Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 août 2017 3 02 /08 /août /2017 08:39
ENCHANTEUR !  DEROUTANT, EPOUSTOUFLANT ET INIMITABLE FAZIL SAY AU CONCERT D’OUVERTURE DU 68° FESTIVAL DE MUSIQUE DE MENTON
ENCHANTEUR !  DEROUTANT, EPOUSTOUFLANT ET INIMITABLE FAZIL SAY AU CONCERT D’OUVERTURE DU 68° FESTIVAL DE MUSIQUE DE MENTON

CONCERT D’OUVERTURE DU 68° FESTIVAL DE MUSIQUE DE MENTON : ENCHANTEUR !

A Menton ce 29 juillet a eu lieu le concert d’ouverture du 68° Festival de Musique fondé en août 1949 par le virtuose André BOROCZ (1920-1998). Il s’est tenu à l’endroit choisi par son créateur : le merveilleux Parvis de la basilique Saint-Michel Archange, ainsi devenu l’un des lieux emblématiques de la ville. Toutes les places étaient occupées !

L’organisation administrative et communicationnelle du Festival est assurée conjointement par le Service marketing et événementiel et le Service de presse de Menton. La direction artistique est confiée depuis maintenant 5 ans à Paul-Emmanuel Thomas, jeune chef d’orchestre menant carrière en France et à l’étranger. A ce titre il en établit la programmation, toujours aussi sélective et variée. Saluons la pertinence de ses choix puisque la veille du concert d’ouverture a été publiée la liste des lauréats du prix annuel allemand « Echoklassic » dans laquelle figurent trois solistes présents au Festival de Musique : Fazil Say qui joue ce soir, Renaud Capuçon au programme demain soir et Christian Tetzlaff que l’on entendra samedi prochain !

Ce soir, était au programme Mozart, particulièrement approprié pour commencer le Festival, et pour l’ « ouvrir »…  l’Ouverture des « Noces de Figaro » opéra inspiré du « Mariage de Figaro » de Beaumarchais. Suivait, toujours de Mozart, la Symphonie n°41 en Ut Majeur K.551 datant de 1788, dite Jupiter, d’après le surnom non attribué par Mozart lui-même mais qui lui aurait été donné beaucoup plus tard (en 1819) par l’organisateur de concert anglais Salomon.

En bas Fazil Say en veste blanche

YIP WING-SIE dirige le HONG KONG SINFONIETTTA

Ces œuvres sont interprétées par le Hong Kong Sinfonietta, l’une des formations les plus connues de l’ex colonie britannique grâce, notamment, à sa programmation enjouée et avant-gardiste. Bien que se produisant souvent à l’étranger, c’est la première fois que cet orchestre joue à Menton. La prestation s’est caractérisée par sa vigueur qui a su remplir l’auditoire de bonheur en cette période particulièrement perturbée !

Yip Wing-sie, née en Chine mais de nationalité hongkongaise, dirige le Hong Kong Sinfonietta depuis 2002. Elle reçut différents premiers prix de chefs d’orchestre en France où elle a dirigé plusieurs formations et se produit aussi beaucoup à l’étranger soit avec son orchestre, soit avec des orchestres étrangers. Elle est décorée de l’Ordre National du Mérite et Chevalier des Arts et des Lettres. L’énergie de Yip Wing-sie et de sa direction souligne le contraste avec sa frêle silhouette  … et vice versa !

En bas le discours de M. Jean-Claude GUIBAL, Député Maire de Menton

FAZIL SAY : DEROUTANT, EPOUSTOUFLANT ET INIMITABLE !

Après l’entracte est intervenu le pianiste turc Fazil Say, né en 1970 et parrain du festival de cette année. Rien d’étonnant puisque la carrière internationale de ce musicien a été lancée à Menton à la fin des années 90. Il a joué en tant que compositeur puis comme interprète.

En tant que compositeur Fazil Say a écrit de nombreuses pièces pour piano seul et pour piano avec orchestre. Etait au programme hier soir son Concerto n°2 pour piano et orchestre intitulé « Silk road » créé à Boston en 1996.  Cette Route de la Soie est constituée de quatre parties dont chacune est précédée d’un coup de gong. Les sons évoquent successivement le Tibet, l’Inde, la Mésopotamie et l’Anatolie.

Qui n’a jamais entendu d’oeuvre de Fazil Say sera « dérouté » sans mauvais jeu de mots ! On passe ici d’une atmosphère paisible (1° partie) à une autre plus tragique (3°partie) aux notes obsédantes, avant la dernière partie qui reprend une chanson du folklore turc.

En bas: Maître Yip Wing-sie

 

C’est la 2° partie qui me semble la plus représentative de la créativité de Fazil Say non seulement en tant qu’œuvre musicale mais aussi quant au comportement très particulier du musicien. La musique est rendue par un piano percussif et des frappements d’archets sur les instruments à cordes avant qu’un jeu rythmique s’installe entre piano et orchestre. Mais le pianiste est déroutant aussi au plan « comportemental » : en effet si la main gauche parcourt le clavier, la main droite est très souvent plongée DANS  le piano ouvert et «joue », à tous les sens du terme, avec les cordes en les pinçant, les coinçant, les frappant etc… Ces sons parfois très étranges sont accompagnés de tapements puissants de pieds sur le plancher (pas sur les pédales !).

La spécificité de l’œuvre et de son exécution sont à leur comble, tout comme la maestria époustouflante ! Fazil Say doit être entendu mais aussi VU car de sa main libre et de son corps il « mime » la musique et semble « répondre » à ce qu’il joue. Son style est inimitable et quiconque l’a musicalement rencontré ne peut l’oublier !

L’auditoire, séduit, l’a plébiscité et fut remercié par trois bis qui ont permis d’apprécier le pianiste aussi en tant qu’interprète. Il a joué Nocturne n°3 opus 9 de Chopin avec autant de dextérité que de délicatesse en rajoutant de l’humour joyeux pour Gymnopédie n°2 de Satie. L’embellie s’est terminée par des improvisations très enlevées sur Summertime de Gershwin.

 Le Concerto pour piano et orchestre n°23 en La Majeur K.488 concluait le programme de la soirée. Il répondait en quelque sorte à l’ouverture des « Noces de figaro » du début puisque les deux œuvres datent de la même année (1786). Le dialogue a donc repris entre Fazil Say et le Hong Kong Sinfonietta toujours dirigé par Yip Wing-sie. Personne n’oubliera l’explosion de joie du final… malgré la peine de devoir se séparer : il était minuit !

Souhaitons qu’il revienne très vite et souvent à Menton tout comme Yip Wing-sie et le Hong Kong Sinfonietta !

                                                  En bas Marie Claude et Carlo-Photo Collu

  •  

  • Texte par:Marie-Claude Vettraino-Soulard
  • Professeur honoraire des Universités
  • Photos  Reportage (c) Luigi MATTERA - ROYAL MONACO

Partager cet article

Repost 0
Published by ROYAL MONACO - dans MUSICA ARTE & CULTURA
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : ROYAL MONACO RIVIERA ISSN 2057-5076
  •  ROYAL MONACO RIVIERA      ISSN 2057-5076
  • : Royal Monaco Riviera web magazine fondé par Luigi MATTERA est le PREMIER site online de Monaco en presse écrite . Royal Monaco Riviera, il primo sito online del Principato divenuto cartaceo.ARTE, CULTURA, SOCIETA' della Riviera Ligure e Costa Azzurra!
  • Contact

Recherche