Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 18:06

Royal-Monaco--black.jpg

 

 RoyalMonaco_testata.jpg

 

PRIMO WEB MAGAZINE DI MONACO EDITO IN CARTACEO.      

IN PAGINA WEB AMBASCIATA D'ITALIA NEL PRINCIPATO DI MONACO   
  ►http://www.ambprincipatomonaco.esteri.it/Ambasciata_Monaco/  

RETROUVEZ NOS ARTICLES WEB SUR "ROYAL MONACO JOURNAL"

 

Légions Romaines - Samedi 21 et Dimanche 22 septembre à Orange

1.-L--gions-Romaines--copyright-V.-Formica.jpg 

Samedi 21 et dimanche 22 septembre 2013, Culturespaces, qui met en valeur et gère le Théâtre antique d’Orange depuis 2002, organise avec la ville d’Orange un événement historique et familial sur le thème des « Légions Romaines ». Pour la première édition de cet événement conçu pour tous les amateurs d’histoire, grands ou petits, une centaine de reconstituants passionnés est appelée à investir Orange et son Théâtre antique pour mettre à l’honneur, le temps d’un week-end, les vétérans de la IIème légion gallique, fondateurs de la colonie romaine d'Orange.
Au programme, samedi et dimanche : la revue des troupes sur le parvis du Théâtre et le défilé des légionnaires, archers, auxiliaires et civils dans les rues du centre-ville, sans oublier le campement romain et les animations ludiques et pédagogiques dans le Théâtre antique.
Rendez-vous chargé d’histoire, ce week-end « Légions Romaines » s’annonce comme un temps fort à la rentrée, pour les enfants et leurs parents.
Pourquoi les Légions Romaines ?
Elément constitutif de la grandeur de Rome, l’armée romaine, puissante et conquérante, permet aux Romains de dominer le monde méditerranéen du IIème siècle avant J.C. jusqu’au Vème siècle. Elle est à l’origine de la fondation de nombreuses villes, dont Orange, en 35 avant notre ère.
C’est pour rappeler cette époque antique que samedi 21 et dimanche 22 septembre 2013, une centaine de reconstituants invitera les spectateurs à se mettre à l’heure romaine pour découvrir le quotidien des anciens légionnaires ayant fondé Arausio, future cité d’Orange.
Le public aura plus particulièrement l’occasion de découvrir l’histoire de la ville à travers son plus majestueux témoignage : le Théâtre antique d’Orange.
Dans ce cadre unique aujourd’hui classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, les « Légions Romaines » transmettront avec passion leurs connaissances sur la vie du campement, en passant par les techniques de combat, après avoir paradé fièrement dans la cité.
Cet événement inédit est réalisé par Culturespaces, en partenariat avec la ville d’Orange.

3.-L--gions-Romaines--copyright-V.-Formica.jpg
PROGRAMME
… En partenariat avec
SAMEDI 21 ET DIMANCHE 22 SEPTEMBRE 2013
Le campement romain – sur la scène du Théâtre antique
Un campement romain va, pour l’occasion, être reconstitué sur la scène du Théâtre antique, avec la tente du Centurion et la tente de l’Empereur. Découvrez la vie des légionnaires en campagne, participez à leurs entraînements, essayez leurs armes et équipements, voyez comment ils fabriquaient le pain, comment ils se soignaient... Une école de « petits légionnaires » ouvrira également ses portes aux enfants.
Samedi et dimanche, de 10h à 17h30
La revue des troupes – sur le parvis du Théâtre
L’empereur Auguste réalisera la revue de ses troupes sur la place des Frères Mounet, avant qu’elles ne partent manoeuvrer dans les rues du centre.
Samedi et dimanche, à 11h30
Le défilé – dans le centre-ville d’Orange
Un défilé composé de légionnaires, d’archers, d’auxiliaires et de civils aura lieu dans le centre-ville d’Orange, conduits par l’empereur Auguste, très soucieux de l’entraînement de ses soldats.
Samedi et dimanche, à 12h
Cérémonie du culte impérial – dans le Théâtre antique
Au coeur du campement romain, les prêtres du culte impérial proposeront une cérémonie en l’honneur de l’empereur Auguste. La cérémonie sera déclamée en latin, et accompagnée par les explications du Praeco, crieur public ayant à coeur de transmettre sa connaissance des traditions romaines.
Samedi et dimanche, à 14h30
Démonstration d’un entraînement romain – dans le Théâtre antique
Une représentation sera proposée pour montrer au public les manoeuvres des légionnaires et leurs techniques de combat face à un assaut (tortues, tenue de lignes…).
Samedi et dimanche, à 15h30 et 16h30
4.-L--gions-Romaines--copyright-M.-Fasol.jpg
LES ANIMATIONS
Dans le Théâtre antique entre 10h et 17h30
 À FAIRE : LES ATELIERS
Les petits légionnaires
Les enfants pourront s’essayer aux techniques de combats des légionnaires ainsi qu’à leurs formations telles que la tortue, dans une tactique défensive.
Les petits Gaulois
Les enfants pourront se mettre dans la peau d’un Gaulois grâce aux boucliers, casques et javelines.
 À VOIR : LES DÉMONSTRATIONS
Le paquetage d’un légionnaire
Les légionnaires feront découvrir au public tout le matériel nécessaire à un soldat partant en guerre.
La visite de la tente du centurion
Sur le campement, le public pourra visiter la tente du centurion et voir comment le chef d’une centurie vivait lorsqu’il était en campagne.
Le valetudinarium, ou infirmerie militaire
A l’entrée du campement romain sera installée une infirmerie, comme celles que l’on installait pour panser les blessures des soldats après une bataille. Les visiteurs deviendront l'instant d'une consultation un légionnaire blessé et découvriront les soins de l’époque.
La meunerie antique
De nombreux civils participaient à la vie de la légion. Au niveau de la meunerie antique, les visiteurs verront comment l’on préparait le pain à l’époque.
Le génie civil
Les camps romains étaient édifiés grâce aux techniques de construction utilisées pour les bâtiments civils et religieux. Le public pourra alors découvrir comment était bâti un campement militaire.
La cour d’Auguste
Durant les deux jours, la tente impériale d’Auguste sera installée à côté du campement. Les visiteurs pourront alors prendre des photos avec l’empereur et sa cour.
5.-L--gions-Romaines--copyright-V.-Formica.jpg
LES RECONSTITUANTS
Le temps d’un week-end, le Théâtre antique rassemble une centaine de reconstituants, fin connaisseurs et impatients de partager leur passion pour l’histoire vivante dans un site exceptionnel.
La Légion VI Victrix (légionnaires)
Cette association fait revivre la Leg VI Victrix en reconstituant, au plus près de la réalité historique, l’armement, l’équipement, les techniques de combat.
La Lorica Romana (légionnaires)
La recherche de cette association de reconstitution fondée sur le principe de l’archéologie expérimentale est basée sur l’étude militaire du monde romain. Passionnée par l’histoire vivante, elle reconstitue de nombreuses tenues de personnages de la Leg X Gemina.
Embonne (légionnaires)
Basée sur l’expérimentation archéologique, la troupe d’Embonne cherche à redécouvrir des techniques oubliées et différents aspects de la vie quotidienne antique, artisanat, gastronomie, militaire…
Les Mercenaires du temps (Empereur Auguste et civils)
Composée d’une cinquantaine de combattants et de personnages de la « vie civile », cette compagnie propose des activités culturelles en lien avec l’histoire des lieux qu’elle investit.
Memini (médecins romains)
Cette association de reconstitution historique propose, à travers une présentation pédagogique et ludique, l’évocation de la médecine romaine.
6.-L--gions-Romaines--copyright-V.-Formica.jpg
2000 ANS D’HISTOIRE À ORANGE
Un théâtre au coeur de la cité romaine
La construction du théâtre d’Orange, au pied de la colline Saint-Eutrope, date du Ier siècle avant notre ère. À cette époque, la ville faisait partie de l’Empire romain. Lieu de diffusion politique et religieuse, le Théâtre antique d’Orange est inspiré du théâtre de Marcellus, à Rome.
La ville d’Orange était alors connue sous le nom d’Arausio, fondée en 35 avant notre ère par des vétérans de la IIe légion gallique. La colonie antique était alors appelée Colonia Iulia Secundanum, en hommage à son fondateur : Auguste ou César.
La ville fut construite sur le plan typique d’une ville romaine avec les deux axes principaux : le decumanus - l’axe Nord-Sud - et le cardo - l’axe Est-Ouest -, qui se rejoignent au centre de la ville, à côté du théâtre. A l’époque, la colonie romaine d’Arausio est une cité de droit romain qui s’organise comme une petite Rome. La construction de nombreux bâtiments comme un temple dédié à l’empereur, des thermes, un arc de triomphe ou encore un théâtre sont révélateurs de la richesse de cette colonie.
Témoin de la grandeur de l’Empire romain, le Théâtre antique d’Orange est aujourd’hui le mieux conservé d’Europe. Il a été classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1981.
Les légions romaines
L’armée romaine est l’une des plus puissantes de l’Antiquité. Sa force est due à son infanterie lourde qui lui a permis, jusqu’au IIIe siècle, de l’emporter sur ses adversaires. Elle a fortement évolué au cours du temps, passant d’une armée de conscrits à une armée de professionnels avec la réforme de Marius en 100 avant J.-C.

LEGION2.-L--gions-Romaines--copyright-Marc-Fasol.jpg
C’est ainsi que, pour devenir un légionnaire, certains critères doivent être respectés : avoir au moins 18 ans, être citoyen romain, comprendre et parler le latin, être célibataire. A l’apogée de l’Empire les recrues devaient mesurer 1,70m au minimum.
Les nouveaux légionnaires, appelés tirones passaient un examen probatoire. Pour l’obtenir, Durant cette formation, ils apprenaient à sonner de la trompette pour transmettre les ordres et étaient soumis à un entraînement et une discipline rigoureux. Celui-ci permettait de voir si les « postulants » possédaient les capacités physiques et morales nécessaires pour combattre.
Contrairement à l’image souvent véhiculée par la culture populaire, notamment par la bande dessinée, l’étude de l’histoire nous apprend que l’armée romaine était une machine de guerre où chacun connaissait parfaitement la tâche qui lui incombait.
8
Entrer dans la légion et devenir un miles - un soldat - était un honneur pour un romain. L’art de la guerre faisait partie intégrante de l’ars maiorum, ce qui signifie en latin « coutume des ancêtres ». Considérée comme un art majeur, elle permettait d’étendre le territoire de l’Empire et de soumettre d’autres peuples à l’imperium romain.
A l’époque de la fondation d’Orange par des vétérans, une légion comptait environ 4800 hommes dont 120 cavaliers. Elle était identifiable par un chiffre, un nom et un animal comme par exemple la IIe gallique dont le symbole était le capricorne. Toutes les divisions se rassemblaient sous l’aigle d’or qui symbolisait l’armée et la puissance romaine. Sa perte, signifiait leur disparition.
Les guerriers cherchant volontiers à s’attirer la faveur des dieux, il était fréquent qu’avant une bataille, on consulte les auspices pour connaître leurs dispositions envers les deux camps en présence. Le général pouvait faire une invocatio, pour séduire de façon propitiatoire le dieu de l'adversaire en lui promettant par exemple la construction d’un temple pour qu'il change de camp en sa faveur.
Lors des campagnes, l’armée faisait preuve d’une très grande logistique. En amont, elle achetait de la nourriture, faisait transporter l’équipement lourd pour établir des dépôts de vivres et de matériel. Lorsqu’une légion était en marche, chaque soldat portait près de 40kg d’équipement et, chaque soir, il participait à la construction d’un camp d’étape qui était brûlé à leur départ.
Pour fonctionner correctement, l’armée romaine est assistée de nombreux civils comme des artisans, des médecins ou encore des vivandiers qui suivaient l’armée pour vendre des vivres et objets de nécessité… Ils n’étaient pas considérés comme des militaires mais participaient à la vie quotidienne des soldats. Les familles illégitimes des légionnaires suivaient les militaires lors de leur campagne.
À la fin des 25 ans de service, si le légionnaire avait effectué avec honneur son engagement, il pouvait recevoir un lopin de terre pour y vivre. Il pouvait également se marier avec sa compagne et reconnaître ses enfants. C’est grâce à cette donation que la ville d’Orange fut fondée et prospéra durant l’Empire.
Un théâtre habité
C’est vraisemblablement à partir du IVe siècle, lorsque le christianisme triomphe sur la civilisation romaine, que le théâtre connaît de nombreuses transformations. Au Ve siècle les barbares déferlent sur l’Empire, et Orange est prise par les Wisigoths. Le théâtre, alors fermé et laissé à l’abandon, pillé et détruit. Ses pierres sont utilisées pour des sarcophages et le toit de la scène est incendié.
Au Moyen-Âge, le théâtre devient un poste de défense et, une guérite est construite sur son enceinte.
9
Au XVIe siècle, les habitants se sentent trop à l’étroit dans la ville suite aux nombreuses guerres qui les ont touché. On construit au sein du théâtre une centaine de maisons, adossées au mur de scène et sur la pente des gradins, formant un véritable quartier d’habitation.
Au cours du XVIIe siècle, Louis XIV s’empare de la principauté d’Orange et rase toutes les fortifications, excepté le mur de scène qu’il affirme être « la plus belle muraille de [s]on royaume.» Au siècle suivant, l’épaisseur du mur de scène abrite une prison dans laquelle on enferme les détenus de la Révolution.
1825 marque le début du dégagement du Théâtre antique grâce à Prosper Mérimée, après une étude réalisée par Philippe-Joseph Caristie. Dès lors, les travaux s’enchaînent pour préserver ce patrimoine. Les derniers datent de 2006, avec la construction d’un toit de scène en verre et acier, supporté par une poutre métallique, qui protège le site des intempéries.
Aujourd’hui, le Théâtre antique a retrouvé sa fonction d’origine en accueillant de nombreuses représentations comme le festival d’art lyrique « Les Chorégies », de renommée internationale.
10

CULTURESPACES, PRODUCTEUR DE L’EVENEMENT .
« Notre vocation est d'aider les institutions publiques à mettre en scène leur patrimoine et à développer son rayonnement culturel et touristique. Elle est aussi de démocratiser l’accès à la culture et de faire découvrir à nos enfants notre histoire et notre civilisation, dans des sites culturels remarquables. »
Bruno Monnier, Président et Fondateur de Culturespaces
Culturespaces anime et gère, avec éthique et professionnalisme, des monuments, musées et sites historiques prestigieux qui lui sont confiés par des institutions publiques et des collectivités. Sont gérés par Culturespaces :
- le Musée Jacquemart-André, Paris (depuis 1996)
- la Villa Ephrussi de Rothschild, Saint-Jean-Cap-Ferrat (depuis 1992)
- la Villa Grecque Kérylos, Beaulieu sur Mer (depuis 2001)
- le Château des Baux-de-Provence (depuis 1993)
- les Carrières de Lumières (depuis 2012)
- le Théâtre antique d’Orange (depuis 2002)
- les Arènes de Nîmes, la Maison Carrée, la Tour Magne (depuis 2006)
- la Cité de l’Automobile, Mulhouse (depuis 1999)
- la Cité du Train, Mulhouse (depuis 2005)
- le Champ de bataille de Waterloo, Belgique (depuis 2004)
Culturespaces prend en charge la mise en valeur des espaces et des collections, l'accueil des publics, la gestion du personnel et de l'ensemble des services, l'animation culturelle et l’organisation des expositions temporaires, ainsi que la communication nationale et internationale des sites, avec des méthodes de management efficaces et responsables certifiées ISO 9001. 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by ROYAL MONACO - dans ARTE & CULTURA
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : ROYAL MONACO RIVIERA ISSN 2057-5076
  •  ROYAL MONACO RIVIERA      ISSN 2057-5076
  • : Royal Monaco Riviera web magazine fondé par Luigi MATTERA est le PREMIER site online de Monaco en presse écrite . Royal Monaco Riviera, il primo sito online del Principato divenuto cartaceo.ARTE, CULTURA, SOCIETA' della Riviera Ligure e Costa Azzurra!
  • Contact

Recherche