Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2017 5 22 /09 /septembre /2017 06:23
NICE : PRESENTATION DE "MOVIMENTA FESTIVAL"

Jeudi 21 septembre 2017 à l’auditorium du MAMAC, s’est déroulée la conférence de presse de MOVIMENTA, festival biennal et collaboratif dédié à l’image en mouvement du 27 octobre au 26 novembre 2017, en présence de Christian Estrosi, Maire de Nice, Président de la Métropole Nice Côte d’Azur, Président délégué de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, et de Robert Roux, Conseiller municipal délégué au Cinéma et à l’Art dans l’espace public, subdélégué aux Musées.

 

A cette occasion, Marianne Khalili-Romeo, Directrice du festival, a présenté les 3 axes forts de la programmation :

 

§  le prix MOVIMENTA de la jeune création,

§  des rencontres internationales Art&Technologie,

§  une fête urbaine de l’image en mouvement diurne et nocturne sur la Promenade du Paillon.

 

Nice ville frontalière, solaire, ville transfigurée par les architectes, écrivains, cinéastes, peintres, accueille cet automne des images qui voyagent vite, très vite ! À la vitesse de la lumière, en bandes et en trames. Elles fabriquent des pixels. Rien ne les arrête. Pas même les murs qui sont leurs complices ni les écrans qu’elles changent en miroirs ! Les images en mouvement débarquent pour l’édition inaugurale de MOVIMENTA avec un programme d'innovation artistique, culturelle et technologique, pour les professionnels et le grand public, les créateurs et les amateurs…

Allocution de Christian Estrosi, Maire de Nice, Président de la Métropole Nice Côte d’Azur, Président délégué de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur

 

"Je ne reviendrai pas sur la présentation faite par Marianne Roméo, qui vous a permis si clairement de mesurer la qualité, la variété, l’inventivité de cette première programmation.

 

Je voudrais vous dire en revanche ce qui m’enthousiasme dans cet événement, et ce pourquoi la Métropole et la ville de Nice en sont des partenaires actifs et déterminés.

 Il y a peu de choses, dans la vie, aussi enthousiasmantes que de voir naître une aventure culturelle, comme celle que porte MOVIMENTA,

-         avec l’équipe de l’ECLAT,

-         avec nombre d’institutions culturelles niçoises, et pas seulement,

-         et avec grand nombre de créateurs niçois, et pas seulement.

Parmi eux, bien sûr, je veux souligner l’implication de Marc BARANI qui, non seulement fait honneur à sa ville partout dans le monde, mais qui, aujourd’hui, y implique de plus en plus son audace, sa créativité, son imagination sans faille et sans fin.

Eh bien voilà, nous y sommes.

Ou plus exactement, nous allons y être.

Etre où ?

Etre projetés dans l’image.

C'est-à-dire être projetés dans notre temps, qui, de plus en plus, est fait d’images.

 

Une statistique, qui m’a frappé : un adolescent américain passe, en 2015, 6h40 par jour devant des écrans,

-         dont 2h26 devant la télé, les DVD ou les vidéos

-         et 1h21 devant les jeux vidéos,

-         le reste étant consacré aux smartphones et réseaux sociaux qui, par ailleurs, transportent aussi des images.

Des images qui bougent, pour la plupart.

C’est d’ailleurs à partir de ce constat que j’ai lancé avec la Région, dans nos lycées, un vaste programme d’éducation à l’image.

Mais il ne s’agit pas seulement d’éducation, qui est aujourd’hui chargée d’un sens défensif, protecteur.

Il s’agit aussi de culture, qui seule peut montrer que l’homme n’est pas fait que de violence, de haine, de passions politiques extrêmes ou d’obscurantisme religieux fanatique, mais aussi de beauté, de concorde, de justice.

L’image qui bouge, c’est ce qui fait aujourd’hui la culture de demain.

On peut le regretter –je pense à ceux pour qui aucune image ne remplacera jamais un livre.

On doit le constater.

Toutes sortes d’images qui bougent : celles de l’actualité, celles de la propagande, celles du divertissement, celles de la création.

Toutes sortes de technologies pour les animer, les associer, les créer.

Et toutes sortes de supports pour les transporter.

En choisissant les images de la création, MOVIMENTA a visé juste.

L’image qui bouge est au cœur de la création d’aujourd’hui.

Elle est évidemment emblématique du croisement entre les nouvelles technologies et l’inspiration des artistes.

Elle est même omniprésente dans le spectacle vivant, comme nous l’avons tous constaté en allant au théâtre, au ballet ou à l’opéra.

Et,

-         si elle est au cœur de la création contemporaine,

-         si elle est indissociable des technologies numériques,

-         si elle investit toutes les formes de la création, même les plus anciennes,

alors Nice doit y avoir sa place.

Parce que notre ville, c’est ça : une terre accueillante aux créateurs contemporains de toutes les époques, qui les encourage, qui les soutient, qui se les incorpore, au sens le plus littéral du terme.

Et aussi une terre de recherche, d’audace, d’innovation productive, que j’ai voulu renforcer.

C’est ça, ça a toujours été ça, et je veux que ça reste ça.

Alors, merci à eux, organisateurs et concepteurs, pour leur engagement dans ce projet, dont je sais qu’il ne fut pas facile à monter.

Merci à eux, créateurs, chercheurs, ingénieurs qui ont travaillé ensemble pour produire ces images magnifiques, reflets de notre temps et pourtant attachées à l’éternité de notre condition.

Il y a quatre jours, j’avais le plaisir de lancer, dans un palais du Sénat dont nous avons commencé la rénovation, les journées du Patrimoine.

Hier, place Toselli, je présentais au public la nouvelle installation de Ben.

Et aujourd’hui, nous sommes réunis pour lancer le MOVIMENTA 2017.

 

Trois séquences. Trois moments de création distants dans le temps :

- l’architecture du 17ème siècle,

- le travail inclassable de Ben à la charnière du 20ème et du 21ème siècle,

- et le MOVIMENTA qui nous projette dans le 21ème siècle, voire plus loin.

Je l’ai toujours dit : il n’y a pas pour moi de différence entre le patrimoine et la création.

Tous deux sont les maillons extrêmes d’une chaîne, dont notre devoir, en tant que responsables politiques, est de tenir les deux bouts.

Et ce n’est pas qu’un devoir.

C’est une évidence, l’évidence de la réalité de Nice à travers les siècles.

Alors oui, à Nice, une nouvelle aventure commence avec MOVIMENTA 2017, et toutes les autres éditions de MOVIMENTA à venir.

Une aventure dont vous allez découvrir, comme je l’ai découverte, la sidérante beauté des images produites par les artistes.

Une aventure qui associe à la création, notamment au 109, les réalités économiques du jour, celles que les fameux GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) veulent nous confisquer.

Une aventure qui est offerte à tous, en ville même, le long de la promenade du Paillon, comme je l’ai toujours souhaité, et comme nous avons réussi l’exploit de le faire malgré le contexte actuel des espaces urbains.

Imaginative, pragmatique, offerte à tous.

Voilà, c’est ça, la création dans la Nice d’aujourd’hui.

Voilà, c’est ça, Nice, la Nice dont nous rêvons tous et que nous construirons tous, ensemble !"

Partager cet article

Repost 0
Published by ROYAL MONACO - dans ARTE & CULTURA GIORNALISMO
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : ROYAL MONACO RIVIERA ISSN 2057-5076
  •  ROYAL MONACO RIVIERA      ISSN 2057-5076
  • : Royal Monaco Riviera web magazine fondé par Luigi MATTERA est le PREMIER site online de Monaco en presse écrite . Royal Monaco Riviera, il primo sito online del Principato divenuto cartaceo.ARTE, CULTURA, SOCIETA' della Riviera Ligure e Costa Azzurra!
  • Contact

Recherche