Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mars 2020 3 25 /03 /mars /2020 12:43
Prince Charles, 71, tests positive for coronavirus
  •  

 

PRINCES Charles, 71, has tested positive for coronavirus, Clarence House said today.

The future king had been displaying mild symptoms but remains in "good health".

Read our coronavirus live blog for the latest news & updates

 

Prince Charles has tested positive for coronavirus, pictured here at his most recent appearance at an Australian bushfire relief event on March.Prince Charles, seen at the Commonwealth Service earlier this month, last saw the Queen on March 12Credit: PA:Press Association

Prince Charles greets Ant and Dec at the London Palladium on March 1 .Clarence House said: "The Prince of Wales has tested positive for Coronavirus. "He has been displaying mild symptoms but otherwise remains in good health and has been working from home throughout the last few days as usual." His wife Camilla, 72, tested negative for the bug, with the couple now self-isolating at their home in Balmoral, Scotland. The Prince began showing coronavirus symptoms on Monday after being flown privately a day earlier to Scotland from his home at Highgrove, Glos. Another six members of staff now isolating with them. Clarence House added: "In accordance with Government and medical advice, the Prince and the Duchess are now self-isolating at home in Scotland."The tests were carried out by the NHS in Aberdeenshire where they met the criteria required for testing. “It is not possible to ascertain from whom the Prince caught the virus owing to the high number of engagements he carried out in his public role during recent weeks." Prince Charles met with Prince Albert of Monaco earlier this month, who later tested positive for coronavirus. The 62-year-old ruler tested positive just nine days after he sat opposite the Prince of Wales at a WaterAid event in London.

ROYAL ALERT

Charles last saw the Queen 'briefly' on March 12 and she remains in good health, Buckingham Palace confirmed. Medical experts believe the earliest he would have been contagious was March 13. It is understood he is in good spirits and remains up and about. Charles himself was most recently seen at an Australian bushfire relief event on March 12. He had been avoiding shaking hands with members of the public at a number of events recently, instead choosing to use the namaste gesture. And the royal had last appeared in public with the Queen at Westminster Abbey when senior royals including Prince William and Prince Harry went to the Commonwealth Service on March 9.The Queen, 93. is currently in Windsor Castle after heading there a week earlier than planned amid the coronavirus panic. Her husband Prince Philip, 98, joined her there after flying from Sandringham. Prince William remains in Norfolk meaning the heirs to the throne are not in physical contact.

 

Prince Charles is seen opposite the Prince of Monaco on March 10

Prince Charles attended the WaterAid charity event in London on March 10Credit: PA:Press Association Prince Charles had been avoiding shaking hands during the pandemicCredit: AP:Associated Press Camilla has tested negative to the bugCredit: PA:Press Association .Prince Charles had been conducting investitures, seen here on March 12Credit: PA:Press Association

Prince Charles was last seen with his sons and their wives at the Commonwealth ServiceCredit: PA:Press Association

Partager cet article

Repost0
23 mars 2020 1 23 /03 /mars /2020 09:39
L'HUMANITÉ ÉBRANLÉE ET LA SOCIÉTÉ EFFONDRÉE PAR UN PETIT MACHIN.

la plus belle plume tchadienne, a écrit:

L'HUMANITÉ ÉBRANLÉE ET LA SOCIÉTÉ EFFONDRÉE PAR UN PETIT MACHIN.

Un petit machin microscopique appelé coronavirus bouleverse la planète. Quelque chose d'invisible est venu pour faire sa loi. Il remet tout en question et chamboule l'ordre établi. Tout se remet en place, autrement, différemment.

Ce que les grandes puissances occidentales n'ont pu obtenir en Syrie, en Lybie, au Yemen, ...ce petit machin l'a obtenu (cessez-le-feu, trêve...).

Ce que l'armée algérienne n'a pu obtenir, ce petit machin l'a obtenu (le Hirak à pris fin).

Ce que les opposants politiques n'ont pu obtenir, ce petit machin l'a obtenu (report des échéances électorales. ..).

Ce que les entreprises n'ont pu obtenir, ce petit machin l'a obtenu (remise d'impôts, exonérations, crédits à taux zéro, fonds d'investissement, baisse des cours des matières premières stratégiques. ..).

Ce que les gilets jaunes et les syndicats n'ont pu obtenir, ce petit machin l'a obtenu ( baisse de prix à la pompe, protection sociale renforcée...).

Soudain, on observe dans le monde occidental le carburant a baissé, la pollution a baissé, les gens ont commencé à avoir du temps, tellement de temps qu'ils ne savent même pas quoi en faire. Les parents apprennent à connaître leurs enfants, les enfants apprennent à rester en famille, le travail n'est plus une priorité, les voyages et les loisirs ne sont plus la norme d'une vie réussie.

Soudain, en silence, nous nous retournons en nous-mêmes et comprenons la valeur des mots solidarité et vulnérabilité.

Soudain, nous réalisons que nous sommes tous embarqués dans le même bateau, riches et pauvres. Nous réalisons que nous avions dévalisé ensemble les étagères des magasins et constatons ensemble que les hôpitaux sont pleins et que l'argent n'a aucune importance. Que nous avons tous la même identité humaine face au coronavirus.

Nous réalisons que dans les garages, les voitures haut de gamme sont arrêtées juste parce que personne ne peut sortir.

Quelques jours seulement ont suffi à l'univers pour établir l'égalité sociale qui était impossible à imaginer.

La peur a envahi tout le monde. Elle a changé de camp. Elle a quitté les pauvres pour aller habiter les riches et les puissants. Elle leur a rappelé leur humanité et leur a révélé leur humanisme.

Puisse cela servir à réaliser la vulnérabilité des êtres humains qui cherchent à aller habiter sur la planète mars et qui se croient forts pour clôner des êtres humains pour espérer vivre éternellement.

Puisse cela servir à réaliser la limite de l'intelligence humaine face à la force du ciel.

Il a suffi de quelques jours pour que la certitude devienne incertitude, que la force devienne faiblesse, que le pouvoir devienne solidarité et concertation.

Il a suffi de quelques jours pour que l'Afrique devienne un continent sûr. Que le songe devienne mensonge.

Il a suffi de quelques jours pour que l'humanité prenne conscience qu'elle n'est que souffle et poussière.

Qui sommes-nous ? Que valons-nous ? Que pouvons-nous face à ce coronavirus ?

Rendons-nous à l'évidence en attendant la providence.

Interrogeons notre "humanité" dans cette "mondialité" à l'épreuve du coronavirus.

Restons chez nous et meditons sur cette pandémie.

Aimons-nous vivants !

 
 
 
 

Partager cet article

Repost0
23 mars 2020 1 23 /03 /mars /2020 08:56
A LEGGERE SENZA PANICO: RECENTE STUDIO SISTEMATICO  CORONAVIRUS
 
1. ORIGINE DEL VIRUS. E’ uscito due giorni fa uno studio sistematico delle sequenze genetiche di SARS-CoV-2 (Andersen KG et al. Nature Medicine 2020) che dimostra senza ombra di dubbio che il virus ha una origine naturale e zoonotica (da animali, ed in particolare pipistrelli e pangolini). Per cui la storia del virus “creato” in laboratorio si conferma una bufala colossale.
 
2. COVID-19 NEI BAMBINI. Lo studio comprensivo della infezione COVID-19 nei bambini cinesi dimostra che su 2145 casi totali oltre il 90% erano asintomatici, lievi o moderati, con un solo decesso riscontrato, per una letalità dell’infezione – definita come numero di morti diviso per il totale dei casi – che è, per gli infettati sotto i 18 anni, pari a <0.05% (Dong Y et al. Pediatrics 2020).
Foto(c)Paolo Miranda
3. LETALITA’ DI COVID-19. Mentre i morti aumentano drammaticamente sia in Italia che in altri paesi, è importante ricordare che sulla base dei dati complessivi a disposizione la letalità è stimata inferiore al 2%, il che significa che il 98% delle persone infettate guariscono (Fauci AS, comunicazione personale). Il numero alto di morti che osserviamo in questi giorni è pertanto da relazionare al numero alto di persone infettate, spesso con sintomi lievi o addirittura senza sintomi. Ricordo anche che tutti i dati disponibili confermano che la stragrande maggioranza dei decessi ha più di 60 anni e presenta co-morbidità importanti (diabete, ipertensione, COPD, cardiopatia ischemica, etc).
 
4. VIRUS SULLE SUPERFICI. Uno studio recente indica che SARS-CoV-2 vive fino a tre giorni in certe superfici come plastica ed acciaio, e solo per poche ore in superfici come cartone e rame. Il virus sembra sopravvivere per tempi brevi, alcune ore al massimo, come aerosol (Van Doremalen et al., N Engl J Med 2020). Evitiamo paranoie del tipo "il virus sopravvive nell'asfalto per mesi", che sono basate sul nulla.
 
5. IMMUNITA’ NATURALE. I dati sull’immunità naturale verso SARS-CoV-2 che è acquisita da persone infettate e guarite non sono al momento tali da permettere affermazioni perentorie, ma per quanto sappiamo sugli altri coronavirus una immunità naturale almeno temporanea dovrebbe svilupparsi per un periodo di almeno 6-12 mesi (Ralph Baric, intervista sul "The Week in Virology podcast" – ricordo che Baric sta ai coronavirus come Maradona sta al calcio).
 
6. TERAPIE. Al momento la cosa più importante nei casi severi o critici di COVID-19 – che sono una minoranza – é il supporto respiratorio, mentre non ci sono “farmaci magici” che fanno guarire dalla malattia, né in Russia né altrove. Però ragionevoli speranze vengono da antivirali come il Remdesivir, e immunomodulatori come Tocilizumab, Baraticinib, ed altri. Ricordo che queste ultime sono terapie da riservare a casi severi o critici, mentre quelli lievi e moderati guariscono da soli o con terapia sintomatica.
 
7. VACCINO. Si sta lavorando alacremente soprattutto qui negli USA su diverse piattaforme vaccinali, in particolare vaccini a RNA e vaccini a base della proteina spike (S) ricombinante. Questi vaccini potrebbero essere pronti per gli studi clinici iniziali (safety + immunogenicity) entro il prossimo autunno, anche se per studi di efficacia clinica vera e propria ci vorranno probabilmente 12-18 mesi.
 
8. EFFETTO TEMPERATURA. Continuano ad esserci indizi – non prove, ma certamente indizi – che i danni della pandemia di COVID-19 possano almeno in parte attenuarsi con l’arrivo della primavera. In questo senso sarà importante seguire l’andamento dell’epidemia in Africa, America Latina e Sud-Est Asiatico, in particolare Malaysia, Indonesia, Philippines, India e Bangladesh (e forse anche nell’Italia del Sud).
 
9. EFFETTO CIARLATANI. Per favore smettiamo una volta per tutte di ascoltarli. Mi riferisco sia ai ciarlatani in malafede -- che sono solo degli sciacalli, cialtroni ed accattoni -- che a quelli, ahimé, in buonafede, cioè persone credulone ed impaurite che spargono disinformazione perché, molto semplicemente, non sanno di cosa stanno parlando. La disinformazione non serve mai a nulla, in generale e tanto meno in una situazione come questa.

Partager cet article

Repost0
18 mars 2020 3 18 /03 /mars /2020 16:31
Les Vitamines C réellement efficaces sont rares
Les Vitamines C réellement efficaces sont rares. Elles ne se présentent pas sous la forme de pastilles à croquer ! Je vous laisse lire l'enquête ci-dessous pour bien le comprendre. 

Bien à vous,

Eric Müller

Branle-bas de combat au ministère de la Santé, des chercheurs Chinois auraient une piste contre le coronavirus

Chère lectrice, cher lecteur,

Cela vient de sortir et c’est le branle-bas de combat au ministère de la Santé, des chercheurs Chinois auraient une piste contre le coronavirus à base de hautes doses de Vitamine C.

Et des millions de gens, vous aussi peut-être, se précipitent dans les pharmacies depuis 3 jours pour acheter de la Vitamine C.

Je comprends cette ruée : la Vitamine C est un des meilleurs outils pour booster l’immunité face au virus. Je vais y revenir.

Mais surtout c’est urgent : la rupture de stock dans les pharmacies est une question de jours. L’économie sera probablement à l’arrêt complet la semaine prochaine et la production de vitamines va s’interrompre. C’est maintenant qu’il faut s’approvisionner.

J’ai une recommandation très, très importante à vous faire sur la Vitamine C.

N’achetez ni gélules, ni comprimés à croquer ou effervescents, ni formes en poudre.

Ces formes de Vitamine C contiennent très peu de principes actifs. Certaines n’ont même pas plus d’effet que de croquer un bonbon à l’orange.

Je vais vous expliquer pourquoi.

Et je vais vous dire quelle Vitamine C vous devriez choisir maintenant.

« La vitamine C est la plus fragile de toutes les vitamines » (ANSES)

La Vitamine C est une molécule ultra-fragile. Ses pouvoirs oxydants exceptionnels s’expriment dans vos cellules mais dès qu’elle est exposée à l’air libre, à l’oxygène ou à la lumière, la Vitamine C se dégrade.[1]

L’Anses, l’Agence nationale de sécurité sanitaire, qualifie ainsi la Vitamine C de « plus fragile de toutes les vitamines » dans son avis du 6 mars 2019[2].

En poudre et en capsules, chaque fois que vous ouvrez le pot ou le paquet, la Vitamine C s’abîme.

En comprimés à croquer, effervescents ou en boisson déjà préparée c’est pire, la Vitamine C a subi tellement de transformations qu’elle est endommagée de manière irréversible.

C’est pour cela que tant de gens ne « ressentent » aucun changement après avoir croqué des comprimés de Vitamine C pendant une semaine. Ils croient avoir fait une cure, mais ils ont généralement choisi la mauvaise forme de Vitamine C…

Le problème, c’est que 9 Vitamines C sur 10 sont vendues sous ces formes. Cela fait des millions et des millions de tubes de Vitamine C disponibles en pharmacie et en supermarché, très bons au goût, mais dont l’effet sur votre santé est quasi nul.

Il y a un deuxième secret inavoué des Vitamines C « classiques ».

On absorbe très mal la Vitamine C classique

C’est que si vous faites une cure de 1000 mg de Vitamine C « classique » vous n’en absorberez AU MIEUX que la moitié.[3]

La raison est que la Vitamine C en capsules, poudre et comprimés n’est pas digeste, elle arrive quasiment intacte dans vos intestins qui ont du mal à les absorber.[4]

C’est pour cela que, si vous en prenez trop, vos intestins brûlent et que vous pouvez avoir des diarrhées.[5]

Face à ce problème les scientifiques ont cherché une meilleure formule et ils l’ont trouvée.

Une nouvelle forme de Vitamine C a été créée dans les années 2000 dans le Nevada, aux États-Unis.

Elle ne s’oxyde pas et son taux d’absorption avoisinerait les 90%, soit quasiment le double de toutes les Vitamine C du marché.

En ces temps d'affolement les stocks vont s’épuiser

Cette forme est arrivée chez nous et vous pouvez dès à présent la trouver en pharmacie.

C’est la seule forme valable si vous voulez espérer un effet réel sur votre immunité.

Mon avis est qu’en ces temps d’affolement général, les stocks vont s’épuiser rapidement. Ne traînez pas pour vous en procurer.

On appelle cette Vitamine C « liposomale ». Parce que les molécules de Vitamine C sont emprisonnées dans des « liposomes », des grosses molécules grasses… qui ont deux effets :

  • Les liposomes font écran contre l’air et la lumière et gardent intactes les molécules de Vitamine C.
     
  • La quantité réellement absorbée est doublée grâce au gras, qui permet une absorption lente et progressive. Pour une cure de 1000mg, vous absorbez jusqu’à 900mg de Vitamine C. Les chercheurs de l’Université du Pacifique ont montré scientifiquement le mécanisme : les liposomes protègent la Vitamine C jusqu’au cœur des cellules de votre corps, qui sont faites de gras elles aussi, et la délivrent dans leur quasi-entièreté[6].
     

La Vitamine C liposomale est donc la reine des Vitamines C.

Toutes les vitamine C liposomales ne se valent pas

Mais attention, quelle marque de Vitamine C liposomale choisir ?

C’est un problème sérieux avant tout achat en pharmacie.

Car on trouve aujourd’hui de très nombreuses Vitamine C mélangées à de l’huile portant le nom « Vitamine C liposomale »… mais qui ne contiennent aucun liposome.

C’est l’effet malheureux du commerce : certaines marques malhonnêtes de compléments alimentaires ont « surfé » sur la vague et proposent des mélanges où vous avez des Vitamine C tout aussi vulnérables à l’oxydation[7], mais vendues 3 ou 4 fois plus cher !

N’achetez donc pas votre Vitamine C liposomale à l’aveugle !

Découvrez les deux meilleurs Vitamine C liposomales dans ma dernière enquête 

J’ai publié une enquête intitulée « Vitamine C : Pourquoi vous devriez oublier les pastilles à croquer ». Elle est parue dans un numéro exceptionnel de la revue Le Bon Choix Santé.

Je vous y révèle :

  • 2 meilleures marques de Vitamine C liposomale, telles que sélectionnées par un collège d’experts ;
     
  • Les formes et les marques de Vitamine C à éviter à tout prix ;
     
  • Comment faire la différence entre Vitamine C synthétique et naturelle ;
     
  • La vérité sur l’acérola, cette cerise des Antilles soi-disant ultra-concentrée en Vitamine C naturelle… et pourquoi elle n’est PAS recommandée !
     

Peut-être vous dites-vous, « ah, Rodolphe, en ces temps de crise tu pourrais nous donner les noms de ces 2 Vitamines C fiables ! ».

Je me doute de ce qui se passerait si je le faisais. Quelques minutes après avoir envoyé ces noms, ce message serait transféré à des centaines de personnes, peut-être des milliers. Cela déclencherait une ruée sur ces produits et vous risqueriez vous-même de vous en trouver privé.

Je réserve donc les noms de ces produits rares aux personnes qui ont réellement décidé de prendre leur santé en main. Vous !

Je demande à ceux qui sont intéressés une contribution pour couvrir les frais que m'ont demandés cette enquête. Ce n'est pas grand chose vous allez voir : je vous propose de faire un essai d’abonnement à la revue Le Bon Choix Santé où est parue cette enquête. Cela vous coûtera 29€ seulement pour un abonnement de 12 mois. Mon enquête Vitamine C vous sera envoyée par email avant ce soir.

Vous allez aussi découvrir dans ce dossier que des études ont révélé d’autres potentiels méconnus de cette vitamine…

  • Elle augmenterait de 67% l’absorption du fer, permettant un « effet coup de poing » contre la fatigue et l’anémie[8]
     
  • Elle réduirait de 45% les symptômes de l’inflammation (rougeurs, douleurs, etc.), grâce à son pouvoir antioxydant.[9][10] Une prise de 500mg de Vitamine C par jour serait bénéfique contre le risque de maladie cardiovasculaire (hypertension artérielle, athérosclérose, crises cardiaques...)[11] [12]
     
  • Elle agirait contre le vieillissement de votre mémoire. Les scientifiques de l’Université de Sydney ont trouvé que les personnes âgées avec les meilleures mémoires possédaient des taux de vitamine C élevés[13].

Partager cet article

Repost0
11 mars 2020 3 11 /03 /mars /2020 16:49
COVID-19: i Templari propongono il “Piano B” per bloccare il virus

 

Una lettera ufficiale è stata inviata al Presidente del Consiglio Giuseppe Conte e a numerose Istituzioni politiche e sanitarie.

 

In Italia il virus SARS-CoV-2 (che causa la malattia COVID-19) si sta diffondendo in Italia in maniera preoccupante.

Le misure sino ad ora prese, anche se giuste e necessarie, non hanno dato i risultati sperati.

In breve tempo tutta l’Italia è stata dichiarata zona rossa, ossia ad alto rischio epidemico.

I contagi stanno aumentando in maniera esponenziale e gli ospedali sono quasi al collasso.

L’Ordine templare Pauperes Commilitones Christi Templique Salomonis – V.E.O.S.P.S.S., in osservanza al primo punto della missione dell’Ordine (tutelare e preservare il genere umano), si sono attivati.

Alcuni esperti hanno predisposto quello che è stato denominato il “Piano B” per arginare o addirittura bloccare la diffusione del virus.

“Non potevamo rimanere ad osservare inermi” – dice il Gran Priore Fra Riccardo Bonsi – “era nostro dovere agire e cercare di supportare le autorità italiane che in questo momento stanno combattendo con abnegazione il coronavirus.

Abbiamo così elaborato il “Piano B” ed abbiamo inviato una lettera ufficiale alle varie autorità politiche e sanitarie.

La lettera ufficiale è stata firmata, oltre che dal Gran Priore, anche da tutti gli altri membri del Gran Consiglio dell’Ordine, ovvero dal Gran Priore Vicario, Fra Sandro Vinciguerra, dal Segretario Generale, Fra Antonio Awana Gana Costantini Picardi, dal Gran Cancelliere, Fra Abate Massimo Iglina, dal Tesoriere Generale, Fra Antonio Cao, e dal Consigliere Richard Tirole.

Il piano tiene conto di numerosi fattori sia medici sia statistici sia comportamentali.

È un piano che richiede un grande sforzo da parte dello Stato italiano e una grande collaborazione da parte di tutti i cittadini.

Una serie di provvedimenti importanti sono già stati presi dal Governo, ossia l’estensione della zona rossa a tutto il Paese, ma tali provvedimenti si scontrano con le necessità quotidiane dei cittadini e, diciamolo pure senza problemi, con uno scarso senso del dovere del popolo italiano.

Come abbiamo scritto nella lettera, una cosa deve essere chiara a tutti noi: non è il virus che ci ha dichiarato guerra, siamo noi, l’umanità, che abbiamo dichiarato guerra al virus SARS-CoV-2 e noi questa guerra la vinceremo.

 

Il “Piano B”

 

Il “Piano B” parte proprio dalle attuali disposizioni sanitarie e dall’attuale situazione.

 

- Analisi della situazione attuale.

 

  1. Il virus si sta diffondendo con una rapidità superiore al previsto.

L’Organizzazione Mondiale della Sanità e altre istituzioni internazionali, hanno valutato il BRN (Basic Reproduction Number, detto anche R0) del virus SARS-CoV-2 pari a 2,5.

Questo significa che in una popolazione come quella italiana di circa 60.000.000 di abitanti, la percentuale di contagio sarà pari al 25% della popolazione (tenendo conto il valore di R0 = 2,5).

Avremo, pertanto, circa 15.000.000 di persone contagiate.

Sempre le autorità sanitarie internazionali, avevano attribuito al virus un tasso di mortalità del 2%, con una stima di 300.000 decessi massimi.

Nel giro di pochi giorni, la situazione è però peggiorata in maniera sensibile e siamo passati da un tasso di mortalità del 2% ad un tasso di mortalità che si aggira intorno al 5%, ossia il doppio della previsione, con un numero di decessi massimi ipotetici pari a 750.000.

Purtroppo, allo stato attuale la percentuale di decessi è destinata a salire in forma esponenziale.

 

  1. Gli ospedali sono quasi al collasso e i posti di terapia intensiva sono ridotti al lumicino.

Nonostante gli sforzi del Governo nel procurare nuovi dispositivi medici e dell’immane lavoro del personale sanitario, tra pochi giorni ci sarà il crollo delle strutture sanitarie.

Inoltre, concentrando gli sforzi per l’assistenza ai malati di COVD-19, a breve gli ospedali non saranno più in grado di garantire l’assistenza di emergenza per le altre patologie (ad esempio infarto miocardico, trombosi cerebrale, embolia polmonare) nonché di assistere adeguatamente i grandi traumatizzati.

 

  1. Esiste poi un problema sociale non meno importante: le misure restrittive fino ad ora attuate, anche se assolutamente necessarie stanno alimentando panico collettivo, ribellioni alle stesse misure adottate e rivolte nelle carceri.

 

  1. Infine, abbiamo il problema economico: per rendere veramente efficaci le misure fin qui adottate, bisognerebbe bloccare il Paese per almeno due mesi, cosa che innescherebbe una gravissima crisi economica senza precedenti.

 

- Le misure proposte.

 

  1. Maggiore rispetto delle misure in atto.

Le misure adottate con l’estensione della zona rossa a tutto il Paese vanno fatte rispettare con maggior severità: sono quindi necessari maggiori controlli e, laddove necessario, l’utilizzo dell’esercito per supportare le forze dell’ordine.

 

  1. Chiusura di tutti gli accessi per impedire arrivi di persone non controllate.

Con questo atto sarà necessario presidiare i valichi di frontiera, i porti e gli aeroporti; potranno entrare in Italia solo coloro che saranno muniti di adeguato dispositivo di protezione (semimaschere filtranti FFP2 o FFP3) e che risulteranno negativi all’analisi dello scanner termico.

Bisogna di conseguenza dotare i valichi di frontiera, i porti e gli aeroporti e le stazioni di scanner termici per poter svolgere le analisi.

Chi dovesse risultare o senza dispositivo di protezione o con temperatura corporea a rischio non potrà entrare nel Paese.

In questo modo eviteremo contagi da parte di soggetti provenienti dall’esterno del Paese.

 

  1. Dotazione a tutti gli abitanti di dispositivi di protezione.

Tutti gli abitanti dovranno avere in dotazione dispositivi di protezione (semimaschere filtranti FFP2 o FFP3 riutilizzabili e guanti) con obbligo di portare i dispositivi all’esterno della propria abitazione (sia in luoghi aperti che in luoghi chiusi).

Sappiamo che tali dispositivi (soprattutto quelli FFP2) non proteggono totalmente dall’aggressione del virus, ma servono a chi le indossa per evitare di contagiare gli altri.

Risulta però evidente che se tutti utilizzeranno questi dispositivi il contagio verrà sicuramente arginato e, quasi sicuramente, bloccato.

Questa è la misura più onerosa per lo Stato, ma sicuramente meno costosa delle misure di sostegno economico che si dovranno affrontare in caso di paralisi delle attività economiche.

Dal momento che le attuali industrie che producono i dispositivi di cui sopra non sono in grado di provvedere al fabbisogno (oltre 60.000.000 di dispositivi e filtri), si renderà necessario un intervento dello Stato per potenziare tali industrie o per avviare in proprio la produzione dei dispositivi.

Poiché i filtri hanno una durata di circa un mese, nel giro di poco tempo si potrà soddisfare il fabbisogno dei dispositivi, ossia dotare ogni cittadino di semimaschera filtrante con almeno tre filtri e guanti, per garantire la protezione per tre mesi.

Per quanto riguarda la produzione di guanti, attualmente le industrie riescono a produrne grandi quantità.

Per far fronte ad un così grande quantitativo di semimaschere, la distribuzione potrebbe avvenire per gradi, ovvero:

  1. Fornire inizialmente una semimaschera filtrante e guanti per nucleo famigliare: ogni nucleo dovrà dichiarare il nome della persona autorizzata ad uscire sia per lavorare sia per svolgere le attività quotidiane (ad es. acquisti).

I nuclei famigliari in Italia (considerando anche i nuclei costituiti da una sola persona) sono attualmente circa 20.000.000.

  1. Iniziare la distribuzione nelle zone più colpite dal contagio.
  2. Raggiungere, in un tempo ragionevole (due mesi circa) la distribuzione totale.

 

Con l’attuazione di queste misure, si potranno man mano allentare i divieti di circolazione nel Paese, in quanto tutti saranno protetti.

Ovviamente, chiunque verrà sorpreso a violare tali disposizioni, dovrà essere pesantemente sanzionato.

In un tempo relativamente breve, si potrà arrivare a bloccare definitivamente il contagio.

Inoltre, gli ospedali ridurranno man mano il carico di lavoro e torneranno all’attività quotidiana di assistenza.

Ci stiamo meravigliando del fatto che la Cina sta sconfiggendo il virus, ma in fondo, il Governo cinese ha attuato lo stesso sistema da noi proposto, blindando però subito le zone di focolaio.

Infatti, anche in Cina non si può uscire di casa se non si è muniti di semimaschere e guanti.

Con l’impegno dello Stato e la collaborazione di tutti noi il virus può e deve essere sconfitto.

Noi la nostra parte l’abbiamo fatta, ora speriamo che le autorità prendano seriamente in considerazione quanto da noi proposto e i mezzi di comunicazione ci aiutino a divulgare il nostro piano” – conclude il Gran Priore.

 

Partager cet article

Repost0
5 mars 2020 4 05 /03 /mars /2020 17:52
MISURES PREVENTIVES DU GOUVERNEMENT DE MONACO CONTRE LE CORONAVIRUS

Partager cet article

Repost0
4 mars 2020 3 04 /03 /mars /2020 19:18
Coronavirus :Que savons-nous vraiment ?

Car que savons-nous vraiment ?

Pas grand-chose.

  • Il s’agit d’un virus, du type coronavirus.
     
  • Il nous a été transmis par un animal sauvage.
     
  • Il ne semble pas plus dangereux que les autres virus de grippe, mais cela peut évoluer.
     

Un virus, du type coronavirus. Qu’est-ce que ça veut dire ?

Les virus sont des drôles de bestiole. Les scientifiques ne sont pas même d’accord entre eux pour dire s’il s’agit d’êtres vivants ou pas[1]. Comment est-ce possible ?Ils passent par deux phases. Une première où ils sont inertes, où ils ne font rien à part tenter de pénétrer dans une cellule hôte. Durant cette phase, ils ne consomment pas d’énergie, n’évoluent pas, ne se reproduisent pas : d’où le côté non vivant.À ce stade, pour l’organisme qui les héberge, ils sont sans conséquence. C’est pourquoi nous hébergeons en permanence des quantités de virus qui n’ont pas la capacité d’infecter l’Homme (mais qui peuvent infecter d’autres espèces animales, et inversement).

Des vampires inoffensifs chez leur hôte… jusqu’à une mutation

Lorsqu’ils parviennent à pénétrer dans une cellule, plus précisément, lorsqu’ils parviennent à faire pénétrer le virion, leur partie infectieuse, dans une cellule hôte, ils en font leur esclave. Ils détournent son métabolisme afin qu’elle travaille pour leur propre reproduction.Comme l’a expliqué le professeur André Lwoff, prix Nobel de médecine en 1965, dans un interview parue en 1966 :“Le virion se fixe sur la membrane cellulaire et pénètre dans la cellule. Le matériel génétique est libéré. Il se livre alors à une série d'opérations dont le résultat final sera la formation de nouveaux virions. (...) C'est pour cela qu'ils sont des parasites stricts et ne peuvent se développer qu'à l'intérieur des cellules dont ils utilisent toute la machinerie[2].Pourquoi nous rendent-ils malades ? Tout simplement parce que les cellules qui ont été infectées vont finir par mourir en explosant, libérant de nouveaux virus (je simplifie, regardez ici si vous voulez lire un cours de biologie sur les virus).Et les coronavirus ? C'est une des très nombreuses familles de virus, les virus dits enveloppés[3] parce qu’ils sont entourés par une couronne de protéines (d’où l'appellation corona). Tous les virus de la grippe sont des coronavirus[4].On connaissait jusqu’à présent six coronavirus capables d’infecter les humains : quatre donnant des infections respiratoires du type rhume, et deux, dont le coronavirus, provoquant des pneumonies (SRAS et MERS).

Un virus transmis à l’Homme par un animal sauvage.

L’épidémie du SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) en 2003-2004[5] et celle du MERS (syndrome respiratoire du Moyen-Orient)[6] en 2012 ont eu la même origine que le coronavirus : une mutation du virus, présent chez des animaux, qui l’a rendu infectieux chez l’Homme.Le SRAS nous a été transmis par une chauve-souris, pour le MERS on suspecte les dromadaires. Le coronavirus proviendrait, selon les dernières hypothèses, d’une chauve-souris ou d’un pangolin.

Des trafics clandestins d’animaux menacés d’extinction

Pourquoi ? Chaque espèce vivante héberge des quantités de virus différents, qui mutent en permanence avec plus ou moins de succès. Quand ils découvrent un nouvel hôte ils peuvent, ou pas, se révéler infectieux.Si vous voulez plus d’informations sur la transmission des virus depuis les animaux sauvages vers les humains, vous pouvez lire cet excellent reportage de la BBC.Et pourquoi ces virus émergent en Chine ? Parce qu’en Chine, il existe encore un très vaste commerce d’animaux sauvages, souvent à cause de considérations d’un autre temps. Les écailles de pangolin, par exemple, sont censées avoir des vertus aphrodisiaques[7]. Au Moyen Âge, les nobles et les chevaliers d’Europe pensaient aussi que manger de l’ours ou du sanglier leur donnerait de l’énergie sexuelle.Qui plus est, les Chinois commercialisent les animaux sauvages vivants, pour conserver leurs soi disant vertus jusqu’au moment où ils sont consommés. C’est cruel, absurde, et cela permet aux virus de rester actifs tandis que les animaux sont manipulés par des humains.C’est pourquoi la première action officielle du gouvernement local de Wuhan a été de fermer le marché d’animaux vivants et sauvages. Et si on peut espérer une conséquence positive à cette crise sanitaire, c’est bien la réduction du commerce et des trafics d’animaux sauvages provoqués par la demande chinoise.

Décrypter un nouveau virus est devenu facile

Pourquoi ce genre d’épidémies se multiplie depuis une vingtaine d’années. Tout simplement à cause des progrès technologiques réalisés en matière d’analyses de l’ADN. La technique du Next Generation Sequencing (qu’on pourrait traduire par “séquençage du génome nouvelle génération) permet de décoder un génome beaucoup plus vite[8]. Il y a fort à parier qu’il y a toujours eu des épidémies de ce genre mais qu’elles sont passées sous le radar, se mêlant sans qu’on s’en rende compte à l’épidémie de grippe annuelle, et disparaissant avant qu’on ait identifié le nouveau virus.

Un virus peu agressif, mais cela peut évoluer

Ce virus est-il dangereux ? C’est la question la plus importante. Si on le compare avec d’autres, et même si ces données évoluent encore, le coronavirus est relativement peu contagieux et peu virulent.Le virus semble un peu plus contagieux que la grippe annuelle (une personne contaminée en infecterait entre 2 et 3 autres en moyenne), mais beaucoup moins, par exemple, que la varicelle ou la rougeole (toutes deux à plus de 8).Il tuerait entre 0,5 et 3 % des personnes infectées, soit légèrement plus que la grippe annuelle, mais beaucoup moins que le SRAS (10 %) ou le MERS (30 %). Les victimes sont principalement des personnes en situation de faiblesse, des personnes âgées ou déjà malades.Si vous voulez plus d’éléments de comparaison, regardez cette remarquableanalyse du Monde. Cela veut-il dire qu’il ne faudrait pas s’en préoccuper, puisqu’il est comparable à une grippe normale ? Non, pour deux raisons.

  • On ne dispose pas encore de vaccin pour ce virus. Même si les vaccins contre la grippe sont plus ou moins efficaces selon les années, ils permettent de protéger en partie les populations à risque.
     
  • Le principal risque est que, maintenant que ce virus a franchi la barrière humaine, et qu’il se transmet entre humains, il mute dans une version beaucoup plus dangereuse. Ce n’est pas certain, mais c’est possible.
     

C’est la raison principale pour laquelle l’agitation à laquelle nous assistons, qui peut paraître excessive, s’agissant d’une maladie dont presque tout le monde guérit (le nombre de morts recensé jusqu’à aujourd’hui est faible en comparaison d’une grippe annuelle), est justifiée.Mieux vaut tenter de contrôler cette épidémie avant qu’elle ne devienne plus grave.C’est une simple application du principe de précaution.Et si on laissait l’épidémie sévir, et s’éteindre d’elle-même, ne serait-ce pas plus simple ? Il est impossible de savoir à l’avance si les perturbations engendrées par les mesures prises maintenant pour tenter de contrôler l’épidémie ont des effets économiques plus grands que les perturbations qui auraient résulté d’une pandémie non contrôlée. Et ce serait un calcul cynique que de se dire : laissons circuler un virus pour lequel nous n’avons pas de vaccin et qui ne tuera que les plus faibles, car tenter de le contenir va perturber l’économie mondiale.

Et moi, que puis-je faire contre cette maladie ?

Tout ce que je peux vous dire pour l’instant, s’agissant d’une maladie encore aussi mal connue, c’est de prendre les mêmes précautions que pour la grippe annuelle. N’allez pas dans les régions identifiées comme à risque, bien sûr. Essayez d’être en bonne forme générale pour ne pas être vulnérable face au virus (je sais, c’est facile à dire). Lavez-vous les mains régulièrement. Évitez autant que possible les contacts directs avec des gens malades.Et prenez soin de votre immunité, ce qui sera toujours utile.

Partager cet article

Repost0
1 mars 2020 7 01 /03 /mars /2020 13:18
Royal Monaco Médecine - Coronavirus : l’art de faire peur pour rien…

 

Depuis des semaines, les médias tentent de nous faire peur avec cette histoire de virus chinois.

Je vous propose aujourd’hui quelques pistes de réflexion par rapport à cette situation qui me semble moins grave que ce que l’on nous dit, d’autant qu’aux dernières nouvelles, les chinois auraient découvert un traitement efficace contre le virus.

Et ce n’est pas un vaccin !

Quels sont les faits ?

Comme je n’ai pas été à Wuhan, d’où est parti le virus, je ne peux que me fier à ce qui est raconté ici et là.

Quels sont donc les principaux faits admis par la plupart des médias ?

1/ Il a été d’abord été dénommé 2019-nCoV, puis Covid-19 est apparu dans une une grande métropole de Chine, qui compte 11 millions d’habitants, soit la population en Ile de France ou en Belgique [1].

2/ Ce virus provoquerait des inflammations respiratoires, notamment des pneumonies [2]

3/ Il y aurait 2814 décès du coronavirus à ce jour dont 2747 en Chine et 67 dans le reste du monde. Ce qui réduit encore plus l'impact mondial et renforce l'hystérie médiatique...[3]

4/ En Chine, 77 000 personnes auraient développé une inflammation respiratoire liée au virus, la plupart dans la province de Hubei [4].

5/ 14 personnes seraient décédées en Italie des suites d’une pneumonie causée par le virus [5].

6/ La ville de Wuhan a été placée sous quarantaine par les autorités chinoises depuis un peu plus d’un mois [6].

Cette réalité est-elle inquiétante ?

Pour le Professeur Didier Raoult, cité par France 3 [7] :

"le risque d'épidémie est très faible, mais c'est tout à fait normal que le Ministre de la Santé prenne toutes les mesures de précaution (...)

Le coronavirus est un virus particulier, mais il faut savoir qu'à Marseille, par exemple, "il y a dix virus liés aux infections respiratoires qui circulent (...)

Cette année à Marseille, 2300 patients ont été admis pour des affections respiratoires, 13 personnes en sont mortes. C'était pour la plupart des personnes âgées de plus de 75 ans et qui souffraient de problèmes respiratoires sérieux"

Notez que ce médecin est Professeur à l’Université de Marseille, Directeur de l’Institut Hospitalo-Universitaire Méditerranée Infection à Marseille et qu’il figure par ailleurs en première position des chercheurs européens dont les publications ont été les plus citées par la communauté scientifique internationale dans le domaine des Maladies Infectieuses [8].

Il en a vu d’autres…

Surtout, il connaît le sujet mieux que personne.

Et pour lui “ce virus n’est pas si méchant” et “le risque le plus important est la panique”[9]

Enfin, il estime dans une vidéo récente, qu’il existe aujourd’hui un traitement sûr contre le virus qui est utilisé contre le paludisme. Il s’agit du phosphate de chloroquine qui serait efficace sur les coronavirus.

Il estime même qu’il s’agit de l’infection virale la plus facile à traiter grâce à la chloroquine.

La vidéo est ici.

Mais que constate-t-on ?

1/ Les médias parlent en boucle du sujet ; ils parlent de pandémie, de contamination massive, autant de mots qui font peur et sont totalement excessifs au vu de la situation. [10]

2/ Les responsables politiques s’en donnent à coeur joie également ; outre les mises en quarantaine, tout le monde est sur le qui-vive.

3/ Même le sacro-saint divertissement sportif est chamboulé avec des matches reportés...

4/ Les bourses s'effondrent...

Bref, tout cela ressemble fort à de la panique alors que les chiffres sont assez faibles et que le risque est donc limité pour l’immense majorité des habitants de la planète !

Même pour les habitants de la province de Hubei le risque est limité !

Il suffit de comparer les choses pour s’en rendre compte :

Il y a 56 millions d’habitants dans le Hubei. Durant l’hiver 2019/2020, 2400 personnes seraient décédées d’une pneumonie liée au coronavirus. En avril ou mai, ce chiffre pourrait monter à 3000.

En France métropolitaine, il y a 65 millions d’habitants. En 2019, 3000 personnes seraient décédées de la grippe [11].

Bon. C’est assez comparable. Le “coronavirus” est comparable à une mauvaise grippe...

Pourtant, personne ne s’inquiète en Chine d’un risque lié à “l’épidémie” de grippe qui se déroule chaque année en France.

Quelques faits dont on parle peu :

1/ Les personnes touchées sont fragiles au niveau des poumons ;

2/ Les hommes sont plus touchés que les femmes. Or en Chine 52% des hommes sont fumeurs. Et cela monte à 60% chez les hommes médecins ! [12]

3/ La grande majorité des personnes touchées sont âgées. Aucune personne décédée n’avait moins de 25 ans. Les enfants semblent épargnés par le virus sauf certains bébés nés d’une mère touchée par le virus. Ces cas sont très rares.

4/ La pollution de l’air en Chine et à Wuhan en particulier est considérable : 70 microgrammes de particules par mètre cube d’air, contre 15 à 20 dans les villes occidentales les plus polluées !

Quelles conclusions faut-il tirer de tout cela ?

1/ Que le coronavirus n’est probablement pas le danger le plus évident qui vous guette ! Si la situation vous inquiète, cessez de lire les journaux et éteignez la télé. Allez dans la forêt, faites du jardinage, renforcez vos poumons et destressez-vous ; c’est un bon moyen de renforcer votre immunité !

2/ Il n’y a pas de “pandémie.” Il y a un virus qui circule, c’est tout. Au passage, il fait quelques morts, comme peut le faire n’importe quelle maladie virale. Mais ces décès sont dus à l’état de faiblesse des personnes et non à la “méchanceté” du virus.

3/ Il y a une surréaction évidente de la part de la classe politique et des médias.

Comment se protéger ?

Même si le risque est faible, vous souhaitez peut-être prendre le moins de risques possibles.

Voici donc quelques suggestions, qui ne vous dispensent pas de discuter avec votre médecin, si vous pensez que cela est nécessaire :

1/ Sortez, prenez l’air, de préférence en forêt, dans des parcs, ou à la campagne.

2/ Détendez-vous : les virus existent depuis la nuit des temps ou presque. Ils sont là depuis 3 milliards d’années, Homo Sapiens n’a “que” 300 millions d’années. Si les virus nous avaient empêchés de vivre, je ne serai pas là pour vous écrire ni vous pour me lire. Les virus sont nécessaires à la vie, ne l’oubliez pas !

3/ Renforcez votre immunité : prenez de la vitamine D, de l’ail et des oignons à tous les repas, faites une cure de vitamine C, dormez votre comptant d’heures et faites des exercices de respiration, voire des massages du ventre. Gardez, par ailleurs une bonne hygiène (sans en faire trop non plus !).

Pourquoi toute cette mise en scène ?

Certains d’entre vous pensent peut-être que tout cela n’est qu’une vaste manipulation.

Peut-être.

Est-ce un moyen pour les autorités chinoises de verrouiller un peu plus sa population ?

Un ami me rappelait hier que Wuhan et Hong Kong ont la même population…

Verra-t-on d’ici quelques mois une quarantaine de l’île cité ? Cela permettrait de faire taire les opposants…

D’autres pensent qu’il s’agit d’un procédé habile pour préparer l’arrivée d’un nouveau vaccin…

On peut tout imaginer.

Ma conviction est que si vous prenez soin de vous et que votre heure n’est pas encore arrivée, vous n’avez aucune raison de craindre ce virus ni d’aller faire le vaccins que les autorités s’empresseront de vous proposer lorsqu’il sera disponible…

Pour le reste, rien ne vous empêche de faire de la prévention classique comme pour tout type d’infection pulmonaire !

Naturellement vôtre,

Augustin de Livois

PS : La dernière fois que j’ai pris le bus, tout le monde a frémis lorsque mon voisin a éternué ! Un silence de cathédrale a suivi le “atchoum” ! A priori, tout le monde a survécu. La presse n’en n’a pas parlé…

PPS : Si les virus et l’immunité vous intéressent, rendez-vous à la journée sur l’immunité du 9 mai 2020 à Louvain-la-Neuve, toutes les infos sont ici.

Partager cet article

Repost0
23 février 2020 7 23 /02 /février /2020 11:59
ROYAL MONACO MEDECINE: Comment détecter une crise cardiaque – avant qu’elle ne se produise !

 

La crise cardiaque – ou infarctus du myocarde – a la réputation de frapper soudainement, sans prévenir.

 

En réalité, il existe des signes qui ne trompent pas… et qui devraient vous alerter avant qu’il ne soit trop tard.

 

En consultant plusieurs sources, dont l’American Heart Association [1], j’ai recensé six signes qui ne trompent pas et un conseil bonus :

1. Douleurs de poitrine vives ou diffuses

Le signe le plus courant de crise cardiaque est une douleur de poitrine vive ou diffuse.

 

Les victimes de crise cardiaque décrivent un pincement, une pesanteur, une sensation d’oppression, ou une douleur vive au centre ou sur la gauche de la poitrine.

 

Cette sensation peut durer plusieurs minutes, disparaître, puis revenir.

2. Toute douleur diffuse dans le haut du corps

En cas de crise cardiaque, la douleur de poitrine peut irradier tout le haut du corps. Vous devriez être alerté par une douleur diffuse au cou, à la mâchoire, dans le haut du dos, le bras gauche, et l’abdomen.

 

Ces douleurs sont comme des courbatures inexpliquées.

3. Faiblesse musculaire généralisée

L’autre symptôme à surveiller, c’est la faiblesse qui vous traverse tout le corps.

 

C’est le signe que vos artères se réduisent. Votre sang circule plus difficilement, et n’irrigue plus assez vos muscles.

4. Respiration anormale

Avoir le souffle court sans raison apparente est un signe avant-coureur de la crise cardiaque.

 

Les personnes qui ont survécu à une crise cardiaque racontent cette expérience bizarre : être assis immobile puis soudain commencer à haleter, comme quelqu’un à bout de souffle ou pris de panique.

5. Vertiges et sueurs froides

Les vertiges, les sueurs froides et les frissons sont le signe d’une mauvaise circulation sanguine.

 

Par exemple, votre sang qui n’irrigue pas suffisamment votre cerveau et provoque des instants où vous perdez conscience.

 

Si vous ne parvenez pas à expliquer l’origine de ces vertiges, sueurs froides, et frissons, c’est peut-être que votre myocarde, le muscle de votre cœur, est en train de lâcher…

6. Nausées

Peu de gens y pensent mais, les nausées et les vomissements surtout s’ils sont accompagnés de sueurs froides, peuvent indiquer que vous couvez une crise cardiaque [2].

 

Bonus : méfiez-vous de la grippe – influenza B

Vous êtes plus susceptible de faire une crise cardiaque si vous êtes déjà infecté par la grippe.

 

C’est le résultat d’une étude récente parue dans le New England Journal of Medicine [3].

 

En suivant 20 000 personnes, les chercheurs ont observé que la grippe multipliait par 6 le risque de crise cardiaque.

 

Il semblerait que cela concerne particulièrement les personnes âgées.

Les minutes qui font la différence entre la vie et la mort

Prenez bien note de tous ces symptômes. Notez aussi qu’ils peuvent apparaître ensemble ou séparément.

 

J’espère que ces informations pourront faire la différence pour vous, pour un proche, ou même un inconnu.

 

Si vous avez le moindre soupçon, foncez aux urgences.

 

Plus vous serez pris en charge tôt, meilleures seront vos chances de survie.

 

Bien à vous,

 

Eric Müller

Partager cet article

Repost0
7 février 2020 5 07 /02 /février /2020 18:49
NADAL CHAMPION DU MONDE DES RHUMATHISMES AUSSI

              ROYAL MONACO MEDECINE

Le champion du monde des rhumatismes

Un match de tennis, c’est littéralement plusieurs milliers de chocs au niveau du poignet, et encore bien davantage au niveau des genoux et des chevilles, sur une surface bien souvent dure comme du béton (quand ce n’est pas du béton) et avec en plus de violents changements de direction.

Pas étonnant donc que le champion du monde toutes catégories des douleurs articulaires, malheureusement pour lui, s’appelle Rafael Nadal. 

Depuis plus de dix ans, sa carrière est contrecarrée par de nombreux soucis musculaires et articulaires :

  • dès 2008, il doit manquer la fin de saison en raison d'une tendinite au genou droit ;
     
  • en 2011 c’est une inflammation des tendons péroniers, ceux qui sont situés au niveau du talon, qui l’éloigne des cours ;
     
  • en 2016 on détecte un syndrome de Hoffa. Il s'agit d'une inflammation très rare, et en principe peu grave, d’une boule de graisse située à l’arrière du genou, appelée "paquet adipeux de Hoffa" ;
     
  • en 2018, il a de nouveau des problèmes de genoux ainsi qu’une ténosynovite, une inflammation de la gaine des tendons qui peut affecter les mains ou les pieds. 
     

Dans ses conférences de presse, il parle souvent autant de sa santé que de tennis, et parfois même avec philosophie et humour.

Entre ces différents passages par la case convalescence, Nadal, souvent annoncé perdu pour le tennis, est parvenu à chaque fois à effectuer des comebacks spectaculaires. Au point de susciter des rumeurs de dopage qui ont conduit une ex-ministre française de la santé, Roselyne Bachelot pour ne pas la nommer, à être condamnée à 500 euros d’amende pour diffamation[4].

Comment parvient-il à se remettre sur pieds tous les six mois ?

Nadal, et ses docteurs, qui communiquent régulièrement sur ses traitements, mettent en avant deux techniques auxquelles ils ont eu régulièrement recours[5][6].

Le PRP, prometteur mais encore sulfureux

Dès 2012, Nadal est parmi les premiers à utiliser un traitement révolutionnaire et sulfureux : le plasma riche en plaquettes (PRP). Cette technique a d’abord été interdite par l’Agence mondiale antidopage, puis autorisée dans un cadre thérapeutique[7].

De quoi s’agit-il ?

Cela consiste à isoler dans le sang du patient les plaquettes contenant des facteurs de croissance (soit environ 4 % du volume du sang), puis à réinjecter ce concentré de plasma directement dans un tissu blessé, qui peut être une articulation, un ligament, un tendon, etc. Le but est d’accélérer la régénération du tissu.

Les recherches sur les animaux sont prometteuses. Outre le potentiel de guérison des tissus blessés ou enflammés, le PRP semble avoir des propriétés antibactériennes. Mais aucune étude concluante pour l’Homme n’est encore disponible[8].

Pour l’instant aucun protocole n’est établi, ce qui aurait permis de définir quels facteurs de croissance sont à privilégier, à quelle concentration, quel type de centrifugeuse employer, etc.

À noter que cette technique a été transposée à l’univers de la chirurgie esthétique, et rebaptisée, pour des raisons marketing, le Vampire Lift (le lifting du vampire, ce qui n’est pas très logique puisqu’à ma connaissance les vampires ne se mordent pas eux-mêmes)[9].

Je peux faire comme Nadal ?

Depuis quelques années, de nombreuses cliniques proposent des injections de PRP, notamment pour soigner l’arthrose.

Le volume de sang prélevé est celui d’une prise de sang classique (entre 15 et 20 ml), le sang est centrifugé pendant quelques minutes, et le sérum concentré en plaquettes est réinjecté par piqûre au niveau de la blessure ou de la lésion.

Une ou plusieurs injections sont recommandées selon les patients et selon les résultats, et tout ceci N’EST PAS remboursé par la sécurité sociale.

Répétons que ce traitement, s’il semble ne pas avoir d’effets secondaires et semble avoir souri à quelques grands sportifs (Tiger Woods, Neymar, Kobe Bryant, etc.) n’a pas encore fait ses preuves pour Monsieur Tout-le-monde.

L’électrothérapie : son traitement de fond ?

Ses médecins mentionnent fréquemment l’électrothérapie parmi les techniques auxquelles Nadal a recours[10] pour réduire ses douleurs tout en limitant sa consommation en médicaments AINS (antidouleurs-non-stéroïdiens).

L'électrothérapie désigne l’usage de l'électricité dans un but thérapeutique. Des courants de basse (60 - 200 Hz) ou très basse fréquence (<10 Hz) sont appliqués en surface de la peau entre deux électrodes appliquées sur la peau[11].

Cette approche est utilisée notamment pour le traitement de la douleur chronique.

Elle est très commune aux États-Unis et en Allemagne. Elle est plus connue généralement sous le nom de neurostimulation électrique transcutanée (NSTC), ou par son sigle anglosaxon TENS (Transcutaneous Electrical Nerve Stimulation).

Aucune hypothèse n’a pour l’instant été validée scientifiquement. L’hypothèse la plus avancée jusqu’à présent est que l’action contre la douleur serait due à une interférence entre les courants électriques et la conduction électrique du signal nerveux.

Les bienfaits empiriques de l’électrothérapie sont reconnus en France, et en 2009 la Haute autorité de la santé (HAS, devenue ANSM) a élargi à toutes les douleurs chroniques, sans précision, leur usage, tout en régulant strictement les modalités de mise en place pour pouvoir prétendre à un remboursement. À savoir la démonstration de l’efficacité du dispositif pour le patient au cours d’une phase de test[12].

Le patient doit, dans un premier temps, louer l’appareil, puis effectuer un suivi au cours duquel l’efficacité est mesurée (par une déclaration sur une échelle de douleur). Si l’évaluation est positive, le patient peut acheter l’appareil (qui coûte quelques centaines d’euros) et la CPAM rembourse une partie de l’achat[13]

Ceci explique sans doute que cette technique progresse lentement.

Une électrothérapie qui injecte un produit ?

Mais dans quelques pays, notamment l’Espagne, le principe de l’électrothérapie est utilisé pour injecter des molécules actives dans la peau.

Des patches contenant un produit, sont appliqués aux zones douloureuses, et un courant électrique est établi entre ces deux patches, à travers la peau. 

Dans la série des patches disponibles, on trouve par exemple des extraits d’harpagophytum, souvent utilisé comme anti-inflammatoire naturel, notamment pour les troubles articulaires, ou de l’arnica montana

Le principe est aussi utilisé en soins cosmétiques, avec par exemple du Kigelia Africana employé pour le contour des yeux, ou de la cannelle de Ceylan contre la cellulite.

Si vous êtes curieux, et si vous parlez espagnol, vous trouverez facilement des  exemples de cette approche sur Internet, en cherchant “iontoforesis” car c’est ainsi que les Espagnols appellent l’électrothérapie. 

Je rappelle qu’aucune étude ne vient pour l’instant valider l’efficacité d’une telle technique, et encore moins sa supériorité par rapport à une supplémentation orale des mêmes substances actives.

Envie de marcher sur les  traces d’un champion ?

Certes, ces approches encore peu orthodoxes semblent fonctionner pour Rafael Nadal… un patient pas comme les autres, suivi par une cohorte de médecins.

Rendez-vous dans quelques années, pour savoir si la médecine des tennismen aura montré la voie à la médecine de tout le monde, en matière de suivi des troubles articulaires.

 

P.S. : La question simple que vous pourriez vous poser aujourd’hui ?

Nadal, Federer ou Djokovic, il y en a bien un des trois pour lequel vous avez un petit faible ? Pourquoi celui-là ?


SOURCES
 

[1]https://journals.sagepub.com/doi/abs/10.1177/0363546511429278

[2]https://www.revmed.ch/RMS/2012/RMS-332/Activites-physiques-sport-et-arthrose

[3]https://www.revmed.ch/RMS/2012/RMS-332/Activites-physiques-sport-et-arthrose

[4]https://www.lemonde.fr/tennis/article/2017/11/16/roselyne-bachelot-condamnee-pour-avoir-accuse-rafael-nadal-de-dopage_5215879_1616659.html

[5]https://www.efesalud.com/los-medicos-descartan-la-cirugia-en-la-rodilla-de-nadal/

[6]https://www.protectia.com.ar/rafael-nadal-realizo-tratamiento-celulas-madre-rodilla/

[7]https://www.wada-ama.org/fr/questions-reponses/liste-des-interdictions-qr#item-393

[8] Kampa RJ, Connell DA. Treatment of tendinopathie : Is there a role for autologous whole blood and PRP injection ? Int J Clin Pract 2010;64:1813-23.

[9]https://marieclaire.be/fr/verdict-vampire-lift/

[10]https://www.tennisworldusa.org/tennis/news/Tennis_Interviews/5865/cotorro-weacuteve-categorically-ruled-out-surgery-on-the-tendon-for-rafael-nadal-/

[11]https://www.hug-ge.ch/sites/interhug/files/documents/tens_06_12.pdf

[12]https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2009-10/evaluation_tens.pdf

[13]http://sante.lefigaro.fr/article/douleurs-chroniques-avez-vous-essaye-l-electrotherapie-/

 

 

Partager cet article

Repost0
25 janvier 2020 6 25 /01 /janvier /2020 08:20

 

Chère lectrice, cher lecteur,

Vous avez sans doute entendu beaucoup de choses sur le curcuma.

On nous dit que c’est « l’épice de la longévité » des Indiens.

On nous dit que c’est une véritable panacée, capable de soigner presque tous les maux.

On nous dit qu’elle pourrait guérir l’arthrose, détruire les tumeurs, stopper l’inflammation, fortifier le cerveau ou encore lutter contre le diabète, les problèmes cardiovasculaires, les troubles digestifs…

On nous dit tellement de choses qu’on finit par se demander si tout cela ne serait pas exagéré.

En fait, il y a du vrai dans ces promesses… mais aussi du moins vrai.

Comment le curcuma est devenu la STAR des compléments

Le curcuma est utilisé en Inde depuis plus de 2000 ans : comme épice, mais aussi pour se soigner ou encore dans certains rituels sacrés.

Cette plante possède différents principes actifs (les curcuminoïdes), dont le principal est la curcumine, un pigment qui donne au curcuma sa couleur jaune vif.

Les scientifiques ont découvert 600 applications préventives et thérapeutiques pour la curcumine. Six cents !!!

Mais ne vous détrompez pas. Tous les bienfaits qu’on lui accorde ne sont pas validés par la science.

Voici les bienfaits « officiels » de la curcumine[1], reconnus par l’EFSA[2], Autorité Européenne de Sécurité des Aliments.

Ce sont les seuls qui sont scientifiquement attestés et acceptés par la communauté scientifique (méfiez-vous des compléments qui proposent d’autres allégations que celles-ci) :

  • Articulations : la curcumine contribue à la santé de articulations[3] et aide à maintenir la flexibilité des articulations
     
  • Système nerveux/équilibre mental : la curcumine soutient le fonctionnement du système nerveux et favorise un bon équilibre mental[4] [5]
     
  • Immunité : la curcumine aide à maintenir l’efficacité des défenses naturelles
     
  • Cardiovasculaire : la curcumine soutient la fonction cardiaque[6] et la circulation sanguine[7]
     
  • Peau : la curcumine aide à maintenir une peau en bonne santé[8]
     
  • Digestion : la curcumine contribue au confort digestif[9], aide à favoriser la digestion et soutient la fonction hépatique[10] et biliaire
     
  • Foie : la curcumine aide à maintenir la santé du foie
     

Mais ce n’est pas tout.

Toujours selon l’EFSA, le curcuma serait surtout réputé pour ses effets significatifs contre l’inflammation et l’oxydation

Or ces deux phénomènes seraient la cause de la quasi-totalité des problèmes de santé qui pourraient vous toucher[11]

… et c’est à cause d’eux que les maladies de civilisation sont en train d’EXPLOSER.

C’est à ces deux phénomènes que j’impute l’explosion des cas de maladies cardiaques, dégénératives, métaboliques…

Bref, toutes les épidémies qui sont en train de ronger l’humanité !

Le problème, c’est que de nombreux compléments à base de curcumine n’ont pas un centième des effets que je viens de mentionner.

Pourquoi ?

Votre curcumine ressort-elle… avec votre urine ?

Il y a de fortes chances que presque toute la curcumine que vous avalez finisse par ressortir… dans vos urines.

En effet, votre corps à beaucoup de peine à l’absorber, ceci pour plusieurs raisons :

  • La curcumine est très instable dans le pH intestinal
     
  • La curcumine présente un « profil pharmacocinétique » qui la rend difficile à acheminer jusqu’à vos organes
     
  • La curcumine est éliminée très rapidement par votre corps
     

Conséquence : plus 95 % de la curcumine classique sera évacuée avant qu’elle ait pu atteindre vos organes !

Vous vous rendez compte du gâchis !?

Cela signifie qu’en prenant 20 gélules de curcumine, c’est comme si vous profitiez pleinement des bienfaits… d’une seule gélule.

Vous comprenez donc qu’une bonne biodisponibilité est indispensable pour profiter vraiment des bienfaits de la curcumine.

Et les laboratoires ont en d’ailleurs fait leur principal argument marketing

Méfiez-vous de celui qui « crie » le plus fort

« 16 fois plus biodisponible ! 40 fois plus puissante ! 185 fois plus efficace ! »

Quand on écoute les fabricants, on se croirait au beau milieu d’un marché, à entendre les cris des vendeurs de poissons (« il est frais, mon poisson ! »).

Mais méfiez-vous, il se peut que ce ne soit QUE DU VENT (demandez-leur de citer des études scientifiques, ils seront bien embêtés de vous répondre).

Ces promesses peuvent être crédibles, mais à condition qu’elles s’appuient sur des recherches scientifiques.

Le vendeur doit spécifier pourquoi sa curcumine sera mieux absorbée par l’organisme.

Et il doit surtout prouver qu’il n’utilise pas d’ingrédients nocifs pour booster l’absorption de sa curcumine.

Et ça, c’est une autre histoire…

Si votre curcumine contient l’un de ces 5 ingrédients, changez-la !

J’ai répertorié des centaines de curcumines vendues en grandes surfaces, parapharmacies ou sur Internet.

Dans la plupart de ces produits, je retrouve quasi-systématiquement au moins un de ces 5 ingrédients particulièrement inquiétants.

En fait, je pense même que la plupart de ces ingrédients devraient être bannis. Voici ma liste noire. Si votre curcumine contient l’un ou plusieurs de ces ingrédients, je vous recommande de changer de formulation :

  • Le stéarate de magnésium est un « agent de circulation », c’est-à-dire qu’il empêche les différents composants d’un complément alimentaire de s’agglomérer… Mais il est aussi connu pour inhiber l’absorption de certains nutriments (notamment les vitamines B et C) dans votre système digestif. Vous comprenez qu’il est ridicule de risquer de telles carences en prenant de la curcumine !
     
  • Le polysorbate 80 est un additif connu pour engendrer diverses réactions allergiques. On l’utilise surtout pour stabiliser des formulations, mais certaines études pointent son rôle délétère sur le microbiote intestinal, indispensable à votre bonne santé. Il faut donc l’éviter tant que possible.
     
  • Le myristate d’isopropyle est un solvant organique utilisé pour accroître l’absorption des nutriments par la peau, qu’on déconseille traditionnellement chez les personnes qui souffrent de problèmes de santé et prennent des médicaments, car il pourrait accroître certains effets secondaires.
     
  • Le phosphate de calcium dibasique est un ingrédient classique des formulations de curcumine, dont on sait qu’il inhibe l’absorption de certains minéraux par le système digestif, un peu comme le fait le stéarate de magnésium pour les vitamines B et C.
     

Enfin, j’aimerais vous alerter sur le cas particulier du poivre noir associé à la curcumine. Son principe actif, la pipérine, est connu pour « améliorer la biodisponibilité de la curcumine[12] » – exactement ce qui nous intéresse !

Mais la pipérine endommage la paroi intestinale, et de fait, permet à la curcumine de la traverser plus facilement… mais aussi à TOUT ce qui passe dans vos intestins.

Cela inclut tous les éléments nocifs, comme les métaux lourds…

La curcumine ne devrait pas vous mettre davantage en danger que vous ne l’êtes déjà, avec tous ces polluants dans notre environnement immédiat !

Lorsque j'ai fait ces découvertes, je cherchais juste une curcumine de qualité pour ma famille et moi, mais je ne trouvais pas ce que je voulais.

C'est pourquoi j'ai décidé d'agir !

Qu'auriez-vous fait à ma place ?

Depuis mon enquête, je suis convaincu des bienfaits de la curcumine.

Son rôle pour une bonne santé est incroyablement vaste :

  • Elle préserve la santé de vos cellules : la curcumine a des propriétés antioxydantes. Elle combat l’oxydation, qui engendre le vieillissement de vos cellules, et les aide à maintenir une bonne structure
     
  • Elle soutient votre immunité et l’efficacité de vos défenses naturelles
     
  • Elle participe à la santé et à la flexibilité de vos articulations, grâce à son pouvoir de contrôle de la réponse inflammatoire
     
  • Elle soutient la fonction cardiaque et circulatoire… et a un effet bénéfique sur le métabolisme du glucose, qui est la source d’énergie de vos cellules
     
  • Elle améliore le fonctionnement de votre système nerveux et favorise l’équilibre mental
     
  • Elle participe à votre confort digestif et soutient les fonctions hépatiques
     
  • Elle maintient la bonne santé de votre peau

Partager cet article

Repost0
5 janvier 2020 7 05 /01 /janvier /2020 08:51
ROYAL MONACO MEDECINE: Attention aux aliments trop riches en sel

Attention aux aliments trop riches en sel

Les aliments les plus riches en sel sont la charcuterie (saucisson sec, jambon sec), les plats préparés, les bouillons (légumes ou viandes), les sauces, les condiments et certains poissons : la morue et les anchois.

Compte tenu de nos habitudes alimentaires, la plus grande partie du sel consommé provient en France d’abord du pain et les biscottes, puis de la charcuterie, des condiments et sauces, des plats cuisinés, des fromages, des soupes et potages, ainsi que des quiches et pizzas.

Un nutriment essentiel pour le corps

Utilisé pour rehausser le goût des aliments, le sel est déjà employé depuis le Moyen-âge pour sa capacité à augmenter la conservation des aliments et à limiter la multiplication des micro-organismes.

Ces propriétés sont toujours mises à profit par l'industrie agro-alimentaire, qui outre les incontournables additifs, ajoute du sel aux plats préparés afin d'améliorer le goût, l'aspect et la texture des aliments, ainsi que pour augmenter leur durée de conservation.

Le sel est nécessaire au fonctionnement de l'organisme.

Les minéraux qu'il contient, le sodium et le chlorure et un ensemble d’oligoéléments participent à la transmission des signaux nerveux ou encore à la contraction musculaire.

Les insuffisances d’apports en sel sont extrêmement rares.

Le sel est un aliment dont le nom scientifique est “chlorure de sodium” : il est composé à 60% de chlorure et à 40% de sodium. Le sodium est donc l’un des minéraux constituants du sel.

Le sodium joue un rôle important pour notre organisme.

Il permet le bon fonctionnement du système nerveux, en ouvrant les canaux dans lesquels passent les signaux électriques émis par les neurones.

Le sodium a également un rôle sur les cellules musculaires puisqu’il permet de déclencher la contraction des muscles et du cœur.

Le sodium régule aussi l’équilibre hydrique de l’organisme, en faisant fonctionner les reins qui filtrent l’eau du corps et participent à sa répartition.

Il permet de retenir l’eau à l’intérieur du corps, et ne de pas l’éliminer totalement par les urines.

Il aide enfin à réguler le volume sanguin et donc de la pression artérielle.

Une consommation de 4g de sel par jour suffit pour combler les besoins d’un adulte.

Et elle ne doit pas être inférieure à 2g/jour.

Les sportifs peuvent avoir un besoin supérieur.

En effet, ils transpirent lors de l’effort et perdent ainsi de l’eau et du sodium par les tissus de la peau.

Une carence en sodium peut alors engendrer des crampes après l’effort, de l’épuisement, une incapacité de bien se réhydrater et une diminution des performances.

Cela peut être fréquent en cas d’effort de longue durée et de fortes transpirations s’il n’y a pas compensation de la perte en sodium par une boisson adaptée ou s’il y a un excès d’hydratation à base d’eau seule.

Un danger tout de même bien réel

De nos jours, nous mangeons excessivement salé.

Nous consommons en moyenne 8 à 10g/jour de sel voire 13g, ce qui est bien trop élevé et ne peut générer que de lourdes pathologies.

  • Hypertension artérielle (HTA)

L’excès de sel favorise l’hypertension artérielle.

Lorsqu’on consomme du sel, cela engendre un phénomène d’appel d’eau, qui est attirée par le sel.

Ainsi, lorsqu’il est consommé en excès, le sel peut modifier les échanges d’eau dans l’organisme.

Les vaisseaux sanguins deviennent trop chargés en eau, le volume sanguin et la pression sanguine vont donc augmenter : c’est le début de l’hypertension artérielle.

L’hypertension elle-même peut favoriser à terme certaines maladies cardiaques, voire les accidents vasculaires cérébraux (AVC et anévrisme).

  • Cancer et ulcère de l'estomac

La consommation de sel et d’aliments salés augmente aussi le risque de cancer et d’ulcère de l’estomac.

En effet, le sel contribue à attaquer et endommager la paroi de l’estomac pouvant favoriser l’infection par une bactérie appelée Helicobacter pylori.

Elle est à l’origine d’une augmentation des risques d’ulcère et de cancer de l’estomac.

Par ailleurs, le sel nitrité, qui est utilisé comme conservateur dans de nombreuses charcuteries, est un composant reconnu comme favorisant les risques de cancer colorectal.

En bas : Sel noir

  • Carence en calcium

Enfin, la surconsommation de sel peut augmenter les carences en calcium.

En effet, l’excès de sel de table (chlorure de sodium) contribue à augmenter l’acidité du corps.

Lorsque l’alimentation est équilibrée, l’acidité est compensée par des composés dit “alcalinisant” présent en abondance dans les fruits et légumes.

Mais, si l’alimentation est déséquilibrée et que l’organisme reçoit davantage de charges acides qu’il ne peut en éliminer, il va devoir puiser dans ses propres réserves de minéraux alcalins (magnésium, potassium, etc.).

Lorsque cette acidité est importante et chronique, le corps va devoir aller jusqu’à puiser dans ses réserves de sels de calcium qui se trouvent dans les os.

Le calcium libre est ensuite éliminé via les urines, ce qui peut conduire à une fragilisation des os et favoriser les fractures à long terme.

C’est particulièrement problématique chez les adolescents dont le capital osseux est en formation et chez les femmes après la ménopause puisque cette carence augmente les risques d’ostéoporose.      

Comme toujours, portez-vous bien !

Dr Jean-Pierre Willem

Partager cet article

Repost0
31 décembre 2019 2 31 /12 /décembre /2019 18:21
Sanremo - 46° CIMENTO INVERNALE

46° CIMENTO INVERNALE

 

 

            Domani, martedì 1° gennaio 2019, alle ore 10.30, presso i “Bagni Tahiti” di Sanremo (Passeggiata Vittorio Emanuele II), avrà luogo il tradizionale “Cimento Invernale”.

 

            Il “Cimento Invernale”, giunto alla sua 46ma edizione, è organizzato dalla Canottieri Sanremo ASD con il Patrocinio del Comune di Sanremo.

 

            Tutta la cittadinanza ed i turisti sono invitati a partecipare a questo tradizionale ed immancabile appuntamento per iniziare il “Nuovo Anno” (2019) in allegria.

 

            Grati se vorrete dare particolare risalto alla notizia, provvederemo in seguito a farVi conoscere l’esito della … “nuotata”!!!

 

            Auguri a tutti di Buon 2019!

 

                                                                                                         Il Comitato Organizzatore

                                                                                                          Canottieri Sanremo A.S.D.

 

Partager cet article

Repost0
29 décembre 2019 7 29 /12 /décembre /2019 09:06
MACA DU PERU

MACA DU PERU

5 aphrodisiaques naturels pour une sexualité épanouie

Chère lectrice, cher lecteur,

Ne soyons pas pudiques et disons les choses clairement : le sexe est excellent pour la santé.

Tous les médecins le savent, et si vous leur demandez, ils le disent.

Le sexe est une célébration de la vie, aussi subtile et intense que la vie elle-même.

Nous avons tous intérêt à profiter des plaisirs charnels, quel que soit notre âge.

Vous manquez d’énergie ?

Vous manquez d’envie ?

Eh bien, vous n’avez peut-être pas encore tout essayé !
 

Les 5 aphrodisiaques fondamentaux


Pour remettre un peu de piment dans votre vie de couple, voici 5 solutions naturelles hyper efficaces : 

1. Le gingembre

Il augmente significativement la production de testostérone1, qui peut faire défaut avec l'âge.

Et vous le savez sans doute, mais c'est justement cette hormone qui donne à vos compagnons leur vigueur sexuelle.

Sa réputation d’aphrodisiaque est donc nullement usurpée !

Et ce n'est pas la seule vertu du  gingembre.

C’est aussi un puissant antioxydant.

  • Ses propriétés anti-cancer sont actuellement à l’étude,

  • Il réduit le risque de maladies cardiovasculaires et de diabète2.

Donc, même si vous faites partie de ceux qui trouvent que cette racine a « un goût de savon »,vous avez tout intérêt à essayer quand même. 

Je parie que lorsque vous verrez le résultat, vous aurez tout de suite moins de mal avec le gingembre. 

2. La maca

Appelée aussi « ginseng péruvien », la maca est le secret des Incas pour une performance sexuelle optimale !

Il a été prouvé que la maca augmentait nettement le désir sexuel, chez les hommes comme chez les femmes ménopausées.

Il n’agit pas sur la mécanique, mais dans la tête directement. 

Or c’est dans la tête que naît le désir !

L’étude de référence3, qui analyse plus de 75 travaux scientifiques, a noté :

  • une augmentation du volume du sperme ;

  • et une hausse de la mobilité des spermatozoïdes après 4 mois de cure !

Par ailleurs, la maca semble être un tonique efficace, et un hypotenseur précieux grâce à sa haute teneur en potassium.

C'est donc un atout de santé qui améliore l'état général des populations qui en consomment.

3. Le ginseng

Doit-on encore présenter cette racine phare de la médecine chinoise ?

Le ginseng est un remède très efficace contre l’impuissance, et cela a été prouvé par de nombreuses études.

Selon l'un d'entre elles4, le ginseng pourrait : 

  • accroître la libido, l’endurance et l’intensité sexuelle,

  • donner des érections plus puissantes et plus durables,

  • augmenter la production du sperme et l’activité des spermatozoïdes, ce qui conduit à un taux de fécondité plus élevé.

Le ginseng protège également les testicules des attaques chimiques fréquentes auxquelles elles sont sujettes, à cause de la pollution et de l’alimentation industrielle.

Messieurs, le ginseng représente un idéal pour donner un coup de fouet à votre sexualité, si vous voulez continuer à profiter des plaisirs de la vie après 60 ans.

4. Le zinc

Le zinc est le composant essentiel de votre hippocampe et de votre prostate.

Il est indispensable à la santé de vos testicules, et plus généralement à l’équilibre hormonal masculin.

  • Il a un impact direct sur la libido, la fécondité et la santé sexuelle masculine. 

  • Il améliore la qualité de votre sperme,

  • Il renforce votre système immunitaire,

  • et il est antiseptique.

Mais où trouve-t-on du zinc ?

Dans les huîtres, les œufs, et tous les fruits de mer.

Si vous ne pouvez pas mangez ces aliments, vous pouvez toujours prendre du zinc en compléments alimentaires (je vous en indique plus bas).

5. Le miel

Prisé par les Egyptiens dès l’Antiquité, il semblerait que le miel améliore la fertilité5

Déjà, parce qu’il apporte de fortes doses de vitamines, de minéraux et d’acides aminés, notamment la vitamine B indispensable à la production de testostérone.

Il contient également du monoxyde d’azote dans des proportions non négligeables, ce qui favorise l’érection.

D’autres solutions rapides et goûteuses

Les épices, en plus de relever le goût de vos plats et d'être de puissants antiseptiques et antibactériens, auront un effet important sur votre sexualité.

Cannelle, safran, vanille, clou de girofle, coriandre, moutarde, et bien entendu le piment (si votre estomac le supporte, bien sûr).

N'hésitez pas à en ajouter à vos plats et observez le résultat sur votre couple. 

Enfin, il existe un remède parfaitement naturel, à base de zinc, d’algues et de crustacés, qui permet de compenser l’inévitable perte de testostérone de 2% par an chez l’homme (dès 30 ans).

Il s'appelle l’androboost. Je le recommande régulièrement chez les hommes qui à la cinquantaine commencent à accuser le coup (sexuellement parlant), au même titre que leurs femmes avec la ménopause. 

Donnez-moi des nouvelles et faites-vous plaisir !

Dr. Thierry Schmitz

Partager cet article

Repost0
18 décembre 2019 3 18 /12 /décembre /2019 14:59
MENTON: BAIN DU NOUVELAN

BAIN DU NOUVEL AN

Dimanche 5 janvier 2020 à 11h

 

Plage des Sablettes

 

Inscriptions sur place à partir de 9h30

 

***

 

Organisé par le service des Sports de la ville de Menton, avec l’aide du Centre Nautique de l’Office de tourisme, le traditionnel « BAIN DU NOUVEL AN » se déroulera le dimanche 5 janvier 2020 sur la plage des Sablettes (devant la salle polyvalente de Menton Plus)

L’édition de 2019 a battu tous les records avec plus de 220 nageurs qui ont bravé la fraicheur de l’eau pour faire trempette dans la Méditerranée sous un grand soleil !

Les personnes souhaitant participer à cette manifestation pourront s’inscrire gratuitement sur place à partir de 9h30, le bain débutera à 11h.

 

Chaque courageux participant recevra un tee-shirt de l’événement ainsi qu’un bonnet de noël.

 

Contact

Service  des Sports

Mairie de Menton / 0492 10 50 48

 

Partager cet article

Repost0
17 décembre 2019 2 17 /12 /décembre /2019 07:59
ROYAL MONACO MEDECINE: COMMENT REGULER SON TRANSIT

Comment réguler son transit

Chère lectrice, cher lecteur,

La constipation...Certaines personnes prennent ce problème à la légère . 

“ ce n’est pas très grave”...

”Je suis mal à l’aise mais bon, ça passera”...

Et pourtant... 

  • Pensez-vous que des matières fécales en suspension dans l’intestin n’aient aucun effet sur notre santé ? 
  • Ne pensez-vous pas qu’elles puissent irriter la paroi de l’intestin ? Et laisser passer toutes sortes d’éléments dangereux ?
  • Savez-vous que la constipation n’est pas la cause mais la conséquence d’un problème intestinal beaucoup plus grave ? (Je vous explique cela juste après).

Lorsque l’intestin est obstrué, son encrassement impacte tout l’organisme et aussi notre façon de penser, de réagir, de vivre :

  • Le moral est en berne, vous êtes irascible, de mauvaise humeur [1].
  • Vous êtes beaucoup plus sensible aux problèmes hivernaux [2].
  • Vous devenez allergique ou intolérant à certains aliments [3].
  • Votre système immunitaire est tellement saturé que vous développez de l’arthrose, des tendinites [4], des migraines.

Le problème n° 1 des seniors

n’est pas l’arthrose

La constipation qui augmente avec l’âge s’explique très simplement parce que les muscles de notre intestin vieillissent en même temps que nous. Leur capacité à expulser les selles diminue. 


Mais le problème numéro 1 des séniors : c’est la déshydratation. 


C’est là que la constipation trouve son origine. 


C’est le problème n°1.


La déshydratation, c’est la constipation assurée, avec son cortège de crampes et de fatigues à répétition.


Mais pourquoi buvons-nous moins quand l’âge avance ? 

Parce que plus nous vieillissons, moins la sensation de soif est forte. 


Or, avec des apports en eau plus faibles, les aliments digérés deviennent plus secs, puisque l’organisme va puiser en eux l’eau qu’il ne reçoit pas par ailleurs. 


La digestion devient donc plus longue et plus laborieuse. 


Les selles deviennent plus sèches et plus compactes. 


Comme les muscles de l’intestin travaillent plus, la fatigue vient plus rapidement. C’est le coup de barre assuré !


Et finalement, c’est la constipation qui s’installe.


Alors mon premier conseil pour éviter ce cauchemar est finalement très simple : il est important de boire tout au long de la journée, de régulièrement s’hydrater surtout pendant les repas. Un thé le matin, deux verres d’eau à midi, un verre d’eau le soir, c’est le strict minimum.


C’est un problème qui est facile à résoudre, n’est-ce pas ? Il suffit de s’astreindre à boire ré-gu-liè-re-ment


Pourtant, cela ne résout pas le vrai problème, à partir du moment ou votre intestin est devenu une passoire qui laisse tout passer, en particulier les éléments pathogènes.

 

Là est le paradoxe, le fait que l’intestin se comporte comme une passoire peut créer de graves soucis, notamment la constipation ou son inverse la diarrhée.

Quand l’intestin devient une passoire

Notre intestin est un tube long de 7 mètres.

Nous savons tous qu’il sert ...à digérer !

D’accord. 

Sauf que...il n’y a pas que l’intestin qui assure la digestion.

En effet, il est littéralement colonisé par des milliards de bactéries, de champignons voire de virus. La majorité d’entre eux est sans dangerosité aucune. Au contraire, ils ont pour fonction d’aider à la digestion

Ces milliards d’aides forment le microbiote (ou flore intestinale). Ce microbiote va jouer un rôle fondamental dans l’information qui passe de l’intestin vers le cerveau. 

Ce microbiote est situé sur toutes les villosités de la paroi de l’intestin, ces minuscules petits creux où s’engage un combat titanesque à l’échelle microscopique pour ne pas laisser passer les mauvais nutriments, ceux qui sont pathogènes.

La paroi de l’intestin est donc perméable pour laisser passer les bons nutriments qui ont été divisés, séparés, triés par le microbiote, les sucs gastriques et la bile. C’est ainsi une énorme gare de triage avec son système de commandement autonome. Il a son propre cerveau car il possède 200 millions de neurones directement reliés au “vrai” cerveau ainsi que son propre système nerveux autonome. 

L’idée que la membrane de l’intestin puisse être perméable est connue et bien acceptée.

Mais ce qui l’est moins, c’est le fait que cette porosité physiologique puisse être gravement perturbée par différents facteurs. 

Et ce qui l’est encore moins, c’est que la perte de l’intégrité membranaire de l’intestin puisse entraîner des déséquilibres immunitaires directement responsables de la survenue de maladies auto-immunes et dégénératives chroniques comme la maladie de Crohn.

L’hyper-perméabilité intestinale, l’inconnue de l’équation “intestin + digestion =... ”

De la qualité de la membrane intestinale dépend sa capacité à filtrer les molécules : c’est-à-dire à laisser passer les bons nutriments et rejeter les mauvais.

Or, plus la membrane intestinale est sollicitée plus elle est perméable et plus l’organisme a des chances de s’intoxiquer

Ce sont les jonctions serrées, situées entre chaque cellule de la membrane intestinale qui assurent l’intégrité de cette même membrane.

Regardez le schéma ci-dessous, il représente un agrandissement de la paroi intestinale. A gauche, une paroi “saine” avec des jonctions serrées en ordre de marche. A droite, les jonctions serrées sont défectueuses, la paroi intestinale ne remplit plus son rôle et les agents pathogènes franchissent la barrière intestinale avec les bons nutriments. C’est ce qu’on appelle une hyper-perméabilité intestinale où l’intestin est devenu super-perméable.

Image
Image
Image

Or, rien n’est plus facile que de rompre cette étanchéité :

  • médicaments,
  • déséquilibre acido-basique,
  • sport intensif,
  • stress,
  • aliments industriels,
  • flore intestinale déséquilibrée,
  • régime alimentaire déséquilibré,
  • inflammation de l’organisme,
  • rayonnement ionisants,
  • perturbateurs endocriniens.

Multiples sont les causes qui participent à transformer votre intestin en passoire


Il laissera passer même les aliments qui devraient être normalement éliminés :

  • fragments d’aliments incomplètement dégradés ;
  • toxines bactériennes ;
  • champignons comme le Candida albicans qui se multiplient à l’infini.

Le système immunitaire livre alors une guerre sans merci contre ces éléments indésirables. Il vide très rapidement son stock d’antioxydants et autres combattants. 


En réalité, c’est une cascade d’évènements qui se produit à l’intérieur de l’organisme, à commencer par une augmentation massive du stress oxydatif. 


Le foie lui-même sature et ne joue plus son rôle car le sang, filtré par cet organe, transporte les bons nutriments mais aussi les mauvais éléments. Et quand il y a trop d’éléments “mauvais” le foie sature. Il ne joue plus son rôle de filtre anti-poison.


Toutes sortes de problèmes apparaissent alors, petit à petit [5]: 

  • plus grande sensibilité aux allergies ;
  • plus grande sensibilité aux problèmes liés au froid ;
  • des troubles musculaires et articulaires à répétition [6];
  • troubles du sommeil, fatigue [7], migraine ;
  • démangeaisons anales et vaginales.

La micronutrition connaît la solution pour résoudre ce problème : il faut refermer les jonctions serrées de l’intestin qui sont desserrées. 


C’est pourquoi j’ai une bonne nouvelle pour vous. 


Car un nutriment méconnu remplit parfaitement ce rôle : c’est la L-glutamine.

La glutamine, alliée majeure

des entérocytes

La L-glutamine est un acide aminé, naturellement présent dans l’organisme et...l’ananas. Elle est surtout connue des adeptes de la musculation pour sa capacité à améliorer la prise de masse musculaire car, comme tout acide aminé, c'est un constituant naturel des protéines.


Et de fait, on trouve essentiellement cet acide aminé dans les muscles et le sang.


Notre organisme utilise la glutamine apportée par l’alimentation mais il est capable d’en fabriquer lui-même en fonction de ses besoins. Elle peut être produit à partir de l’acide glutamique, de la valine et de l’isoleucine (par transamination).


La glutamine est surtout le carburant de base [8]:

  • des globules blancs, les gardiens de notre système immunitaire ;
  • et des entérocytes, qui sont les cellules de la paroi intestinale. 

C’est pourquoi un manque de glutamine (dû à une infection par exemple) peut avoir pour conséquence immédiate :

  • l’atrophie de la muqueuse intestinale (l’intestin réduit de taille) ;
  • et l’hyperperméabilité intestinale.

La glutamine est aussi très présente dans le sang. Malheureusement elle s’épuise en quelques minutes [9]. C’est pourquoi l’organisme a besoin de se renouveler très régulièrement en puisant dans les zones de stockage de la glutamine (les muscles, l’intestin).

 

Les jonctions serrées de l’intestin ont elles aussi besoin de glutamine [10]. 


Lorsqu’elles se desserrent, c’est parce que la glutamine qui les lie est de moins en moins présente.


Le simple fait de prendre de la glutamine va naturellement aider les jonctions anormalement desserrées à se resserrer [11]. Mais il lui faut comme un contrepoids pour lui permettre d’être bien assimilée.

Psyllium, l’éponge végétale

de votre intestin

Image

Il existe des graines, originaires d'Inde, qui agissent comme un puissant évacuant naturel : le psyllium (Plantago ovata). 

En effet, le psyllium agit de manière mécanique pour ramollir les selles chez les personnes constipées.

La fibre de psyllium agit comme une éponge. Elle se mélange aux aliments et forme ainsi un gel qui retient une forte quantité d’eau, contrebalançant la déshydratation au sein de l’intestin. 

La Danish Medicines Agency est la première agence de santé sanitaire à reconnaître le psyllium en 1996.

En Allemagne La Commission E (le conseil consultatif scientifique allemand) conforte l’avis des Danois en recommandant l’usage du psyllium pour lutter contre la constipation chronique et le syndrome du côlon irritable. Elle le conseille aussi afin de faciliter le transit et de ramollir les selles en cas de grossesse, d’hémorroïdes ou de fissures anales.

En 2017, l’ESCOP (European Scientific Cooperative on Phytotherapy) le préconise pour combattre la constipation chronique, le syndrome du côlon irritable mais aussi l’hypercholestérolémie [12].

Enfin, L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) consacre le psyllium en le rajoutant à sa monographie sur les plantes médicinales [13].

Evidemment, le psyllium ne va pas remplacer les fibres apportées dans l’alimentation. 

Le psyllium va agir à deux niveaux dans l’intestin :

  • il régule le transit intestinal, en ramollissant les selles ;
  • il préserve l’intégrité des jonctions serrées. Il aide ainsi à maintenir un bonne santé intestinale en maintenant une fonction barrière.

Le duo gagnant de votre transit intestinal

Une étude datant d’avril 2017 [14] a démontré de façon incontestable la complémentarité des fibres de psyllium et de la glutamine :

  • la glutamine va agir sur la barrière intestinale ;
  • le psyllium va, quant à lui, jouer un rôle dans la musculature de l’intestin, essentielle pour réguler le transit et la fréquence des selles.

De ce fait, vous rééquilibrez le transit dans votre intestin. Cependant, prendre ces produits ne suffira pas car il vous faut adopter une véritable hygiène de vie qui passe d’abord par une bonne hydratation. 

Il faut “boire, boire, boire” !

Le programme qui sonne l’heure de la libération du transit intestinal

Le programme qui sonne l’heure de la libération du transit intestinal

Avec mes équipes nous avons créé un programme très simple à suivre pour vous aider dans votre libération intestinale :

  • La première étape - je vous l’ai dit plus haut - il faut vous hydrater : au moins 1,5 litre d’eau par jour, répartis sur toute la journée. 
  • La deuxième étape est de rétablir une alimentation équilibrée. Préférez des légumes et des fruits bio, car ils ne contiennent pas de pesticides (potentiellement cancérigènes) et de conservateurs (antibactériens et antifongiques qui modifient votre flore intestinale). Diminuez les laitages à base de lait de vache. Stoppez sucreries et alcool. Evitez toutes les mauvaises graisses trans (comme celles des pâtisseries industrielles). En mangeant des fibres comme celles de la betterave, vous allez contribuer à augmenter le volume des selles.
  • La troisième étape : forcez-vous à refaire de l’exercice quotidien, il faut sortir au moins une demi-heure par jour : marchez dans la rue ou en pleine nature, occupez-vous de votre potager si vous avez la chance d’en avoir un, faites du sport dans la mesure du possible !

Ça, c’est la base pour ne plus être constipé.

Partager cet article

Repost0
15 décembre 2019 7 15 /12 /décembre /2019 17:17
CANNES:Dr.DANA YORK : Professeur Honoris Causa du Collège Dentaire PMS de l'Université du Kerala, dirige le cours-diplôme en laser.

Dana York et le Laser : Un parcours hors norme
Dana York, professeur  Honoris Causa du collège dentaire PMS de l'université du Kerala, le docteur Dana York dirige  prépare les personnes à l'obtention d'un diplôme en laser préparé lors des cinq dernières  années. Pour y parvenir, le chirurgien de parodontologie a décroché un master en Science biophysique & Biotechnologie Cellulaire et une Doctorat in Parodontologie Laser. L’Américaine a siégé au conseil de rédaction de l'association international de photothérapie au Japon tout en étant membre de la Royal Society de Médecine. Ce là lui a permis d'avoir une importante activité sur les plans clinique, recherche et découverte. Sa recherche clinique a débuté en 1992 ce qui lui a permis de convertir la spéculation théorique en traitement parodontal fondé sur des évidences spécifiques. Et de les faire paraître en tant qu'auteur dans des revues scientifiques tout en étant conférencière. Un travail qui lui a notamment permis de décrocher en 2002 et 2015 le grand prix de recherche pour l'académie international du laser en médecine et chirurgie. Mais aussi récompensée par le prix de la meilleure recherche lors de la conférence de l'académie internationale de Laser en médecine et chirurgie à Florence ( Italie). Actuellement, Dana a sa clinique dentaire et esthétique à Cannes (France), est membre actif au Lions club international et présidente de l'association européenne du Laser médical. Avec toujours comme objectif: " l'amour et la passion pour sa profession tout en réparant le Monde"-
Gilles Massé 

Des son enfance, Au cœur de la Famille York, la peinture, c’est une affaire d’ADN. Inévitablement, la petite Dana ne pouvait déroger à la tradition familiale. Pinceaux en mains, et rêves en tête, elle arpente dès l’enfance, le chemin sinueux, mais au combien précieux, de l’expression artistique sous toutes ses formes. Car du piano à la peinture, pour Dana, il n’y a qu’un pas à franchir, qu’une note à jouer…

C’est en étudiant l’histoire ancestrale de la Ketouba que le déclic va se produire. L’insatiable processus créatif de Dana York s’emballe aussitôt face à ces fascinants contrats de mariage hébraïques où enluminure et calligraphie s’allient avec poésie pour entériner la plus belle des promesses….

Littéralement envoûtée par cet art traditionnel de l’Ecole de peinture du 17e siècle, l’artiste observe et analyse formes, volumes, substances, et techniques, sillonnant ainsi la planète de l’Italie à l’Allemagne, en passant par l’Iran… L’art ne connaît pas de frontière.

Captivée par la lumière, elle opte pour l’art de la peinture inversée et choisit de s’exprimer sur des panneaux de verre ou de Plexiglas. Et qu’importe si la virtuosité de la technique en fait une des expressions les plus vigoureuses de l’art ! Si certains voient dans l’œuvre de Dana York une relecture inspirée de l’école vénitienne, d’autres se sentent comme happés par son interprétation personnelle de ces Ketouba, richement ornées de dorures, d’écritures, et d’images symboliques.

Toujours en quête de nouvelles sensations, le désir de nouveauté se fait sentir chez l’artiste en 2015… Elle quitte alors ce New York qui l’a vu grandir, pour le soleil de la Côte d’Azur, lui insufflant un nouveau traitement des couleurs où s’invitent le bleu pastel, les tons métalliques, le vert émeraude ou le jaune éclatant.

De toute évidence, le bonheur est inspirant pour l’artiste new-yorkaise. Si les œuvres de Dana York placent le ressenti et l'émotionnel, au cœur de la toile, prenant presque le pas sur la technique, on retrouve dans son travail, un étonnant et audacieux mélange de tradition et de modernité ! Un nouvel art moderne inspirant Amour, Tolérance et Paix.  

AWARDS:

Prix Leonardo da Vinci, Florence Italy

https://www.artprice.com/artist/839901/dana-york

Drouot Digital Vente  http://www.drouotonline.com/

2019 Prix: Miquelangelo Award, in Rome, Italy; 

2019 Best Artist of the Year 2019 Prix Mantua, Italy;

2018 Prix : Caravaggio Award Milano, Italie

2019 Cote Akoun 7000 Euros for 50/65 cm

2018 Prix Art & Design Magazine, Prix de la Rédaction, Paris France

2018 Prix du Jury Exposition, Art & Design Magazine, Paris France

2018 Member of The Academy of Art Science & Letters, Médaille D’Argent

2018 Prix du Jury Salon des Artiste de Monde Cannes, Cannes, France

2018 Miramar, Îles de le Reines Association, 2me Prix

2018 Prix Salmagundi Art Show, Samuel Leitman Mémorial Prix, Certificate of Merit, New York New York, USA;

Japan Show, Special Mention, Gallery Tuiellier, Tokyo, 2019

 
 
 

Partager cet article

Repost0
6 décembre 2019 5 06 /12 /décembre /2019 08:29
LA POMME: ALIMENT OU MEDICAMENT? MANGEZ DES POMMES...BIO

La pomme, le fruit par excellence

D’un point de vue botanique la pomme est un faux fruit.

Les botanistes considèrent que le vrai fruit est uniquement issu du pistil de la fleur. Mais la pomme est un fruit complexe. Elle est le résultat d’un mélange d’organes : le réceptacle du fruit et le fruit se sont mêlés.

Et cela donne, la pomme.

Au Moyen Âge, on parle de la “pume” ou de “poma”. Et ces expressions désignent le fruit par excellence, d’où les mots pomme de pin et la pomme de terre…(3)

Evidemment, c’est aussi le fruit défendu. Celui que Eve tandit à Adam dans la Bible, que tous deux mangèrent, ce qui constitua la faute originelle et le début de l’Occident…

Cela n’a pas empêché les moines d’antan de cultiver des pommiers et d’étendre ainsi leur culture.

En en trouve aujourd’hui dans toute la France, et un peu partout dans le monde. Détail intrigant : la Chine est le premier producteur de pomme au monde avec près 40 000 tonnes de pommes récoltées tous les ans. Elle assure à elle seule 50% de la production. Les Etats-Unis, deuxième pays producteur, arrivent loin derrière avec 5%...

L’Empire du Milieu n’est donc pas que l’usine du monde, c’est aussi l’un de ses vergers. Reste à savoir comment ces pommes sont produites, nous y reviendrons…
 

LA POMME: ALIMENT OU MEDICAMENT? MANGEZ DES POMMES...BIO

Aliment ou médicament ?

Saviez-vous que le mot pommade vient de poma, la pomme en italien ? Cela serait lié au fait qu’autrefois l’on fabriquait des onguents à base de pomme d’api, une pomme un peu spéciale. Elle est petite, d’un rouge vif et blanche, toute ronde et aplatie (3).

La pomme est par ailleurs riche en polyphénols et en quercétine en particulier (4). Ce sont de puissants antioxydants. Ils ont une action efficace sur les virus. C’est pourquoi la pomme est une excellente alliée pour préparer l’hiver. Elle vous permet de vous armer contre les sinusites, rhinites, maux de gorges et autres joyeusetés de la saison froide.

La pomme est aussi antibactérienne (4).

Elle est par ailleurs riche en vitamines C, B (riboflavine, thiamine et B6) et également en vitamines E et K (5,6).

Et les bienfaits de la pomme ne s’arrêtent pas là.

Riche en fibres, elle est excellente pour votre microbiote. Elle favorise une digestion apaisée (7). Elle serait par ailleurs plutôt alcalinisante. Cela veut dire qu’elle rend le pH de l’intestin moins acide.

À une époque où la plupart des aliments sont acidifiants, la pomme est donc une bénédiction !

Elle contient également beaucoup d’eau et de minéraux. Elle vous hydrate.

Elle est reconnue comme aliment coupe faim (7,8). 

Et les maladies ?

La pomme est un sujet d’étude dont les chercheurs sont friands. Et ils lui ont trouvé de nombreuses vertus pour accompagner certaines pathologies ou améliorer des facultés humaines.

La pomme permettrait (5) :

  • d’améliorer la santé neurologique ;
     
  • de prévenir la démence ;
     
  • d’atténuer les effets de la maladie d’Alzheimer ;
     
  • de réduire l’obésité ;
     
  • de réduire les risques cardiaques ;
     
  • de réduire les risques de diabète ;
     
  • de prévenir le cancer du sein.
     

En revanche les pépins de pomme contiendraient du cyanure en petite quantité. Mieux vaut éviter de les consommer… (5).

Quelles pommes faut-il consommer ?

Je n’entrerai pas ici dans le débat des variétés. Elles sont trop nombreuses. Prenez celles que vous aimez !

En revanche, mangez-les bio, absolument. Car les vergers sont souvent ultra traités. On retrouve des traces de glyphosate dans tous les fruits conventionnels.

Et les pommes sont parmi les fruits les plus contaminés (9) !

Par ailleurs, les pommes sont conservées de longs mois dans des hangars au dessus de bacs d’acide. Donc, surtout, surtout, prenez-les bio.

Et ne me dites pas qu’en les épluchant, vous vous préservez, lorsqu’elles ne sont pas bio.

D’abord, parce que tout ce qui est bon dans la pomme, les polyphénols, les minéraux, les vitamines, se trouve essentiellement sous la peau ; et ensuite parce que les produits chimiques épandus au pied des arbres pénètrent les arbres et donc la pomme !

Enfin, si l’intoxication ne vous fait pas peur, dites-vous que les pommes d’aujourd’hui, cultivées en agriculture conventionnelle ont perdu l’essentiel de leur teneur en vitamines et en minéraux. Elles en contiendraient 50 fois moins qu’en 1950 (10).

Cela en raison des engrais et des sols dénaturés.

Donc, une fois de plus, pour la pomme, optez pour le bio et le local, et s’il y en a dans votre jardin que vous ne traitez pas, c’est encore mieux !

Faut-il les faire cuire ?

Les pommes peuvent faire d’excellent desserts, des tartes, des gâteaux, des compotes…

Elle peuvent aussi accompagner certaines viandes, le boudin noir par exemple.

Tout cela est très bien.

Il n’empêche, la meilleur pomme reste celle que vous mangerez crue et bio ou cueillie dans le jardin de votre grand-mère. Celle-là vous mènera loin et en bonne santé !

Naturellement vôtre,

Augustin de Livois

Partager cet article

Repost0
4 décembre 2019 3 04 /12 /décembre /2019 19:44
Plus de douleurs! Un espion anglais découvre une personne qui ne sent pas la douleur

Un espion anglais découvre une personne qui ne sent pas la douleur

Cher membre d’Olliscience,

 

Un bel acteur britannique, le KGB, des pétrodollars, une James Bond Girl française à couper le souffle… La saveur des films de James Bond réside d’abord dans le rôle du méchant.

 

En effet, le réalisateur à l’imagination débridée a créé un adversaire hors norme à l’agent britannique, un ignoble terroriste anarchiste russe totalement insensible à la douleur.

 

Ce dernier a survécu à une balle dans la tête, mais elle est restée dans une position où elle ne peut pas être retirée. Pour cette raison, il se dit « déjà mort ».

 

Petit à petit, il perd le sens du goût, l’odorat et surtout… il ne ressent plus la douleur. Cela ne l’empêche pas d’ailleurs de rester sadique avec notre espion !

 

Dans cette lettre, je ne vous parlerai évidemment pas de la balle restée dans la tête mais de la possibilité de supprimer la douleur.

Vous n’avez pas besoin d’une balle dans la tête pour couper vos sensations

Si vous pensiez que c’était l’invention d’un réalisateur en manque d’imagination, détrompez-vous. Des scientifiques autrichiens viennent de découvrir la substance qui transmet la douleur à votre cerveau.

 

Ils l’ont nommé la « substance P ». Il suffirait de la bloquer pour ne plus sentir la douleur.

 

Je vous explique dans un instant, comment elle pourrait servir à ceux qui souffrent de problèmes articulaires ou musculaires.

 

Dans le cas de l’adversaire de l’espion de Sa Majesté, la balle a surement coupé la zone du cerveau qui centralise les informations remontées par la substance P.

Avez-vous déjà imaginé votre vie sans douleur ?

Imaginez pouvoir vous déplacer, monter les escaliers sans aucune gêne. L’arthrose serait loin. Vous reprenez les activités que vous aimez. 

 

Imaginez pouvoir jardiner pendant des heures à genoux sans aucun problème au dos ou aux genoux. Vous pourriez reprendre le sport en toute tranquillité et sans risque de douleur musculaire.

 

C’est sans crainte que vous pourriez prendre vos petits-enfants dans vos bras. 

 

Imaginez pouvoir planifier de longs trajets, des vacances en voiture ou même en avion à l’autre bout du monde sans aucune appréhension. 

 

Sans douleur, vous n’avez ni maux de dos, ni migraine. Les douleurs articulaires dans les genoux les hanches, le cou, les pieds ou les chevilles disparaissent. Vous pouvez enfin profiter de la vie. 

 

Et comme vous n’êtes plus diminué par les douleurs, vous vous sentez mieux dans votre tête. 

 

Votre entourage recherche votre compagnie car vous êtes joyeux, confiant, souriant. On vous invite plus souvent et on vous demande le secret de votre métamorphose. 

 

Vous voyez la vie sous un jour nouveau, vous montez des projets, vous êtes plein d’enthousiasme. 

 

C’est ça une vie sans douleur, sans ce “poison” qui vous ronge1.

Pour la première fois, des chercheurs autrichiens découvrent

le mécanisme de la douleur

Vous imaginez-vous le soulagement que vous ressentiriez en stoppant vos douleurs ? 

 

C’est la raison pour laquelle je vous écris aujourd’hui.

 

En étudiant l’arthrose, les chercheurs autrichiens ont découvert une substance inconnue présente naturellement dans votre corps.

 

Ils l’ont appelé la « substance P ».  P comme « pain » en anglais, qui signifie douleur

 

La substance P est un « neuropeptide ». C’est une substance qui passe d’un nerf à l’autre pour transmettre le signal de la douleur. 

 

Jusqu’à présent, les médecins et les scientifiques pouvaient expliquer les causes de la douleur : un membre cassé ou le pincement d’un nerf, par exemple. 

 

On savait que la partie fragilisée de votre corps envoyait des messages à votre cerveau. Mais les scientifiques étaient incapables d’expliquer comment ces messages étaient véhiculés. 

 

Selon les chercheurs autrichiens de l’université de Graz, si vous baissez vos niveaux de substance P, vous devenez plus résistant à la douleur2

 

Bien sûr, il ne s’agit pas de la couper totalement. Mais juste de rendre certaines zones plus résistantes à la douleur comme les genoux, le dos, la tête... Les zones sensibles qui empoisonnent votre vie.

 

Le but ici est de stopper les “douleurs inutiles”.

Vos douleurs sont-elles « utiles » ?

Lorsque vous sentez une douleur, c’est un signal de votre corps pour vous faire réagir. Par exemple lorsque vous touchez votre fer à repasser brûlant, c’est le signal qu’il faut enlever votre main rapidement. 

 

Ce signal est nécessaire et vital.

 

Par contre, pendant les 6 jours suivants, vous allez ressentir des douleurs sur votre main. Elle va être sensible et va vous faire mal dès que vous toucherez la plaie ou passerez de l’eau dessus. 

 

Pendant que votre corps répare vos tissus abîmés, vous souffrez inutilement

 

Pour les douleurs de l’arthrose, la réaction de votre corps est également disproportionnée.

 

Vos os frottent les uns sur les autres par manque de cartilages, une inflammation apparaît et ça vous fait mal. 

 

Mais, au moment où vous ressentez ces douleurs, il est déjà trop tard. Ce mal est inutile car vous ne pouvez rien faire pour reconstruire votre cartilage.

 

L’inflammation perturbe même les cellules chargées de réparer vos cartilages.

 

C’est la même chose pour les tendinites, les maux de dos, les migraines...

 

Les douleurs chroniques ne sont pas là pour vous faire réagir et vous aimeriez juste dire « STOP ! ».

 

La bonne nouvelle c’est que pour jouer sur ces zones sensibles, la nature a mis au point des végétaux qui agissent localement et naturellement. 

 

Je vais vous en parler dans un instant. Mais avant de vous en dire plus, qui suis-je pour vous parler de la sorte ?

 

2 innovations d’Olliscience qui ont

(sûrement) amélioré votre santé

Mon nom est Laure Chevalier, je suis la rédactrice des Laboratoires Olliscience depuis 3 ans.

 

Depuis des années, je travaille entourée des meilleurs experts santé et de nutrithérapie. 

 

Comme je voyais que la plupart des laboratoires sous-dosaient leurs compléments alimentaires, j’ai participé à la création d’un nouveau laboratoire : Olliscience.

 

Nous avons des produits élaborés avec les plantes les plus puissantes de la nature et dosés dans les bonnes proportions.

 

En suivant ce principe, nous avons lancé en 2017 un complément alimentaire unique à base de curcumine. Il est 270 fois plus puissant que la curcumine que vous trouverez en grande surface.

 

L’année dernière nous avons lancé une crème anti-âge utilisée par plus de 2 000 personnes par jour. 

 

Aujourd’hui, j’ai décidé de m’attaquer aux problèmes qui empoisonnent votre vie. 

 

Pour cela, j’ai rassemblé les plantes les plus puissantes de la planète.

La substance naturelle utilisée depuis…

la Préhistoire !

Piment

Le premier trésor naturel que j’aimerais vous faire découvrir, c’est le piment. 

 

Les Hommes l’utilisent depuis la Préhistoire pour manger, mais aussi pour ses nombreuses propriétés. 

 

C’est ce que raconte la chercheuse et experte en botanique Jean Andrews dans son livre Peppers : The Domesticated Capsicums

 

Et cet usage a traversé les époques...

 

4 000 ans plus tard, en Amérique du Sud, les Mayas utilisaient toujours le piment pour ses nombreux pouvoirs.

 

C’était un secret qui se transmettait de génération en génération pour lutter contre de nombreux problèmes de santé. Le piment soulageait si rapidement qu’on lui avait attribué des pouvoirs magiques3!

 

Tout ça n’a rien à voir avec la magie : des scientifiques ont percé le secret du piment...

 

Le piment contient une substance très particulière : la capsaïcine. C’est cette substance qui crée un “effet chaud” dans la bouche quand on en mange. 

 

Mais c’est surtout... la première des clés à utiliser au quotidien 

 

Son effet “chauffant” stimule les nerfs et la circulation sanguine4

 

Quand vous êtes dans un sauna ou un hammam, grâce à la chaleur, vos muscles et vos articulations se détendent, la circulation sanguine est améliorée. C’est la même chose avec l’effet chaud que procure la capsaïcine !

 

Dès 1992, dans une étude menée en double-aveugle sur 277 personnes5, il a été démontré que la capsaïcine pouvait avoir des effets apaisants

 

En appliquant 4 fois par jour de la crème à base de capsaïcine sur les zones sensibles, les chercheurs sont parvenus à apaiser le quotidien de ces personnes pour faciliter certaines activités (marcher, travailler, dormir, etc.) !

 

C’est l’arme fatale pour détendre les articulations rouillées qui font mal au quotidien !

 

Comme le Yin et le Yang, la capsaïcine ne fonctionne pas toute seule pour détendre vos muscles et articulations.

 

Maintenant, je vais vous parler du Yang

 

Contre les articulations verrouillées, le froid est indissociable du chaud 

 

 

Cette menthe très spéciale est une alliée au quotidien

Menthe

La menthe poivrée est une petite boîte à outils pour aider le corps au quotidien… mais c’est surtout la deuxième grande clé pour déverrouiller vos articulations !

 

C’est pour son effet “froid” que l’huile essentielle de menthe poivrée est indispensable

 

L’effet “froid” va calmer l’inflammation avant que la blessure s’aggrave. Il gèle la douleur avant qu’elle ne s’installe !

 

C’est pour avoir cet effet froid bénéfique contre la douleur que les sportifs se mettent de la glace après un choc. 

 

Ils pourraient mettre de l’huile essentielle de menthe poivrée : ça aurait le même effet !

 

Pour agir sur une douleur localisée sans avoir de la glace sous la main, un massage à base d’huile essentielle de menthe poivrée peut vous soulager en quelques secondes grâce à son effet froid ! 

 

Ses effets bénéfiques ont été validées par une méta-analyse parue en 20166

 

Des chercheurs ont analysé les résultats de 12 études différentes. Chacune d’entre elles portait sur l’efficacité de plusieurs huiles essentielles et leurs effets apaisants.

 

Dans ces recherches, l’huile essentielle de menthe poivrée figurait parmi les plus efficaces.

 

Yin avec la capsaïcine du piment, Yang avec l’huile essentielle de menthe poivrée...

 

Vous avez déjà deux clés entre les mains pour déverrouiller vos articulations au quotidien.

 

Il vous en reste d’autres à découvrir !

 

(Soyez patient, je vous révèle à la fin de la lettre comment utiliser toutes ces clés… en même temps !)

Le trésor naturel que les bandits veulent voler !

Fleur

C’est une histoire incroyable qui a fait les gros titres des journaux corses7.

 

Jacques Mariani et Aurélie Merlini sont deux malfrats, souvent liés à des affaires de grand banditisme.

 

Avant de se faire rattraper une nouvelle fois par la justice, les deux compères ont voulu faire un gros coup… voler  de l’huile essentielle !

 

Leur butin : 75 kilos d’huile essentielle d’Immortelle pour une valeur de près de 300 000 euros !

 

C’est l’une des huiles essentielles les plus réputées et les plus chères parce que c’est l’une des plus efficaces !

 

L’hélichryse, aussi appelée “Immortelle”, est une plante qui nous vient de l’Ile de Beauté.

 

C’est une arme naturelle redoutable pour détendre les zones sensibles, comme l’ont montré les travaux du New York Institute of Aromatic Studies8.

 

Toutes les entreprises de l’industrie du cosmétique se l’arrachent… les bandits aussi9 !

 

Et il y a encore d’autres substances naturelles qui devraient vous intéresser...

Vos autres clés pour déverrouiller vos articulations 

  • Le trésor des USA : utilisée par de nombreux peuples indiens d’Amérique, la gaulthérie couchée est une plante présente dans de nombreuses préparations musculaires et articulaires
    L’huile essentielle de gaulthérie couchée contient notamment du salicylate de méthyl, une molécule très proche de l’aspirine… mais en mieux et en naturel !
  • Une pharmacie naturelle au coeur de la Provence : on ne présente plus la lavande aspic. Cette huile essentielle est un incontournable à avoir dans toute bonne pharmacie familiale !
  • Le secret bien gardé de la médecine chinoise : à travers les siècles et les millénaires, le clou de girofle a toujours été perçu comme une plante médicinale indispensable.

Vous connaissez maintenant toutes ces clés pour déverrouiller vos articulations.

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2019 7 01 /12 /décembre /2019 08:30
CANCER: Après la lune et l’atome, la prochaine conquête de l’Homme !
CANCER: Après la lune et l’atome, la prochaine conquête de l’Homme !

Après la lune et l’atome, la prochaine conquête de l’Homme !

Il faut remettre la « Guerre contre le cancer » dans son contexte. 

En 1971, l’homme (américain) marche sur la lune depuis deux ans. Les centrales nucléaires éclairent des villes entières grâce à l’exploitation d’une énergie inimaginable un demi-siècle plus tôt. Ce « progrès » a son côté obscur : il suffit d’appuyer sur un bouton pour déclencher l’apocalypse nucléaire sur n’importe quel endroit du globe.

La suite de cette maîtrise des éléments par l’Homme semble à l’époque non seulement logique, mais rapidement atteignable :

« Les mêmes efforts conjugués qui ont permis à l’Homme de fissionner l’atome et de marcher sur la lune devraient être consacrés à la conquête de cette redoutable maladie » dit Nixon dans son fameux discours.

Il semble alors que tout, grâce à la science, soit possible… du moment qu’on y met les moyens.

Et Nixon les mettra : 1,5 milliard de dollars, ce qui à l’époque est considérable. Les budgets de la recherche américaine contre le cancer sont alors multipliés par dix ! 

Pourquoi la « guerre au cancer » était perdue d’avance

En 1981 le cancer n’avait pas été vaincu. Il ne l’est toujours pas. Il y a peu de chance qu’il le soit : faire la guerre au cancer n’était pas réaliste.

Pour au moins deux raisons.

La première, c’est qu’une guerre se déclare à un adversaire qui vient de l’extérieur.

Déclarer la guerre au choléra, à la grippe ou au sida, pourquoi pas : il s’agit de maladies contagieuses face auxquelles nous disposons de moyens pour empêcher leur progression.

On peut discuter de leur efficacité mais ces moyens existent : améliorer la qualité de l’eau, renforcer le système immunitaire, développer l’usage de protections comme le préservatif, etc.

Le cancer, lui, n’est PAS une agression extérieure.

Il peut être favorisé par des causes extérieures, l’environnement, les habitudes de vie… Mais c’est en nous qu’il naît, se développe, prospère. Et c’est en nous que le traitement se produit, détruisant au passage une partie de notre organisme (certains organes, notre peau, nos cheveux), quasiment autant, parfois, que les tumeurs elles-mêmes.

« Éradiquer » une force de la nature est illusoire

La seconde raison pour laquelle cette guerre est perdue d’avance, c’est… Don Quichotte.

Chercher à « vaincre » le cancer comme a souhaité le faire Richard Nixon, c’est aussi

illusoire que chercher à « vaincre » un moulin à vent.

Cela ne peut que se terminer mal pour le « héros » :

Pourquoi ? Parce que tout le courage de Don Quichotte, la solidité de sa lance et la bonne volonté de son cheval, Rossinante, ne peuvent rien contre le vent, qui est une force invincible de la nature.

Or le cancer est, qu’on le veuille ou non, une force invincible de la nature. Je veux dire qu’on ne peut pas la faire disparaître comme ça collectivement, à coup de bombardements chimiques ou de rayons.

Et elle n’a pas attendu l’arrivée de l’être humain pour se développer et causer souffrance et mort chez ses victimes : on a trouvé des traces de tumeurs cancéreuses avancées sur des fossiles de tortues et de dinosaures vieux de plusieurs millions d’années[2] !

À de rares exceptions près, comme le célèbre rat-taupe nu[3] ou l’éléphant[4], qui disposent de solides protections génétiques contre le cancer, toutes les espèces animales peuvent développer des cancers.

Le cancer fait partie de la vie. Il était là avant nous. Il nous survivra.

Un tout nouveau regard sur le cancer

Jusqu’ici le cancer était le domaine exclusif des médecins, des oncologues, des chimistes, etc.

Des chercheurs d’un nouveau type disent à cette vieille garde :

« Arrêtez de faire la guerre au cancer. Non seulement vous ne le vaincrez pas… mais vous le rendez plus puissant et meurtrier encore. »

Ces chercheurs, ce sont les biologistes de l’évolution.

Leur regard sur le cancer est à la fois simple et nouveau, comme l’exprime à merveille un livre récent[5] écrit par Frédéric Thomas, directeur de recherche au CNRS.

Voici ce qu’il dit en substance : 

  • Le développement d’un cancer est un risque inévitable pour tout être vivant complexe : ce risque est le prix à payer pour pouvoir grandir quand on est enfant, et pour pouvoir se reproduire (faire des enfants) quand on est adulte.
     
  • Le monde ne se divise pas entre ceux qui ont un cancer et ceux qui n’en ont pas, car nous sommes tous porteurs de cellules cancéreuses (c’est un fait scientifique). Mais ce sont nos choix, notre hygiène de vie, notre patrimoine génétique ainsi que aussi tout simplement la chance (surtout la malchance) qui les font dégénérer en tumeurs.
     
  • Les cellules cancéreuses sont des cellules du corps qui ont cessé de collaborer avec les autres. Elles ne sont plus au service de la survie de l’organisme (le corps humain) mais ne cherchent qu’à se développer pour elles-mêmes : elles vont donc détourner et exploiter les ressources à leur disposition pour leur propre compte, comme des parasites.
     

Notre corps est un milieu naturel convoité par des parasites

Pour cela, les cellules cancéreuses ont mis en place toutes sortes de stratégies :

  • elles « volent » de la nourriture aux autres cellules ;
     
  • elles sont capables de se rendre « invisibles » à nos défenses immunitaires ;
     
  • elles sont même capables de nous inciter à manger, nous, ce dont elles raffolent, elles (les aliments riches en sucre);
     
  • elles sont capables de migrer à l’intérieur de notre corps vers des organes plus « accueillants » et propices à leur survie et leur reproduction.
     

Elles ont un gros défaut par rapport aux cellules saines de notre corps : elles sont très gourmandes (c’est pourquoi le jeûne les « affame »).

Mais elles ont un avantage : elles mutent et peuvent se reproduire très vite.

L’effet pervers diabolique des traitements agressifs du cancer

L’approche qui prévaut face au cancer depuis des décennies est la démarche belliqueuse.

Les traitements classiques sont conçus comme des attaques militaires : leur but est d’éradiquer toutes les cellules cancéreuses. Mettre à mort l’ennemi. Pas de quartier.

Mais, disent les biologistes de l’évolution, c’est précisément parce que ces traitements sont très agressifs qu’ils permettent, à la fin, la récidive d’un cancer devenu « insensible » aux traitements.

Les cellules cancéreuses ne sont pas toutes identiques : il y en a des faibles, et d’autres plus fortes.

Plus un traitement est agressif, plus il va tuer des cellules cancéreuses en quantité

Mais plus il va aussi « sélectionner » les cellules cancéreuses les plus fortes, celles qui vont perdurer dans votre corps.

Après le passage de ces violentes radiations (dans le cas de la radiothérapie) ou de ce tsunami chimique (dans le cas de la chimio), oui, les cellules cancéreuses auront spectaculairement diminué en nombre

…mais les cellules cancéreuses qui resteront, même si elles sont en faible nombre, seront les cellules les plus fortes, les plus redoutables, les plus résistantes aux traitements « d’après ».

Et c’est là que le cauchemar commence, car ces cellules… ont désormais toute la place pour prospérer et se multiplier à leur aise !

Après un « traitement de choc », le cancer revient six mois, un an, dix ans plus tard… mais beaucoup plus fort et meurtrier. Les nouvelles cellules répondront moins aux traitements ultérieurs qui « sélectionneront » des cellules de plus en plus résistantes…

C’est un phénomène que vous pourriez comparer au jardinage ou à l’agriculture. Les  parasites sont dans un premier temps éradiqués par les traitements chimiques… avant de revenir plus résistants à ces mêmes traitements.

Il faut changer de stratégie face au cancer

« X reste combatif face au cancer ». « Y vaincu par son cancer ».

La « guerre contre le cancer » est passée dans le langage courant.

David Servan-Schreiber lui-même, touché par une récidive de son cancer, parlait de « bataille[6] ».

Face à un cancer, il faudrait comprendre qu’agir ne signifie pas forcément détruire.

Que faire une guerre totale au cancer peut mener à une course aux armements, à une escalade dont le cancer a au final le plus de chances de sortir gagnant.

Ce que nous disent ces biologistes de l’évolution, c’est : plutôt que de l’attaquer frontalement avec des traitements qui le rendent plus forts, il faut ruser avec le cancer.

L’objectif premier devrait donc être de limiter son développement.

Des chercheurs, aux États-Unis, ont cette année testé cette approche qui porte ses fruits, comme le révèle une étude publiée en juin 2019[7]. 

Leur stratégie a consisté à traiter le cancer « en douceur », par les moyens traditionnels, mais à « petites doses » avec trois objectifs principaux :

  • maintenir une population de cellules cancéreuses « faibles » ;
     
  • empêcher les cellules cancéreuses les plus fortes de prendre le dessus ;
     
  • parvenir à maîtriser la taille de la tumeur après l’avoir réduite.
     

Autrement dit, il s’agit de co-exister avec le cancer et d’essayer de le maîtriser.

De façon à le rendre le moins dangereux possible.

Cette approche est encore balbutiante en cancérologie, mais elle me paraît pragmatique et efficace.

Et elle nous rappelle, si besoin était, que la meilleure façon d’agir, avec le cancer, consiste avant tout à avoir une qualité de vie qui lui donne le moins de « prise » possible pour se développer en nous…

C’est à notre portée, et j’espère sincèrement que mes lettres sur ce sujet vous y aident un petit peu.

Portez-vous bien,

Rodolphe Bacquet

 

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : ROYAL MONACO RIVIERA ISSN 2057-5076
  •  ROYAL MONACO RIVIERA      ISSN 2057-5076
  • : Royal Monaco Riviera web magazine fondé par Luigi MATTERA est le PREMIER site online de Monaco en presse écrite . Royal Monaco Riviera, il primo sito online del Principato divenuto cartaceo.ARTE, CULTURA, SOCIETA' della Riviera Ligure e Costa Azzurra!
  • Contact

Recherche