Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 07:35

 

Royal Monaco white

 

ROYAL MONACO RIVIERA WEB MAGAZINE

 

______________________________
PAGINA WEB AMBASCIATA D'ITALIA NEL PRINCIPATO DI MONACO   
  ►http://www.ambprincipatomonaco.esteri.it/Ambasciata_Monaco/ 

 

 

MEDICINE & CHINESE TRADITIONAL MEDICINE

 

luitabita.jpg


Luigi Mattera is a certified by CERFPA (St. Laurent du Var-France) in HOMEOPATHY & ZUO TUINA MASSAGE OF TRADITIONAL CHINESE MEDICINE - Online certificate from TEXAS CHIROPRACTIC COLLEGE (Pasadena-Texas 2007) in CHIROPRACTIC SPORTS & CHIROPRACTIC TREATMENT OF GOLF INJURIES.

In the past, has been Capitain aboard tanker ships where helped care crew when needed. He got a doctorate in Foreigner and Litterature Languages (IULM Milano - Italy) and 3 years University Diploma  in Public Relations and Discipline Administration (IULM Milano)


@@@@@@@

 

PRESENTS:

 

No PSA, please! Le dépistage systematique du cancer de la prostate. 

 

Washington, le lundi 10 octobre 2011 – L’opportunité d’un programme de dépistage systématique du cancer de la prostate apparaît désormais largement rejetée. L’année dernière encore, la Haute autorité de Santé (HAS) estimait que les deux dernières études publiées sur le sujet, l’une plutôt favorable à un tel dispositif, l’autre clairement défavorable, n’incitaient pas à revenir sur le choix adopté par la France de ne pas se lancer dans une systématisation du dépistage. La défiance de la HAS à l’égard du PSA apparaissait même très clairement lorsque cette dernière insistait « sur la nécessité de mieux apprécier les effets délétères des pratiques actuelles de prescription des dosages de PSA ».

Les Américains moins timides que la HAS

Par une telle observation, la HAS semblait ouvrir la voie à une remise en cause plus profonde de l’utilisation du PSA comme outil de dépistage, sans pourtant aller jusqu’à recommander de limiter drastiquement son recours. Cette étape que la HAS a semblé redouter, l’U.S. Preventive Services Task Force (USPSTF) vient de la franchir allègrement. Dans des recommandations à paraître la semaine prochaine mais déjà largement dévoilées par la presse américaine, ce conseil recommande tout simplement de ne pas réaliser de dosage de PSA chez les hommes ne présentant aucun signe clinique évocateur d’un cancer de la prostate.

20 à 30 % incontinents et ou impuissants

Dans cette recommandation de grade D (certitude scientifique modérée ou élevée), l’USPSTF revient sur la très faible spécificité du PSA ainsi que sur les conséquences délétères des sur diagnostics de cancer de la prostate. Il rappelle ainsi que plusieurs études ont mis en évidence que la proportion de faux positifs liés à la réalisation d’un dosage des PSA s’élève à 80 % ! Par ailleurs, cet organisme souligne qu’entre 1986 et 2005 sur la base des résultats du test PSA un million d’hommes de plus ont été traités aux Etats-Unis, par chirurgie ou radiothérapie où les deux par rapport à la période où ce dosage n’existait pas. Or, cinq hommes sur mille sont morts dans le mois ayant suivi l’intervention, tandis que 10 à 70 pour 1000 ont présenté de graves complications. Enfin, l’impuissance et l’incontinence urinaire concernent au moins 200 à 300 hommes pour 1 000 parmi les patients opérés.

Conversation ouverte

Ces résultats sont d’autant plus alarmants que l’USPSTF rappelle que le dépistage du cancer de la prostate paraît n’avoir, selon lui, aucune efficacité en terme de mortalité qu’il s’agisse des hommes âgés de 50 à 69 ans ou des plus âgés. Aussi, l’instance américaine appelle à ne pas avoir recours au test PSA chez les hommes ne présentant aucun symptôme clairement évocateur d’un cancer de la prostate et ce indépendamment de l’âge, de l'origine ethnique ou des antécédents familiaux. Elle n’ignore pas cependant que certains praticiens continueront de vouloir avoir recours à ce test. Aussi, exhorte-t-elle les professionnels de santé à adopter un discours totalement ouvert avec leurs patients sur ce sujet. Enfin, ces recommandations ne concernent pas la prescription du PSA chez les patients symptomatiques, ni son recours comme outil de surveillance.



Aurélie Haroche

Partager cet article

Repost 0
Published by royalmonacoriviera - dans MEDECINE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : ROYAL MONACO RIVIERA ISSN 2057-5076
  •  ROYAL MONACO RIVIERA      ISSN 2057-5076
  • : Royal Monaco Riviera web magazine fondé par Luigi MATTERA est le PREMIER site online de Monaco en presse écrite . Royal Monaco Riviera, il primo sito online del Principato divenuto cartaceo.ARTE, CULTURA, SOCIETA' della Riviera Ligure e Costa Azzurra!
  • Contact

Recherche