Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 06:45

 

Royal Monaco white

 

ROYAL MONACO RIVIERA WEB MAGAZINE

 

______________________________
PAGINA WEB AMBASCIATA D'ITALIA NEL PRINCIPATO DI MONACO   
  ►http://www.ambprincipatomonaco.esteri.it/Ambasciata_Monaco/ 

 

 

MEDICINE & CHINESE TRADITIONAL MEDICINE

 

LUIGIpass.jpg

Luigi Mattera is a certified by CERFPA (St. Laurent du Var-France) in HOMEOPATHY & ZUO TUINA MASSAGE OF TRADITIONAL CHINESE MEDICINE - Online certificate from TEXAS CHIROPRACTIC COLLEGE (Pasadena-Texas 2007) in CHIROPRACTIC SPORTS & CHIROPRACTIC TREATMENT OF GOLF INJURIES


@@@@@@@

 

PRESENTS:

 

Revue de presse Mediscoop du 29 Septembre 2011 - Envoyée à 103979 abonnés en France
« Cancer du sein : le dépistage systématique en question »
cancroseno.jpg
Le Figaro, La Croix, Les Echos, Libération, L’Humanité, Le Parisien
La Croix note en bref qu’« une campagne en faveur du dépistage du cancer du sein […] a été lancée hier par Nora Berra, secrétaire d’État à la santé, et l’Institut national du cancer ».
Le journal rappelle que « généralisé à l’ensemble du territoire depuis 2004, ce dépistage concerne les femmes âgées de 50 à 74 ans, invitées à faire tous les 2 ans une mammographie avec double lecture et un examen clinique des seins, sans avance de frais ».Le quotidien relève ainsi qu’« en 2010, plus de2.360.000 femmes y ont eu recours, soit 52% de la population cible ».
L’Humanité se penche également sur le lancement d’« octobre rose », le mois du dépistage organisé du cancer du sein. Le journal note que « les autorités alertent contre tout relâchement alors qu’une polémique fait rage sur le dépistage ».
Le quotidien constate ainsi qu’« un dépistage précoce offre, d’après la secrétaire d’Etat, «de meilleures chances de guérison et de traitement simple». Cette information mérite d’être martelée après une année 2010 marquée par une baisse du dépistage proche de 3% ».
L’Humanité ajoute que « sort dans quelques jours un livre (No Mammo ?, éditions Max Milo) dénonçant les risques de surdiagnostics et de surtraitement. Il y aurait d’après Rachel Campergue, auteur de l’ouvrage préfacé par le Dr Bernard Junod, 5 à 10% d’interventions non justifiées ».
Le Figaro note aussi qu’« alors que le ministère de la Santé lance la nouvelle campagne de dépistage généralisé, des voix s'élèvent pour relancer le débat sur la pertinence de ce processus, qui entraîne des traitements inutiles ».
Le quotidien aborde le livre de Rachel Campergue, kinésithérapeute, dont « l'idée d'écrire No mammo lui est venue à l'issue d'une confrontation pénible avec un gynécologue. Il y a 5 ans - elle a alors 42 ans - ce médecin lui propose, à l'occasion d'un examen de routine, une mammographie. Qu'elle refuse, le jugeant inutile puisqu'aucune grosseur n'a été détectée à l'examen et qu'elle n'a pas atteint les 50 ans à partir desquels on recommande de se faire contrôler régulièrement. Colère du spécialiste ».
« La scène se répète 2 ans plus tard avec un autre médecin. Rachel Campergue, qui ne comprend pas qu'on veuille lui imposer l'examen, ressort outrée »,
observe le journal.

Le Figaro indique ainsi que l’auteur « est convaincue que le dépistage du cancer du sein tel qu'il est pratiqué en France est à revoir », et déclare : « L'inconvénient majeur du dépistage généralisé, c'est qu'il donne lieu à des surdiagnostics - c'est-à-dire à la détection et au traitement de tumeurs qui n'auraient jamais évolué suffisamment vite pour menacer la santé de la femme de son vivant, et qu'on aurait donc pu laisser ».
Le journal remarque que « cela fait déjà plusieurs années que le monde médical est conscient de ce problème » et précise que « le surtraitement tient à ce que l'on est incapable, à l'heure actuelle, de faire la différence entre les petites tumeurs - appelées carcinomes in situ - qui évolueront et donneront des métastases, et celles qui ne nécessiteraient pas d'être enlevées ».
Le Dr Jérôme Viguier, responsable du dépistage des cancers à l'Institut national du cancer, indique que « «c'est un domaine sur lequel la recherche est en train de se pencher». En attendant, la règle est de supprimer toutes ces tumeurs, dont «deux sur trois quand même seront évolutives», selon l'expert. «Se poser la question de traiter ou non ces tumeurs est un faux débat, compte tenu des risques élevés» ».
Revue de presse rédigée par Laurent Frichet
TSAVO PRESSE 

Partager cet article

Repost 0
Published by royalmonacoriviera - dans MEDECINE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : ROYAL MONACO RIVIERA ISSN 2057-5076
  •  ROYAL MONACO RIVIERA      ISSN 2057-5076
  • : Royal Monaco Riviera web magazine fondé par Luigi MATTERA est le PREMIER site online de Monaco en presse écrite . Royal Monaco Riviera, il primo sito online del Principato divenuto cartaceo.ARTE, CULTURA, SOCIETA' della Riviera Ligure e Costa Azzurra!
  • Contact

Recherche