Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2011 3 20 /07 /juillet /2011 10:55

 

Royal Monaco white

 

ROYAL MONACO RIVIERA WEB MAGAZINE

 

______________________________
PAGINA WEB AMBASCIATA D'ITALIA NEL PRINCIPATO DI MONACO   
  ►http://www.ambprincipatomonaco.esteri.it/Ambasciata_Monaco/ 

 

 

MEDICINE & CHINESE TRADITIONAL MEDICINE

 

LUIGIpass.jpg

Luigi Mattera is a certified by CERFPA (St. Laurent du Var-France) in HOMEOPATHY & ZUO TUINA MASSAGE OF TRADITIONAL CHINESE MEDICINE - Online certificate from TEXAS CHIROPRACTIC COLLEGE (Pasadena-Texas 2007) in CHIROPRACTIC SPORTS & CHIROPRACTIC TREATMENT OF GOLF INJURIES


@@@@@@@

 

LA CONTROVERSE AUTOUR DU PAPILLOMAVIRUS

 

 

 borrutoDSC 3217 

Le Prof. Franco BORRUTO, au centre de l'image

 

Il y a quelques jours, le quotidien Le Monde a publié un article qui remet en cause la vaccination antipapillomavirus.

 

Ce journal note en effet que « deux jeunes femmes se disant victimes d’effets secondaires du Gardasil ont envoyé une demande d’indemnisation à la commission régionale de conciliation et d’indemnisation des accidents médicaux de Lyon». Le quotidien rappelle en outre que les deux vaccins contre ce cancer (Gardasil et Cervarix) « figurent sur la liste des 77 médicaments placés sous surveillance» par l’Afssaps ». 

 

Nous avons interpellé à ce sujet le Professeur Franco BORRUTO, qui a intégré l'équipe dirigée par le Professeur TREISSER au CHPG  de Monaco. 

 

 

 borrut 

LE PROF.BORRUTO AVEC LE  PROF. HARALD ZUR HAUSEN, PRIX NOBEL POUR LA MEDECINE 2008 POUR AVOIR DECOUVERT LE RÔLE I CARCINOGENETIQUE DE L' HPV

 

 

LM- Professeur qu’en pensez-vous ?Pouvez-vous nous donner votre opinion,et si c’est possible,quelques explications et éléments scientifiques nécessaires à la connaissance de la situation :est-ce qu’ une vaccination peut réduire sensiblement le nombre de  cancers de l’utérus ?

 

Je pense vraiment  qu’«aussi longtemps que le rapport entre les bénéfices et les risques sera favorable, il faudra poursuivre la vaccination. Pour l’instant, celui-ci est largement favorable ». En ce qui concerne les rapports de l’Afssaps, ils «n’ont pas permis d’établir l’existence de graves effets secondaires. Compte tenu du nombre de vaccinations, certaines coïncidences surviennent. L’investigation médicale doit vérifier s’il existe un lien de causalité qui incriminerait les vaccins. Pour le moment, ce lien n’est absolument pas démontré. Par contre, les bénéfices, eux, sont bien connus. Actuellement 900 femmes meurent chaque année en France du cancer du col de l’utérus. Or 97% de ces cas pourraient être évités, à condition d’effectuer correctement deux choses : d’une part la vaccination, d’autre part le dépistage ».

 

 

CHARLENE (5)A

 

  AVEC S.A.S. LA PRINCESSE CHARLENE DE MONACO ET LE PROF. RENE FRIEDMAN

 

Le virus du papillome humain aussi appelé HPV est considéré comme une cause principale du cancer de l'utérus.

Les femmes sexuellement actives devraient impérativement  effectuer le Pap test selon une frequence de 1 à 3 ans, déterminée par leur gynécologue : il s'agît  d'une analyse qui permet de mettre en évidence la présence éventuelle de lésions cervicales et les infections ;elles peuvent être  cause majeure du cancer du col.

Pour les adolescents  non sexuellement actifs un vaccin existe.

La vaccination est désormais considérée comme sûre, bien tolérée et capable de prévenir les lésions provoquées par   deux souches virales à haut risque(16,18) responsables de la plupart des cas de menace pour la santé des femmes, de sorte que maintenant, de nouvelles recherches semblent indiquer que la vaccination peut également être utile pour les femmes plus matures.

 

La vaccination ne remplace pas le dépistage par frottis. Le test de Papanicolaou est encore indispensable pour toutes les femmes.

 

Comme cela arrive souvent quand il s'agit de vaccination, les opinions sont parfois contradictoires entre partisans et opposants. La vaccination est désormais présentée comme une occasion importante pour les adolescentes d'aujourd'hui, les femmes de demain, et dès lors est l'outil considéré comme un plus pour la prévention. L'administration du vaccin pour les femmes adultes, semble être la réponse à des données qui montrent que de nombreuses femmes ne subissent pas le test de Papanicolau .

 

Le virus du papillome humain, également appelé HPV, est considéré comme une cause de cancer de l'utérus. Le HPV est très stable, probablement identique a ceux existants il y a des milliers d’années ;il n’est donc pas comparables à d’autres virus, par exemple a ceux responsables de la grippe.

 

Tous les cancers sont causés par l’infection HPV  au niveau du col. Il y a une centaine de types de virus du papillome humain  divisés et numérotés en HPV à faible risque, qui attaquent la peau (6, 11, 42, 43, 44) et en HPV à risque élevé, qui attaquent les muqueuses (16, 18, 31, 33, 35, 39, 45, 51, 52, 56, 58, 59,68).On estime que plus de 70%des femmes contractent une infection génitale à HPV au cours de leur existence, mais que la grande majorité de ces infections est susceptible de disparaître spontanément en quelques mois à cause de leur système immunitaire.

 

C’est seulement lorsque l’infection virale à haut risque HPV persiste sur une longue periode que cette infection peut devenir oncogène,et dans une minorité de cas, le développement d'une tumeur maligne  peut  apparaître sur  une periode longue de plusieurs années..

 

LM- Mais quels sont les symptômes du virus du papillome humain  et comment se transmet-il ?

 

Les HPV - sont transmis  non seulement par des rapports sexuels lors d'un contact étroit,de peau à peau.

(Pas besoin de pénétration, le préservatif ne protège pas).

 

Très peu de femmes infectées par le VPH vont développer un cancer du col: le virus est donc seulement l'une des causes du cancer, mais il est une cause nécessaire. Presque toutes les femmes atteintes de cancer sont en fait atteintes d’abord par  l'infection à HPV du col utérin.

 

D'autres facteurs déclencheurs sont: les mauvaises habitudes comme le tabagisme, l'alimentation déséquilibrée et d'une teneur faible en vitamines, une mauvaise hygiène personnelle, la promiscuité sexuelle, de nombreuses grossesses, des antécédents familiaux de cancer du col utérin. 

 

Dans le cas du cancer du col, les premiers stades sont généralement asymptomatiques. Ce n'est qu'après cette période que l'on peut avoir des saignements anormaux, lourds et nauséabonds, des pertes vaginales, des douleurs au bas du ventre ou du dos, du sang dans l'urine, une douleur dans l'acte d'uriner.

 

La seule stratégie efficace contre les virus du papillome humain est la prévention.

 

Il convient de noter que le vaccin ne protège pas seulement du cancer du col, mais aussi d'autres maladies. Je fais allusion à des cancers oro-pharyngés et les cancers de la tête et du cou ainsi que de l'anus, du pénis et de la vulve. On pense aussi  avoir même un rôle dans la survenue de maladies auto-immunes et inflammatoires telles que la sclérose en plaques et la polyarthrite rhumatoïde. Arme souveraine contre cet ennemi de la santé des femmes, appelé papillomavirus,  la vaccination est déjà effectuée sur une grande échelle depuis 2007 en faveur de la nouvelle génération d'adolescents.

Le HPV16 est un virus à haut risque qui favorise la prolifération des cellules cancéreuses. Ces tumeurs se développent principalement chez les jeunes accros à la cigarette et l'alcool, qui sont des facteurs de risque majeur de ces cancers »,« Les oropharynx liés au cancer du VPH sont d'environ 25-30% en Europe et 40 - 50% en Amérique du Nord. Ces tumeurs ont un meilleur pronostic et peuvent à l'avenir supporter un traitement moins agressif. " 

La vaccination est utile non seulement pour les adolescentes, mais aussi pour  les femmes ayant déjà eu des rapports sexuels : des données existent ,et démontrent qu’il y a un intérêt à vacciner les femmes jusqu’à l’âge de 45 ans.

Envisageable comme  une opération majeure de protection de la santé publique,  la vaccination généralisée devrait être faite par un personnel spécialisé, spécifiquement formé, gérée par la santé publique et confiée à des mains compétentes.

Ce n'est pas un argument que l'on fera valoir, uniquement parce qu'il est à la mode.

Aujourd'hui, 13 pays de l'UE - dont l'Italie et la France - et 18 dans le monde entier ont adopté un protocole et ont reconnu le problème.

Il ya deux types de vaccin :le bivalent et le quadrivalent.

Le premier vaccin  couvre les deux souches de virus les plus impliquées, le second couvre également deux autres souches, moins « dangereuses » mais responsables d’autres lésions (le verrues et les condylomes).

La réponse immunitaire protectrice avec le vaccin bivalent est renforcée du fait que le bivalent contiens un adjuvant.

 

LM- Quelle est la durée de validité du vaccin?

 

Nous avons des donnèes demontrant que   8,4 ans après  vaccination par le vaccin bivalent, la validité clinique est toujours bonne. Le vaccin est considéré comme efficace et   une étude récente publiée dans le « Lancet » par une équipe d'Australie le démontre,il prévient les lésions du col utérin qui sont la principale cause du cancer du col. Le risque de tomber gravement malade est  abaissé de façon drastique.
Selon les informations scientifiques disponibles, la vaccination contre le VPH est sécuritaire, bien tolérée et peut prévenir presque tous les cas, la survenue d'une infection persistante des deux souches de virus dangereux pour la santé des femmes. Pour les adolescents sexuellement actifs, le vaccin semble montrer sa pleine efficacité Le 'Victorian Registry » des services de cytologie, une véritable base de données, a montré que les filles de moins de 18 ans qui  ont été vaccinées ont  moins de 38% de chances de développement de métaplasie (lésions précancéreuses) au col de l'utérus.

Toutes les femmes devraient avoir régulièrement, cependant, le test PAP, ce qui est recommandé à partir de 25ans et jusqu’à 64 ans, afin de faire un diagnostic précoce des lésions et infections dangereuses pour la santé,à long terme.

 

LM - Y a-t-il des contre-indications à la vaccination?

 

Des effets secondaires ont parfois été observés comme rougeurs, fièvre, et céphalées. Globalement, plus de 32 millions de doses ont été distribuées, et des contrôles précis ont révélé seulement une douzaine de réactions indésirables: un pourcentage très insignifiant. 

Donc créer des doutes et des alarmes injustifiés  est une procédure irresponsable parce que seuls des travaux scientifiques peuvent démontrer l’efficacité ou non de la vaccination .  

 

Qui dit le contraire ne dit pas la vérité !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by royalmonacoriviera - dans MEDECINE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : ROYAL MONACO RIVIERA ISSN 2057-5076
  •  ROYAL MONACO RIVIERA      ISSN 2057-5076
  • : Royal Monaco Riviera web magazine fondé par Luigi MATTERA est le PREMIER site online de Monaco en presse écrite . Royal Monaco Riviera, il primo sito online del Principato divenuto cartaceo.ARTE, CULTURA, SOCIETA' della Riviera Ligure e Costa Azzurra!
  • Contact

Recherche