Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 07:28

 

RoyalMonaco_testata.jpg 

  ROYAL MONACO  WEB MAGAZINE

 

  

PAGINA WEB AMBASCIATA D'ITALIA NEL PRINCIPATO DI MONACO   
  ►http://www.ambprincipatomonaco.esteri.it/Ambasciata_Monaco/  

RETROUVEZ NOS ARTICLES SUR "ROYAL MONACO JOURNAL" BIMENSUEL DE IL FOGLIO ITALIANO
FEVRIER BLOG RANK  78


Journée Internationale de la Femme au Conseil National,
sous le thème « bâtir au féminin »

 

femmeCNDSC_0120.jpg
En ce 8 mars 2012, le Conseil National a célébré la Journée Internationale de la Femme, selon une tradition instaurée en 2003, à l’initiative de la Commission des Droits de la Femme et de la Famille, présidée par Mme Nicole MANZONE-SAQUET.
Pour cette nouvelle édition, le Président du Conseil National et la Présidente de la Commission des Droits de la Femme et de la Famille ont retenu le thème « bâtir au féminin », en mettant à l'honneur toutes les femmes qui œuvrent, à Monaco, dans ce secteur historiquement réservé aux hommes.
Dans son discours, Jean-François ROBILLON a salué « toutes les femmes qui conjuguent avec une grande énergie trois vies en une seule : vie professionnelle, vie familiale et vie privée ». Il a par ailleurs rendu un hommage appuyé aux femmes qui ont construit la réussite de la Principauté : les Princesses qui contribuent grandement au rayonnement international de Monaco, Marie-Blanc, gestionnaire visionnaire de la Société des Bains de Mer, Roxane NOAT-NOTARI, première femme élue au Conseil National, Anne-Marie CAMPORA, première femme Maire de Monaco, mais aussi Catherine FAUTRIER, première Présidente de la Commission des Droits de la Femme et de la Famille. 
Jean-François ROBILLON a également souhaité que la Journée Internationale de la Femme permette de « faire avancer les conditions de vie de toutes les femmes à travers le monde et de mieux garantir leurs droits fondamentaux ».
Nicole MANZONE-SAQUET a ensuite pris la parole pour féliciter « toutes ces femmes qui ont gagné par des combats difficiles, la liberté de travailler, de voter et d’enfanter et qui continuent chaque jour à se battre pour tout simplement être reconnues pour ce qu’elles sont : l’égales des hommes ». Elle est également revenue sur les plus récentes avancées acquises par la Commission des Droits de la Femme et de la Famille, à savoir le texte relatif aux violences particulières et celui relatif à la transmission de la nationalité par mariage. Nicole MANZONE-SAQUET a conclu en rappelant cependant que de nombreuses inégalités persistaient, même à Monaco, en particulier dans le domaine des salaires ou de celui de l’accès à des postes à responsabilité.

Parmi les personnalités, étaient présents : S.E. M. Michel ROGER, Ministre d’Etat, Mme Camille SVARA, Premier Adjoint au Maire, Mme Françoise GAMERDINGER, Adjoint au Maire, et de nombreux élus membres de la Commission des Droits de la Femme et de la Famille.


DISCOURS DU PRESIDENT DU CONSEIL NATIONAL
CELEBRATION DE LA JOURNEE INTERNATIONALE
DES DROITS DE LA FEMME

jeudi 8 mars 2012

Bâtir au féminin

Monsieur le Ministre,
Madame la Présidente et Doyenne,
Mesdames les Adjoints au Maire,
Chères et Chers Collègues,
Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

Selon une tradition désormais bien ancrée au Conseil National, nous voici réunis pour célébrer toutes et tous ensemble la Journée internationale des Droits de la Femme. A toutes, je souhaite la bienvenue au Conseil National, dans cet Hémicycle.
En 2012, la célébration d’une Journée de la Femme, à mon sens, ne devrait plus exister dans la mesure où, à notre époque, parité et mixité devraient être la règle en tout lieu et en toute circonstance. La parité devrait être la règle dans tous les Pays, sur le lieu de travail, au sein de la cellule familiale, mais aussi au niveau des droits civils et politiques. Les droits de l’homme doivent bien évidemment s’entendre « droits de l’homme et de la femme ».
Pourtant, cette année encore, la Journée Internationale de la Femme est là pour nous rappeler que la parité, la mixité et l’égalité entre les femmes et les hommes demeurent un objectif à atteindre, même dans nos Pays, même à Monaco.
C’est pourquoi j’ai toujours estimé qu’il était primordial que le Conseil National soutienne activement les actions entreprises le 8 mars. Je salue, en ce sens, le dynamisme et la conviction contagieuse de Nicole MANZONE-SAQUET, qui a su, au travers de son engagement au sein de l’Union des Femmes Monégasques, et, depuis l’an dernier, à la Présidence de la Commission des Droits de la Femme et de la Famille de notre Assemblée, faire avancer la cause des femmes à Monaco.
En Principauté, des femmes d’exception ont profondément marqué l’évolution de notre Pays. Le rayonnement de Monaco repose pour une part significative sur l’engagement historique et déterminé de nos Princesses pour la cause humanitaire, pour la défense des droits des plus démunis et, notamment, la protection des enfants. Aux côtés de nos Princesses, d’autres femmes d’exception ont participé à la construction du Monaco que nous connaissons : Marie BLANC, qui restera le gestionnaire visionnaire de Monte-Carlo, Roxane NOAT-NOTARI, première femme élue au Conseil National en 1963, Anne-Marie CAMPORA, première femme Maire de Monaco.
Je pense également à l’action  de Catherine FAUTRIER qui a grandement contribué, depuis son élection en 2003, à faire aboutir des textes dont la modernisation était nécessaire pour que la Principauté soit en accord avec son temps et la modernité que notre Pays revendique : la reforme du texte sur la transmission de la nationalité, la modification de la loi sur le divorce permettant enfin le divorce par consentement mutuel, la loi autorisant l’interruption médicale de grossesse dans certains cas, la loi relative aux violences particulières et, tout récemment, la reforme du texte sur la transmission de la nationalité monégasque par mariage.
Je pense aussi, bien évidemment, aux milliers de femmes qui participent chaque jour à la vie et à la réussite de Monaco. A vous toutes Mesdames, un grand merci ! Nous savons très bien que votre mérite est grand pour conjuguer avec la même énergie, trois vies en une seule : vie professionnelle, vie familiale et vie privée !
Cette année, nous avons choisi comme thème « bâtir au féminin », thème qui peut surprendre mais qui symbolise parfaitement la mixité à l’épreuve des préjugés. En ce sens, permettez-moi de citer Marguerite YOURCENAR qui affirmait à juste titre qu’« il faut toujours un coup de folie pour bâtir un destin ».
Vous en êtes, Mesdames, probablement le meilleur exemple, au sens propre comme au figuré !
Autrefois dominé par les hommes, le secteur du bâtiment et de la construction est en pleine mutation et attire de plus en plus de femmes. Il est vrai qu’il recouvre une diversité large de métiers qui cherchent toujours à recruter.
De même, je me réjouis de l’augmentation du nombre de femmes décideurs dans le domaine entrepreneurial. Le statut des femmes dans ce secteur est en train de passer de celui de « femme de chef d’entreprise » à « femme-chef d’entreprise » ; c’est un progrès qu’il convient d’encourager !
La Journée Internationale des droits de la Femme, célébrée partout dans le monde, est l’occasion de faire le point sur  les avancées acquises en matière de droits des femmes, mais, aussi et surtout, de préparer l’avenir.
Aujourd’hui, en tant que Président du Conseil National, je puis vous assurer que notre Assemblée poursuivra ses efforts dans ce domaine et continuera à être votre relais, afin que la voix des femmes de Monaco soit entendue et surtout écoutée.
Mesdames, chères amies,
Avant de passer la parole à Nicole MANZONE-SAQUET, dynamique Présidente de la Commission des Droits de la Femme et de la Famille, je souhaitais une nouvelle fois vous féliciter pour votre engagement dans ces beaux métiers liés au bâtiment.
Que tous mes vœux et ceux de mes collègues vous accompagnent en cette Journée Internationale de la Femme 2012, qui, je l’espère, fera avancer les conditions de vie de toutes les femmes à travers le monde et permettra de mieux garantir leurs droits !


    Je vous remercie.

DISCOURS DE LA PRESIDENTE DE LA COMMISSION
DES DROITS DE LA FEMME ET DE LA FAMILLE
 
CELEBRATION DE LA JOURNEE INTERNATIONALE
DES DROITS DE LA FEMME

jeudi 8 mars 2012

Bâtir au féminin
Monsieur le Ministre d’Etat,
Monsieur le Président,
Mesdames les Adjointes au Maire,
Mes Chers Collègues du Conseil National,
Mesdames,
Ce soir, la Commission des Droits de la Femme et de la Famille du Conseil National est heureuse de vous recevoir au sein de cet Hémicycle et nous vous souhaitons la bienvenue.
Si nous avons choisi votre corporation, c’est tout d’abord aux fins d’honorer des personnes dont la vie professionnelle n’est pas toujours facile ne serait-ce qu’en ce qui concerne les heures de travail à l’intérieur et l’extérieur d’un bureau.
« Bâtir au féminin », quel heureux thème pour développer une profession qui, le siècle dernier, ne laissait guère de place à la corporation féminine. Ces temps sont enfin révolus, je m’en félicite au nom de toutes ces femmes qui ont gagné, par des combats difficiles, usant du verbe et de toute leur persuasion, la liberté de travailler, la liberté de voter, la liberté d’enfanter et qui continuent chaque jour de se battre pour tout simplement être reconnues pour ce qu’elles sont, l’égales des hommes.
Aujourd’hui, nous avons des femmes ingénieurs en bâtiment, ingénieurs en béton armé mais je crois que Monaco en compte très peu et c’est dommage. C’est joli, sur un chantier, des boucles blondes s’échappant d’un casque.
Dans le secteur du bâtiment, tous les métiers se féminisent et c’est tant mieux: agents immobiliers, où les qualités de négociation des femmes sont reconnues, architectes et décorateurs d’intérieur, où les femmes exercent leur précision, leur sens pratique mais aussi artistique.
D’autres métiers sont plus résistants à la percée féminine à Monaco du moins : je pense à certains métiers artisans, comme plombier, électricien, vitrier, serrurier, staffeur et autres.
Heureusement, les métiers de l’artisanat s’ouvrent malgré tout aux femmes, qui sont régulièrement reconnues pour leur expérience et leur talent dans des métiers aussi divers qu’appréciés.
Je profite de cette occasion pour rappeler que la Commission que je préside soutient très activement les initiatives en faveur de l’apprentissage et de l’alternance, qui offrent des outils très adaptés aux modes de vie moderne en proposant une flexibilité extraordinaire pour concilier un apprentissage et une vie familiale et sociale épanouie.
Nous devons toutes et tous encourager les femmes de notre entourage à poursuivre des formations diplomantes et à mieux faire connaître aux jeunes femmes et à toutes les femmes qui cherchent à travailler ou à se reconvertir, les nombreuses formations en alternance ou en apprentissage qui s’offrent à elles pour intégrer le marché du travail avec les meilleurs atouts.
Car aujourd’hui, comme je l’ai dit, la situation et la condition des femmes s’améliorent mais beaucoup reste encore à faire pour que les progrès législatifs se traduisent dans les faits et par une prise de conscience générale.
Ainsi que le Président du Conseil National l’a évoqué dans ses propos liminaires, c’est grâce à l’engagement continu et déterminé de notre Assemblée et de la Commission des Droits de la Femme et de la Famille, que nous avons réussi à faire voter le texte sur la transmission de la nationalité monégasque par mariage.
Ce texte marque une avancée incroyable, une avancée historique, en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes dans un domaine aussi important que celui de la nationalité.
Nous pouvons être fiers de ce texte, qui a, contre toute attente, été voté à l’unanimité du Conseil National, toute tendance politique confondue : ce texte marquant une importante  avancée!
Pourtant le chemin est encore long, même à Monaco !
 Je veux bien évidemment parler de la situation profondément injuste et inexcusable au niveau de l’écart de salaires constaté, à poste égal entre les hommes et les femmes, dans le secteur privé !
Je veux bien sûr également parler de l’accès bien trop limité des femmes aux postes à responsabilité ! Pour autant, je ne souhaite pas et ne soutiendrai pas des mesures de quota à l’égard des femmes. Les quotas sont un frein à l’unique principe qui doit régir les rapports de travail : la méritocratie ! A priori, un homme ne vaut pas mieux qu’une femme mais une femme ne vaut pas mieux qu’un homme !
Ce n’est pas le sexe d’un individu qui doit déterminer son accès à tel ou tel emploi, encore moins à telle ou telle fonction.
Ce n’est pas le sexe de l’individu qui doit déterminer sa place au sein de la société.
Un individu doit être libre de choisir ! Voilà pourquoi l’éducation constitue encore et toujours le pilier de toute action, de toute évolution, a fortiori lorsque l’on touche à la question sensible du diptyque lié au « sexe » et au « genre ».
C’est à la maison et à l’école, ces premiers lieux de sociabilisation que nous devons transmettre cette liberté à nos enfants : ne les laissons pas enfermés dans le carcan d’une définition animale du male ou de la femelle, au sens sexuel stricto sensu. Apprenons-leur au contraire à devenir des êtres libres, masculins ou féminins !
D’ailleurs, le thème que nous avons choisi cette année, « bâtir au féminin », consacre tout à fait cette victoire du genre sur celle du sexe : voilà les deux termes qui paraissaient longtemps antinomiques voire antithétiques, l’un faisant référence dans l’imaginaire collectif à la force, à l’habileté et la puissance toute masculine ; l’autre rappelant les images de grâce, de gentillesse et d’abnégation historiquement féminines.
Mesdames, au travers de votre engagement professionnel quotidien, vous représentez concrètement la victoire de la mixité dans un secteur économique particulièrement hermétique aux femmes et trop longtemps réservé aux hommes.
Permettez-moi en cela de vous remercier, en mon nom personnel et en celui de la Commission des Droits de la Femme et de la Famille, et de vous souhaiter bonne chance dans chacune de vos entreprises professionnelles, familiales et sociales !
 Et souvenez-vous que si l’homme est l’œuvre de Dieu, la femme en est le chef d’œuvre.

Partager cet article

Repost 0
Published by royalmonacoriviera - dans GIORNALISMO
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : ROYAL MONACO RIVIERA ISSN 2057-5076
  •  ROYAL MONACO RIVIERA      ISSN 2057-5076
  • : Royal Monaco Riviera web magazine fondé par Luigi MATTERA est le PREMIER site online de Monaco en presse écrite . Royal Monaco Riviera, il primo sito online del Principato divenuto cartaceo.ARTE, CULTURA, SOCIETA' della Riviera Ligure e Costa Azzurra!
  • Contact

Recherche