Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 13:50

Royal-Monaco--black.jpg

 

 RoyalMonaco_testata.jpg

 

PRIMO WEB MAGAZINE DI MONACO EDITO IN CARTACEO.      

IN PAGINA WEB AMBASCIATA D'ITALIA NEL PRINCIPATO DI MONACO   
  ►http://www.ambprincipatomonaco.esteri.it/Ambasciata_Monaco/  

RETROUVEZ NOS ARTICLES WEB SUR "ROYAL MONACO JOURNAL

MEDICINE & CHINESE TRADITIONAL MEDICINE 

Luigi39tab-copie-1.jpgLuigi Mattera is a certified by CERFPA (St. Laurent du Var-France) in HOMEOPATHY (biennale) & ZUO TUINA MASSAGE OF TRADITIONAL CHINESE MEDICINE - Online certificate from TEXAS CHIROPRACTIC COLLEGE (Pasadena-Texas 2007) in CHIROPRACTIC SPORTS & CHIROPRACTIC TREATMENT OF GOLF INJURIES.

In the past, he has been Captain aboard tanker ships . He got  Italian UNIVERSITY DOCTORATE in Foreigner and Litterature Languages (IULM Milano - Italy) and 3 years UNIVERISTY DIPLOMA in Public Relations and Discipline Administration (ISTITUTO UNIVERSITARIO LINGUE MODERNE -  Milano)

 

PRESENTS:  Royal Monaco Médecine

 

Scientifiques vs journalistes : la guerre des blogs aura-t-elle lieu ?

Paris, le samedi 15 janvier 2014 – Il y a quelques semaines, Pierre Barthélémy, journaliste scientifique au Monde qui anime le célèbre blog « Passeur de sciences » jubilait. Sous son impulsion et avec l’espoir de constituer à terme une véritable « plateforme de blogs scientifiques » à l’instar de ce qui peut exister dans les pays anglo-saxons, trois nouveaux blogs scientifiques ont été récemment hébergés par le Monde. Présentant ses nouveaux compagnons, Pierre Barthélémy concluait, un brin emphatique : « J’ai aujourd’hui le sentiment que, dans cette longue lutte en faveur de la vulgarisation scientifique, les équipes du Monde.fr et moi-même avons aujourd’hui remporté une petite victoire ».

L’avenir du blog scientifique est-il journalistique ?

Pour de nombreux auteurs de blogs scientifiques, la victoire, cependant, n’est pas entière. Car les trois nouveaux blogs hébergés par le Monde sont en effet tenus non pas par des scientifiques, mais par des journalistes. Cette nuance a valu d’importants commentaires au sein de la blogosphère émanant de chercheurs blogueurs. Tom Roud (du blog Matières Vivantes), chercheur en physique, s’est ainsi fendu d’un tweet : « Plus de blogs sur les sciences sur le monde.fr. Mais toujours pas (vraiment) de blogs de scientifiques » a-t-il observé avant de poursuivre : « Il semble donc que l’avenir du blog sur les sciences soit le journalisme scientifique. Pas sûr que ce soit un progrès ». La remarque bien sûr a piqué au vif l’orgueil (très mal placé, on le sait) des journalistes scientifiques. Tom Roud a tenu à calmer le jeu en observant « Mes tweets (…) ne sont évidemment pas une critique contre le journalisme scientifique ou les sociétés savantes. Je voulais souligner plutôt qu’on n’a justement aucun problème à trouver des blogs de vulgarisation ou tenus par des journalistes scientifiques (qui sont tout à fait sérieux). En revanche on a plus de difficulté à trouver des blogs de chercheurs « sur le terrain » parlant à la fois de la « science chaude » et des aspects spécifiques au métier de chercheurs. Aujourd’hui ce sont ces blogs qui m’intéressent personnellement le plus. Tout ceci me semble complémentaire : vouloir plus de blogs de chercheurs, c’est constater un manque, pas une critique sur ce qui existe par ailleurs et trouve très bien son public ».

Happy Few

De fait, les blogs de chercheurs sont rares en France. Et leur développement parait difficile, au vu des « critères » non pas imposés, mais fortement recommandés par les grandes plateformes de blogs. « Les chercheurs blogueurs : vous allez sans doute me trouver sévère mais (…) j’ai du mal à trouver des chercheurs qui bloguent a) très régulièrement (au moins une ou deux fois par semaine), b) en français et sans fautes c) avec un excellent niveau de vulgarisation (donc sans s’adresser aux happy few) et d) sur l’actualité », a ainsi observé Pierre Barthélémy en réponse à une note postée sur le blog « Tout se passe comme si » animé par le chercheur Marc Robinson-Réchavi (chercheur en bio-informatique). L’énumération de ces différents critères a déclenché une nouvelle salve de commentaires. Concernant la fréquence, Tom Roud s’interroge un brin ironiquement : « Quand je sais le temps que cela prend d’écrire un billet profond sur un sujet sérieux, quand je sais par ailleurs les exigences de la pratique académique, qui peut croire que, sur le long terme, on aura autre chose que des journalistes ou des pigistes tenant des blogs de science sur LeMonde.fr ? ». A propos du vocabulaire employé et du souci de vulgarisation, les scientifiques blogueurs sont également montés au créneau. « Le problème du jargon scientifique est un vieux problème, qui semble atrocement gêner les journalistes, car ils semblent ne pas le maîtriser. Mais je me suis toujours énervé contre cette tentative de nivellement par le bas » s’irrite le statisticien Arthur Charpentier sur son blog Freaknometrics. « Il faut se lancer, et s’approprier le jargon au contraire ! Je trouve cette démission face à la difficulté incroyable. Quant à parler de happy-few, c’est tellement méprisant ! Au risque de choquer, il y a du monde qui veut des choses techniques, avec du jargon dedans ! » s’emporte-t-il encore.

L’inaptitude des chercheurs français à communiquer

On le voit cette querelle entre journalistes scientifiques et scientifiques (tous blogueurs !) va bien au-delà d’une bataille de clocher. Elle concerne la question essentielle de la « vulgarisation » scientifique. A son propos, Marc Robinson-Réchavi observe : « En anglais, il y a de nombreux dialogues entre blogs, les gens n’hésitent pas à rebloguer sur un sujet déjà traité pour donner un angle un peu différent ou un point de vue personnel, les blogueurs commentent les uns chez les autres, les blogs se référencent sans cesse. On note là-dedans qu’il n’y a ni barrière forte entre blogs scientifiques par non scientifiques et blogs de scientifiques, au contraire, ni barrière forte entre blogs et journalisme ». Cette comparaison entre la France et le monde anglo-saxon met en lumière une nouvelle fois à quel point les chercheurs français ont une faible expérience de la communication. Chargé de recherche au CNRS, Sylvain Deville constatait de fait dans une récente tribune publiée par le Monde consacrée à Twitter : « En France, la majorité des chercheurs (…) semble ne pas percevoir l’importance de la communication, ou ne pas en avoir conscience, quand elle ne l’ignore pas avec un snobisme mal placé ». Or selon lui, « Expliquer sa recherche en une phrase, en cent quatre-vingts secondes ou en dansant est un exercice intéressant, ne serait-ce que pour répondre à la sempiternelle et exaspérante question du repas de Noël en famille : ‘Alors, es-tu un chercheur qui cherche ou un chercheur qui trouve ?’ ».

Pour ceux qui souhaiteraient trouver d’autres réponses sur ces questions vous pouvez lire les posts de Pierre Barthélémy :http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2014/01/23/lemonde-fr-etoffe-son-offre-scientifique/, Tom Roud http://tomroud.cafe-sciences.org/2014/01/31/probleme-a-2-corps-blogospheriques/, Marc Robinson-Réchavi http://toutsepassecommesi.cafe-sciences.org/2014/01/27/blogs-scientifiques-blogs-de-scientifiques-et-blogosphere-scientifique-ou-allons-nous/, Arthur Charpentierhttp://freakonometrics.hypotheses.org/12257 et la tribune de Sylvain Devillehttp://www.lemonde.fr/sciences/article/2014/02/05/twitter-et-les-chercheurs-l-exception-francaise_4360491_1650684.html.

Partager cet article

Repost 0
Published by ROYAL MONACO - dans MEDECINE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : ROYAL MONACO RIVIERA ISSN 2057-5076
  •  ROYAL MONACO RIVIERA      ISSN 2057-5076
  • : Royal Monaco Riviera web magazine fondé par Luigi MATTERA est le PREMIER site online de Monaco en presse écrite . Royal Monaco Riviera, il primo sito online del Principato divenuto cartaceo.ARTE, CULTURA, SOCIETA' della Riviera Ligure e Costa Azzurra!
  • Contact

Recherche