Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 septembre 2020 3 16 /09 /septembre /2020 18:00
TRACCE DI PESTICIDA IN ALCUNI VINI FRANCESI

Tracce di pesticidi nei vini certificati come "alto valore ambientale"

Sono state analizzate ventidue bottiglie. Tutti contengono residui di sostanze potenzialmente cancerogene o che alterano il sistema endocrino. A differenza dell'etichetta biologica, questa certificazione non garantisce il non utilizzo di pesticidi.

 

TRACCE DI PESTICIDA IN ALCUNI VINI FRANCESI

Si tratta di vini che si dichiarano pratiche virtuose o beneficiano della certificazione “HVE”, tra cui “alto valore ambientale”. Biodiversità, irrigazione, strategia fitosanitaria ... "HVE" è una certificazione che dovrebbe contraddistinguere "le aziende agricole impegnate in approcci particolarmente rispettosi dell'ambiente", sottolinea il ministero dell'Agricoltura. A differenza del marchio biologico, questa certificazione non garantisce però il non utilizzo di pesticidi. A riprova, l'associazione Alerte aux tossine ha fatto analizzare ventidue vini di Bordeaux (tra cui crus bourgeois e grands crus), champagne e Linguadoca. I risultati, pubblicati lunedì 14 settembre, mostrano la presenza di residui di antiparassitari in tutte le bottiglie.

Le prove sono state affidate al laboratorio Dubernet, specializzato in analisi enologiche. In totale, sono state trovate ventotto diverse sostanze attive con una media di quattro sostanze per flacone. Tutte le bottiglie (annate dal 2015 al 2019) contengono molecole (sette in media) i cui effetti sono considerati potenzialmente di disturbo endocrino (DE). In undici flaconi sono state rilevate tracce di sostanze classificate come probabili cancerogene, mutagene e tossiche per la riproduzione (CMR). E nove flaconi contengono almeno un SDHI (per "inibitori della succinato deidrogenasi"), questi fungicidi la cui tossicità preoccupa gli scienziati specializzati.

"Questi risultati mostrano che la certificazione HVE, effettuata dai viticoltori di Bordeaux, è una vasta truffa e che ci sono divari significativi tra marketing, promesse e realtà delle pratiche professionali", commenta Valérie Murat, presidente di Allarme tossico. L'associazione non è al primo tentativo. Nel 2018 aveva già fatto analizzare dodici bottiglie e dimostrato la presenza di sedici pesticidi.

"Le nostre pratiche si sono evolute bene"

L'associazione ha classificato le bottiglie in base al numero di sostanze trovate. Con quindici sostanze rilevate, tra cui quattordici PE (clorantraniprolo, fenbuconazolo, metalaxil, ecc.), Un SDHI (Boscalid) e persino un neonicotinoide, tiametoxam, Bordeaux Château Lauduc bordeaux rouge 2018 è in cima alla lista.

Riassunto dal giornale Le Monde del 15.9.20:

Partager cet article

Repost0
13 septembre 2020 7 13 /09 /septembre /2020 06:47
Pourquoi la BANANE est-elle la reine du supermarché ?

Ceci est une banane Cavendish :Ou pour la plupart d’entre nous, tout simplement « une banane »…

… parce que la variété Cavendish représente 
99 % des exports.

Il faut savoir que la banane se vend mieux que tous les autres produits frais au supermarché [1]… pommes, raisins, oranges !

La banane est aussi
 un aliment de base dans les pays pauvres, à côté du riz, du blé et du maïs.

… ce qui est logique :

  • la banane est riche en nutriments (potassium, vitamine B6, fibres et glucides pour vous donner de l’énergie immédiate [2]),
  • elle est naturellement préemballée, donc facile à transporter,
  • elle est sympathique (les enfants l’adorent),
  • elle ne coûte (quasiment) rien.

Un fruit exotique moins cher
que nos fruits locaux !?

En France, les bananes coûtent en moyenne 1,60€ le kilo (1,94€ si bio) [3].

Ça fait 26 centimes/pièce… 26 centimes pour un fruit exotique !

A tel point, qu’Amazon a installé un stand à Seattle pour distribuer des bananes gratuitement. En deux ans, ils ont distribué 1,7 millions de bananes gratuites [4]. Rien que ça !

Par comparaison, les oranges coûtent en moyenne 2,59€ le kilo [5]. Les fraises, 11,87€ [6]. Et même une pomme toute bête coûte en moyenne 2,30€ le kilo [7].

Le plus bizarre, c’est que la banane est exigeante :

  • elle a besoin d’une terre très riche,
  • d’être protégée du vent,
  • et de recevoir beaucoup (beaucoup) d’eau.


Tout ça fait que la banane ne pousse que dans des régions limitées – entre les latitudes de 30° Nord et 30° Sud.

Ça élimine l’Europe, l’Amérique du Nord (excepté le Mexique), et toute l’Asie du Nord.

Il reste :

  • l’Inde (1er producteur mondial),
  • la Chine du sud (2e producteur mondial),
  • les Philippines (3e producteur mondial, et 2e pays exportateur),
  • l'Équateur (4e producteur mondial, et 1er pays exportateur),
  • le Brésil (6e producteur mondial). [8]

Cela veut dire que nos bananes de supermarché ont parcouru 7000 km, au bas mot… !

Par comparaison, le pommier pousse partout dans nos régions. Y compris à quelques kilomètres d’un supermarché de province. Il s’adapte aux différentes qualités de sol. Il résiste aux hivers froids et aux étés chauds. Et des dizaines de variétés de pommes se font concurrence.

Comment est-il possible qu’une banane vendue à Angers (et qui a traversé l’Atlantique) soit moins chère qu’une pomme produite à quelques kilomètres de là, au sud de la Loire ?

La réponse est…

La réponse, c’est… le conteneur

Le sort de la banane, et de 90% des produits que nous achetons, est lié au CONTENEUR qui a bouleversé à jamais l’économie mondiale.

Le problème du transport maritime d’autrefois

Avant l’invention du conteneur, on savait que le transport maritime était très économique :
  • Il n’y a pas besoin de routes, ponts, tunnels, feux de signalisation à poser et à entretenir.
  • Une poignée de marins peut faire naviguer des bâtiments gigantesques. Les plus grands porte-conteneurs du monde, comme le Emma Maersk, ont un équipage de moins de 15 personnes. Et des sociétés comme Rolls Royce travaillent actuellement sur des navires sans pilote [9].
Entre les ports, tout allait bien, mais le transport maritime perdait beaucoup en temps (donc en efficacité) une fois au port.

Un voyage Le Havre-New York, prenait environ 12 jours. Mais une fois à destination, le déchargement et le chargement pouvaient prendre 7 jours !

Comment est-ce possible ? Parce que les dockers devaient soulever, porter et traîner des marchandises sous des formes très différentes, allant des barils, aux caisses en bois, en passant par les gros sacs en tissu.

C’était donc lent et inefficace.

On perdait 7 jours à payer une place au port, à payer les dockers pour un travail vraiment pénible, et pendant ce temps les marins étaient inoccupés… au lieu de faire d’autres traversées. Et donc un manque-à-gagner de 7 jours qui s’ajoute aux coûts de transport. Au final, ces pertes représentaient 60 à 75 % du prix du transport. Après avoir répercuté ces coûts sur le consommateur final, les produits étaient en moyenne 12% plus chers.

Mais tout a changé avec le conteneur.

Comment nous sommes parvenus
à faire des économies colossales

Les transporteurs ont compris que leur métier n’était pas de transporter des bananes, des téléphones ou des voitures. Leur métier était de… transporter. Et s’ils pouvaient mettre les milliers de marchandises différentes dans une seule boîte, générique, solide, résistante, facile à déplacer, à empiler et à stocker… ils pourraient transformer des milliers de problèmes, en un seul problème : comment transporter une boîte bien connue d’un point A à un point B, aussi vite que possible [10].

Ce qu’il y a dans la boîte n’a pas d’importance. D’ailleurs, la plupart des marins savent à peine ce qu’ils transportent.

Ainsi, les transporteurs pourraient gagner du temps, faire plus de livraisons, et réduire leurs coûts.

Les conteneurs ont aussi permis de :
  • réduire le coût des assurances,
  • rendre le vol presque impossible,
  • déplacer les marchandises facilement entre un bateau, un train et un semi-remorque.
Une entreprise a calculé que réduire d’une seconde le temps nécessaire pour déplacer un conteneur au port permettait d’économiser 3500 euros par bateau par an.

Or ici, les transporteurs n’allaient pas économiser des secondes… ni des minutes, ni des heures… ils allaient économiser des journées !

Les conséquences indésirables du conteneur

Si vous êtes un docker, le conteneur standardisé est votre pire ennemi. Votre travail devient répétitif, moins qualifié et facile à automatiser.

Dès les années 1970, les syndicats de dockers ont tout essayé pour riposter. Et je n’ai pas la place ici de vous raconter la triste histoire des grands ports français.


Mais, le conteneur était inévitable…

La question qui restait en suspens était : QUEL format standard adopter ?

De nombreux formats ont été proposés, mais celui qui s’est imposé est le suivant :
  • longueur : 20 pieds (6,058 m) ou 40 pieds (12,192 m),
  • largeur : 8 pieds (2,438 m),
  • hauteur : 8,5 pieds (2,591 m).
Dans les ports, les dockers ont laissé la place à des armées de grues qui déplacent des conteneurs de la façon la plus efficace.
Résultat, les bateaux se sont mis à passer beaucoup plus de temps en mer.

Les temps de transports maritimes sont devenus prévisibles avec une grande précision.

Au final, les coûts des transports maritimes ont tellement baissé qu’ils sont devenus insignifiants.

Ce qui importe désormais, c’est le coût de la main d’œuvre.

Or, dans les pays exportateurs de bananes, la main-d’œuvre est très bon marché.

Revenons à notre banane

C’est cette combinaison de :
  • coûts de main-d’œuvre bas,
  • coûts de transports insignifiants,
  • prévisibilité du transport maritime,
… qui ont fait de la banane le parfait bien de consommation massive.

L’itinéraire de notre banane

La vie de notre bananier commence dans une pépinière, comme Vitropic, installée au nord de Montpellier [11].

De là, les jeunes pieds de bananiers sont expédiés par avion-cargo vers la République Dominicaine (si, si, et ça reste rentable !).

Puis, ils sont mis en laboratoire et en serre pour s’assurer qu’ils soient sains.

Ensuite, ils sont transportés vers les plantations où ils sont replantés.

Un an plus tard, les premières bananes, sont cueillies encore vertes… et dès cet instant, le chronomètre est lancé.

En effet, lorsqu’une banane commence à mûrir, il est impossible de revenir en arrière. Plus grave encore : si une seule banane se met à mûrir, elle va provoquer le mûrissement de toutes les bananes à proximité.

Petit rappel sur les fruits climactériques

Je vous en avais déjà parlé : la banane, la tomate, la pomme et l’avocat sont des fruits climactériques : leur mûrissement est déclenché par une hormone volatile, l’éthylène.

Si vous mettez des fruits climactériques ensemble dans une même corbeille, ils vont mûrir plus vite.

Comment protéger les bananes
pendant le voyage en mer

Après la récolte de la banane, tout est planifié avec la plus grande minutie, pour éviter que les bananes ne mûrissent trop vite.

D’abord, les bananes sont triées. Toutes les bananes imparfaites sont soit vendues dans le pays de production, soit utilisées comme nourriture pour le bétail.

Ensuite, les bananes sont mises dans des conteneurs spéciaux, maintenus à la température contrôlée de 13,3°C. Ensuite, ces conteneurs de bananes sont scellés hermétiquement pour éviter tout contact avec l’air et avec la lumière durant le transport [12].

Ces conteneurs sont ensuite chargés sur des camions pour être amenés au port de Caucedo (à l’ouest de Saint-Domingue). Puis ils sont empilés sur un navire porte-conteneurs au rythme de 50 conteneurs à l’heure.

Pour vous donner une idée, un grand porte-conteneur peut transporter 80 millions de bananes – c’est assez de bananes pour 600 000 personnes pendant un an !

Ensuite notre navire traverse l’océan Atlantique jusqu’à Dunkerque (soit 7187 km).

Les bananes sont mises dans
des chambres de mûrissement

Une fois en France, les conteneurs de bananes sont déchargés et les bananes entreposées dans des chambres de mûrissement. De l’éthylène (l’hormone volatile du mûrissement) est alors pulvérisé sur les bananes pour les faire mûrir. Rassurez-vous, c’est inoffensif.

Après cette étape, les bananes sont chargées sur des semi-remorques afin d’être transportées jusque sur nos étals et vendues 26 centimes/pièce ! Oui… on dirait que c’est de la magie.


Pourquoi la pomme ne profite-t-elle pas des économies du conteneur ? me direz-vous… et puis, en Europe, nous avons les subventions à l’agriculture qui font baisser les prix.

C’est vrai. Mais, à nouveau, les coûts de transports étant négligeables, la différence vient essentiellement du coût de main-d’œuvre. Que les vergers soient en France, ou même en Pologne, la main-d’œuvre reste plus chère qu’en République Dominicaine. L’ouvrier agricole polonais travaille pour 580 euros par mois [13]. Là où en Répulique Dominicaine, l’ouvrier agricole travaille pour 280 euros par mois [14].

Il n’est pas faux de dire que le conteneur met en 
concurrence directe toutes les régions du globe.

Si je fais abstraction de l’environnement (ça pollue), et du bien-fondé d’une telle entreprise (les Européens ont-ils vraiment besoin de bananes pour vivre ?), j’avoue être stupéfait du progrès et des économies qu’ont apporté les conteneurs.

Pour ma part, je constatais cette réalité sans la comprendre. Et j’espère vous avoir permis de progresser, vous aussi, dans votre compréhension du monde.

Bien à vous,


Eric Müller

Partager cet article

Repost0
15 août 2020 6 15 /08 /août /2020 07:28
ST.TROPEZ: IL FAMOSO SENEQUIER CHIUDE PER DUE CASI DI CORONAVIRUS

Due casi di coronavirus sono stati scoperti nel famoso ristorante ed il proprietario ha quindi deciso di chiudere i battenti il ​​13 agosto, per due settimane.

Saint-Tropez

Il leggendario caffè SENEQUIER, situato nel porto di Saint-Tropez, ha dovuto chiudere temporaneamente i battenti dopo la scoperta di due casi di Covid-19 tra i suoi dipendenti. L'indirizzo riaprirà solo tra 15 giorni, tempo di testare tutto il personale per assicurarsi che anche i clienti non siano interessati durante il loro passaggio.

È un'istituzione di Saint-Tropez  sin dalla sua apertura nel 1887  e la sua chiusura probabilmente non è molto ben accolta dalla popolazione locale e dai seguaci del luogo. Ma è chiaro che il Sénéquier ha abbassato il sipario da giovedì 13 agosto. La direzione dello stabilimento, tappa obbligata nella località balneare e conosciuta in tutto il mondo, ha deciso di chiudere dopo la scoperta di due casi di coronavirus, riferisce Var-MatinUn portavoce del ristorante ha detto che la chiusura durerà "due settimane". "Questa chiusura non avviene su richiesta dell'ARS ma su decisione interna, a titolo precauzionale, e per tutelare il proprio personale e clienti, a seguito della scoperta di due casi di Covid", ha affermato lo stabilimento. La direzione vuole quindi avere abbastanza tempo per "testare tutte le squadre". Obiettivo: poter prospettare una riapertura serenamente "nella massima sicurezza".

Partager cet article

Repost0
7 août 2020 5 07 /08 /août /2020 14:00
ESPLOSIONE A BEIRUTH: IL GRANDE IMPEGNO DI BOUBOU NEL PRINCIPATO

Bouran Hallani, BOUBOU per tutti,  Presidente e fondatrice dell'associazione “Les Amis du Liban”, deplora l'entità dei morti e dei danni  materiali causati dalla terribile splosione in Beiruth. Le necessità da fare fronte sono enormi e la raccolta rilevata nella presentazione annuale dell’associazione con un "brunch nel Ristorante Mozza qualche giorno prima del grave incidente era destinata ai bimbi demuniti libanesi. Una delle principali cause dell'associazione è quella di venire in aiuto dei bambini ammalati, ma di fronte all'emergenza attuale, Les Amis du Liban sta allargando il proprio campo di azione. Libanese di nascita ma monegasca nel cuore, la sua vocazione è sempre stata quella di aiutare il vicino. Supportata da eminenti personalità, tra cui il Principe Alberto II che ha immediatamente rivolto un messaggio al Presidente del Libano, l'associazione è stata sempre e correttamente in grado di poter realizzare progetti su larga scala.

Foto(c)  Tabita Espinoza Plejo - R.M.

 

Partager cet article

Repost0
1 août 2020 6 01 /08 /août /2020 16:20
MONACO: RESTAURANT "MOZZA" BRUNCH ITALO-LIBANAISE DE BIENFAISANCE
MONACO: RESTAURANT "MOZZA" BRUNCH ITALO-LIBANAISE DE BIENFAISANCE

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2020 5 10 /07 /juillet /2020 07:26
HOTEL BARRIERE - LE MAJESTIC - CANNES : Paradiso Nicole et Pierre

 

HOTEL BARRIERE - LE MAJESTIC - CANNES : Paradiso Nicole et Pierre

 

HOTEL BARRIERE - LE MAJESTIC - CANNES : Paradiso Nicole et Pierre

 

 

Partager cet article

Repost0
24 juin 2020 3 24 /06 /juin /2020 18:05

ÉCRIT PAR BRIGITTE & JJ ROLLAND - © PHOTOS BRIGITTE LACHAUD 

Pour le groupe Barrière (hôtels Gray d’Albion et Majestic), c’est une plage au joli nom, Mademoiselle Gray. Des couleurs chaudes, du bois, des fleurs, des plumes, du raphia… Ambiance nature et bohème trendy totalement relooké, qui se veut autant lieu de rencontre et de détente qu’invitation à la baignade et aux vacances, par un cheminement de bois jusqu’à la Grande Bleue.

 

En arrière poste des transats pied dans l’eau (jusqu’à 120 au lieu de 150, de 24 à 42 euros en juin, de 31 à 60 euros de juillet à septembre), un nouvel espace lounge en forme d’oasis au palmier, où une clientèle jeune aime à siroter un verre servi par le magnifique bar à l’entrée.

Sous abri, surélevées, des tables rondes pour déguster une cuisine fraîcheur qui invite également à l’évasion, car le chef exécutif Pierrick Cizeron s’est adjoint un cuisinier libanais pour apporter une touche orientale, avec aromates et parfums du grand Sud, aux traditionnels plats de la Méditerranée.

Un des plats phares de la plage Mademoiselle Gray photo C.T.et A.C 

Vue générale sur le restaurant de la plage Mademoiselle Gray photo C.T. et A.C

Homard ou langoustines grillés au safran, côtes d’agneau aux épices, salade de tomates à l’anis et chèvre d’Escragnolles, salade de légumes grillés à la coriandre et anis, faisselle et cheveux d’ange à l’eau de rose et glace amande composent une carte alléchante pour déjeuner, tandis que la belle acoustique invite à danser en soirée, dans un jeu de lumières colorées.

Sa grande sœur du Majestic, avec ses sushis et son Bfire, ouvrira en même temps que le palace qui est face au Palais, le 25 juin 2020.

 

Mademoiselle Gray
Hôtel Barrière Le Gray d’Albion Cannes
La Croisette 06400 Cannes
Tél. (0)4 92 99 79 99

Partager cet article

Repost0
10 juin 2020 3 10 /06 /juin /2020 07:00
HYDE BEACH CANNES – LA PLAGE DU GRAND HÔTEL AU COEUR DE LA CROISETTE 2020

ÉCRIT PAR BRIGITTE & JJ ROLLAND - © PHOTOS BRIGITTE LACHAUD LE 9 JUIN 2020 

A la suite d’importants travaux de rénovation afin d’obtenir l’agrément à l’imposant cahier des charges de la Mairie de Cannes, la plage privée, son ponton décontracté et chic, sont désormais ouverts en plein coeur de la Croisette !
 

Et là, tout au bout de l’allée, le bonheur !

 
Les espaces de restauration on été repensés, afin de garantir l’éloignement social et la sécurité, offrant trois espaces dédiés : restaurant intérieur avec banquettes sur mesure, terrasses et tables sur la plage en tôle émaillée à l’ancienne, transats, banquettes chargées de beaux coussins, luminaires, lampes de table, face à un panorama exceptionnel !
 
 
Côte restauration, alors là, une inspiration du Chef exécutif Hervé  Busson du Grand Hôtel, avec David Robert, nous offre une cuisine orientée vers des plats méditerranéens, puisant leurs inspirations entre la France et l’Italie.
 
 
Ils délivrent une cuisine généreuse et raffinée, mêlant respect de la tradition italienne et créativité, mettant en valeur les légumes du soleil, salades et bowls colorés, dont le Hyde beef bowl, filet de bœuf tataki, roquette, oignon rouge, tomates anciennes, copeaux de Parmesan, radis, et graines de sésame torréfiées.poissons et crustacés, de nos côtes et viandes délicieusement grillées.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
De la stracciatella au plateau de crudités, en passant par les pizzas, tous les goûts se retrouvent autour d’une sélection de produits de qualité et un assaisonnement précis. Sans plus attendre les desserts créatifs et gourmands au dressage spectaculaire…  Glaces, fruits tartes, profiteroles à savourer face à la mer en profitant du soleil !

Une cuisine de partage et d’émotion

 

 

Hyde Beach au Grand Hôtel 

45, La Croisette
06400 Cannes – Tél. : 04 93 38 15 45

Ouvert de 10h à 19h en juin
tljrs déjeuner midi et prévu le soir en juillet/août

Partager cet article

Repost0
30 mai 2020 6 30 /05 /mai /2020 14:59
MENTON: LES SABLETTES - RESTAURANTS /EXTENSION TEMPORAIRES DES TERRASSES

RESTAURANTS /EXTENSION TEMPORAIRES DES TERRASSES

 

Dans le cadre de la réouverture des bars et restaurants annoncée par le gouvernement et prévue le mardi 2 juin dans les zones vertes, la Ville de Menton souhaite apporter son soutien aux établissements de bouche ayant une capacité d’accueil de la clientèle. Pour la réouverture de ces établissements, le gouvernement impose une distanciation sociale avec une distance d’un mètre entre les tables. Pour les professionnels cette mesure a pour conséquence de diminuer la capacité d'accueil des restaurants.C’est pourquoi le Maire souhaite permettre aux commerçants de respecter la distanciation sociale en procédant à des extensions d’occupation sur le domaine public (dans le cas où l’espace le rend possible).Cette proposition faite aux commerçants permettra aux établissements de conserver au maximum le même nombre de table qu’ils exploitaient avant le confinement tout en respectant les consignes gouvernementales.Ces extensions seront temporaires et exonérées de la redevance d’occupation;

Nous appelons les professionnels qui le souhaitent à contacter le service Occupation du Domaine Public-Commerce et Stationnement par téléphone (04 93 18 32 80) ou par mail (mairie@ville-menton.fr) pour en faire la demande. Chaque dossier sera étudié afin d’en évaluer la faisabilité.

logo hauteur

Partager cet article

Repost0
28 mai 2020 4 28 /05 /mai /2020 18:26

Partager cet article

Repost0
9 mai 2020 6 09 /05 /mai /2020 10:49
Découvrir ce qui fait une bonne huile d’olive.

 

Bien comprendre les appellations

La meilleurec’est l’huile d’olive vierge extra (extraite de la première pression à froid).

Pour être vierge, elle doit :

  • Avoir été extraite de façon mécanique (non chimique), par pression ou centrifugation
  • Contenir au maximum 2 % d’acide oléique.

Pour être vierge extra, elle doit en plus :

  • Contenir au maximum 0,8 % d’acide oléique
  • Avoir un goût et une odeur sans défauts (cette analyse dite « organoleptique » est menée par un panel d’experts, plus de détails ci-dessous).

Comment sont extraites les huiles de qualité inférieure

Si vous choisissez une huile d’olive sans le label « vierge » ou « vierge extra », vous devez savoir qu’elle aura été (au choix) :

  • Raffinée (neutralisation des acides, désodorisation et décoloration de l’huile)
  • Extraite à l’aide de solvants
  • Chauffée
  • Mélangée avec des huiles pas chères sans odeur (comme l’huile de colza, ou l’huile de soja [1]).

Pour gagner votre confiance, les fabricants font tout pour recevoir le label « huile d’olive extra vierge ». Y compris tricher un peu…

Comment font-ils pour tricher avec l’ huile d’olive ?

De nombreux comparatifs ont déjà révélé des arnaques [2]  [3].

En 2012, l’association de consommateurs américains Consumer Reports a évalué 23 huiles d’olive extra vierges. Seules 9 huiles (sur 23) étaient réellement extra vierges…Il est rare que les producteurs trichent sur la quantité d’acide oléique. C’est un critère objectif et facile à contrôler. C’est plutôt sur les critères subjectifs (c’est-à-dire l’analyse organoleptique des saveurs) qu’on découvre des arnaques. Pour rendre l’appréciation des goûteurs aussi objective que possible, les instituts d’analyses ont défini 4 défauts fréquents.

Chacun des défauts trahit un manque de soin apporté à l’élaboration de l’huile. Voici la liste :

  • Goût rance (oxydation) - Goût chomé (fermentation des olives entassées trop longtemps avant d’être broyées).Goût moisi (notamment le bois humide).Goût de lie (signe que la pulpe a mal été filtrée) [4] Chaque défaut déclasse l’huile « d’extra vierge » à « vierge » tout court.. Tous les millésimes d’huile d’olive vierge extra sont systématiquement évalués par les goûteurs.. Cependant, quand on refait le test par derrière, on obtient des résultats surprenants.. Tous les deux ans, des associations de consommateurs ou des journalistes d’investigation refont faire ces analyses organoleptiques dans le cadre d’un comparatif ou d’une émission… et les résultats sont souvent surprenants !A ce stade, il faut citer des marques. Alors, j’ai consulté les comparatifs de ces dernières années. Parmi les marques d’huiles d’olive qui ne méritaient pas le label « vierge extra » lors des tests additionnels, on peut citer Bertolli, De Cecco et Filippo Berio. Il faut aussi savoir que le label « bio » ne garantit pas que l’huile sera sans défauts.

Les marques qui réussissent le mieux dans les comparatifs sont Monni, Puget et Lesieur. Mais comme ces marques proposent une large gamme d’huiles, il vaut mieux savoir juger vous-même de la qualité d’une huile.

Je vous expliquerai comment goûter une huile dans une prochaine chronique.

Bien à vous, Ecric Müller

(c) NEO NUTRITION

Partager cet article

Repost0
7 mai 2020 4 07 /05 /mai /2020 19:11
L’ASSOCIATION LA MAISON DE VALENTIN SE MOBILISE POUR SOUTENIR LE PERSONNEL SOIGNANT ET LES RÉSIDENTS EN EHPAD AVEC DES REPAS DE CHEFS ÉTOILÉS

Au-delà de l’aide auprès du personnel soignant dans les hôpitaux, l’association La Maison Valentin de Lamotte qui se mobilise chaque week-end depuis le début de la pandémie, en leur livrant des repas de chef, souhaite élargir son action aux résidents des EHPAD ainsi qu’aux enfants hospitalisés.

 

Afin de n’oublier personne parmi les plus impactés par l’isolement, il y aura plusieurs actions conjointes. Après l’implication du chef étoilé Jean-Baptiste Lavergne-Morazzani et du chef étoilé Simone Zanoni, c’est au tour de Philippe Marc, le chef du palace le Plaza Athénée d’apporter sa contribution au bénéfice de deux établissements.

 

De plus, pour la 2semaine, le chef étoilé Christian Morisset du restaurant Le Figuier de Saint-Esprit à Antibes, confectionnera des repas depuis son restaurant, à partir des produits collectés auprès de ses fournisseurs.

 

 

Partager cet article

Repost0
2 avril 2020 4 02 /04 /avril /2020 14:08
ROYAL MONACO MEDECINE/ N'achetez plus de conserves, de riz ni de pâtes

Confinement : n'achetez plus de conserves, de riz ni de pâtes !

Chers amis,

Saviez-vous que depuis le début de la crise, les ventes de produits frais sont en chute libre ?

Des stocks importants de fruits et légumes dépérissent à même les étals[1] et des milliers de tonnes sont jetés chaque jour par les supermarchés. Des secteurs entiers de l’agriculture, comme celui des fromages frais ou de l’asperge (la saison de l’asperge commence en ce moment), sont en danger.

La raison de ce marasme est que les consommateurs se détournent des produits frais au profit… des conserves, des pâtes et du riz.

C’est une des conséquences du climat anxiogène et du confinement : les produits alimentaires de longue conservation explosent leur chiffre d’affaires en grande surface. J’imagine que vous avez tous vu ces rayons pâtes et riz vides aux premières annonces du confinement, comme si on était en temps de guerre…

Pâtes et riz : le pire régime possible quand on ne sort pas !

Je n’ai rien contre les conserves ni contre les pâtes et le riz.

Je sais que ces produits se conservent longtemps, calent le ventre et sont faciles à cuisiner.

Mais aucun rationnement alimentaire n’a été annoncé. Du coup, on voit ces rayons pâtes et riz de nouveau remplis… et de nouveau vidés ! C’est du consumérisme irrationnel.

Le plus préoccupant n’est pas là.

Les pâtes et le riz sont des féculents. Or, vous le savez, il s’agit d’aliments riches en glucides lents… donc des aliments énergétiques.

La seule bonne raison d’en manger en grande quantité… serait de pratiquer une activité énergétivore importante sur une longue durée !

Ce n’est pas ce qui caractérise un confinement, où l’activité physique se réduit énormément !

Faire des réserves de glucides lents au moment où il est quasi impossible de les dépenser est absurde et dangereux : alliée à la sédentarité forcée, une alimentation aussi calorique mène au surpoids, et à tous ses dangers associés : diabète, hypertension, problèmes cardiovasculaires…

Les trois effets pervers des conserves

Quant aux conserves, ce n’est pas un problème en soi si les produits sont de bonne qualité et le moins transformés possible. La mise en conserve permet même de conserver de nombreux nutriments, à commencer par les acides gras.

En revanche, il faut savoir que le blanchiment des produits en conserve (on appelle cela l’appertisation, conditionnement pour éliminer les micro-organismes) leur fait perdre en vertus antioxydantes.

C’est un premier défaut des conserves, acceptable si vous n’en faites pas votre nourriture exclusive.

Le deuxième défaut des conserves, c’est la présence encore courante de produits toxiques ou suspectés d’être toxiques.

Depuis 2015, l’emploi du bisphénol A (ou BPA), perturbateur endocrinien avéré, est peu à peu marginalisé dans l’industrie des contenants alimentaires. Mais il a été remplacé par… le bisphénol S, à la structure très similaire… et suspecté d’être encore plus dangereux que le bisphénol A car rentrant directement dans le sang[2].

Il agirait de façon nocive sur la reproduction, sur le métabolisme et augmenterait le risque de maladies cardiovasculaires.

Un autre souci sont ces quantités de nanoparticules d’oxyde de zinc régulièrement découvertes dans les boîtes de conserve, jusqu’à cent fois supérieures aux quantités journalières recommandées.

Une trop grande richesse en zinc des aliments en conserve nuit au microbiote intestinal et altère la digestion, diminuant notamment le transport du glucose dans le sang[3]…

Le troisième défaut des aliments en conserve, c’est évidemment leur faiblesse en vitamines, qui résistent mal à l’appertisation dont je parlais ci-dessus.

Vous vous rappelez sans doute la maladie des marins d’antan : le scorbut, provoqué par l’alimentation exclusivement de produits en conserve ou par salaison sur les navires.

Les marins développaient le scorbut à cause d’une carence en vitamine C, que les aliments de longue conservation ne pouvaient pas leur apporter. Et pour cause : on ne trouve de la vitamine C que dans les fruits et les légumes frais...

Réapprovisionnez-vous en produits frais près de chez vous

Si vous avez fait des réserves de conserves, de pâtes et de riz, essayez de ne pas en faire la base de votre alimentation, encore moins en période de confinement.

Mais surtout, achetez des produits frais car nous ne sommes pas en état de pénurie alimentaire.

C’est même l’inverse : le détournement actuel du grand public des produits frais les rend plus disponibles que jamais, et souvent à des prix réduits.

Comment faire pour s’en procurer ?

Pour ma part, depuis que le marché auquel j’allais chaque samedi s’est interrompu, je vais me fournir directement auprès du maraîcher biologique auquel j’achetais déjà des fruits et légumes de temps en temps.

Mais j’habite dans une petite ville, donc c’est plus facile pour moi sans doute.

Je vous propose trois moyens pour vous aider à trouver des aliments frais et de qualité près de chez vous :

  1. Le Collège Culinaire de France compile, grâce au concours de nombreux contributeurs, toutes les initiatives de producteurs, artisans et restaurateurs qui font de la vente directe ou sont devenus points de relais de producteurs. Ces points de distribution alimentaire de qualité sont géolocalisés sur une cartographie mise à jour en temps réel (lien en source[4]).
     
  2. Le Marché Vert est une carte collaborative qui répertorie les initiatives existantes ou toutes nouvelles pour continuer à s’approvisionner auprès de petites structures de proximité : AMAP, épiceries paysannes, points de collecte, vente à la ferme… La carte s’enrichit grâce aux utilisateurs et évolue donc en direct (lien en source[5]).
     
  3. Une autre carte, La Charrette, tient en temps réel le compte des circuits courts actifs pendant la crise (lien en source[6]).
     

Précisions importantes sur les produits frais

Une dernière question qui, peut-être, vous taraude : avez-vous plus de chances d’attraper le Covid-19 via les produits frais ?

Est-ce pour cela que tout le monde s’en détourne ?

Si oui, c’est une psychose injustifiée.

Concernant la viande et les produits laitiers, aucun animal d’élevage n’a été diagnostiqué au Covid-19 à l’heure où je vous écris. La maladie se propage par l’homme.

Concernant les fruits et légumes, ils ne sont pas plus infectés et on ne recense aucun cas de contamination à partir de légumes ou fruits.

Le seul risque, mais c’est le même pour une boîte de conserve en magasin, est que l'aliment ait été manipulé par une personne malade.

Quelques mesures simples[7] pour vous assurer à 100 % que vos denrées fraîches sont exemptes de contamination :

  • Lavez vos fruits et légumes abondamment à l’eau claire (pas besoin de vinaigre blanc, qui agresse les végétaux et donne un mauvais goût) ;
     
  • Une cuisson à 63°C si vraiment vous y tenez. Cela suffit à tuer n’importe quel virus. Comptez 4 minutes à feu moyen ;
     
  • Vous pouvez passer un chiffon imbibé d’eau chaude sur les emballages s’ils vous paraissent suspects.
     

Pratiquez les synergies alimentaires

Un dernier point pour améliorer votre alimentation en temps de confinement : essayez les synergies alimentaires.

C’est une technique consistant à associer certains aliments du quotidien entre eux pour démultiplier leur potentiel nutritionnel.

C’est apparemment très efficace. L’expert en nutrition Eric Müller a écrit une lettre sur le sujet que je vous invite à lire ici.

Portez-vous bien,

Rodolphe

 


 

Rédacteur en chef du mensuel Alternatif Bien-Être, je partage en exclusivité avec vous mes recherches sur la santé.

Je vous fais découvrir des solutions hors des sentiers battus, inspirées du monde entier, et des protocoles 100% naturels pour mieux vivre.

Partager cet article

Repost0
27 mars 2020 5 27 /03 /mars /2020 14:07
MENTON: RISTORANTE ISCHIA

CLIQUER - CLICCARE - CLICKON  YOUTUBE

https://youtu.be/d_mLFHLSULw

https://youtu.be/d_mLFHLSULw

 

 

Partager cet article

Repost0
1 février 2020 6 01 /02 /février /2020 06:36
La 9ème année, les Chefs au Sommet d’Auron

La 9ème année, des Chefs au Sommet d’Auron

 

Auron, station de sports d’hiver situé à 1600m d’altitude aux Portes du Parc national du Mercantour, à une heure trente de Nice, offre un confort et un cadre de vie traditionnel. Son domaine skiable alpin, le plus grand du département, allie à la fois plaisir et technique, un véritable cocktail de bien-être entre neige et soleil.

Aussi, pour sa 9ème année, les Chefs au Sommet d’Auron ont fait leur Festival de la gastronomie du 18 au 24 janvier 2020, avec en ouverture, auquel il ne fallait rater à aucun prix, le dimanche, le gigantesque Barbecue installé sur les pistes enneigées, sur le plateau de Chastellarès, de préférence en tenue de ski !

Défilé de mode tout azimut assuré : Bonnet à gland ou toque en fourrure, anorak jaune canari et capuche bordé de fourrure, pull à motifs style norvégien, qui se dessinent sur les flans neigeux des montagnes alentour, c’est joyeux comme une bande dessinée, et ça met l’accent sur le côté festif de l’ambiance générale.

Sur les longues tables, abondance de produits frais, légumes, fromages, condiments, des plats tentation,parrainé  par l’irrésistible duo culinaire Noëlle et David Faure des Toques Brûlées, placé sous le signe de la convivialité, de l’Amitié, de la cuisine éthique, du partage et de la transmission.

Après un cru 2019 avec les Meilleurs Ouvriers de France“la volonté était de faire connaître des jeunes Chefs de la région”, commentait Michel Guillot, organisateur de l’événement en gilet blanc siglé, ne rechignant pas à la tâche : ça découpe, ça sert, ça passe les plateaux, ça nettoie, ça jette, ça porte les sacs poubelles, ça fait de la place sourire aux lèvres et l’œil malicieux. Il faut dire que le diable est là : David et Noëlle ont pris les rênes de ce repas digne de Gargantua  et  s’en donnent à cœur joie ! Ils ont gagné cet impossible pari, faire partager par des centaines de participants le plaisir de goûter, de découvrir toute une palette de goûts qui ont enchanté les palais !

Ahhhh! La viande fondante et la peau grillée du gigot sur la broche ! Aaaah, les poissons, pagres, loups, pageots grillés, juste agrémenté d’un doigt d’huile d’olive, accompagnés de multiples salades composées toutes fraîches, les fromages. On n’en peut plus mais on continue à se servir et à engloutir ! Clic Clac photo, ça crépite, pas une image sans le sourire et la bonne humeur accrochés au visage ! Succès grandissant de cette énorme fête gourmande unique dans les montagnes ! Obélix n’est pas loin !! Trop de manifestations oublient les chefs locaux quand elles ont du succès. Là, ce n’est pas le cas, et c’est tout à leur honneur.” nous confiait David Faure.

A l’origine, «  les chefs au sommet d’Auron », était déjà une idée pour le moins originale : demander aux meilleurs chefs de la Côte d’Azur, étoilés ou pas, de participer à une grande fête gastronomique sur les pistes d’Auron, et de signer une quinzaine de menus dans les divers restaurants de la célèbre station d’hiver, sans compter l’animation des ateliers, où ils confient leurs secrets et leurs astuces. Mayonnaise, crème chantilly, vinaigrette, bien sûr, on sait les faire, mais il manque toujours quelque chose pour les rendre parfaites, avec ce petit plus qui les rend sublimes, cette saveur qu‘on apprécie tellement quand on déguste un plat réalisé par un chef de talent.

Avec eux, même quand c’est simple, c’est sublime ! Cette année, consécration des Maîtres Restaurateurs avec une importante délégation autour de leur Président Théo Mansi, pour un show cooking de haut niveau. C’est en présence de Colette Fabron, Maire de St Etienne de Tinée, où l’inauguration des Chefs au Sommet d’Auron, a été animée par les Maîtres Restaurateurs des Alpes-Maritimes. Quant au Barista’s/cocktail, champion du monde de cocktails, l’éternel ado Victor Delpierre, il vous fait prendre goût à l’alcool et aux liqueurs : ses mélanges inédits vous envoient au 7 e ciel,en ménageant les plus sages avec des associations à de délicieux jus de fruits. Ne ratez pas son divin ” irish coffee ”, un grand moment !

Chaque soir, les Chefs et Pâtissiers officient dans les restaurants, où l’on pouvait retrouver avec plaisir, avec, en tête, les Chefs une étoile Christophe Billau, qui vient en voisin puisqu’il a créé, avec son épouse, “l’Auberge de la Quintessence” à Roubion, Stéphane Furlan désormais installé dans son restaurant le “Sansot” à Tourrettes su-Loup, de Jérôme Clavel du “44 à Antibes”, ainsi que Jacques Rollancy, Meilleur Ouvrier de France à la tête du “Le Rolancy’s à Nice“, Jean-François Bérard, à la tête de la table varoise familiale “Hostellerie Bérard”  La Cadière d’Azur, Aux Pivotes, de Mathieu Allinel du “Bistrot du port” à Antibes, ou encore Guillaume Arragon, du “Bistrot Gourmand à Cannes”, Dessert par Yohan Gouverneur, pâtisserie Emotions, Castagniers. Vingt-trois noms de Chefs. Véritable menus gastronomiques, de l’amuse-bouche au dessert (au prix unique de 45 €).  

Las…la fête est finie… Pas tout à fait, aux tables des restaurants, les dîners signés par de grands Chefs, finissent de vous éclater les papilles. Demain, chacun est rentré dans son sweet home, et on se jure que ce sera ” une soupe, une tisane et dodo”, histoire de reposer notre foie… mais les images joyeuses remplissent nos rêves.
Vivement l’année prochaine !

 

Texte Lilas Spak -   ©Photos Brigitte Lachaud

Partager cet article

Repost0
11 janvier 2020 6 11 /01 /janvier /2020 18:19
LE NOUVEL AN RUSSE FÊTE’ AU YACHT CLUB DE MONACO

LE NOUVEL AN RUSSE FÊTE’ AU YACHT CLUB DE MONACO 

 

Il y a deux « nouvel an »en  Russie. Il y a le nouvel an russe qui se fête comme chez nous le 31 décembre. Et il y a aussi l’ancien nouvel an, qui est toujours fêté le 13 et 14 janvier. A Monaco en 2020 il à été fêté le 10 janvier, comme depuis des lustres, au Yacht Club de Monaco, sur invitation et en présence de S.A.S. le Prince Albert II de Monaco.

 

Mais avant d’entrer dans les explications historiques et pratiques de cette récurrence, laissez moi vous dire comment  souhaiter « la Bonne Année en russe » et ce de plusieurs manières différentes.

С новым годом (S novim godom). Enfin, c’est à dire que c’est la formule la plus simple, qui veut dire littéralement « à la nouvelle année ».

Mais il y a d’autres façons de souhaiter une excellente nouvelle année à vos amis russes.

Par exemple, on peut dire с наступающим новым годом (s nastoupayoushim novim godom), qui veut dire aussi « à cette nouvelle année ».

On peut encore dire с наступающим (s nastoupayoushim), tout simplement que l’on traduirait en français par « joyeuse fête ».

Et encore dire счастливого Нового Года (shastlivovo novovo goda), autrement dit, une « heureuse nouvelle année », si l’on souhaite varier les plaisirs. Allez, un petit dernier ? Le voici поздравляю на новый год (pozdravliayou na novi god) qui veut dire « Je te félicite pour la nouvelle année ».

Pour résumer, bonne année et ses variantes se dit en russe :

  1. С новым годом (S novim godom) – Bonne année
  2. С наступающим новым годом (s nastoupayoushim novim godom) – A cette nouvelle année
  3. С наступающим (s nastoupayoushim) – Joyeuses fêtes
  4. Поздравляю с новым годом (pozdravliayou s novim godom) – Je vous félicite pour la nouvelle année
  5. Счастливого Нового Года (shastlivovo novovo goda) – Heureuse nouvelle année

Partager cet article

Repost0
6 janvier 2020 1 06 /01 /janvier /2020 19:13
écrit par Brigitte & JJ Rolland - © photos Brigitte Lachaud le 6 janvier 2020 0 Commentaire
C’est dans les salons de la Villa Masséna à Nice (06) Alpes-Maritimes, joyau architectural de la Promenade des Anglais, évoque, à travers ses collections, l’art et l’histoire de la Riviera, où Christian Estrosi, maire de Nice, nombreux élus et personnalités, que la 32ème édition du salon Agécotel 2020 a été dévoilé.
 
 
Placée sous la présidence d’honneur 2020 du Chef Philippe Joannès, Président des MOF Région Sud,  Meilleur Ouvrier de France, Directeur des événements culinaires de la Société des Bains de Mer à Monte-Carlo, qui a accepté de succéder à Monsieur Joël Robuchon, en tant que président d’honneur.
 
 
Marc Ippolito Nicexpo, dirigé par Alain Defils, ont présenté à la presse la 29ème édition du salon professionnel Agecotel pour des CHR et Métiers de Bouche.qui aura lieu au Palais des Congrès de Nice (06) Alpes-Maritimes, du 2 au 5 février 2020.
 

Plus de 170 exposants, représentant 260 marques seront présents. Ce sera aussi l’occasion de venir encourager les nombreux candidats aux concours et challenges prestigieux, qui se déroulent pendant 4 jours, sous l’œil attentif de nombreux chefs étoilés, MOF et grands noms de la gastronomie, de la restauration, de la boulangerie, de la pâtisserie et du chocolat, agrémenté de 5 points forts:

L 2 février, Marcel Lesoille, Champion du Monde d’ouverture d’huîtres, et devant un jury de spécialistes, 6 candidats démontreront leur savoir-faire, de la conception du plateau à sa réalisation : équilibre de la présentation, propreté du poste de travail, adaptation à la dégustation…
 

Marcel Lesoille et Mercotte

L’Association Française des Maîtres-Restaurateurs – section des Alpes-Maritimes –Théo Mansi, Président régional, organise ce 3ème challenge, où s’affrontent dans la plus grande convivialité, 6 chefs membres de l’association, en binôme avec un amateur, sportif, personnalité publique ou politique, assisté d’un jury de professionnels, dont le thème sera : le bar.
 

 Le concours du Neptune d’Or 3 février, où six candidats devront mettre en valeur la mer et ses produits. Générosité, respect des produits, technique, présentation et bien évidemment goût, permettront à un jury d’exception de désigner le vainqueur du Neptune d’Or. Expérience et savoir-faire du Maître d’hôtel,
 
 
dont l‘A.M.I.R.A de Monaco (Association des Maîtres d’Hôtel des Restaurants et des Hôtels) organise le Concours où plusieurs épreuves attendent les candidats, dont certaines sous forme d’ateliers : – Un questionnaire de 60 minutes sur la profession – Un atelier sur l’accueil et la mise en situation et l’aisance  avec Antonio Fochi, le 3 février.
Le Trophée Bernard Loiseau le 3, fondé par les disciples Escoffier, sous le haut parrainage de Madame Dominique Loiseau, où ils devront réaliser une volaille de Bresse Alexandre Dumaine et un Saint-Honoré. Le 5 le Trophée Cacao Criollo, sous la houlette de Pascal Lac, réaliser plusieurs pièces sur un thème imposé.
 
Le challenge Jeunes Talents le 5 février, organisé par l’International Club Toques Blanches Côte d’Azur,  ouvert à tous les apprentis de 2ème année de CAP ou Bac Professionnel, étudiant dans tous les CFA et lycées hôteliers de la région Provence Sud Côte d’Azur.
 
 
 
 

Partager cet article

Repost0
7 décembre 2019 6 07 /12 /décembre /2019 09:19
LA CHAINE DES RÔTISSEURS DE MONACO AVEC LE ROYAL MONACO AU RESTAURANT LA FLIBUSTE DANS LE PORT DE VILLENEUVE LOUBET 
LA CHAINE DES RÔTISSEURS DE MONACO AVEC LE ROYAL MONACO AU RESTAURANT LA FLIBUSTE DANS LE PORT DE VILLENEUVE LOUBET 

La Chaîne des Rôtisseurs de Monaco nous a proposé de  découvrir "La Flibuste" le temps d'un dîner de gala et on pouvait difficilement mieux terminer l'année 2019 en optant pour ce magnifique restaurant LA FLIBUSTE à VILLENEUVE LOUBET, encensé par l'ensemble des guides.

En bas: Gérard CANARIE - Bailli délégué de la Chaine des Rotisseurs.

 

Forte de près de 25 000 membres, la Chaîne des Rôtisseurs est une Association Internationale de la Gastronomie aujourd'hui implantée dans plus de 80 pays et qui réunit des passionnés qui partagent les mêmes valeurs de qualité, gastronomie, promotion des arts culinaires et des plaisirs de la table.

En bas, Roger Martins, le Maître Restorateur avec sa femme et ses enfants.

Le caractère distinctif de notre association réside dans le rassemblement d'amateurs et de professionnels du monde entier, qu'ils soient hôteliers, restaurateurs, chefs ou sommeliers, autour de l'appréciation de la bonne cuisine.

L'un des objectifs de la Chaîne des Rôtisseurs est de promouvoir l'appréciation, la connaissance et la compréhension des grands vins et spiritueux pour les amateurs et les professionnels.

Elle vise à offrir aide, encouragement et soutien aux jeunes professionnels qui deviendront les meilleurs sommeliers de demain.

 

 

La Cheffe Eugénie Béziat et  Roger  Martins

 

 

Partager cet article

Repost0
6 décembre 2019 5 06 /12 /décembre /2019 08:29
LA POMME: ALIMENT OU MEDICAMENT? MANGEZ DES POMMES...BIO

La pomme, le fruit par excellence

D’un point de vue botanique la pomme est un faux fruit.

Les botanistes considèrent que le vrai fruit est uniquement issu du pistil de la fleur. Mais la pomme est un fruit complexe. Elle est le résultat d’un mélange d’organes : le réceptacle du fruit et le fruit se sont mêlés.

Et cela donne, la pomme.

Au Moyen Âge, on parle de la “pume” ou de “poma”. Et ces expressions désignent le fruit par excellence, d’où les mots pomme de pin et la pomme de terre…(3)

Evidemment, c’est aussi le fruit défendu. Celui que Eve tandit à Adam dans la Bible, que tous deux mangèrent, ce qui constitua la faute originelle et le début de l’Occident…

Cela n’a pas empêché les moines d’antan de cultiver des pommiers et d’étendre ainsi leur culture.

En en trouve aujourd’hui dans toute la France, et un peu partout dans le monde. Détail intrigant : la Chine est le premier producteur de pomme au monde avec près 40 000 tonnes de pommes récoltées tous les ans. Elle assure à elle seule 50% de la production. Les Etats-Unis, deuxième pays producteur, arrivent loin derrière avec 5%...

L’Empire du Milieu n’est donc pas que l’usine du monde, c’est aussi l’un de ses vergers. Reste à savoir comment ces pommes sont produites, nous y reviendrons…
 

LA POMME: ALIMENT OU MEDICAMENT? MANGEZ DES POMMES...BIO

Aliment ou médicament ?

Saviez-vous que le mot pommade vient de poma, la pomme en italien ? Cela serait lié au fait qu’autrefois l’on fabriquait des onguents à base de pomme d’api, une pomme un peu spéciale. Elle est petite, d’un rouge vif et blanche, toute ronde et aplatie (3).

La pomme est par ailleurs riche en polyphénols et en quercétine en particulier (4). Ce sont de puissants antioxydants. Ils ont une action efficace sur les virus. C’est pourquoi la pomme est une excellente alliée pour préparer l’hiver. Elle vous permet de vous armer contre les sinusites, rhinites, maux de gorges et autres joyeusetés de la saison froide.

La pomme est aussi antibactérienne (4).

Elle est par ailleurs riche en vitamines C, B (riboflavine, thiamine et B6) et également en vitamines E et K (5,6).

Et les bienfaits de la pomme ne s’arrêtent pas là.

Riche en fibres, elle est excellente pour votre microbiote. Elle favorise une digestion apaisée (7). Elle serait par ailleurs plutôt alcalinisante. Cela veut dire qu’elle rend le pH de l’intestin moins acide.

À une époque où la plupart des aliments sont acidifiants, la pomme est donc une bénédiction !

Elle contient également beaucoup d’eau et de minéraux. Elle vous hydrate.

Elle est reconnue comme aliment coupe faim (7,8). 

Et les maladies ?

La pomme est un sujet d’étude dont les chercheurs sont friands. Et ils lui ont trouvé de nombreuses vertus pour accompagner certaines pathologies ou améliorer des facultés humaines.

La pomme permettrait (5) :

  • d’améliorer la santé neurologique ;
     
  • de prévenir la démence ;
     
  • d’atténuer les effets de la maladie d’Alzheimer ;
     
  • de réduire l’obésité ;
     
  • de réduire les risques cardiaques ;
     
  • de réduire les risques de diabète ;
     
  • de prévenir le cancer du sein.
     

En revanche les pépins de pomme contiendraient du cyanure en petite quantité. Mieux vaut éviter de les consommer… (5).

Quelles pommes faut-il consommer ?

Je n’entrerai pas ici dans le débat des variétés. Elles sont trop nombreuses. Prenez celles que vous aimez !

En revanche, mangez-les bio, absolument. Car les vergers sont souvent ultra traités. On retrouve des traces de glyphosate dans tous les fruits conventionnels.

Et les pommes sont parmi les fruits les plus contaminés (9) !

Par ailleurs, les pommes sont conservées de longs mois dans des hangars au dessus de bacs d’acide. Donc, surtout, surtout, prenez-les bio.

Et ne me dites pas qu’en les épluchant, vous vous préservez, lorsqu’elles ne sont pas bio.

D’abord, parce que tout ce qui est bon dans la pomme, les polyphénols, les minéraux, les vitamines, se trouve essentiellement sous la peau ; et ensuite parce que les produits chimiques épandus au pied des arbres pénètrent les arbres et donc la pomme !

Enfin, si l’intoxication ne vous fait pas peur, dites-vous que les pommes d’aujourd’hui, cultivées en agriculture conventionnelle ont perdu l’essentiel de leur teneur en vitamines et en minéraux. Elles en contiendraient 50 fois moins qu’en 1950 (10).

Cela en raison des engrais et des sols dénaturés.

Donc, une fois de plus, pour la pomme, optez pour le bio et le local, et s’il y en a dans votre jardin que vous ne traitez pas, c’est encore mieux !

Faut-il les faire cuire ?

Les pommes peuvent faire d’excellent desserts, des tartes, des gâteaux, des compotes…

Elle peuvent aussi accompagner certaines viandes, le boudin noir par exemple.

Tout cela est très bien.

Il n’empêche, la meilleur pomme reste celle que vous mangerez crue et bio ou cueillie dans le jardin de votre grand-mère. Celle-là vous mènera loin et en bonne santé !

Naturellement vôtre,

Augustin de Livois

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2019 7 01 /12 /décembre /2019 15:40
SETTIMANA DELLA CUCINA ITALIANA NEL MONDO – PRINCIPATO DI MONACO
SETTIMANA DELLA CUCINA ITALIANA NEL MONDO – PRINCIPATO DI MONACO

 

In occasione della IV Settimana della cucina  italiana nel Mondo l’Ambasciata d’Italia ha organizzato, venerdi 27 novembre,per la comunità italiana del Principato di Monaco, un incontro educativo culinario svoltosi al Salone Bellevue del Café de Paris con la presentazione del libro dello  scrittore    Renato Bernardi, chef e ambasciatore della dieta mediterranea nel Mondo, il quale è stato  introdotto dall’Ambasciatore d’Italia  S.E. Cristiano Gallo che,   evidenziando le qualità gastronomiche, riconosciute  internazionalmente, della cucina italiana nel contesto della dieta Mediterranea, ha posto in evidenza anche le numerose case italiane presenti all’importante congresso “Chefs World Summit,  che si teneva dal 24 al 26 novembre nel Principato.

Renato Bernardi parla del suo libro « La Nutriscienza », scritto con il Prof. Antonello Senni, dopo aver studiato e maturato la propria espertienza a fianco di nutrezionisti e medici.

Lo chef  trasporta a tavola il binomio « gusto-salute » e anche  trattando casi di patologie, si addentra in particolari mai evidenziati come meritano nella storia gastronomica, quali la nutriscienza e la genomica, estrapolandone  finanche il valore dell’acqua in cucina in relazione al cibo per poi estendere la conoscenza di tali elementi nell’altro testo « L’altra Cucina – La salute a tavola ed il piacere di ricette facili della dieta mediterranea».

Renato Bernardi, prima di avviare il pubblico verso una brillante performance « nutrigenomica epigenetica » sui tavoli allestiti dal suo « staff » nella sala attigua, chiude il discorso affermando che :- « Cucinare è un gesto d’amore che si rinnova ogni volta per le persone a cui tieni »

 

©Luigi MATTERA – Foto © Tabita Espinoza Plejo

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : ROYAL MONACO RIVIERA ISSN 2057-5076
  •  ROYAL MONACO RIVIERA      ISSN 2057-5076
  • : Royal Monaco Riviera web magazine fondé par Luigi MATTERA est le PREMIER site online de Monaco en presse écrite . Royal Monaco Riviera, il primo sito online del Principato divenuto cartaceo.ARTE, CULTURA, SOCIETA' della Riviera Ligure e Costa Azzurra!
  • Contact

Recherche