Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 05:49
En bas : IRM de la prostate montrant une lésion suspecte (en vert) ; en haut : échographie en temps réel où le contour rouge délimite la zone « couverte » par l’IRM.
En bas : IRM de la prostate montrant une lésion suspecte (en vert) ; en haut : échographie en temps réel où le contour rouge délimite la zone « couverte » par l’IRM.

Des biopsies guidées par l’IRM fusionnée avec l’échographie pour le cancer de la prostate ?

Le diagnostic de cancer de la prostate repose classiquement sur une série standard de prélèvements biopsiques en sextant. L’introduction récente de la technique d'imagerie par résonance magnétique multiparamétrique (MP-IRM) a considérablement amélioré la précision diagnostique pour les tumeurs prostatiques à haut risque. Il est devenu possible de pratiquer des prélèvements tissulaires très ciblés sous guidage échographique couplé avec l’IRM. Les images obtenues par la MP-IRM (en T2) sont ici surimposées électroniquement en temps réel à celles donnée par l’écho-endoscopie trans rectale (TRUS pour Trans Rectal Ultra Sound), permettant de délimiter avec une grande précision les zones suspectes. Le diagnostic des cancers cliniquement actifs s’en trouve notablement amélioré, posant la question de l’intérêt pratique de coupler les 2 types de biopsie.

M Siddiqui et ses collégues du National Cancer Institute (Bethesda, Maryland) ont mené une étude afin de comparer les performances des biopsies ciblées vs biopsies standard ou de la combinaison des 2 techniques dans le diagnostic des cancers de la prostate à risque intermédiaire ou à haut risque. Il s’agit d’une étude prospective de cohorte menée entre Août 2007 et février 2011. Les critères d’inclusion associaient un taux élevé d’antigène spécifique prostatique et/ou une anomalie au toucher rectal et la présence d’au moins une lésion en MP-IRM. Les critères d’exclusion étaient un traitement préalable anti-néoplasique ou une contre-indication à la pratique d’une IRM.

L’objectif essentiel du travail de M Siddiqui et coll. était de préciser si le taux de détection des cancers prostatiques à haut risque était plus élevé avec les biopsies guidées avec fusion IRM-US qu’avec les biopsies standard. Il s’est, également, attaché à comparer les taux de détection des cancers à bas risque et, en cas de prostatectomie, les données anatomopathologiques des biopsies à celles de la pièce opératoire. Pour chacune des différentes approches ont été calculées la sensibilité, la spécificité, les valeurs prédictives positives et négatives ainsi que l’aire sous la courbe d’efficacité (AUC).

Un total de 1 215 hommes ont bénéficié d’un examen MP-IRM durant la période considérée ; 181 ne présentaient aucune lésion en imagerie. Après exclusion des malades avec cancer de la prostate déjà traité, 1 003 patients ont été retenus pour constituer la cohorte d’étude, dans laquelle deux sous groupes ont été individualisés : l’un de 196 patients qui n’avaient jamais eu de biopsie et un autre de 170 patients qui, dans un second temps, ont été traités par prostatectomie radicale. Tous les participants ont eu des biopsies ciblées sur les images MP-IRM fusionnées avec celles de la TRUS, puis des biopsies standard (effectuées par un praticien non informé des données de l’IRM) avec 12 prélèvements guidés par les seules données de la TRUS.

Davantage de cancers à haut risque détectés par la biopsie guidée pat l’IRM-écho

Sur l’ensemble de la cohorte, il a été noté dans 69 % des cas (n = 690), une concordance parfaite dans la classification du risque tumoral par les biopsies ciblées et standard. Ont été décelés respectivement 461 et 469 cancers prostatiques par l’une et l’autre technique. Parmi les cancers détectés par les biopsies ciblées il y avait 30 % de cancers à haut risque en plus (score de Gleason ≥ 4 + 3 ; respectivement 173 vs 122, p < 0,001) et moins de cancers à risque faible (score de Gleason score 3 + 3 ou de faible volume 3 + 4 ; 213 vs 258, p = 0,002). En combinant les résultats des deux modes de prélèvements combinés, on a trouvé 103 cancers supplémentaires (22 %), dont 83 % à faible risque, 12 % à risque intermédiaire et seulement 5 % à haut risque. Dans la grande majorité des cas (85 %, soit n = 857), la biopsie ciblée n’a pas modifié la stratification du risque en fonction du score de Gleason.

Dans le groupe des 170 patients traités dans un second temps par prostatectomie radicale, la sensibilité des biopsies ciblées a été de 77 % face à 53 % pour les biopsies standard, avec une spécificité équivalente (68 vs 66 %). L’AUC des biopsies guidées (0,73) était toutefois notablement plus importante que celle des biopsies standard (0,59, p= 0,005) ou des biopsies combinées (0,67 ; p = 0,04). Dans le sous groupe des 196 patients qui n’avaient pas eu de biopsie, 42 % des tumeurs ont été classés à faible risque, 16 % à risque intermédiaire et 42% à haut risque, la biopsie guidée ne changeant pas globalement la classification du risque.

Dans ce travail, la réalisation de biopsies ciblées augmente de façon significative le taux de diagnostics de cancer à haut risque et diminue parallèlement celui des cancers à bas risque, comparativement aux biopsies standard. Elles offrent une précision plus grande ; leur sensibilité est de 77 % vs 53 %. L’ajout de biopsies standard aux biopsies ciblées apporte un avantage très limité. La réalisation de biopsies avec fusion d’images ne modifie pas, non plus, significativement la classification du risque.

Il faut signaler que ce travail préliminaire n’a pas pris en compte des critères fondamentaux tels que mortalité spécifique ou récidives, ni, sur un autre plan, les coûts induits par cette nouvelle technique. De plus, la plupart des participants avaient déjà eu une première biopsie prostatique. Il s’agit d’une étude mono-centrique et, enfin, les sujets sans lésion décelable en IRM ont été exclus de la cohorte.

En conclusion, s’adressant à des hommes suspects de cancer de la prostate, la technique de biopsie avec fusion d’images IRM/US, comparée à la biopsie standard en sextant sous TRUS, est associée à une détection plus élevée de cancers prostatiques à haut risque. Des travaux ultérieurs restent nécessaires pour analyser les implications cliniques de ces résultats et prendre en compte, in fine, comme critère d’efficacité le devenir clinique des cancers ainsi diagnostiqués.

Dr Pierre Margent

Siddiqui M et coll. : Comparison of MR/Ultrasound Fusion Guided Biopsy with Ultrasound Guided Biopsy for the Diagnosis of Prostate Cancer. JAMA. 2015; 313 : 390-397. doi:10.1001/jama.2014.17942.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : ROYAL MONACO RIVIERA ISSN 2057-5076
  •  ROYAL MONACO RIVIERA      ISSN 2057-5076
  • : Royal Monaco Riviera web magazine fondé par Luigi MATTERA est le PREMIER site online de Monaco en presse écrite . Royal Monaco Riviera, il primo sito online del Principato divenuto cartaceo.ARTE, CULTURA, SOCIETA' della Riviera Ligure e Costa Azzurra!
  • Contact

Recherche