Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 décembre 2015 5 25 /12 /décembre /2015 20:37

Quelques tasses de café pour réduire la mortalité cardiovasculaire ?

La littérature sur les faits et méfaits du café est prolifique. Et, les analyses laissent souvent perplexe, car elles ne concordent pas toutes et les conclusions qui en émanent manquent parfois de clarté, en raison de méthodes divergentes, d’effectifs insuffisants ou encore d’artéfacts statistiques. Il faut dire que les relations entre la consommation de café et divers évènements-cibles ne sont pas linéaires. Il est rare d’aboutir à une relation dose-effet qui emporte la conviction, du style une tasse, deux tasses, trois tasses… Non, les études aboutissent à des associations souvent significatives qui n’en sont pas moins déroutantes par les courbes qui tentent de les décrire. La relation entre consommation de café et mortalité globale est au diapason de ces considérations sinon critiques, du moins réalistes.

Trois études de cohorte de grande envergure viennent clairement alimenter le débat au travers d’un effectif total de plus de 200 000 participants, en l’occurrence tous des professionnels de la santé. En effet, dans leur majorité, il s’agit d’infirmières incluses dans la Nurses' Health Study (n = 74 890) et la Nurses' Health Study II (n = 93 054), mais il faut ajouter 40 557 sujets de sexe masculin provenant de la Health Professionals Follow-up Study. La consommation de café a été appréciée, à l’état basal, au moyen de questionnaires semi-quantitatifs spécifiquement conçus pour apprécier la fréquence et le type des prises alimentaires sous toutes leurs formes, liquides et solides. Il avait été prévu de prendre en compte la consommation de café « total » et décaféiné et de rechercher des associations entre cette dernière et la mortalité globale, mais aussi en rapport avec des causes spécifiques.

Au terme d’un suivi de 4 690 072 sujets-années, 31 956 décès ont été enregistrés, dont 19 524 chez les participants de sexe féminin. Une association significative a été mise en évidence entre la consommation de café, y compris décaféiné, et la mortalité, mais, comme à l’habitude, la relation s’est avérée non linéaire. Ainsi, comparativement aux témoins (non buveurs de café), la consommation d’une à cinq tasses de café par jour a été associée à une mortalité plus faible, toute association disparaissant au-delà de cinq tasses par jour.

La même analyse restreinte à la population des non-fumeurs a permis d’estimer les hazards ratios (HRs) en fonction du nombre de tasses consommées par jour :
(1) < ou = une/jour : HR = 0,94 (intervalle de confiance à 95 % [IC95] de 0,89 à 0 ,99) ;
(2) 1,1 à 3,0/jour : HR = 0,92 (IC95 de 0,87 à 0,97) ;
(3) 3,1 à 5,0/jour : HR = 0,85 (IC95 de 0,79 à 0,92) ;
(4) > 5 /jour : HR = 0,88 (IC95 de 0,78 à 0,99).

La tendance est statistiquement significative (p < 0,001), mais la relation est à l’évidence non linéaire (p = 0,32). Les mêmes relations inverses entre consommation de café et mortalité globale ont été observées, avec (p < 0,001) ou sans caféine (p = 0,022). La tendance s’est avérée similaire pour les décès d’origine cardiovasculaire ou neurologique, mais aussi pour les suicides. En revanche, la mortalité par cancer n’a en rien été associée à la consommation de café, décaféiné ou autre.

En bref, le café diminuerait la mortalité globale, tout au moins jusqu’au seuil de 5 tasses quotidiennes. Au-delà, cet effet disparaîtrait et, fait nouveau, la caféine ne serait pas en cause dans cette association qui, comme toujours, laisse perplexe. Le fait est là : boire raisonnablement du café serait bénéfique, en sachant que l’association n’est pas un lien de causalité tant les facteurs de confusion sont nombreux. En attendant mieux pour ce qui est de la démonstration, rien n’interdit, après un bon repas ou, pour se délasser, de prendre, de ci de là, une tasse de café, bien au contraire !

Dr Philippe Tellier

Référence
Ding M et coll. : Association of Coffee Consumption With Total and Cause-Specific Mortality in 3 Large Prospective Cohorts. Circulation 2015 ; 132 : 2305-15.

Partager cet article

Repost 0
Published by ROYAL MONACO - dans MEDECINE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : ROYAL MONACO RIVIERA ISSN 2057-5076
  •  ROYAL MONACO RIVIERA      ISSN 2057-5076
  • : Royal Monaco Riviera web magazine fondé par Luigi MATTERA est le PREMIER site online de Monaco en presse écrite . Royal Monaco Riviera, il primo sito online del Principato divenuto cartaceo.ARTE, CULTURA, SOCIETA' della Riviera Ligure e Costa Azzurra!
  • Contact

Recherche