Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 21:08

 

 

Royal Monaco white

 

ROYAL MONACO RIVIERA WEB MAGAZINE

 

______________________________
PAGINA WEB AMBASCIATA D'ITALIA NEL PRINCIPATO DI MONACO   
  ►http://www.ambprincipatomonaco.esteri.it/Ambasciata_Monaco/ 

 

 

 



Les rumeurs disent que que Charlène Wittstock et le prince Albert ont fait chambre à part pendant leur lune de miel… Alors qu’il y a quelques décennies cela n’aurait interpellé personne, aujourd’hui les magazines s’enflamment et parlent déjà de la fin du couple royal… Par Gabriel Seyrig

Avant et après

Pour Nadine Brecht, psychothérapeute, « Les enjeux qui régissent le couple ont évolué au fil des années. Des institutions comme le mariage ou la famille ne suffisent plus à définir un cadre solide autour des conjoints comme ça pouvait être le cas dans le passé. Notre société actuelle s’est construite sur une pression insupportable autour des symboles du couple, qui sont envisagés de manière tyrannique : l’intimité d’une relation est constamment remise en cause selon les réponses que ses protagonistes apportent aux codes sociaux en place. Si vous ne faîtes pas ceci ou pas cela, certains diront que vous n’êtes pas réellement amoureux ». Chaque semaine, Nadine Brecht voit arriver dans son cabinet des gens effrayés : « Ils ont peur de l’image que leur renvoie leur entourage. Ils ont du mal à définir ce qu’ils veulent en profondeur, et se calquent sur des attentes qui créent inévitablement un déséquilibre entre eux et leur partenaire, car ils vivent leur histoire en reniant trop d’aspects de leur personnalité ».

Alors qu’à une époque chacun avait sa chambre et qu’il s’agissait de la « norme », il semble qu’aujourd’hui les symboles priment sur le reste pour définir l’imagerie d’un couple performant et qui répond à un cahier des charges strictes. C’est ce que Pascal Bruckner évoque dans son ouvrage « La tyrannie de l’amour » : « Ce que la liberté a apporté à l’amour, c’est aussi que la moindre entrave est vécue comme insupportable. C’est la face sombre de l’affaire : l’univers du consumérisme est entré dans le coeur humain, avec comme conséquence la muflerie généralisée. Maintenant que le marché amoureux s’est libéré, il a adopté toute la dureté du marché-compétition, concurrence, élimination. La rupture ressemble beaucoup à un licenciement. Récemment, une jeune femme m’a dit : « Je vais quitter mon copain car c’est un loser. » Les attentes sont tellement élevées, les exigences tellement insatiables que personne ne peut y répondre durablement. Une histoire d’amour, c’est un entretien d’embauche permanent ». Dont acte, mais que se passe t-il vraiment dans l’intimité de la chambre ?

« Faire chambre à part est mon quotidien »

Pour Christine, c’est un mode de vie. Pour elle, l’amour ne s’accommode pas forcément du quotidien : « Je n’ai pas envie de ressembler à ces couples qui s’endorment en cuillère et se fuient dans leur sommeil, parce qu’ils ont chaud, parce qu’ils se piquent la couette, parce qu’ils s’écrasent l’un l’autre, et qui finalement au petit matin s’imposent leur mauvaise haleine et leur sale humeur du lever. J’ai besoin de mystère et de magie, et j’ai été clair avec mon amoureux : j’ai mon appartement, il a le sien. Je ne veux pas qu’il s’installe ici et je ne veux pas m’installer chez lui. Les gens lui disent que je ne l’aime pas vraiment, ils se trompent : je n’ai jamais été si amoureuse. C’est justement pour préserver ça que j’ai pris le parti de conserver mon intimité… et la sienne ».

« Faire chambre à part a sauvé mon couple »

Nathalie est convaincue des bienfaits de cette nouvelle habitude dans son couple : « C’est sûr, les premières nuits, Mathieu me manquait. Mais au bout de quelques jours, quand j’ai réalisé que ses ronflements avaient quitté la pièce et que je pouvais enfin faire des nuits complètes, je me suis détendue. Je n’étais plus fatiguée et donc moins de mauvaise humeur. Pour ne pas que ça ressemble à une punition, on a fait en sorte de transformer le bureau qui servait davantage de débarras en une jolie pièce, où il a centralisé tous ses DVD et ses affaires persos, on l’a décoré ensemble. Cela n’empêche pas des incursions dans sa chambre ou lui dans la mienne, c’est même plutôt excitant : on a ravivé une forme de mystère entre nous, et on se donne rencard dans le salon, il y a quelque chose d’assez romantique qui s’est mis en place au fil du temps : l’attente, le désir, ce manque qu’on avait perdu petit à petit à force de vivre tout le temps l’un sur l’autre. Le ressentir à nouveau me fait prendre conscience jour après jour à quel point j’aime mon homme, et qu’on se respecte mutuellement ».

« Faire chambre à part a sonné la fin de mon couple »

Pour Maryline, le bilan est moins positif : « Le désir s’estompait doucement entre nous. Et plus je m’attachais à susciter quelque chose chez Damien, plus il prenait ses distances. La transition a été brutale : une nuit on dormait dans le même lit, et le lendemain, plus. Je l’ai mal vécu, et sans doute lui n’a pas suffisamment pris le temps de préparer notre couple à ça. Nous avons explosé quelques semaines plus tard. Notre vie de couple ressemblait davantage à une colocation qu’à un quotidien amoureux : Damien a essayé de me faire comprendre qu’il avait besoin de vivre d’autres choses, et moi j’ai compris que j’avais besoin d’un homme vraiment prêt à s’engager avec moi. La distance qu’il a installé entre nous à travers cette autre chambre était un symptôme d’un malaise plus profond ».

« Il n’y a pas de règle en amour » conclue Nadine Brecht. « La relation entre deux êtres repose avant tout sur une sincérité envers soi-même, et envers l’autre, sur un respect mutuel aussi. La chambre commune est un symbole parmi d’autres, qu’il faut parvenir à décrypter à titre individuel : laissez à la société ses codes et ses usages, tout est à réinventer, à chaque nouvelle histoire ».

Partager cet article

Repost 0
Published by royalmonacoriviera
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : ROYAL MONACO RIVIERA ISSN 2057-5076
  •  ROYAL MONACO RIVIERA      ISSN 2057-5076
  • : Royal Monaco Riviera web magazine fondé par Luigi MATTERA est le PREMIER site online de Monaco en presse écrite . Royal Monaco Riviera, il primo sito online del Principato divenuto cartaceo.ARTE, CULTURA, SOCIETA' della Riviera Ligure e Costa Azzurra!
  • Contact

Recherche