Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 décembre 2020 7 06 /12 /décembre /2020 19:34

 

Les manifestations sont de plus en plus importantes au Népal, demandant la fin de la République et un retour à la monarchie
 

Il semblerait que les Népalais tournent en rond depuis plusieurs décennies. Après des dernières années de monarchies catastrophiques, le peuple avait mis fin à 240 ans de monarchie dans le pays, en 2008. Mais les promesses républicaines ont été désastreuses, le pays se retrouvant au même point qu’au moment du départ du roi Gyanendra Bir Bikram Shah Dev. Depuis un mois, les manifestations pro-monarchiques s’amplifient et ils sont à présent des dizaines de milliers dans les rues, à demander le retour du roi au Népal. Depuis un mois, les manifestations s’enchainent au Népal. Tout a commencé dans la ville de Butwal. Les autres grandes villes du pays ont pris le pas. Le parti Rastriya Shakti Nepal (RSN), peu connu jusqu’ici, a réussi à motiver les troupes, parmi eux, beaucoup de jeunes. À la tête du RSN, il y a Keshar Bahadur Bista qui exhorte la population à demander la restauration de la monarchie hindoue, explique l’Indian Times.

L’une des raisons est « la désillusion à l’égard de la démocratie elle-même et l’argument selon lequel un leader charismatique visionnaire est meilleur que la cabale actuelle dans un système parlementaire de style occidental », peut-on lire dans le Nepal Times. Le Parti communiste n’a pas réussi à faire ses preuves et la colère gronde au sein de la population, si bien que d’autres partis qui siègent actuellement, ont choisi de rejoindre l’opposition et appellent à présent à prendre part aux manifestations.

Il 15 dicembre saranno commemorati i 60 anni del colpo di stato del re Mahendra (Foto: WikiCommons)

La situation catastrophique actuelle est totalement identique à celle qu’on aurait pu constater en 2008, au moment où la monarchie a été abolie. Seul le régime a changé, alors que les Népalais avaient pensé que la chute du roi rendrait leur pays plus prospère et plus digne. La désillusion est totale et cela avait commencé dès les premières années de la jeune république. Il aura fallu attendre 2015, soit 7 ans après l’installation du nouveau régime politique pour qu’une Constitution soit adoptée.

Ces 4 et 5 décembre 2020, d’importantes manifestations sont prévues dans plusieurs villes du pays par les royalistes. Étonnamment, le pays demande un retour à la monarchie, alors que ce 15 décembre, le pays se souviendra du 60e anniversaire du coup d’État de l’ancien roi Mahendra, qui avait dissout le parlement et instauré le régime du Panchayat, consistant à imposer une politique sans parti où le roi était central, garant de la Nation et faisant de l’hindouisme la religion d’État.

Birendra-Bikram-Shah-roi

Qu’attendre du retour du roi ?

Le 28 mai 2008, le Népal devenait la République démocratique fédérale du Népal. Ce pays deux fois plus grand que l’Irlande et plus grand que la Grèce mettait fin à 240 ans de monarchie dominée par la dynastie Shah. En 1768, date de l’unification du Népal, ce fut Prithvi Narayan Shah, souverain du royaume de Gorkha qui devint le premier roi du Népal, étant considéré comme responsable de l’unification de plusieurs petits royaumes. Depuis lors, ce sont ses descendants qui règnent sur le pays. De 1846 à 1951, bien que la dynastie Shah continue à fournir les rois du pays, ceux-ci sont conférés à un rôle symbolique, alors que le vrai pouvoir est aux mains de la dynastie Rana, qui établit un régime particulier. La famille Rana est la famille qui fournit les Premiers ministres héréditaires, de père en fils, alors que les Shah continuent à fournir les rois. En 1951, la dynastie Shah reprend les pleins pouvoirs.

Jusqu’en 1990, le Népal était une monarchie absolue. Ce pays totalement anti-démocratique dépendait entièrement de la bonne volonté du roi. Suite aux mouvements de protestation et à la menace qui planait sur la monarchie, le roi Birendra entreprit de très grandes réformes. Le régime devint un régime monarchique parlementaire avec un Premier ministre comme chef du gouvernement et un roi comme chef d’État. 

Depuis 2002, la politique du nouveau roi Gyanendra Shah pose question. Il révoque plusieurs gouvernements, il exige l’arrestation de plusieurs hommes politiques, l’Union européenne tire la sonnette d’alarme et réprimande le régime anti-démocratique du roi. Manifestations et grèves éclatent en 2006. Une coalition exceptionnelle entre les partis, même d’opposition, permet aux politiciens de déchoir le roi et de le priver de la plupart de ses pouvoirs. En janvier 2007, un Parlement d’intérim se met en place et en fin d’année l’Assemblée constituante a annoncé la fin de la monarchie le 24 décembre 2007. Le 28 mai 2008, l’abolition est effective.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : ROYAL MONACO RIVIERA ISSN 2057-5076
  •  ROYAL MONACO RIVIERA      ISSN 2057-5076
  • : Royal Monaco Riviera web magazine fondé par Luigi MATTERA est le PREMIER site online de Monaco en presse écrite . Royal Monaco Riviera, il primo sito online del Principato divenuto cartaceo.ARTE, CULTURA, SOCIETA' della Riviera Ligure e Costa Azzurra!
  • Contact

Recherche