Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 06:36

 Royal-Monaco--black.jpg  

 

  IL PRIMO WEB MAGAZINE AL MONDO DI MONACO DIVENUTO CARTACEO.

  UNA CONTROTENDENZA CHE FA PROSELITI.    

IN PAGINA WEB AMBASCIATA D'ITALIA NEL PRINCIPATO DI MONACO   
  ►http://www.ambprincipatomonaco.esteri.it/Ambasciata_Monaco/  

  JUIN BLOG RANK  74

 

MEDICINE & CHINESE TRADITIONAL MEDICINE 

Luigi39tab-copie-1.jpgLuigi Mattera is a certified by CERFPA (St. Laurent du Var-France) in HOMEOPATHY (biennale) & ZUO TUINA MASSAGE OF TRADITIONAL CHINESE MEDICINE - Online certificate from TEXAS CHIROPRACTIC COLLEGE (Pasadena-Texas 2007) in CHIROPRACTIC SPORTS & CHIROPRACTIC TREATMENT OF GOLF INJURIES.

In the past, he has been Captain aboard tanker ships . He got  Italian UNIVERSITY DOCTORATE in Foreigner and Litterature Languages (IULM Milano - Italy) and 3 years UNIVERISTY DIPLOMA in Public Relations and Discipline Administration (ISTITUTO UNIVERSITARIO LINGUE MODERNE -  Milano)

 

PRESENTS:  Royal Monaco Médecine

 

Une leucémie pour 10 000 scanners céphaliques dans l’enfance

Publié le 18/06/2012 Partager sur Twitter Partager sur Facebook Imprimer l'article Envoyer à un confrère Réagir à l'article Enregistrer dans ma bibliothèque Reduire Agrandir

 

Quel est le risque carcinologique des scanners pratiqués chez l’enfant et l’adulte jeune ? Cette question, qui se pose avec d’autant plus d’acuité que le nombre d’examens augmente, n’a pas reçu jusqu’ici de réponse satisfaisante.

Les travaux sur lesquels on s’appuie le plus souvent pour évaluer le risque d’induction tumorale par des radiations ionisantes sont basés sur l’étude Life Span qui a suivi des survivants des bombardements nucléaires d’Hiroshima et de Nagasaki et il ne s’agit donc que d’extrapolations. Leur pertinence a été remise en cause par beaucoup, certains estimant même que les faibles doses utilisées pour les scanners ne majorent nullement les risques carcinologiques.  

Pour essayer de quantifier ce risque (s’il existe) plusieurs études épidémiologiques de grande envergure ont été lancées dans le monde ces dernières années. Leurs résultats seront publiés au fil des mois jusqu’en 2016 et la première d’entre elles vient de l’être dans le Lancet.

Près de 200 000 enfants suivis au long cours

Le travail de Mark Pearce et coll. est une étude rétrospective ayant inclus tous les sujets de moins de 22 ans ayant bénéficié d’un scanner en Grande Bretagne entre 1985 et 2002. Les doses de radiations absorbées au niveau de la moelle osseuse et du cerveau lors de cet (ou de ces) examen(s) ont été estimées pour chaque patient. Et ces données ont été croisées avec celles de l’état civil et des registres du cancer britanniques pour déterminer s’il existait une corrélation entre la dose de radiations reçue et la prévalence des leucémies et des tumeurs malignes cérébrales dans cette population. 

Pour éliminer les sujets pour qui un scanner aurait pu être demandé dans le cadre du diagnostic ou de la surveillance d’une de ces deux pathologies, le suivi n’a été effectif que 2 ans après la première tomodensitométrie pour les leucémies et 5 ans après pour les cancers cérébraux.

Une fois exclus les sujets pour lesquels les données étaient incomplètes ou ininterprétables, les résultats ont porté au total sur 178 604 sujets pour l’étude des leucémies et sur 176 587 patients pour celle des tumeurs malignes cérébrales.

Un risque de leucémie multiplié par 3 après 5 à 10 scanners cérébraux

Au 31 décembre 2008, 74 leucémies et 135 cancers cérébraux avaient été diagnostiqués dans ces populations. 

Une association positive a été retrouvée entre la dose estimée de radiations absorbées et la prévalence des leucémies et des tumeurs cérébrales malignes (p=0,0097 pour les leucémies et p<0,0001 pour les cancers cérébraux). Ainsi, sur cette période de suivi, le risque de leucémie est apparu multiplié par 3,18 chez les sujets ayant reçu une dose cumulée d’au moins 30 mGy comparés à ceux ayant reçu moins de 5 mGy (intervalle de confiance à 95 % [IC95] entre 1,46 et 6,94). De même le risque de néoplasie cérébrale était multiplié par 2,82 chez les patients ayant reçu une dose cumulée de 50 à 74 mGy au niveau de l’encéphale comparés à ceux ayant reçu moins de 5 mGy (IC95 entre 1,33 et 6,03).

De façon plus simple à appréhender, en tenant compte des doses réduites administrées depuis 2001 chez l’enfant, la pratique de 5 à 10 scanners céphaliques avant 15 ans triple le risque de leucémie tandis que 2 à 3 tomodensitométries cérébrales multiplient également par 3 le risque de néoplasie cérébrale. Ces affections malignes étant relativement rares dans la population générale, en valeur absolue l’augmentation du risque apparaît cependant limitée et a été estimée par Pearce et coll. à une leucémie et un cancer cérébral supplémentaires dans les 10 ans pour 10 000 scanners céphaliques chez des enfants de moins de 10 ans.

Un appel à la modération des indications du scanner chez l’enfant

Ces résultats, très proches de ceux de l’étude Life Span, seront bien sûr discutés. En effet si les principaux facteurs de confusion ont pu être écartés, on ne peut exclure formellement tout biais et en particulier ceux liés aux autres sources de radiations qui n’étaient pas évalués dans ce travail. Mais, en tout état de cause, l’existence d’un effet dose démontrée dans cette étude de cohorte est très en faveur d’une relation causale entre ces faibles doses de radiations reçues et la survenue de tumeurs malignes.

La publication des autres études épidémiologiques portant sur le même thème dans les prochaines années (et notamment celle de l’EPI-CT regroupant tous les travaux européens en 2016) et la poursuite de la surveillance de cette cohorte britannique permettront d’étendre cette évaluation des risques à l’ensemble des tumeurs malignes. 

En pratique, le travail de Pearce devrait avoir deux types de conséquences opposées.

Il peut permettre tout d’abord de rassurer les parents lorsque l’on prescrit un scanner à leur enfant en leur montrant, chiffres à l’appui si besoin, que le risque très faible encouru est bien inférieur au bénéfice attendu.

Mais à l’inverse il doit conduire à renforcer deux types de mesure de précaution :
- Continuer, si possible, à réduire les doses absorbées lors des scanners chez l’enfant grâce à des réglages personnalisés des appareils.
- Limiter les indications du scanner pédiatrique en se posant systématiquement la question de son intérêt réel ou de son remplacement éventuel par un examen n’émettant pas de radiations ionisantes.



Dr Nicolas Chabert


Pearce MS et coll.: Radiation exposure from CT scans in childhood and subsequent risk of leukaemia and brain tumours: a retrospective cohort study. The Lancet. 2012; publication avancée en ligne le 7 juin 2012 (doi:10.1016/S0140-6736(12)60815-0)

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : ROYAL MONACO RIVIERA ISSN 2057-5076
  •  ROYAL MONACO RIVIERA      ISSN 2057-5076
  • : Royal Monaco Riviera web magazine fondé par Luigi MATTERA est le PREMIER site online de Monaco en presse écrite . Royal Monaco Riviera, il primo sito online del Principato divenuto cartaceo.ARTE, CULTURA, SOCIETA' della Riviera Ligure e Costa Azzurra!
  • Contact

Recherche