Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 février 2021 7 07 /02 /février /2021 11:22
LES OPINIONS COVID: J’ai 75 ans, je suis médecin, pas cobaye, je ne me ferai pas vacciner !

J’ai 75 ans, je suis médecin, pas cobaye, je ne me ferai pas vacciner

Publié le 6 février 2021 - par Gérard Delépine 

 

https://static.ripostelaique.com/wp-content/authors/Gerard%20Delepine-512.jpg

Gérard Delépine

Chirurgien à la retraite Auteur avec Nicole Delépine de "Soigner ou Obéir"

Pfizer-1

Une propagande sans précédent vantant les vaccins anticovid s’exerce actuellement sur les populations, assortie du chantage « vacciné ou enfermé, ou socialement mort[1] » piétinant ainsi nos droits fondamentaux et le plus essentiel d’entre eux, la liberté.

J’invite mes concitoyens à résister aux publicités mensongères élaborées par le gouvernement[2] et à refuser les chantages pour qu’un débat démocratique ait lieu enfin avec des informations honnêtes permettant d’établir les avantages et les risques réels d’une telle vaccination.

Des vaccins expérimentaux mis sur le marché

Jusqu’à la crise Covid19, un essai vaccinal suivait un processus codifié, comprenant des phases aux objectifs précis. Les résultats d’une phase devaient répondre à des critères définis pour passer à la suivante.

Il s’agissait d’un parcours rigoureux et long où chaque étape apportait des informations complémentaires. Il fallait de nombreuses années, au moins 9 à 12 ans, en moyenne 10, pour arriver à la commercialisation d’un vaccin. Entre temps, beaucoup de candidats-vaccins étaient abandonnés.

Depuis le code de Nuremberg (1947), les essais sur l’homme doivent être précédés d’expériences sur les animaux.

Les vaccins produits en laboratoire sont donc d’abord testés chez l’animal. Cette étape indispensable ne préjuge pas des résultats chez l’homme, mais permet d’éliminer des médicaments très toxiques et de préciser les organes susceptibles d’en souffrir. Prétextant l’urgence de la crise actuelle ou le manque d’animaux adéquats, le développement très rapide de plusieurs vaccins n’a été possible que parce que de nombreuses expériences animales ont été ignorées, abrégés ou effectuées simultanément voire après les essais sur l’humain[3].

Les essais thérapeutiques chez l’homme nécessaires à l’obtention de l’Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) comprennent schématiquement trois phases successives.

La phase I qui porte sur quelques dizaines de volontaires a pour objectif de déterminer la toxicité du candidat-vaccin chez l’homme à court terme et la réponse immunitaire en mesurant les anticorps générés par le vaccin.

La phase II dure en moyenne un à quatre ans. Elle doit confirmer les résultats précédents mais son but principal est de déterminer la dose et le schéma d’administration de vaccin les plus efficace. Elle nécessite un nombre élevé de volontaires et a pour objectif de vérifier si le vaccin procure bien une protection contre l’infection et s’il empêche la transmission du virus.

La phase III visant à préciser l’efficacité et les risques sur un groupe représentatif de la population cible dure de trois à cinq ans. Ils portent sur des milliers, de personnes pour évaluer le rapport bénéfices/risques du vaccin à court et moyen terme. Ces études (étude pivot) est la pièce essentielle de la demande d’Autorisation de Mise sur le Marché.

Tant que les résultats complets des essais phase III n’ont pas été publiés l’utilisation du vaccin ou du médicament est expérimentale. Comme aucun résultat définitif n’a été publié

La mise sur le marché en moins d’un an ne constitue donc pas une prouesse technique et n’est que la conséquence de la diminution de la sécurité par suppression ou allègement des essais et en particulier : Absence ou diminution considérable des essais sur les animaux[4]Regroupement des phases II et III [5]Durée de suivi des sujets des essais totalement insuffisante[6]Autorisation de mise sur le marché alors que les résultats définitifs des essais phase III ne sont ni publiés, ni obtenus[7] ignorance complète de leurs effets chez les personnes très âgées avec comorbidité qui n’ont pas été incluses dans les essais.

Les campagnes de vaccination actuelle constituent des essais phase 3 non déclarés et je ne veux pas être cobaye d’autant que certains de ces prétendus vaccins utilisent des techniques jamais utilisées dans des vaccins humains.

Risque pour les vaccinés mais pas pour les firmes qui ont exigé et obtenu l’immunité juridique[8]

Si vous vendez un produit défectueux responsable d’accidents, vous risquez d’être poursuivi et condamné. Mais pas les fabricants de vaccin qui ont exigé et obtenu de ne pas pouvoir être poursuivis pour complications vaccinales même en cas de défectuosité de leurs produits [9] [10] [11] . Cette exigence confirme que les entreprises n’ont pas confiance en leur vaccin. Alors que tous les médias et les agences sanitaires prétendent que les vaccins sont sûrs …Le piratage des documents de la commission européenne, seul moyen d’obtenir un peu de transparence montre pourtant que la commission sait que certains vaccins sont défectueux[12].

Des résultats avérés actuellement très inquiétants

Les médias sacrent Israël, le champion de la lutte anti covid19 par le vaccin Pfizer. Depuis le 20 décembre, en un mois, près de 30% de la population (plus de 3 millions de personnes) auraient été vaccinées. Mais depuis cette date, les nombres de morts quotidiennes attribuées au Covid19 explosent passant d’une moyenne de 15 morts pendant la semaine précédant la vaccination à 56 cette semaine suggérant ainsi que la première injection du vaccin serait susceptible d’aggraver l’évolution de la maladie.

https://static.ripostelaique.com/wp-content/uploads/2021/02/42-Jours-300x169.png

La Grande-Bretagne a choisi principalement le vaccin d’Astra Zeneca et a réussi à vacciner plus de 6 millions de personne. Mais après 58 jours de vaccination, la mortalité quotidienne moyenne lissée sur 7 jours a doublé, passant d’un peu moins que 500 durant la semaine précédant la vaccination à 1070 dans la dernière semaine de janvier

https://static.ripostelaique.com/wp-content/uploads/2021/02/UK-58J-300x169.png

Gibraltar avait été presque épargné par le covid19 et après presque un an d’épidémie ne comptait que 15 décès avant la vaccination commencé le 9 janvier. En 3 semaines post vaccinale le nombre total des morts a été multiplié par 5 et atteint maintenant 73.

https://static.ripostelaique.com/wp-content/uploads/2021/02/gibraltar-1-300x169.png

Les agences sanitaires qui ont promu les campagnes de vaccination nient qu’il puisse y avoir un lien de causalité entre les vaccins et la hausse de la mortalité car cela reviendrait à admettre leurs responsabilités. « Il ne s’agit que de coincidence temporelle,  la mortalité augmentait avant la vaccination, il n’y a pa de preuve que le vaccin soit responsable… ». Mais auraient-elles adopté une attitude aussi timorée dans l’établissement  d’un lien de causalité si la vaccination avait été suivie de la disparition immédiate de la maladie ?

Je ne me ferai pas vacciner parce que je fais partie des personnes fragiles et que les vaccins actuels paraissent augmenter mon risque de mourir à court terme

La Norvège a émis le 15/1/2021 une alerte après la constatation de 23 décès après vaccin Pfizer chez des personnes âgées en Ehpad. Selon l’Institut norvégien de santé publique : « pour les personnes les plus fragiles, même des effets secondaires relativement légers peuvent avoir des conséquences graves. Pour ceux qui ont une durée de vie restante très courte de toute façon, les avantages du vaccin peuvent être marginaux ou non pertinents ». L’Institut norvégien de santé publique a ajouté depuis de nouveaux conseils de prudence sur la vaccination des personnes âgées fragiles.

La Grande-Bretagne a commencé la vaccination dans la première semaine de décembre 2020 en vaccinant prioritairement les personnes les plus âgées et aurait atteint dans ce groupe d’âge une couverture vaccinale de plus de 75%. Depuis la mortalité quotidienne des britanniques de plus de 80 ans a considérablement augmenté et dépasse maintenant celle de mars.

https://static.ripostelaique.com/wp-content/uploads/2021/02/80-ans-300x142.jpg

Des experts en santé de Wuhan, en Chine, ont notamment appelé la Norvège et d’autres pays à suspendre l’utilisation des vaccins COVID-19 à base d’ARNm produits par des sociétés telles que Pfizer, chez les personnes âgées.

L’Administration australienne des produits thérapeutiques recherchera « des informations supplémentaires, à la fois auprès de la société, mais aussi auprès du régulateur médical norvégien », a déclaré Hunt. Le ministère australien des Affaires étrangères contactera également son homologue norvégien à ce sujet.

Malgré la censure qui règne sur les réseaux sociaux, de très nombreux témoignages apparaissent de soignants dans différents pays (USA, Suisse, France, Pays -Bas, Italie) qui s’étonnent de l’augmentation brutale de la mortalité des résidents d ’Ehpad après vaccination. A Nice dans la semaine qui a suivi la campagne de vaccination dans les Ehpad près de 50 morts de pensionnaires ont été signalés par l’ARS[13]. Au total, 139 remontées d’effets indésirables graves ou inattendus ont été recensés en France depuis le début de la campagne de vaccination.  71 décès à la suite d’une vaccination ont été officialisés en Europe : au Royaume-Uni, en Allemagne, en Norvège, au Danemark. Il s’agissait également pour la quasi-totalité des cas de personnes âgées de plus de 75 ans.[14]

Il parait donc actuellement prudent de suivre les conseils des agences, norvégienne et allemande et de surseoir à cette vaccination chez les personnes âgées souffrant de pathologies multiples, tant qu’on ne disposera pas de résultats de mortalité complets sur ce terrain fragile

 J’ai 75 ans, je suis médecin et je ne me ferai pas vacciner pour l’instant !

https://static.ripostelaique.com/wp-content/uploads/2021/02/Image7-souris-300x256.png

Gérard Delépine

[1] Le courrier du soir Covid-19 : le vaccin sera obligatoire pour obtenir un travail, voyager, aller au resto ou assister à un événement, 20 aouts 2020

[2] Le 9 juillet le comité scientifique dans VACCINS CONTRE LE SARS-CoV-2UNE STRATEGIE DE VACCINATIONCARE se préoccupait surtout de la stratégie de la propagande «  Vaccination contre la COVID19 : une adhésion à construire  La communication devra explicitement préciser que l’accélération de la vitesse de développement des nouveaux vaccins ne concerne pas les étapes de sécurité, qui seront maintenues, mais les modes de développement et de production »

[3] Ainsi les vaccins de la société pharmaceutique allemande BioNTech et de la société américaine Moderna ont été testés sur des singes seulement après avoir été injectés à des centaines de sujets humains

[4] Cette étape préclinique animalière est pourtant importante pour la sécurité : ce sont les essais sur des animaux qui ont mis en évidence le risque d’anticorps facilitants des candidats vaccins contre les précédents coronavirus SARS et MERS.

[5] ne permettant pas d’utiliser les résultats des phases II pour concevoir convenablement les phase III

[6]ne permettant d’avoir aucune estimation sérieuse de la durée de l’immunité et des éventuelles complications (les narcolepsies causées par les vaccins anti grippe H1N1 ne sont apparues qu’après plusieurs mois).

[7] Pfizer par exemple dans sa publication sur clinicaltrials.gov le montre : première analyse en aout 2021, et fin de l’essai janvier 23

[8] l’éditorial du Lancet pas le temps de la complaisance The Lancet VOLUME 396, NUMÉRO 10263, 21/11/2020 :« Peu de données sur la sécurité sont disponibles. La façon dont les vaccins fonctionnent chez les personnes âgées ou celles qui ont des conditions sous-jacentes et leur efficacité dans la prévention des maladies graves ne sont toujours pas claires. »

[9] Les fabricants de vaccins Covid-19 font pression sur l’UE pour obtenir une protection juridique, 26 août, 2020 https://www.ft.com/content/12f7da5b-92c8-4050-bcea-e726b75eef4d

[10] Astra Zeneca organise son exemption juridique, 30 juillet 2020 https://uk.reuters.com/article/us-astrazeneca-results-vaccine-liability/astrazeneca-to-be-exempt-from-coronavirus-vaccine-liability-claims-in-most-countries-idUKKCN24V2EN

[11] L’UE indemnisera les laboratoires en cas d’effets secondaires inattendus, 29 aouts 2020 https://www.capital.fr/entreprises-marches/vaccins-contre-la-covid-lue-indemnisera-les-laboratoires-en-cas-deffets-secondaires-inattendus-1379072

[12] Lise Barnéoud Ce que disent les documents sur les vaccins anti-Covid-19 volés à l’Agence européenne des médicaments Le monde 10 janvier2021 https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/01/16/vaccins-ce-que-disent-les-documents-voles-a-l-agence-europeenne-des-medicaments_6066502_3244.html

[13] https://www.nicematin.com/index.php/sante/covid-19-cinquante-morts-supplementaires-recenses-en-trois-jours-dans-les-ehpad-de-la-cote-dazur-631580

[14] francebleu.fr/infos/sante-sciences/tours-une-personne-de-plus-de-75-ans-est-morte-apres-avoir-ete-vaccinee-contre-le-coronavirus-1611063004

Posté par : DIACONESCO_TV

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : ROYAL MONACO RIVIERA ISSN 2057-5076
  •  ROYAL MONACO RIVIERA      ISSN 2057-5076
  • : Royal Monaco Riviera web magazine fondé par Luigi MATTERA est le PREMIER site online de Monaco en presse écrite . Royal Monaco Riviera, il primo sito online del Principato divenuto cartaceo.ARTE, CULTURA, SOCIETA' della Riviera Ligure e Costa Azzurra!
  • Contact

Recherche