Ostende MC 98000 Monaco, tel +377 97983290 ; info@printempsdesarts.mc; www.printempsdesarts.mc

 

Ufficio stampa per l’Italia Vivace/Marta Romano, +39 3495856526; mromano.vivace@gmail.com

 

Partager cet article

Repost0
10 mars 2017 5 10 /03 /mars /2017 07:16
Grimaldi Forum - INDIGO: Country + Soul = les cœurs s’emballent  pour Theo Lawrence - Jeudi 30 mars 2017 - 18.30 Dj selection - 20.30 Live

Dans cette cave de la banlieue sud, au milieu des câbles, ces cinq jeunes musiciens ne comptent pas les heures. Ils inventent ce qu’ils veulent entendre, à la fois connectés au passé et branchés sur la brèche d’un futur qui s’invite, comme un lancer de dés, dans une série d’accords.
Collectionneurs de disques, mais surtout enfants d'internet, archéologues des racines du blues et de la soul, ces passionnés ont passé des années à s'imprégner de tous les sons disponibles…Theo Lawrence & The Hearts cristallise ses influences avec modernité et élégance. Le groupe produit une musique soulful et directe, alliant la sincérité émotionnelle du R'n'B, le storytelling de la Country Music, et la force primitive du Rock & Roll.
Vous les avez peut-être déjà croisés sur les scènes des grands festivals français (Printemps de Bourges, Francofolies de La Rochelle, Rock-en-Seine...) ou entendu leur premier single "Heaven to Me" sur les ondes. Après un premier 45T remarqué au Printemps 2016, Theo Lawrence et les Hearts : Olivier Viscat, Louis-Marin Renaud, Thibaut L. Rooster et Nevil Bernard, sortent un EP fin 2016. Ce disque, tendre K.O, séduira les fans d'Al Green comme ceux du Wu-Tang. Il s’adresse aux amoureux de la soul et aux cœurs brûlants. L'interprétation de Theo Lawrence, jeune Franco-Canadien de 21 ans, est saisissante.
L'alchimie des Hearts nait de la rencontre de cette voix percutante et d’arrangements sophistiqués, portés par des musiciens terriblement efficaces.
On garde la chanson en tête, mais eux pensent déjà à la suite.

Partager cet article

Repost0
7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 20:47
MENTON: ACCUEIL DU KNOX COLLEGE CHOIR UNIVERSITY

ACCUEIL DU KNOX COLLEGE CHOIR UNIVERSITY

 

 

A l’occasion d’un voyage européen, l’association FRANCE ETATS-UNIS – délégation French Riviera, va accueillir le Chœur de l’Université KNOX COLLEGE, spécialisée dans l’enseignement des Arts Libéraux, en provenance de la ville de Galesburg dans l’Etat de l’Illinois – USA.

La cinquantaine de choristes se produira à Menton, le vendredi 17 mars 2017 à 18h30 en la Basilique Saint Michel Archange, sous la direction du Docteur Laura LANE, responsable du Département Musique, professeur de musique et chef de chœur.

A cette occasion ils séduiront le public grâce un programme varié alliant chants sacrés, traditionnels et contemporains « a cappella », dans la plus pure tradition Américaine.

Ce Chœur est connu pour avoir enregistré de nombreux CD et travaillé avec des compositeurs de renommée internationale. Tous souhaitent partager leur passion pour le chant.

C’est une première pour Menton et l’association France/Etats-Unis, délégation French Riviera compte sur la mobilisation de la population pour partager ce moment inoubliable afin que la cité du Citron puisse être définitivement inscrite dans les différentes tournées des Universités Américaines.

 

Renseignements : franceusa.frenchriviera@gmail.com ou 06 83 10 71 29.

 

Contact infos et interview

Thierry Chevalier

Président-Fondateur France / Etats-Unis

Délégation French Riviera

Cell : 06 83 10 71 29

 

Partager cet article

Repost0
3 mars 2017 5 03 /03 /mars /2017 08:52
NICE-Orchestre Philharmonique:  György G. Ráth, nouveau Directeur musical

György G. Ráth, prendra ses fonctions le 1er septembre 2017.

 

Lors du Conseil Municipal du vendredi 3 février 2017, György G. Ráth a été nommé Directeur musical de l’Orchestre Philharmonique de Nice, pour une durée de 3 ans, succédant à Philippe Auguin, Directeur musical de l’Orchestre Philharmonique de Nice de 2010 à 2016. Pour la 1ère fois de son histoire, le jury qui a nommé György G. Ráth comportait la délégation des musiciens de l'orchestre. Sa prise de fonction sera effective le 1er septembre 2017. Le public niçois pourra le découvrir sur la scène de l’Opéra Nice Côte d’Azur lors du concert des 21 et 22 avril prochains puisque, à cette occasion, il dirigera, en qualité de chef invité, l’Orchestre Philharmonique de Nice.

 

Christian Estrosi, Président de la Région Provence Alpes-Côte d’Azur, Président de la Métropole Nice Côte d’Azur et Philippe Pradal, Maire de Nice :

« Nous sommes ravis d’accueillir György G. Ráth dans ses futures fonctions de Directeur musical de l’Orchestre Philharmonique de Nice. Cette année, l’Orchestre Philharmonique de Nice fête ses 70 ans d’existence ! La réputation dont il jouit internationalement motive les plus grands solistes-stars de la musique de notre époque à venir et à revenir étoffer nos concerts. György G. Ráth, à la carrière et à la renommée internationales, saura mettre son style de direction énergique au service de l'expression et de l’excellence, en proposant à la fois un répertoire novateur dans le respect des traditions, et des œuvres magnifiques d’autrefois. »

 

Eléments biographiques :

 

9b50b8_5873e9e7235340909a52287a66cf5b80György G. Ráth a débuté sa carrière en remportant le concours International Toscanini de Parme en 1986. Il fait partie de ces rares chefs d'orchestre qui connaissent aussi bien le monde de l'opéra que celui de l'oratorio ou de la musique symphonique. Son très large répertoire couvre toute la musique classique, de Bach à Bartók aux opéras de Mozart en passant par les œuvres de Verdi et Puccini jusqu'à celles de Janaček. Les critiques lui reconnaissent la vertu d'une analyse toujours claire des œuvres, associée à une vraie expressivité et une belle tension, de telle sorte que les formations qu'il dirige jouent de manière enjouée et enthousiaste, saisissant ainsi le public.

Auparavant directeur principal de la musique de l’Opéra national de Hongrie, on lui doit la 1ère représentation en 3D de l’opéra de Béla Bartók, le Château de Barbe Bleue. Egalement dixième maître de chapelle de l’Orchestre Philharmonique de Budapest, il a reconstitué et dirigé la première version de la première symphonie de Gustav Mahler intitulée « Poème symphonique en deux parties », œuvre que l'on croyait perdue. Son travail épouse étroitement la redécouverte des œuvres orchestrales d’Ernő Dohnányi. Il a également dirigé la première représentation de la 4ème symphonie de Franz Schmidt à Budapest, 75 ans après la présentation de cette pièce à Vienne.

György G. Ráth possède également le goût de l’enseignement et aime travailler avec de jeunes musiciens. Il a écrit un livre sur la direction d'orchestre, dans lequel il a compilé ses expériences et les connaissances qu'il a pu acquérir au cours de ses études auprès de professeurs en Hongrie, en Italie, en Amérique, en Allemagne ou en Autriche.

Il est l'invité régulier de nombreux grands théâtres internationaux et dirige régulièrement des orchestres symphoniques prestigieux. Il a travaillé sur les plus grandes scènes internationales avec des artistes de renom.

 

Programme du concert des 21 et 22 avril 2017 à l’Opéra Nice Côte d’Azur

 

Hector Berlioz

Le Carnaval Romain

 

Niccolò Paganini

Concerto pour violon n°2 en si mineur, opus 7, La Campanella

 

Ottorino Respighi

Les Fontaines de Rome, P.106, poème symphonique en quatre parties

 

Piotr Ilitch Tchaïkovski

Roméo et Juliette, ouverture fantaisie

 

Violon Tedi Papavrami

Direction musicale György G. Ráth

Partager cet article

Repost0
28 février 2017 2 28 /02 /février /2017 14:28
MENTON: BALLET NATIONAL D’UKRAINE VIRSKY

BALLET NATIONAL D’UKRAINE VIRSKY

Palais de l’Europe / théâtre Francis Palmero

Vendredi 17 mars à 20H30

***

Danse traditionnelle
Direction artistique : M. Vantoukh

 

50 artistes – 2h10 avec entracte – Présenté par NP Spectacle

 

Dans l’univers international de la danse traditionnelle, le Ballet National d’Ukraine tient une place considérable et ce depuis sa création en 1937.

Collectant et sauvegardant la tradition des danses populaires qui rythment les travaux et les saisons en Ukraine, le Ballet Virsky présente un spectacle d’une rare variété chorégraphique, où se mêlent tristesse et romantisme, lyrisme et acrobatie, humour et délicatesse.

Près de 50 artistes, danseuses, danseurs et musiciens perpétuent l’héritage artistique du créateur de la Compagnie.

Magnificence des costumes, perfection des chorégraphies, voilà ce que donne à voir le Ballet National d’Ukraine. Avec, au fil de ses tableaux vivants qui sont autant de tranches de vie, une précision et une rapidité d’exécution qui nous saisissent.

Comme le public, la presse s’enthousiasme :

Du New-York Times à l’Hérald Tribune jusqu’en France, « Certainement le plus beau spectacle du monde » Le Parisien, le Figaro titre « Un rêve éblouissant – Un spectacle tonique et intelligent qui enchante tous les publics, même ceux qui n’aiment pas le folklore car le Ballet National d’Ukraine c’est beaucoup plus que cela : c’est un rêve éblouissant ».

 

Une très belle sortie en famille.

Billetterie Office du tourisme 04 92 41 76 95

Tarifs
35 - 30 - 20€

Partager cet article

Repost0
24 février 2017 5 24 /02 /février /2017 14:20
MENTON :SOIREE JAZ AU « COMPTOIR »

Dimanche 05/03 à 19h30 avec le concert de la chanteuse américaine Aimée Allen qui se produira avec les musiciens locaux que sont Linus Olsson (guitare) et Marc Peillon (Contrebasse) le publique aura  l`occasion de mieux connaître ce lieu de la vie nocturne à Menton avec Fabien le responsable du Comptoir , et de connaître la programmation et l'association Pepita Musiques & Cultures avec Marc Peillon, le directeur artistique et quelques artistes de niveau international qui composent ce collectif dont cette chanteuse de New-York.

Par Philippe Déjardin

Partager cet article

Repost0
23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 20:32
ARISTON SANREMO: FRANCESCO GUCCINI torna a teatro

FRANCESCO GUCCINI torna a teatro

 

 

INCONTRO CON FRANCESCO GUCCINI

con la partecipazione speciale dei MUSICI

 

Venerdì 28 aprile, ore 21:15 – TEATRO ARISTON Sanremo

Il ritorno sul palco de “Il Maestrone”, questa volta non più per cantare, ma per raccontarsi.

 

Dopo l’uscita della sua ultima raccolta “SE IO AVESSI PREVISTO TUTTO QUESTO - Gli amici, la strada, le canzoni” (Universal), la prima opera “monumentale” che racconta i suoi quarant’anni di carriera attraverso inediti riscoperti, rarità, duetti, collaborazioni, grandi successi e live mai pubblicati prima d’ora, e dopo l’uscita del suo ultimo libro di racconti “UN MATRIMONIO, UN FUNERALE, PER NON PARLAR DEL GATTO” (Mondadori).

 

Guccini si racconterà percorrendo l’Italia dal dopoguerra ai giorni nostri attraverso le sue canzoni e i suoi libri (romanzi, gialli, fumetti) e attraverso i suoi miti, le sue origini, le sue ispirazioni.

A coronare la serata un concerto dei MUSICI, i musicisti che hanno accompagnato Guccini in una lunga carriera di concerti live. Verranno interpretate alcune delle canzoni suonate in quello che è stato definito un neverending tour durato oltre 40 anni: Juan Carlos Flaco Biondini (Voce e Chitarre), Vince Tempera (Pianoforte e Tastiere), Antonio Marangolo (Sax), Pierluigi Mingotti (Basso) e Ivano Zanotti (Batteria).

 

Un evento a cura di Dimensione Eventi srl. e Ventidieci srl. Per maggiori informazioni sul concerto: tel. 011/2632323 (lunedì-venerdì, 9-13 e 14.30-18.30).

 

Biglietti disponibili da venerdì 24 febbraio:

  • con il circuito Ticket One (on-line www.ticketone.it ed in tutti i punti vendita abilitati),
  • con il circuito del Teatro Ariston (on-line su www.aristonsanremo.com e presso il botteghino del teatro 0184 506060 tutti i giorni dalle 17.00 alle 21.00).

 

Prezzi di ingresso:

Platea € 43,00+7,00 prev. - € 36,00+6.00 prev.

Galleria € 36,00+6,00 prev. - € 30,00+4,50 prev

Partager cet article

Repost0
22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 08:33
GRIMALDI FORUM: Un concert BERLIOZ pour ouvrir le « Printemps des Arts » 2017 le 17 mars

Un concert BERLIOZ
pour ouvrir le « Printemps des Arts » 2017
le 17 mars

Andrés Orozco-Estrada, direction

 

En 1830, la création de la Symphonie fantastique fait l’effet d’une bombe. Elle devient alors le manifeste du Romantisme français pour avoir donné à l’orchestre le pouvoir d’évoquer le rêve d’un artiste. Ce que revendique Berlioz en rédigeant un programme décrivant les « différentes situations d’un artiste ». Pris du « vague des passions », un jeune musicien se plaît à penser à sa bien-aimée. Cette pensée l’obsède et reviendra tout au long de la symphonie. Il imagine une scène de bal, un « soir à la campagne », avant de sombrer dans un cauchemar durant lequel il sera mené au supplice dans une folle ronde diabolique. Le Concerto de Michael Jarrell s’offre comme un écho lointain à cet orchestre imagé par Berlioz : le hautbois n’est pas si loin du cor anglais de la Scène aux champs de la Symphonie fantastique. Impossible de dire encore comment sonnera cette création, sauf à deviner que le talent d’orchestrateur du compositeur suisse saura créer des univers qui jouent sur les énergies contenues puis libérées, guidées par un soliste d’exception qui donne au hautbois un sentiment de liberté absolue.

CONCERT le 17 mars à 20h30 dans la Salle des Princes

Programme

Les cinq minutes de Srnka

Miroslav SRNKA / That long town of White to cross

Malika Yessetova, violon

Michael JARRELL / Aquateinte, concerto pour hautbois et orchestre

Hector BERLIOZ / Symphonie fantastique, op.14

Frankfurt Radio Symphony

Andrés Orozco-Estrada, direction

François Leleux, hautbois

CREATION - Co-commande du Printemps des Arts de Monte-Carlo, du Frankfurt Radio Symphony Orchestra, de Utah Symphony et de Bern Symphony Orchestra

Avec le soutien de Pro Helvetia

Le concert sera précédé d'une rencontre à 19h - La Symphonie fantastique - Emmanuel Reibel, musicologue.

 

Partager cet article

Repost0
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 08:33

 

Par Silvia Valensi - performART

Jeudi, 26 Mai 2011 10:28

 

 

 

 

Jeudi, 26 Mai 2011 10:28

Le 22 octobre 2007, à l’hôtel Bristol à Paris, SAR la Princesse Caroline de Hanovre annonçait la nomination du maestro Yakov Kreisberg à la direction artistique et musicale de l’orchestre de Monte-Carlo. Pilier du monde musical, cet orchestre fut toujour dirigé par les plus grands chefs : Toscanini, Strauss, Walter, Beecham, Bernstein, Munch, Stokowki, Melta, Solti, Giulini, Mazel, etc. et par des directeurs musicaux tels que Lawrence Forster, Marek Janowki ou James Depreist. Il a donc toujours été au plus haut niveau et a déclenché la ferveur du public, grâce à un remarquable travail de cohésion et par une volonté d'élargir à chaque fois le répertoire.

Il bénéficie de l'excellente acoustique de l'Auditorium Rainier III, du Grimaldi Forum et de l'Opéra de Monte-Carlo. Comptant cent musiciens, il réalise de nombreux enregistrements et est régulièrement l'invité des plus grands festivals.

Né en 1954 à St Petersbourg, Yakov Kreisberg a eu pour maître Ilya. A. Musin. Il émigre en 1976 aux Etats Unis.Très vite, il sera attaché de direction auprès de Léonard Berstein, Ozawa, Leinsdorf et Tilson-Thomas. En 1986, il reçoit à New York, le premier prix du concours de direction Leopold Stokowski. Il dirige ensuite les plus grands orchestres d’Europe (Leipzig, Berlin, Cologne, Munich, Londres…), d’Amérique du Nord (symphoniques : Boston, Chicago, San Francisco, Cincinnati ; philarmoniques : Los Angeles, New York) et d’Asie (NHK Japon). Il devient ensuite directeur général de musique au Komistre Oper de Berlin et directeur artistique et musical de l’orchestre symphonique de Bournemouth. Actuellement, il est directeur musical et artistique de l’orchestre philarmonique et de l’orchestre de chambre des Pays-Bas. Enfin, il est chef Principal d’Honneur de l’orchestre philarmonique de Vienne. Il sera bientôt l’invité des orchestres de Paris, Londres, Washington, St Louis et partira en tournée en Allemagne, Espagne avec l’orchestre philarmonique des Pays-Bas. Premier directeur musical à acquérir le titre de résident-artiste pour la saison 2008-2009 à l’Alte Oper de Francfort, il présentera à ce titre plusieurs concerts de musique de chambres, en complément des concerts symphoniques. Ila enregistré récemment sous les labels : Pentagone Classic, Decca et Oehmes Classic pour les 5ème et 9ème symphonies de Shostakovitch et les 8ème et 9ème de Dvorak.

Relation du chef d’orchestre et du compositeur :

Silvia Velensi : Un chef d’orchestre doit avoir assimilé totalement la pensée, les intentions du compositeur pour transmettre le message musical : il demeure son interprète priviligié. Pouvez-vous nous en parler, vous l’interprète mémorable de la symphonie N°1 de Gustav Malher ?

Yakov Kreisberg : Vouloir transmettre le message d’un compositeur est une lourde responsabilité. Déjà, faut-il interpréter ce message. Le compositeur ne fournit que des points noirs couchés sur le papier avec seulement un petit nombre d’instructions. Gustav Malher, en tant que chef d’orchestre et compositeur, avait saisi la frustation de l’interprète. Il inscrivait à l’intention de ses musiciens toutes les indications possibles et imaginables, sur la manière de jouer (nuances, phrasés, articulations, des mots pour décrire le caractère de la musique, explications techniques…). Mais même lui avait dû reconnaître la futilité de sa démarche, car il répétait à ses musiciens que tout figurait dans leurs partitions « sauf l’essentiel ».

L’interprétation :

S.V. : Les grands chefs ont toujours marqué les œuvres de leurs empreintes en leurs conférant une nouvelle dimension. Pour aborder cet essentiel, Herbert Von Karajan, parlait « d’alliage d’esprit » plus que de « l’esprit de l’œuvre ». Comment vous appropriez-vous l’esprit de l’œuvre, « son essentiel » ?

Y.K. : L’esprit d’une œuvre, entendue comme la rhétorique du langage musical, doit être établie par son interprète sur sa propre étude de la composition et des autres œuvres du même compositeur. Parfois, les sources de l’inspiration du compositeur ou des événements de sa vie permettent d’avoir une meilleur approche de l’œuvre, d’avoir une lecture affective. Tout bon musicien aura donc sa conception personnelle d’une composition. L’œuvre ne vit que dans les mains de son interprète.

La pensée de Stravinsky (ballet de Monte-Carlo) et de Goethe sur l’architecture de la musique :

S.V. : Pensez-vous, comme le dit Stravinsky dans son livre « les chroniques de ma vie » que pour produire un résultat prodigieux, il faille être soi- même compositeur ? « Le phénomène de la musique nous est donné à la seule fin d’instituer un ordre des choses, surtout un ordre entre l’homme et le temps qui, pour être réalisé, exige une construction. Une fois faîte, tout est dit, cela produit en nous une émotion spéciale, comme une contemplation des formes architecturales ».

Y.K. : Effectivement, connaître le passage (Walter Benjamin) de la construction d'une œuvre est capital. Très jeune, je me suis essayé à la composition ce qui s'est révélé un préalable nécessaire pour savoir comment d’autres compositeurs avaient construit leurs œuvres, pour analyser leurs processus de création.

Exigences de l’exécution :

S.V. : Après la construction de l’œuvre, son exècution va nous porter vers cette « émotion spéciale », cette « impression de surnaturel ». Le grand Bruno Walter parlait même de « transmission de force morale ».

Y.K. : Oui, mes exigences et espoirs se portent vers elle. Beethoven disait que la musique devait embraser l’âme d’un homme. Elle a le pouvoir d’atteindre l’âme et de bouleverser nos émotions. J’ai la conscience très nette que l’émotion est précieuse, car sans elle que deviendrait l’humanité ? Or, de nos jours, notre sens de la Tragédie et du Désespoir est banalisé. La musique classique a un rôle important à jouer parce qu’elle nous pénètre d’une grandeur qui agit comme une force morale, mais aussi comme force spirituelle et éducatrice. Elle exprime des émotions qui illuminent le cœur et l’esprit des auditeurs en même temps par la seule clarté de l’interprétation.

Pédagogie :

S.V.: La direction d’orchestre reste « le métier sacré » de Paul Valery, qui évoquait le « le culte de la grandiose musique ». En un siècle, elle s’est universalisée et orientée vers la pédagogie. Comment vous impliquez-vous dans la transmission de la connaissance musicale ?

Y.K. : La musique est un don fait à l’humanité. Chacun devrait pouvoir en partager les avantages et s’en enrichir. A Monaco, je souhaite donner un caractère social à notre engagement éducatif, avec une ouverture aux enfants handicapées, physiques et mentaux. Je voudrai aussi trouver le moyen de faire parvenir la musique à ceux qui ne peuvent se déplacer jusqu’à nous. La musique possède des bienfaits dont tout le monde devrait pouvoir disposer.

(NDLR : Y.K. est à la tête de l’association music in me destinée à aider au Moyen-Orient toutes les personnes privées de musique par le guerre ou la pauvreté).

Les techniques de chefs, le Maître à Penser : Léonard Bernstein.:

S.V. : L'un de vos maître, Leonard Bernstein, fut à l’origine de la redécouverte de Malher, (« le déferlement Malhérien de 1984). Etait-ce le compositeur qui vous rapprochait (on connaît votre extraordinaire interprétation de la symphonie n°1 de Malher) ou bien son rapport amoureux à la musique, grâce auquel il obtiennait un engagement total de la part de ses musiciens ?

Y.K. : Il fut pour moi, une grande source d’inspiration. Non seulement, il fut un grand chef, pianiste et compositeur hors pair, mais il avait auprès des jeunes et des moins jeunes, quelles que soient leurs connaissances, une dimension d’éducateur qui forçait l’admiration. Il possédait le génie capable de transmettre aux musiciens comme au public, le message de la musique, sa grande passion. L’avoir vu diriger, parler, m’a incontestablement aidé à exprimer plus librement ma propre passion pour la musique.


 

Souvenir de Bernstein au chevet de Nadia Boulanger mourante :

- LB : « Entendez-vous la musique dans votre tête ? »

- NB : « Tout le temps »

- LB : « laquelle ? Monteverdi, Bach, Mozart ? »...

- NB : « Une musique sans commencement ni fin ».

La source de documentation livre de Robert Pariente la symphonie des chefs édition de la Martinière

Citation " Berlioz: l'art de diriger est un vraie science pédagogique établie sur des principes de base de direction définitifs c'est à dire avec rigueur, fougu contrôlée et précision"


 

Interview de Maître Yakov Kreizberg par Silvia Valensi  (c) PERFORMART

 

Partager cet article

Repost0
19 février 2017 7 19 /02 /février /2017 07:48
Monaco: Muza Rubackyte donne un concert  pour soutenir le programme de coopération pour la santé entre Monaco  et  la Lettonie

Décorée de la Légion d'honneur en même temps que Yehudi Menuhin, Muza Rubackyte est une prestigieuse pianiste lituanienne, fondatrice du Vilnius Piano Festival. Artiste et femme engagée, elle fait partie du mouvement d'indépendance de Lituanie. Privée de passeport, elle ne peut quitter l’Union Soviétique qu’en 1989. Elle s'installe alors en France, devenue sa "patrie d'adoption". Elle a aussi à coeur les oeuvres caritative et c'est dans ce but qu'elle jouera le 25 avril 2017 à 21h00 "Sounds of Baltic" à l'Opéra Garnier de Monaco. Ce sera une occasion pour le public monégasque de voir de près cette femme remarquable et artiste accomplie. La soirée est placée sous le Haut Patronage du Prince Albert II de Monaco.

Reçu par FEMMES LEADERS MONDIALES DE MONACO

      

Sous le Haut Patronage de S.A.S le Prince Albert II de Monaco

 

 Le Consulat de Lettonie à Monaco

Femmes Leaders Mondiales Monaco   

 

                  Soirée de Gala

                         Mardi 25 avril 2017 à 21h00

Salle Garnier de l’Opéra de Monte-Carlo

 

            Muza Rubackyte joue « Sounds of Baltic «

 

Les bénéfices de cette soirée seront intégralement versés

  au Service Gynécologie-obstétrique du CHPG de Monaco

 

                                                                                     Prix 50 euros  parterre

                                                                                    100  euros  loge

                     

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
14 février 2017 2 14 /02 /février /2017 14:42
BORDIGHERA TV: SANREMO2017 – IL TRIONFO DI FRANCESCO GABBANI ALL’ARISTON DI SANREMO

SANREMO13 febbraio 2017

IL CANTAUTORE E POLISTRUMENTISTA FRANCESCO GABBANI HA VINTO SANREMO2017 FESTIVAL DEI RECORD CON IL BRANO: ” OCCIDENTALI ‘S KARMA” UN BRANO DISCODANCE.

Francesco Gabbani doppio Vincitore, l’anno scorso 2016 con il brano ” AMEN” tra le Nuove Proposte e quest’anno 2017 con ” OCCIDENTALI’S KARMA” tra i Campioni su etichetta ( Rights Management Italy) con la produzione artistica di Luca Chiaravalli. Francesco Gabbani giovane dotato di intuito e talento ha cantato offrendo al pubblico in sala ed ai telespettatori una ” botta di vita” con ” Occidentali’s Karma”un tormentone che appena sentito si ricanta immediatamente dopo. Il testo sembra uno scioglilingua sul ritornello ironico : ” La scimmia nuda balla …”scatena allegria e tutti ballano insieme alla Scimmia. Ma chi può essere la Scimmia? Certamente un ballerino. Bravo e professionista quale Filippo Ranaldi, di Roma che non ha curato la coreografia, nata dal genio di Francesco Gabbani.La canzone passa ogni giorno nelle radio dal momento che è molto orecchiabile e coinvolge gli ascoltatori in un vortice emozionale. Le parole del testo hanno come riferimento il libro ” La scimmia nuda” dell’inglese Desmond Morris etologo e studioso sullo studio dell’uomo in quanto scimmia.L’argomento sullo scimmione, apparentemente divertente, è serio dal momento che noi Occidentali cerchiamo di copiare i Karma o discipline degli Orientali senza approfondirne il vero significato. La canzone ” Occidentali’S karma” è stata scritta da Francesco Gabbani insieme al fratello Filippo Gabbani, a Fabio Ilacqua e a Luca Chiaravalli.

Mariagrazia Bugnella

Partager cet article

Repost0
12 février 2017 7 12 /02 /février /2017 20:53


Francesco Gabbani vince a Sanremo per la seconda volta capovolgendo il pronostico dato per Fiorella Mannoia!

Foto sotto (c) Luciano GHERARDI - Ariston


Francesco Gabbani vince Sanremo 2017 con il brano 'Occidentali's Karma' aggiudicandosi anche il premio TIM, secondo posto per Fiorella Mannoia con il brano 'Che sia benedetta' ed i premi della stampa "Lucio Dalla" e "Bardotti" per il testo, mentre il terzo posto va a Ermal Meta con 'Vietato morire' unitamente al premio della critica "Mia Martini".

Foto in alto - Fiorella MANNOIA (c) L.MATTERA

Carlo Conti e Maria De Filippi,  conduttori di un brillante Festival ottengono vette di ascolto che hanno incrementato quelle degli indici delle due ultime edizioni sempre dirette dall`"abbronzato" presentatore.

La critica è stata, tutto sommato, abbastanza positiva nei confronti della conduzione e dello spettacolo musicale che ha rinnovato, come vuole consuetudine, lo stile italico sebbene a discapito dell`originalità musicale di buona parte delle canzoni in gara  se rapportata a quella più ritmica delle canzoni USA e/o in lingua afro-anglosassone: l`esempio musicale di "Zucchero" già nel 1982, giunto penultimo nella Finale Giovani al Festival (davanti a Vasco Rossi, ultimo!! con "Vado al Massimo") e passato, poi subito, ai primi posti delle classifiche mondiali, continua a non essere di monito... O ancora, il "terrore" dell`eliminazione improntata dal regolamento del Festival che blocca e lascia fuori dalla competizione altre "voci" già affermatesi al grande pubblico ma retribuite con ricchi "cachets" internazionali che rischierebbero di perdere e fare la  fine dei  cosiddetti coraggiosi "big" venuti all`attuale edizione Sanremese per essere  bocciati come birilli. Una strana sensazione di malessere in sala   (ma credo anche in TV per tanti ascoltatori), vuoi per l`esito   scaturito dei cosiddetti  "giudici esperti", vuoi per i televoti etc. all`annuncio dell`eliminazione di tre  noti artisti  quando sono stati citati i nomi dei veterani dell`universo musicale italiano eliminati: Al Bano - Gigi D`Alessio - Ron, nonostante fossero stati tutti accolti a fine di ogni esecuzione con  `standing ovations`, stima e simpatia!

 

Ritornando alle premiazioni, in quella dei "giovani talenti" è stata piacevole la nota "napoletana" di Lele e Maldestro, dove la vittoria tra le "voci emergenti" del primo (ragazzo nato a Pollena Trocchia e già nella corte  di Amici della De Filippi), amplifica quella del secondo classificato,il pluripremiato Maldestro, Premio della Critica, Premio Lunezia, Premio Jannacci, Premio Assomusica. Il sindaco di Napoli de Magistris non si è fatta sfuggire questa doppietta napoletana e li ha invitati a Palazzo San Giacomo! 

 

La vittoria dei due "guaglioni" ha reso felici anche il napoletano Ambasciatore d`Italia nel Principato di Monaco, Cristiano GALLO e la propria consorte, Ambasciatrice Sabrina, che avevano molto gradito il cortese invito del Sindaco Alberto Biancheri per assistere alla serata dei Giovani vincitori.

Luigi MATTERA

Foto sotto da sin. Amb. Cristiano e Sabrina Gallo con il Sindaco Alberto Biancheri

Partager cet article

Repost0
6 février 2017 1 06 /02 /février /2017 15:28

Partager cet article

Repost0
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 07:58
Sanremo: Teatro Centrale - “Tango historias de amor” il 26 gennaio ore 21.15

Giovedì 26 gennaio alle ore 21.15 nuovo appuntamento con la stagione teatrale del Teatro Centrale.

Cinque coppie di ballerini presentano “Tango historias de amor” una serata dedicata al tango argentino.

“Si  apre  il  sipario  e  la  notte  si  tinge  delle  atmosfere  porteñe  del  tango argentino di Buenos Aires. Ballerini e musicisti ci conducono in un viaggio nella storia e nell’universo del tango, evocando lo spirito delle milongas di Buenos Aires dove musica e danza si fondono in una magica atmosfera.

Il  segreto risiede nei colori, nel suono, nel respiro  del tango argentino; un dialogo  musicale  e  corporeo  che  si  esprime   nell’abbraccio  e   che  dai

barrios argentini è dilagato in territori inaspettati e fino a noi.

Un cammino cadenzato  attraverso  melodie  e  movimento,  melodrammi  di  tre  minuti  o leggiadri valsecitos criollos, mossi sul pulsare ossessivo di antiche e nuove tradizioni: dai tangos abbozzati sotto i cieli stellati della Boca, al tango di Piazzolla,  risalendo  ancora  fino  alle  brillanti  composizioni  dei  loro  eredi diretti di epoca moderna.

Uno spettacolo che coinvolge ed emoziona il pubblico e ci apre le porte del mistero dell'abbraccio di questa danza senza tempo”.

 

Ballerini:

Fernando Santillan - Andrea Metz  (tango, folclore e boleadoras)

Sabrina Concari - Gabriel Gomez

Griselda Bressan - Anibal Castro

Ornella Parrino - Ivo Ambrosi

Michele Lobefaro - Emanuela Benagiano

 

musica

Cuarteto Suerte Loca

 

Gabriella Artale - pianoforte 

Javier Salnisky - bandoneon

Marco Colasanti - violino

Daniele De Angelis - contrabbasso

 

prezzi  di ingresso Platea € 30,00+2,00 prevendita

Galleria € 25,00+2,00 prevendita – € 20,00+2,00 prevendita

 

Info e prenotazioni 0184 597822 tutti i giorni dalle 17.00 alle 21.00 - Acquisti online www.aristonsanremo.com

Partager cet article

Repost0
18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 23:20
La tournée du jeune virtuose Lang Lang fait étape au Grimaldi Forum Monaco

Si l’on devait définir Lang Lang d’un seul mot, ce serait « inspiration ». Ce jeune pianiste a déjà une longue carrière derrière lui : dès 1987, il remporte ses premiers prix, et donne son premier concert en public à l’âge de 7 ans. Depuis, il a joué lors de grands événements comme la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Pékin et de Rio, la 56ème édition des Grammy Awards avec Metallica, mais aussi lors de cérémonies privées pour les plus grands chefs d’états.

Après avoir sorti deux albums en 2015 : « The Mozart Album » et « Lang Lang in Paris », Lang Lang est de retour avec « New York Rhapsody », son 14e album qui sortira le 16 septembre. Cet album rassemble de nombreux invités spéciaux tels que Herbie Hancock, Kandace Springs, Andra Day ou encore Jeffrey Wirght. C’est un hommage à la ville de New York, que l’artiste affectionne particulièrement et qui, d’après lui, a changé l’histoire de la musique plus que toutes autres villes ces 100 dernières années.

(c) Grimaldi Forum

Réservation : cliquez ici

Découvrez le teaser vidéo : ici

Partager cet article

Repost0
16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 14:29
(c) OPERA MC

(c) OPERA MC

L’ensemble baroque Les Musiciens du Prince a été fondé en Principauté
de Monaco au printemps 2016, sur une idée de Cecilia Bartoli en
collaboration avec l’Opéra de Monte-Carlo. Ce projet est devenu réalité
grâce au soutien immédiat de S.A.S. le Prince Albert II et de S.A.R. la
Princesse de Hanovre.


Interprète et directrice artistique, Cecilia Bartoli a réuni les meilleurs
musiciens internationaux jouant sur instruments anciens qu’elle
a rencontré au cours de sa carrière. Elle a également choisi pour
Konzertmeister pour la tournée 2016 la violoniste Ada Pesch.
La célèbre cantatrice a eu envie de créer, après l’enregistrement de son
disque « Mission » chez Decca, un orchestre renouant avec la tradition des
musiques de Cour des grandes dynasties royales, princières et tzarines à
travers l’Europe du 17ème et 18ème siècle.
La vision artistique de Cecilia Bartoli est portée par les plus grands génies
du baroque, comme Haendel et Vivaldi, mais aussi par le répertoire
Rossinien.

Elle souhaite également éveiller la curiosité du public à travers ses
recherches de partitions d’oeuvres qui n’ont jamais été jouées ou très
peu interprétées depuis plusieurs siècles, avec un orchestre ayant une
souplesse et une richesse de couleurs sonores très différentes de celles
d’un orchestre moderne.

Le concert inaugural s’est déroulé le 8 juillet 2016 dans la Cour d’Honneur
du Palais de Monaco en présence de la famille princière avec un
programme Haendel.

En novembre 2016, Les Musiciens du Prince et Cecilia Bartoli ont débuté
une première tournée, saluée par la presse internationale, à travers
l’Europe ; il se sont produits avec le programme du concert inaugural à
Amsterdam, Paris, Cologne, Bruxelles, Munich, Vienne, Graz, Budapest et
Zurich.

En 2017, ayant à coeur de célébrer le bicentenaire de la création de La
Cenerentola, Cecilia Bartoli et l’ensemble baroque débuteront leur
deuxième tournée européenne avec l’oeuvre de Rossini les 4 et 7 février
à Monte-Carlo puis à Dortmund, Hambourg, Amsterdam, Martigny,
Versailles et Luxembourg. Ils seront également présents à Salzbourg
(Festival de Pentecôte et Festival d’Été) pour une version scénique de
Ariodante et une version concertante de La Donna del Lago.

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2017 7 15 /01 /janvier /2017 23:15
MONACO: OPERA DE MONTE CARLO - MANON
L’action se passe en 1721. Le premier acte à Amiens, le deuxième, le troisième et le quatrième
à Paris, le cinquième sur la route du Havre.
 
Acte I
 
L’hôtellerie d’Amiens
Brétigny, un aristocrate, vient tout juste d’arriver en compagnie du vieux fermier général Guillot
de Morfontaine et de trois jeunes actrices, Poussette, Javotte et Rosette, que Guillot a prises
pour maîtresse. L’aubergiste leur sert ses mets les plus fins. Les habitants se rassemblent dans
la cour pour attendre la diligence d’Arras («Entendez-vous la cloche, voici l’heure du coche
!»). Parmi eux se trouve Lescaut, officier de la Garde royale ; il est venu avec deux soldats
accueillir sa cousine Manon, qu’il doit conduire au couvent pour son éducation. La jeune fille
paraît, un peu abasourdie par son voyage, le premier qu’elle fait, et la foule qu’elle trouve à
l’arrivée («Je suis encore tout étourdie»). Elle est ravissante, et Guillot, profitant de l’absence
de Lescaut, la courtise aussitôt, essuyant les quolibets des trois actrices ; il commande une
voiture pour fuir avec Manon. Lescaut arrive à temps pour stopper son manège, puis il met
sa cousine en garde contre d’autres tentatives de séduction qui pourraient ternir l’honneur
de la famille («Regardez-moi bien dans les yeux»). Attiré à une table de jeu, Lescaut laisse
toutefois Manon une nouvelle fois sans surveillance. La jeune fille se perd dans une rêverie,
tiraillée entre l’obéissance à Lescaut et le désir d’une vie exaltante («Voyons, Manon, plus de
chimères !»). Se présente alors un jeune chevalier, Des Grieux, qui vient de rater la diligence.
Apercevant Manon, il tombe immédiatement sous son charme («O ciel !... Est-ce un rêve ?...
Est-ce la folie ?...») et engage la conversation avec elle ; le coup de foudre est immédiat («Et je
sais votre nom...»). Ils décident de profiter de la voiture de Guillot pour fuir ensemble à Paris
(«Nous vivrons à Paris»). Découvrant le pot au rose, Lescaut entre dans une rage folle, tandis
que Guillot, roulé dans la farine, est la risée de tous.
 
Acte II
 
L’appartement de Des Grieux et Manon à Paris, rue Vivienne
Sans trop d’espoir, Des Grieux a écrit à son père pour lui demander la permission d’épouser
Manon. Ils lisent la lettre ensemble («On l’appelle Manon»). On entend du tapage au dehors
et deux hommes font leur entrée : Lescaut, flanqué de Brétigny déguisé en garde. Ils ont fait
alliance afin de récupérer Manon : Lescaut pour laver l’honneur de sa famille, Brétigny parce
qu’il en est épris («Enfin, les amoureux»). Des Grieux fait valoir à Lescaut ses intentions
louables en lui montrant la lettre. Pendant ce temps, Brétigny apprend à Manon que le père de
Des Grieux a l’intention de faire enlever son fils le soir même, afin de le soustraire à cette vie
déshonorante. Brétigny fait miroiter à Manon la vie aisée qu’elle aurait à ses côtés, alors que
si elle révèle à Des Grieux les intentions de son père, c’est la misère assurée pour tous deux.
Manon proteste de son amour pour Des Grieux, mais elle est troublée. Lorsque Des Grieux
sort pour poster sa lettre, elle prend sa décision : elle suivra Brétigny, non sans remords. Mais
l’appât d’une vie brillante l’emporte sur l’amour («Adieu, notre petite table»). A son retour,
Des Grieux remarque la tristesse de Manon. Pour la consoler, il lui raconte le rêve qu’il a fait
où tous deux vivent une vie humble et heureuse («En fermant les yeux»). Entendant du bruit
au dehors, il part chasser les importuns. Il est maîtrisé par les émissaires de son père, et Manon
suit Brétigny.

Acte III
Premier tableau
 
La promenade du Cours-la-Reine un jour de fête populaire
Une foule bigarrée se divertit sur la promenade du Cours-la-Reine, à Paris («C’est fête au
Cours-la-Reine !»). Poussette, Javotte et Rosette paraissent dans la foule («La charmante promenade
!»). Puis on voit Lescaut, qui dépense sans compter auprès des camelots («A quoi bon
l’économie ?»). Guillot se fait éconduire par les trois actrices sous les yeux de Brétigny, qui
le raille tout d’abord avant de craindre qu’il veuille lui enlever Manon. Promeneurs et marchandes
saluent l’arrivée de Manon, sublime et parée comme une reine («Voici les élégantes»).
Manon se réjouit de l’effet qu’elle produit, sur Brétigny comme sur les badauds («Je marche
sur tous les chemins», puis gavotte «Obéissons quand leur voix appelle»). Avant de s’éloigner
vers les boutiques, elle surprend une conversation entre Brétigny et le Comte Des Grieux, le
père de son ancien amant : Des Grieux prendra les ordres le soir même. Sous un prétexte futile,
elle revient sur ses pas et fait s’éloigner Brétigny. Elle aborde le Comte et essaie de savoir si
Des Grieux l’a oubliée ; le Comte lui confirme que oui («Pardon... mais j’étais là...»). Alors
que Brétigny l’avait refusé à Manon, qui lui en avait voulu, Guillot fait venir pour elle une
troupe de ballet («L’Opéra ! Voici l’Opéra !)». Mais le spectacle ne suffit pas à sortir Manon
de sa tristesse. Voyant Lescaut, elle se fait conduire par lui à Saint-Sulpice, où Des Grieux doit
prononcer ses voeux. Guillot, certain de l’effet du ballet, vient courtiser Manon ; mais elle n’y
prête aucune attention.
 
Second tableau
 
Le parloir du séminaire à Saint-Sulpice
Le futur abbé a fait forte impression sur les bourgeoises dévotes qui sont venues l’écouter
(«Quelle éloquence, l’admirable orateur !»). Son père vient tenter de le ramener à une vie de
famille honnête et raisonnable («Epouse quelque brave fille») mais doit se rendre à l’évidence
: la décision de son fils est prise. Le Comte s’en va, et Des Grieux exprime son trouble : s’il a
pris sa décision, l’image de Manon n’en continue pas moins de l’obséder («Ah ! fuyez, douce
image»). Tandis que résonne le Magnificat, Manon arrive au séminaire ; elle se joint à la prière
(«Pardonnez-moi, Dieu de toute-puissance»). Des Grieux la rejette tout d’abord, mais elle
l’implore de lui pardonner («Oui, je fus cruelle et coupable»). Elle finit par avoir raison de sa
résistance et le persuade de renoncer à ses voeux et de fuir avec elle («N’est-ce plus ta main que cette main presse ?»).
Acte IV
 
L’hôtel de Transylvanie
 
Dans un salon de jeu, les tables sont animées. Lescaut et Guillot tentent le sort, sans se méfier
des aigrefins («Le joueur sans prudence») ; les trois actrices surveillent le jeu, prêtes à séduire
le vainqueur («A l’hôtel de Transylvanie»).
Avec ses goûts de luxe, Manon a dépensé tout l’héritage que Des Grieux avait reçu de sa mère.
Elle l’a persuadé de venir tenter sa chance au jeu à l’hôtel de Transylvanie. Leur entrée ne passe pas inaperçue. Par quelques apartés bien sentis, Lescaut achève de convaincre Des Grieux de jouer ; de toute manière, Des Grieux ne se fait plus aucune illusion sur la personnalité de sabelle («Manon, sphinx étonnant»).
Il défie Guillot aux cartes, tandis que Manon et les actrices ont la tête qui tourne devant tout cet or accumulé : seule la fortune reste, une fois la beauté passée («A nous les amours et les roses»).

Pendant que Lescaut se fait plumer par les aigrefins, Guillot subit le même sort de la part de
Des Grieux. Furieux, Guillot accuse Des Grieux de tricherie. Manon supplie son amant de
fuir avant que la situation dégénère, mais il refuse : cela le signalerait définitivement comme
un voleur. Guillot revient avec des policiers et leur désigne les coupables. Le Comte arrive à
temps pour faire relâcher son fils («Oui, je viens t’arracher à la honte») ; mais il laisse emmener
Manon.
 
Acte V
 
La route du Havre
 
Manon a été condamnée à l’exil en Louisiane. Des Grieux et Lescaut, qui a fait amende honorable
et est devenu son allié, guettent le convoi dans lequel Manon et d’autres prisonnières
marchent en direction du port du Havre. On entend le convoi au loin, puis à proximité
(«Capitaine, ô gué, es-tu fatigué ?»). Des Grieux et Lescaut surprennent l’échange entre deux soldats, parlant d’une prisonnière déjà à demi-morte : Manon. Lescaut soudoie le sergent et parvient à faire libérer sa cousine. Mais il est trop tard.
L’emprisonnement a eu raison de sa santé physique et mentale.
Dans les bras de Des Grieux, proche du délire, elle se confond en remords, en regrets et récapitule tous les moments heureux qu’ils ont vécus ensemble.
Des Grieux la berce de promesses d’avenir. Mais Manon, à présent apaisée, sait qu’il est trop tard. Elle meurt sur ces dernières paroles : «Il le faut ... il le faut ! Et c’est là l’histoire ... de Manon Lescaut.»

Manon, Opéra de Lausanne (2014) ©Marc Vanappelghem

ALAIN GUINGAL DIRECTION MUSICALE
 
Directeur musical de l’Opéra d’Avignon de 1975 à 1981, Alain Guingal dirige
régulièrement dans les principaux théâtres français, notamment à l’Opéra national de
Paris. Il se produit également sur les grandes scènes étrangères : Staatsoper de Vienne,
Deutsche Oper de Berlin, Staatsoper de Bavière (Munich), Opéra de Washington,
Teatro Real de Madrid, Liceu de Barcelone. En Italie, il a dirigé au Teatro Comunale de
Bologne, au Teatro Carlo Felice de Gênes, au Teatro Regio de Turin, au Théâtre du Mai
musical florentin, à l’Opéra de Rome... Parmi ses engagements récents, citons Manon à
la Deutsche Oper de Berlin et à l’Opéra de Rome, La forza del destino, La Gioconda et
Aida à l’Opéra royal de Wallonie, Les Contes d’Hoffmann à Bilbao, Carmen au Teatro di San Carlo de Naples et à Avignon, Don Quichotte et Werther à Tokyo, Les Pécheurs de perles à Santiago-du-Chili, La traviata,Roberto Devereux et Poliuto à Marseille, Werther à Las Palmas, Mireille à Toulon, Thaïs à Oviedo, Lakmé à Nice.

Partager cet article

Repost0
10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 08:22
 Nicolas HORVATH : Théâtre des Variétés de Monaco, vendredi 13 janvier 2017 à 20h30

Théâtre des Variétés de Monaco,

vendredi 13 janvier 2017 à 20h30
(Le théâtre ouvrira ses portes dès 19 heures)

 

Entrée :12 € / Soutien : 30 € / demi tarif : 6€

 

Présenté par M. José SACRÉ et Mlle Lucille L’HERBON DE LUSSATS.


Le pianiste Nicolas HORVATH y interprète des œuvres de Claude Debussy et d’Érik Satie. Artiste d’envergure internationale, Nicolas a déjà offert à L’ARCHE l’intégrale des Nocturnes de Frédéric Chopin le 26 septembre 2016 à Monaco. Il a notamment joué Philip Glass pendant plus de 12 heures à la Philharmonie de Paris en octobre devant 15000 auditeurs et s’apprête à le redonner à Carnegie Hall (New-York) à la fin du mois de Janvier.
Le bassoniste Franck LAVOGEZ y interprète des œuvres de Gordon Jabon, de Malcolm Arnold et de Martial Solal. Franck, premier basson solo de l’orchestre philharmonique de Monte-Carlo (OPMC) joue aussi cette année dans une collaboration avec le duo Allegro.
Le Duo ALLEGRO, constitué de deux complices : Antoine DINKEL au violon et Florian L’HERBON DE LUSSATS à la guitare, y interprètent leurs propres compositions et des standards internationaux, dans un style « jazz-manouche ».
Jean-Luc DASSÉ, trompette, ex-soliste de l’OPMC dirige depuis 2009 une harmonie de 25 musiciens amateurs à Roquebrune-Cap-Martin. La Lyre Roquebrunoise y fait résonner des œuvres classiques ou des variétés internationales, d’Albinoni, Caccini, Misraki, Bechet, et Morali.
Présentation du colloque « Fragilité interdites ? »

qui vient d’être organisé à Paris par la FONDATION DE L’ARCHE.


AMADARCHE,
l’association monégasque des amis de L’ARCHE de Jean Vanier.
13 avenue des Castelans
MC 98000 MONACO
Tel : +377 98 98 83 47
Réservation : WEEZEVENT - Concert caritatif en faveur de l'Arche de Jean Vanier à Grasse.

Partager cet article

Repost0
10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 08:17

La ville de Nice accueille l’artiste Medi pour un nouveau concert solidaire au profit du centre Antoine Lacassagne

Concert de Medi « Live, la Black Box »

Samedi 14 janvier 2017 à 20 heures

AnimaNice Bon Voyage - La Black Box – 2 pont René Coty – Nice

 

Le 8 décembre dernier, la ville de Nice accueillait sur la scène de la « Black Box » de l’AnimaNice Bon Voyage, l’artiste niçois Medi pour le premier d’une série de trois concerts solidaires*. La mobilisation se poursuit !

 

Medi, artiste complet (chanteur, musicien, compositeur, producteur ayant grandi et débuté sa carrière à Nice), montera samedi 14 janvier 2017 à 20h pour la deuxième fois sur la scène de « La Black Box », avec son groupe #TheCrew, pour donner un concert au profit du Pôle de recherche du centre de lutte contre le cancer Antoine Lacassagne. Le public est invité à participer librement à cette soirée et à faire un don sur place.

 

Cet événement sera l’occasion pour le centre Antoine Lacassagne de rappeler l’importance de promouvoir la recherche en cancérologie à Nice et de présenter les projets phares de recherche actuellement en cours.

 

Prochain concert solidaire de Medi à la « Black Box » : vendredi 10 février 2017 à 20 heures au profit de la Banque Alimentaire.

 

*Songwriter et producteur acharné, Medi a organisé en septembre dernier au théâtre de Verdure de Nice, la 2e édition de « Dime on Fest », un concert réunissant des artistes aux univers musicaux divers. Les bénéfices de ce concert avaient été reversés au profit des victimes de l’attentat du 14 juillet. Pour les répétitions de ce concert, la ville de Nice avait mis à disposition des artistes la salle « La Black Box » ainsi que son équipe technique. En remerciement, Medi a proposé de donner trois concerts placés sous le signe du rock et de la générosité, au sein de l’équipement municipal.

 

Renseignements et réservations :

Concert de Medi « Live, la Black Box » - 1ère partie : Mariana Nisia Bühring - Samedi 14 janvier 2016 à 20h

La Black Box – 2, pont René Coty – Nice / 04 92 00 75 60 – salle.blackbox@ville-nice.fr

Entrée : participation libre

 

Informations sur MEDI : www.meditheproducer.com / www.facebook.com/medithemusic / www.twitter.com/medithemusic / www.instagram.com/medithemusic

 

A propos du Centre Antoine Lacassagne : http://www.centreantoinelacassagne.org

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : ROYAL MONACO RIVIERA ISSN 2057-5076
  •  ROYAL MONACO RIVIERA      ISSN 2057-5076
  • : Royal Monaco Riviera web magazine fondé par Luigi MATTERA est le PREMIER site online de Monaco en presse écrite . Royal Monaco Riviera, il primo sito online del Principato divenuto cartaceo.ARTE, CULTURA, SOCIETA' della Riviera Ligure e Costa Azzurra!
  • Contact

Recherche