Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 13:07

 

RoyalMonaco_testata.jpg 

  ROYAL MONACO  WEB MAGAZINE

 

  

PAGINA WEB AMBASCIATA D'ITALIA NEL PRINCIPATO DI MONACO   
  ►http://www.ambprincipatomonaco.esteri.it/Ambasciatamonaco/  

AVRIL BLOG RANK 75 

Radiothérapie ou radio chimiothérapie dans le cancer de la vessie avec envahissement musculaire ?

Publié le 26/04/2012 Partager sur Twitter Partager sur Facebook Imprimer l'article Envoyer à un confrère Réagir à l'article Enregistrer dans ma bibliothèque Reduire Agrandir

En 2008, le cancer de la vessie a touché  dans le monde plus de 350 000 personnes, le plus souvent âgées, tabagiques et avec une importante comorbidité. Quel que soit le traitement mis en route, la survie à 5 ans reste faible, de l'ordre de 45 %. Chez les patients les plus fragiles, la radiothérapie est souvent préférée à une chirurgie radicale, mais la réponse thérapeutique est en règle incomplète et les récidives loco régionales fréquentes, dépassant 50 %. Une radio chimiothérapie (RX/CT) synchrone pourrait avoir une plus grande efficacité qu'une radiothérapie (RX) exclusive mais, seule, une  étude allant dans ce sens a été publiée dans la littérature, de faible envergure et menée avec du cisplatine ; l'utilisation de cet anticancéreux étant souvent problématique chez des malades en mauvaise condition physique ou dont la fonction rénale est dégradée.

Un essai ouvert, multicentrique, randomisé, dénommé Bladder Cancer 2001 (BC 2001) a donc été conduit en vue de préciser si une RX/CT synchrone, à base de fluorouracile et de mitomycine C pouvait se révéler supérieure à la RX seule. Dans le même temps, deux protocoles de RX furent testés, afin de préciser si une diminution des doses délivrées pouvait réduire les effets secondaires liés à l'irradiation sans compromettre le contrôle loco régional de la maladie cancéreuse.

Les patients inclus dans BC 2001 avaient tous plus de 18 ans ; ils étaient atteints d'un cancer de  la vessie T2, T3 ou T4a histologiquement prouvé (de type adénocarcinome, cancer urothélial ou épidermoïde ), sans envahissement ganglionnaire ni métastatique. Leur état général était bon ( OMS de 0 à 2), leur leucocytose supérieure à 4 000/mm3 ; les plaquettes à 100 000 ; le débit de filtration glomérulaire au dessus de 25 ml/mn et avec des taux de bilirubine et de transaminases qui ne dépassaient pas une fois et demi la normale. Un antécédent de chimiothérapie néo-adjuvante par sels de platine ne constituait pas un critère d'exclusion à l' entrée dans l'essai contrairement à une grossesse en cours, un cancer ou une radiothérapie préalables ou une maladie inflammatoire du tube digestif. Tous les patients avaient donné leur consentement par écrit.

Les deux protocoles de radiothérapie testés dans BC 2001 comportaient, soit l'administration de 55 Gy répartis en 20 fractions sur 4 semaines, soit 64 Gy en 32 fractions sur 12 semaines. Le fluorouracile fut planifié sur une base de 500mg/m2/j en perfusion continue pendant 10 jours, réparti en 2 périodes, de J1 à J5 et de J14 à J20, par cathéter central et en règle sans nécessité d'hospitalisation. La mitomycine C fut administrée en une seule fois, à J1 à la posologie de 12 mg/m2. Le bilan de départ comportait un scanner abdomino-pelvien, une mesure de la capacité vésicale et une cystoscopie avec biopsies et, si possible, résection de la tumeur vésicale. Cet examen, réalisé sous anesthésie par endoscope rigide ou flexible, était répété au 6e, 9e et 12e mois, puis annuellement pendant 5 ans ; le scanner était recontrôlé à 1 et 2 ans, et au-delà si nécessaire.
Le critère principal de l'essai BC 2001 a été l'appréciation du délai sans progression loco régional (absence de récidive vésicale ou ganglionnaire pelvienne). Ont été aussi pris en compte la survie globale sans progression ni métastases, les effets toxiques secondaires, les modifications de la capacité vésicale et la qualité de vie. En troisième lieu ont été analysés les effets toxiques de grade 3 ou 4, le contrôle local par cystoscopie à 6 mois, le nombre de cystectomies de sauvetage et enfin la survie globale à 5 ans.

BC 2001 a été un essai multicentrique conduit dans 43 centres du Royaume Uni, randomisé et comprenant plusieurs sous groupes fonction de l'âge et de l' état OMS des patients, de la dose de rayonnement délivrée et de l' existence ou non d'une chimiothérapie néo adjuvante préalable par sels de platine.

Entre Août 2001 et Avril 2008, 458 patients furent inclus, dont 360 effectivement randomisés en intention de traiter, 182 dans le bras RX/CT, 178 avec RX exclusive. En outre, 219 patients eurent une randomisation complémentaire en fonction des doses de rayons délivrées. Les deux groupes étaient identiques en terme d'âge, de sexe, de stade tumoral, de type histologique, d'état OMS et de qualité de résection tumorale per cystoscopique. La durée moyenne du suivi fut de 69,9 mois (50,1-84,1). Plus de 95 % des participants reçurent l' intégralité des doses de rayonnement prescrites ; dans le bras RX/CT, plus de 95 % d'entre eux  reçurent plus de 80 % de la dose de mitomycine C  prévue et 94 % au moins celle de fluorouracile la première semaine, puis 80 % pour la quatrième semaine.

De façon patente survinrent plus d'effets toxiques de haut grade dans le bras RX/CT qu'en cas de RX seule : 36 vs 27,5 %. Il s’agissait essentiellement de troubles gastro-intestinaux. Par contre, à 1 et 2 ans, les effets secondaires liés à la RX, tous de type génito-urinaires, furent équivalents, respectivement de l'ordre de 3,3 et 1,3 %. On ne nota pas non plus de différence significative dans la modification de la capacité vésicale à 12 et 24 mois.

Dans le groupe RX/CT, le délai sans récidive loco régionale fut nettement amélioré, de l'ordre de 67 % à 2 ans (59-74) face à 54 % ( 46-61 ) en cas de RX seule, soit un risque relatif de 0,68 en faveur du traitement mixte (p = 0,03), non modifié en cas de chimiothérapie néo-adjuvante préalable. On compta 20 récidives locales dans ce groupe (11 %) vs 34 en cas de RX exclusive (19,1 %). Il y eut enfin 9 métastases ganglionnaires pelviennes  (4,5 %) vs 12 (6,7 %). Bien que non significatif, il y eut également moins de cystectomies de sauvetage (11,4 vs 16,8 %). A 5 ans, la survie globale s'établit à 48 % dans le groupe RX/CT (40-55) versus 35 % (28 -43) , soit un risque relatif de 0,82 en faveur de la RX/CT (p = 0,16).

BC 2001, essai randomisé de phase 3, apporte donc la preuve qu'une association à base de mitomycine C et de fluorouracile, en sus d'une radiothérapie standard entraîne une réduction relative de 33 % du risque de récidive loco régionale par rapport à une irradiation exclusive, indépendamment de l' administration possible d'une chimiothérapie néo-adjuvante antérieure, sans retentissement significatif sur le volume vésical et au prix d'une augmentation acceptable de la  toxicité de haut grade. La mitomycine C et la fluorocytosine agissent ainsi comme agents radiosensibilisants sans, à priori, d'effets systémiques sur les micrométastases aux doses employées ; ce qui rejoint les constatations déjà observées dans la littérature pour le cancer du canal anal.

En conclusion, bien qued'autres études complémentaires restent nécessaires, BC 2001 apporte la preuve qu'une RX/CT couplée améliore le pronostic du cancer vésical avec envahissement musculaire par rapport à la RX exclusive et ce, quelque soit le protocole de RX mis en œuvre. Une telle stratégie thérapeutique pourrait se révéler très précieuse chez les sujets à haut risque de complications post opératoires après cystectomie.

Interview du Pr JFW Catto lors du 27th Annual congress of the European Association of Urology

 http://news.jim.fr/newsletters/videos/2012/03/08/index.html



Dr Pierre Margent


N D James et coll. : Radiotherapy with or without chemotherapy in muscle-invasive bladder cancer. N Engl J Med. 2012 ; 366 (16) :1477-88.

Tumeur de la vessie.


Renseignements cliniques : Hématurie, sans douleur, chez un homme de 50 ans. Découverte à l'échographie d'une masse polypoïde dans la vessie.
Examen présenté : Examen tomodensitométrique de l'abdomen (scanner multibarrettes).

  • Tumeur de la vessie: Image 1.
  • Tumeur de la vessie: Image 2.
  • Tumeur de la vessie: Image 3.

    Tumeur de la vessie: Image 1.

    Tumeur de la vessie: Image 1.

    précédent | suivant .   Scanner: coupe axiale, après injection de contraste et durant la phase tardive. 1, Vessie. 2, Rectum. 3, Sacrum. 4, Aile iliaque. Flèche, Tumeur de la vessie.


    L'apparition d'une hématurie macroscopique (sang visible dans les urines), sans douleur, peut témoigner de la présence d'une tumeur vésicale. La survenue d'un cancer de la vessie peut être liée à l'exposition à certaines substances chimiques (2-naphthylamine, 4-aminobiphenyl, benzidine) et à la prise de médicaments (phénacétine, cyclophosphamide, présence d'arsenic dans l'eau de boisson).
    La grande majorité des cancers de la vessie sont des tumeurs urothéliales. Les tumeurs urothéliales de la vessie proviennent de la couche la plus superficielle de la paroi vésicale. Elles apparaissent comme des masses, plus ou moins de forme polypoïde, qui naissent de la paroi et s'étendent à l'intérieur de la vessie. L'expression "tumeur urothéliale" désigne tout aussi bien des carcinomes in situ qu'invasifs.
    L'échographie, le scanner ou l'imagerie par résonance magnétique permettent de détecter les tumeurs vésicales. Les petites tumeurs superficielles peuvent ne pas être visible radiologiquement. La cystoscopie et la biopsie sont donc les examens de référence ("gold standard"). Le scanner ou l'IRM permettent d'effectuer un bilan d'extension de la maladie ("staging") pour les tumeurs les plus avancées.

    Bibliographie :

    Silverman SG, Leyendecker JR, Amis SE. What Is the Current Role of CT Urography and MR Urography in the Evaluation of the Urinary Tract? Radiology 2009;250:309-323.
    Sadow CA, Silverman SG, O'Leary MP, Signorovitch JE. Bladder cancer detection with CT urography in an Academic Medical Center. Radiology. 2008 Oct;249(1):195-202. Comment in: Radiology. 2009 Mar;250(3):956; author reply 956-7.
    Tsampoulas C, Tsili AC, Giannakis D, Alamanos Y, Sofikitis N, Efremidis SC. 16-MDCT cystoscopy in the evaluation of neoplasms of the urinary bladder. AJR Am J Roentgenol. 2008 Mar;190(3):729-35.
    Park SB, Kim JK, Lee HJ, Choi HJ, Cho KS. Hematuria: portal venous phase multi detector row CT of the bladder--a prospective study. Radiology. 2007 Dec;245(3):798-805.
    Jinzaki M, Tanimoto A, Shinmoto H, Horiguchi Y, Sato K, Kuribayashi S, Silverman SG. Detection of bladder tumors with dynamic contrast-enhanced MDCT. AJR Am J Roentgenol. 2007 Apr;188(4):913-8.
    Wong-You-Cheong JJ, Woodward PJ, Manning MA, Sesterhenn IA. From the Archives of the AFIP: neoplasms of the urinary bladder: radiologic-pathologic correlation. Radiographics. 2006 Mar-Apr;26(2):553-80.
    Kim JK, Park SY, Kim HS, Kim SH, Cho KS. Comparison of virtual cystoscopy, multiplanar reformation, and source CT images with contrast material-filled bladder for detecting lesions. AJR Am J Roentgenol. 2005 Sep;185(3):689-96.
    Kim JK, Ahn JH, Park T, Ahn HJ, Kim CS, Cho KS. Virtual cystoscopy of the contrast material-filled bladder in patients with gross hematuria. AJR Am J Roentgenol. 2002 Sep;179(3):763-8.
    Kim JK, Park SY, Ahn HJ, Kim CS, Cho KS. Bladder cancer: analysis of multi-detector row helical CT enhancement pattern and accuracy in tumor detection and perivesical staging. Radiology. 2004 Jun;231(3):725-31.
    Song JH, Francis IR, Platt JF, Cohan RH, Mohsin J, Kielb SJ, Korobkin M, Montie JE. Bladder tumor detection at virtual cystoscopy. Radiology. 2001 Jan;218(1):95-100.

    Partager cet article

    Repost0

    commentaires

    Marty Jean Pierre 13/05/2016 18:33

    En 4 ans, 8 resections de polyps. Plus de 40 installations. Ameticine, Ymucist, big oncocite, et ce n,est pas fini. Raz Le bol

    Présentation

    • : ROYAL MONACO RIVIERA ISSN 2057-5076
    •  ROYAL MONACO RIVIERA      ISSN 2057-5076
    • : Royal Monaco Riviera web magazine fondé par Luigi MATTERA est le PREMIER site online de Monaco en presse écrite . Royal Monaco Riviera, il primo sito online del Principato divenuto cartaceo.ARTE, CULTURA, SOCIETA' della Riviera Ligure e Costa Azzurra!
    • Contact

    Recherche