Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 avril 2016 3 13 /04 /avril /2016 08:46
ADRIANO RIBOLZI

ADRIANO RIBOLZI

Photo(c) Luigi MATTERA
Photo(c) Luigi MATTERA

Adriano Ribolzi est né à Lugano, Suisse. Son père à fondé en 1920 une importante maison de décoration et d’antiquités. La tradition du goût français à l’origine d’un geste, pour l’époque difficile à imaginer, du Père Annibale qui pour réaliser son attraction pour les grand décors français se rend en 1912 à Lyon, berceau des tissus et du goût français, et doit revenir à Lugano en 1915 à cause de la guerre (14/18). Au XIX Siècle on trouve des ancêtres Ribolzi « peintre en décoration » à Paris.

Il fait ses études supérieures à Zürich à la Kunstgewerbe Schule et est diplômé en 1955. Son rêve est d’être sculpteur et peintre. Il rentre à Lugano ou peu après son père est atteint d’une maladie. Pour A.R. le choix professionnel ne se pose plus. Il programme de trouver un successeur pour la branche décoration et continue et amplifie l’activité d’antiquaire, Mobilier français des XVIIème et XVIIIème siècle et Peinture Ancienne. En 1964 il est le plus jeune membre du Rotary où il collabore dans les commissions de la culture et de la jeunesse.

La place de Lugano n’est pas négligeable, le Baron Thyssen est un frequentateur assidu de la Galerie et un ami, sa résidence est un important lieu de rencontres. Les résidents Italiens, Allemands, Suédois sont des bons clients, cultivés et fidèles, mais il a l’ambition d’œuvrer dans une plus grande place internationale.

En 1971, pour se « tester », il accepte l’invitation à exposer à la Biennale de Florence (à l’époque le plus grand Salon programmé en alternance avec la Biennale de Paris) – il est très prétentieux et demande à avoir une salle entière au 1er étage du Palais Strozzi ! Ce qu’on lui concède pour avoir sa participation (le seul). Il s’engage en contrepartie à faire un stand « particulier » . Ce stand fût choquant et on dit que ce fût le début, ou la stimulation, à faire des stands avec un projet contrairement à l’habitude de juste « mettre » les objets en présentation. La Ville de Florence lui remet la Médaille d’or. Pierre Granville (voir Fondation Granville Musée de Dijon) critique du journal Le Monde qui signait ses articles également sous le pseudonime de Chanteloup, sans connaître ni avoir rencontré A.R. écrit un article dans « Le Monde » du 29.09.1971, et bien d’autres articles dans la presse et magazines. "Par la suite une grande amitié avec Pierre et Cathleen Granville a enrichi mon parcours".

A.R. retourne exposer de nouveau à la Biennale de Florence en 1973 et fait un stand qui reçoit encore un énorme succès: le Monde, 26.09.1973 et autres journaux et magazines.

L’examen passé il pense à réaliser la prochaine étape.

Paris est l’évidence, mais justement l’évidence n’est pas un « challenge » et ça ne l’excite pas. Le voici donc en Principauté de Monaco comme premier antiquaire étranger à s’y installer.

Il est à l'origine de la création et co-fondateur de la « Biennale des Antiquaires de Monaco » qui ouvre en 1975. Il participe à plusieurs salons (voir liste) toujours en présentant du mobilier français de grande qualité, voire royal, la sculpture et la peinture ancienne.

ADRIANO RIBOLZI - (c) Luigi MATTERA

ADRIANO RIBOLZI - (c) Luigi MATTERA

(c) Luigi MATTERA
(c) Luigi MATTERA

En 1992 les organisateurs de la TEFAF de Maastricht lui demandent d’y participer pour présenter le mobilier français de haute qualité. Il est appelé à faire partie du Board pendant 10 ans. Pendant ces 18 ans de TEFAF il reçoit sur son stand de nombreuses personnalités internationales, les plus grands collectionneurs ainsi que les plus grands représentants de Musées mondiaux dont le Louvre.

Après le salon de 2009 il décide d’arrêter sa participation à Maastricht pour se dédier plus et mieux à sa Galerie de Monaco.(Voir photocopies lettres)

Fidèle au principe que dans toutes les époques, dans tous les domaines de l’art seules les valeurs intrinsèques et seule la qualité sont déterminants, il décide de compléter l’activité de la Galerie en ajoutant à son activité classique, que bien sûr il continue, une section d’art moderne. A l’occasion de la réception pour célébrer les 35 ans de sa présence en principauté il présente une sélection de peintures et sculptures modernes tels que :

Picasso, Miro, Calder, Matisse, Giacometti, Max Ernst, et tant d’autres.

Un grand collectionneur parisien l’a baptisé d’un terme qui lui convient : « Tu es un DECOUVREUR » Merci. En effet son vrai intérêt professionnel est de découvrir des objets, des meubles, des peintures, des sculptures ; ce qui veut dire comprendre leur vraie attribution (au-delà des descriptions existantes ), leur commande et destination initiale, ce qui veut dire redonner la vie à un objet.

Quelques découvertes d’attributions et provenances :

Chaises pour le Palais Bourbon par Louis-Charles Carpentier, Paris 1774, livrées pour la salle à manger de Louise-Adélaïde de Bourbon Condé au Pavillon du treillage du Palais Bourbon

Petit Canapé par Georges Jacob livré pour le Château de Versailles, Paris vers 1785

Fauteuil attribué à Jean-Baptiste Boulard, Paris, ca. 1785, livré pour le service du Garde Meuble de la Couronne

Une paire de Fauteuils par Georges Jacob livrés pour le Comte d’Artois au Palais du Temple pour le Grand Cabinet des Petits Appartements le 22 décembre 1783

Un petit Meuble de J.H. Riesener livré au Garde Meuble de la Couronne (vendu à Drouot comme XIXème)

Grand Canapé pour une demeure Royale, Paris vers 1690-1700, Exposé à la Mairie du XVème arrondissement Paris 1989 « De Versailles à Paris » Le Destin des Collections Royales.

Quatre Tables d’Encoignures provenance du Palais du Comte d’Orsay et exécutées pour la boiserie aujourd’hui à la Corcoran Gallery à Washington « The Salon Doré ». (Voir photos)

Une importante paire de Commodes passées en vente à Zürich attribuées à un ébéniste allemand. j’ai découvert qu’il s’agissait de commodes exécutées par B.V.R.B. (Bernard van Riesenburgh) et commissionnées par le Grand Electeur de Bavière et livrées à la RESIDENZ de Münich avec quatre autres commodes identiques.

Guido Reni « Erigone » ca. 1630 – Provenance Collection Marquis de Seignelay, Collection Pierre Crozat, Collection Philippe, Duc d’Orléans, Régent de France puis par descendance Collection de Louis-Philippe, Duc d’Orléans jusqu’en 1792.

Fra Angelico, « Tête de Christ » , tempera et or sur bois, peinture octogonale, Verso de la peinture « Vierge à l’Enfant en Trône, avec les Saints Pierre, Paul, Georges ( ?) Quatre Anges et un Donateur » qui se trouve au Museum of Fine Arts de Boston.

Exposé au Metropolitan Museum of Fine Arts, New York (Octobre 2005-Janvier 2006)

Exposé au Musei Capitolini à Rome en 2009

Augustin Pajou, Paris 1771 – La Duchesse Du Barry en Diane Chasseresse, Terre-cuite,

Ancienne Collection de Louis-Philippe Duc d’Orléans, Roi des Français – marque du Château d’Eu

Ecritoire aux Costumes, Naples ca. 1790-1800 – Manufacture Royale de Naples – provenance Famille Royale de Savoie

L’attribution à Girolamo Alibrandi, élève d’Antonello da Messina, d’une importante peinture attribuée à Antonio Solario et qui aujourd’hui est une des pièces maîtresses du Musée de Messine.(vendu en dessous du prix coutant).

(c) Luigi MATTERA(c) Luigi MATTERA

(c) Luigi MATTERA

RIBOLZI E SIGNORA CON GIVENCY (c) Claudia ALBUQUERQUE

RIBOLZI E SIGNORA CON GIVENCY (c) Claudia ALBUQUERQUE

(c) Luigi MATTERA
(c) Luigi MATTERA

"J’ai eu le privilège et le plaisir de pouvoir rendre possible la re-conjonction de deux parties de la même oeuvre de l’important Polyptyque de Lorenzo Veneziano « le Couronnement de la Vierge » exécuté en 1368 pour le maître autel de l’Eglise San Giacomo Maggiore à Bologne, que j’ai cédé au Musée de Tours. La découverte de ce fragment contribue ultérieurement à la reconstitution du polyptyque démembré dont quatre des six compartiments latéraux sont connus. Cette opération a fait l’objet d’un article sur Connaissance des Arts N° 557 de Janvier 1999 ".

En 1998 décoré par S.A.S. Le Prince Rainier III Chevalier de l’Ordre de Saint Charles

En 2007 décoré par S.A.S. Le Prince Albert II Officier de l’Ordre de Saint Charles

En 2009 décoré par S.A.R. La Princesse Caroline de Hanovre Chevalier de l’Ordre du Mérite Culturel

Photo(c) Claudia ALBUQUERQUE

Photo(c) Claudia ALBUQUERQUE

ADRIANO RIBOLZI: UN ESPRIT ARTISTIQUE DE RECHERCHE ET DE DECOUVERTE

Partager cet article

Repost 0
Published by ROYAL MONACO - dans ARTE & CULTURA
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : ROYAL MONACO RIVIERA ISSN 2057-5076
  •  ROYAL MONACO RIVIERA      ISSN 2057-5076
  • : Royal Monaco Riviera web magazine fondé par Luigi MATTERA est le PREMIER site online de Monaco en presse écrite . Royal Monaco Riviera, il primo sito online del Principato divenuto cartaceo.ARTE, CULTURA, SOCIETA' della Riviera Ligure e Costa Azzurra!
  • Contact

Recherche