Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mai 2016 4 26 /05 /mai /2016 07:53

∞ Organisé par Kering et le Festival de Cannes pour la deuxième année consécutive, le programme Women in Motion a réuni durant dix jours de nombreuses personnalités du monde du cinéma autour de la question des femmes et du 7ème art : représentation, visibilité, contribution, inégalités salariales, difficultés de financement, solutions à mettre en place ; de nombreux thèmes ont été abordés lors de l'édition 2016 des Women in Motion Talks qui a accueilli plus de 500 invités.

∞ Parmi les temps forts du programme, les Women in Motion Awards ont été décernés aux actrices Geena Davis et Susan Sarandon, réunies à Cannes pour les 25 ans du film culte Thelma & Louise, ainsi qu'aux trois jeunes réalisatrices Leyla Bouzid, Gaya Jiji et Ida Panahandeh.


Les Talks Women in Motion : passer de la sensibilisation à l'action

Dans la lignée de l'édition 2015, les Women in Motion Talks ont cette année réuni près de 30 personnalités du monde du cinéma, invitées à partager leur point de vue sur la question des femmes et du cinéma. Organisés par Kering et le Festival de Cannes, en partenariat avec Variety, le Groupe Figaro (Le Figaro, Madame Figaro,lefigaro.fr) et ELLE China, les Talks ont rassemblé plus de 500 invités professionnels, institutionnels et journalistes du 12 au 19 mai 2016. Au-delà des invités présents à Cannes dans le cadre de la 69ème édition du Festival du Film, les Women in Motion Talks ont également réuni des intervenants engagés de longue date auprès de la cause des femmes, dans le cinéma et au-delà, afin d'aborder les solutions à envisager pour faire évoluer la profession vers une meilleure représentativité. Parmi les principales thématiques, les freins aux financements de films réalisés par des femmes, ou sur les femmes, ont de nouveau été au centre des discussions. Du côté des solutions, ont été évoqués le développement de sociétés de production féminines, l'évolution des programmes scolaires pour intégrer plus de femmes emblématiques du cinéma, l'importance de viser la parité en amont des processus de recrutement, de même que l'opportunité aujourd'hui offerte aux cinéastes par les nouvelles technologies ou les séries télévisées, notamment via les services de streaming, adulés des « millenials 1».

  • L'actrice, réalisatrice et productrice Jodie Foster a ouvert l'édition 2016 des Talks Women in Motion. Présente à Cannes avec son film Money Monster (hors compétition), Jodie Foster a ainsi pu aborder l'évolution de sa carrière, marquée par une présence de plus en plus forte des femmes sur les tournages, ainsi que le manque de crédit accordée aux femmes, lorsqu'il s'agit de financement de leurs oeuvres.

« Tout a changé quand les femmes sont arrivées sur les plateaux de cinéma. Soudain, cela ressemblait plus à la vraie vie, (...) cela ressemblait plus à une famille. Les plateaux de cinéma sont devenus plus sains et je me souviens de ce changement radical ».
« Je pense que les responsables des studios ont peur. Un point c'est tout. (...) C'est véritablement un enjeu financier. C'est quand l'art et le business convergent et que le business l'emporte ».
« La technologie a apporté une démocratisation et c'est quelque chose de positif, dont les femmes peuvent tirer parti, et dont des visages plus divers peuvent bénéficier d'une façon qui n'était pas possible avant ».

  • Keri Putnam, Directrice Exécutive du Sundance Institute, la productrice Celine Rattray et l'agent Rena Ronson ont quant à elle pu aborder le manque de représentativité des femmes réalisatrices au sein des festivals de film indépendants, notamment quand il s'agit de films à gros budget.
  • L'équipe de We Do It Together, présente à Cannes pour présenter son premier projet de film, Together Now, était l'invitée des entretiens Women in Motion. Chiara Tilesi, fondatrice, l'actrice Juliette Binoche, la productrice Marianne Slot et la réalisatrice Patricia Riggen, toutes membres du Comité d'Administration de l'organisation, sont revenues sur l'importance de projets tels que le leur, inscrits dans l'économie du partage, afin que plus de films réalisés par des femmes, sur les femmes, soient produits à destination du plus grand nombre, et afin de transformer, à terme, la perception et la situation des femmes partout dans le monde.
  • Geena Davis et Susan Sarandon, les actrices emblématiques du film culte Thelma et Louise, ont rappelé lors de leur Talk l'impact des films sur les individus, en terme d'identification, mais également sur la société de manière générale, ainsi que sur les perceptions considérées comme étant dans la norme. Dans ce cadre, Susan Sarandon s'est ainsi réjouie du mouvement et des questions posées actuellement autour de la définition du genre et des relations à l'identité. Un mouvement qu'elle considère comme positif et qui est en train de redéfinir les limitations attribuées communément aux femmes et aux hommes.
  • Lors d'un Talk animé par la Directrice Générale d'UniFrance Films, Isabelle Giordano, la scénariste et réalisatrice Alice Winocour, et la réalisatrice Houda Benyamina, qui a depuis été primée d'une Caméra d'Or à pour Divines, sont revenues sur la représentation de la femme au cinéma, l'imaginaire autour de la figure de la femme, de la mère, et les schémas narratifs qui en découlent. L'importance de la famille, la difficulté de concilier vie de famille et ambition professionnelle, l'extrême pudeur des femmes sur les questions familiales et professionnelles en comparaison aux hommes, la nécessité de plus de solidarité féminine, ont fait partie des nombreux sujets abordés lors de la discussion.
  • Face aux enjeux très différents du milieu du cinéma en Chine, Kering et le Festival de Cannes, en partenariat avec ELLE China, avaient invité Ge Wei, Vice-Présidente de Youku, le leader de la vidéo en ligne en Chine, à s'exprimer sur les opportunités économiques offertes par Internet pour les femmes. Animée par Lena Yang, CEO de Hearst Magazines China, la conversation a permis de présenter le parcours professionnel d'une jeune chinoise, ex-mannequin, devenue productrice de contenu en ligne et entrepreneuse grâce à Internet. Lors d'une session privée, ELLE China a également eu l'opportunité d'interviewer l'actrice Chris Lee sur sa carrière et l'importance des personnages féminins à l'écran.
  • Dans un Talk aux côtés d'Amy Emmerich, Responsable du Contenu chez Refinery29, plateforme de contenus en ligne américaine à destination des femmes, l'actrice, réalisatrice, ex-mannequin et styliste Chloë Sevigny a souligné les difficultés personnelles, notamment le manque de confiance en soi ou l'intimidation, qui l'ont empêchée de passer plus tôt derrière la caméra. Via leur carrière respective dans la mode ou les médias, les deux intervenantes ont également insisté sur la nécessité d'intégrer de nouveaux canons de beauté, plus divers, dans les magazines féminins par exemple, afin de permettre à un plus grand nombre de femmes de s'y identifier.

« Mon manque de confiance m'a empêché de diriger un film plus tôt. (...) J'ai continué à travailler et à travailler avec des réalisateurs plus importants, et encore plus importants, de véritables artistes et j'ai alors commencé à être réellement impressionnée par le processus. C'est juste ma propre expérience psychologique, la façon dont je l'ai ressentie, ma confiance en moi, que je puisse ou non la faire progresser, que je puisse ou non présenter quelque chose, que je puisse vendre une idée à quelqu'un. Le simple fait de communiquer avec d'autres personnes sur un plateau me faisait peur », Chloë Sevigny.
"Je peux vous dire, sur la base des publics que nous avons, qu'ils le veulent, qu'ils y aspirent. Ils veulent une histoire qui soit racontée avec un regard différent, ils veulent une histoire plus diverse qui parle enfin à la communauté et à l'environnement dans lesquels ils vivent. Et cela n'arrive pas toujours si c'est juste un homme blanc qui est derrière la caméra », Amy Emmerich.

  • Organisé avec la Fondation Kering, qui lutte contre les violences faites aux femmes, l'un des Talks a réuni l'actrice, réalisatrice et productrice Salma Hayek Pinault, également membre du comité d'administration de la Fondation Kering, la réalisatrice, productrice et scénariste Lisa Azuelos, la Présidente de la Women's Foundation à Hong-Kong, Su-Mei Thompson, ainsi que Zainab Salbi, Président de l'organisation Women for Women, créatrice et présentatrice de l'émission télévisée Nida'a show. Activistes et mobilisées de longue date pour la cause des femmes, chacune des intervenantes a pu revenir sur ses convictions, ses projets les plus récents afin d'expliquer comment le cinéma, les médias, le milieu du divertissement peuvent accroître la portée de leur engagement et contribuer à l'amélioration de la situation des femmes partout dans le monde.
  • Le dernier Talk de l'édition 2016 a mis en lumière deux femmes engagées pour une représentation plus équitable des femmes au sein de l'industrie : Francine Raveney, Responsable de la Recherche, de la presse et des relations publiques d'EWA - European Women's Audiovisual Network, et Melissa Silverstein, journaliste et fondatrice du site Women in Hollywood, Directrice Artistique et co-fondatrice du Athena Film Festival de New York.

« 44% des étudiants réalisateurs sont des femmes. Quand il s'agit d'obtenir un travail dans le secteur et d'être un réalisateur en activité, ce chiffre tombe à 24% », Francine Raveney.
« Il n'est pas seulement question d'égalité salariale. Il s'agit aussi de faire confiance à la vision des femmes. (...). Il s'agit d'établir clairement que nous sommes la moitié du monde. Nos histoires comptent et nous comptons. »
« Quand vous pensez à un réalisateur de film, vous pensez à un homme, avec une casquette. C'est la définition du leadership. Nous devons faire comprendre aux gens qu'il faut changer la définition de ce qu'est le leadership pour que plus de personnes réalisent que les femmes peuvent diriger de la même façon que les hommes », Melissa Silverstein.

Les Women in Motion Awards: un dîner en honneur aux femmes

Réunies à Cannes pour le 25ème anniversaire du film culte Thelma & Louise, les actrices Geena Davis et Susan Sarandon ont reçu leur prix Women in Motion des mains de Pierre Lescure, Thierry Frémaux et François-Henri Pinault.
« Notre partenariat avec le Festival a été créé pour donner plus d'écho aux voix des femmes du 7ème art, un art qui influence considérablement nos modes de pensée et d'action au quotidien », a déclaré François-Henri Pinault, Président-Directeur général de Kering, durant le dîner.
Invitant Geena Davis et Susan Sarandon sur scène, Thierry Frémaux, Délégué général du Festival de Cannes, souligne : « Elles font partie de la légende de ce Festival parce que l'accueil qui fût fait à Thelma & Louise est l'un des plus mémorables et l'un des plus extraordinaires ; les murs de ce Palais s'en souviennent encore ».

Dans le cadre du programme Women in Motion, pour l'exemplarité de leur carrière et de leur engagement social, Geena Davis et Susan Sarandon ont choisi de récompenser trois jeunes réalisatrices du prix Jeune Talent Women in Motion : Leyla Bouzid, Gaya Jiji et Ida Panahandeh.

Partager cet article

Repost 0
Published by ROYAL MONACO - dans SHOW
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : ROYAL MONACO RIVIERA ISSN 2057-5076
  •  ROYAL MONACO RIVIERA      ISSN 2057-5076
  • : Royal Monaco Riviera web magazine fondé par Luigi MATTERA est le PREMIER site online de Monaco en presse écrite . Royal Monaco Riviera, il primo sito online del Principato divenuto cartaceo.ARTE, CULTURA, SOCIETA' della Riviera Ligure e Costa Azzurra!
  • Contact

Recherche