Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 08:50
ANNEE DE LA RUSSIE A’ MONACO : RENCONTRE AVEC LE GRAND DUC GEORGI MIKHAÏLOVITCH .

ANNEE DE LA RUSSIE A’ MONACO : RENCONTRE AVEC LE GRAND DUC GEORGI MIKHAÏLOVITCH .

 

Dans le cadre particulier de cette "Année de la Russie" en Principauté, Son Altesse Impériale, le Grand Duc Georgi de Russie a été invité au Nouvel An Russe qui a été fêté pour la première fois au nouveau Yacht Club de Monaco le vendredi 9 janvier. Le Grand Duc Georgi, accompagné par le  Comte du Bediesse, nous a reçu à l’hôtel Hermitage de Monaco pour faire partie aux lecteurs du Royal Monaco de ses considérations autour du concept de « monarchie » et de sa vie privée et intellectuelle avec un regard historique aux Romanoff .

Le Grand Duc Georgi Mikhaïlovitch de Russie est un descendant direct du tsar libérateur Alexandre IIème en la cinquième génération. Parmi ses ancêtres se trouvent le patriarche de l’Eglise Orthodoxe Russe Philarète, Pierre le Grand et Catherine la Grande, la reine Victoria d'Angleterre, empereur Guillaume Ier d'Allemagne, Charlemagne, le Prophète Muhammad, et, selon la légende, le roi biblique David le Psalmiste…. Georges est né à Madrid le 13 mars 1981; à son baptême étaient présents le roi Juan Carlos et la reine Sofia d'Espagne, et son parrain est le roi de Grèce Constantin. Le tsarévitch a été formé à l'Université d'Oxford.

Luigi MATTERA

ANNEE DE LA RUSSIE A’ MONACO : RENCONTRE AVEC LE GRAND DUC GEORGI MIKHAÏLOVITCH .

Quel est pour Votre Altesse Impériale, le concept de monarchie ?

La monarchie en Russie au 20e siècle a cédé la place à une république. Mais l'idée monarchique (l'idée d'un État-famille) ne mourra jamais. Nous sommes les conservateurs et les symboles de cette idée. Seul le temps nous dira si cette idée jouera de nouveau un rôle dans le gouvernement. Mais quel que soit le cas, le Seigneur a sauvé la Maison de Romanoff du terrible destin d'être obligé de prendre partie dans la guerre civile versant du sang d'un groupe de nos compatriotes afin de soutenir un autre groupe de nos compatriotes. Nous pouvons aujourd'hui regarder avec confiance dans les yeux des gens et affirmer que la dynastie a honorablement servi et sert encore la cause de l'unité nationale et l'harmonie civile, quelle que soit la structure du gouvernement ou de la nature du régime politique.

Il y a un siècle, un grand-duc était plus susceptible d'être vu portant un uniforme militaire qu'un costume. Vous vous habillez comme un homme d'affaires. Nous savons par la presse que vous avez travaillé dans diverses positions de l'Union européenne, puis dans une grande entreprise russe. Que pouvez-vous nous dire de votre carrière dans les affaires? Que faites-vous pour vivre maintenant ?

Après Oxford, je voulais acquérir une meilleure compréhension des structures des entreprises européennes dans le but d'apprendre les tendances qui déterminent le développement à long terme de l'Europe. J'ai d'abord travaillé pour le Parlement européen, puis je suis devenu l'assistant du vice-président de la Commission européenne et le Commissaire Chargé des Transports et de l'Énergie, Loyola de Palacio, à Bruxelles. J'ai aussi travaillé sur des questions liées à l'énergie atomique et à la sécurité atomique de la Commission européenne au Luxembourg. Mais j'ai toujours voulu que mon travail soit plus étroitement lié à la Russie. Donc, je n'ai pas hésité un instant à accepter une offre d'emploi de la compagnie "Norilsk Nickel" et, au cours des prochaines années, j'ai travaillé comme conseiller à son directeur général et plus tard comme le gestionnaire d'une de ses filiales en Europe. Ma principale responsabilité était de plaider pour les industries russes sur le marché européen. J'ai acquis énormément d'expérience chez "Norilsk Nickel". Récemment, j'ai formé une entreprise distincte "Romanoff & Partners", qui facilite le développement de relations économiques internationales entre la Russie et les autres pays de l'ancien Empire russe et l'URSS, d'une part et les pays de l'Union européenne de l'autre. Actuellement je suis président honoraire de la Chambre de commerce belgo-luxembourgeoise pour les relations économiques et commerciales avec la Russie et la Biélorussie.

Vous êtes un jeune homme moderne et en même temps l'héritier d'une ancienne dynastie souveraine. Dans lequel de ces deux rôles vous sentez-vous plus à l'aise ?

Mon titre ni me pèse, ni ne m'élève plus haut. Chacun a son propre ensemble d'avantages et de désavantages dans la vie. Je considère mon titre abord et avant tout comme un héritage et comme une vocation. Par conséquent, ma fonction est, plus que tout, un devoir et non un privilège. Mes fonctions sont parfois très lourdes. Elles imposent des limites considérables à ma vie personnelle. Bien sûr, une personne privée peut en large mesure diriger sa propre vie, plus que celui à qui ont été données des responsabilités publiques et historiques qui ne peuvent ni être mises de côté, ni oubliées, sans qu’il se trahisse lui-même, ainsi que ses ancêtres. Mais Dieu n'envoie jamais à quelqu'un des fardeaux qui sont au-delà de sa capacité à les porter.

Combien de temps consacrez-vous aux fonctions publiques associées à votre position comme héritier de la dynastie ?

Je n'ai pas d’horaire régulier. Fort heureusement, j’ai un emploi du temps flexible. Si nécessaire, je me plonge totalement dans mon travail, mais je peux aussi mettre tout cela de côté, si je pense que tout va bien. Les questions liées à mes fonctions en ce qui concerne la Maison Impériale occupent le centre de ma vie. Elles n'empiètent pas sur ma vie; elles sont au cœur de celle-ci. Si mes voyages, mon action caritative, mes réunions et des événements avec divers groupes et individus, si ces activités apportent un degré de bonheur et aident les gens, alors cela me rend heureux. Ainsi, il ne s’agit plus vraiment de travail; cela se fait aussi naturellement que respirer. Mon rêve est que la Fondation Impériale pour la recherche sur le cancer prospère un jour. J'aimerais avoir plus de possibilités pour aider les gens différemment et par de nouveaux moyens.

Vous visitez fréquemment les palais qui appartenaient autrefois à vos ancêtres. Avez-vous jamais comparé l'opulence dont ils jouissaient à la façon dont vous vivez aujourd'hui? Que trouvez-vous le plus attrayant : une enfilade de salles d'apparat ou le bureau exigu de la personne privée de l'ère moderne ?

Je peux, chez moi, certainement sentir l'esprit de l'âge quand je visite les palais de mes ancêtres. Mais je ne peux pas dire que je m'y sens «chez moi». Les monarques russes d’avant la révolution étaient, dans leur vie privée, loin d’aimer le luxe. Ils ornaient leurs palais richement pour les occasions formelles d'État mais ils préféraient eux-mêmes vivre dans des conditions plutôt spartiates. Et au cours des années d'exil, nous nous sommes habitués à des conditions austères. Je trouve plus confortable et pratique de ne pas vivre dans des palais, mais plutôt dans un espace de vie simple et fonctionnel. Bien sûr, des endroits de beauté et d'élégance devraient exister. Mais sans ostentation. Luxe et confort ne vont pas toujours ensemble. La vie en Europe est, à certains égards, plus confortable que dans la Russie d'aujourd'hui, mais je ne peux pas dire qu'il soit plus agréable d'y vivre. Chaque endroit a ses avantages et ses inconvénients. Tout d'abord, ce qui pour moi est le plus important, est un endroit où je peux faire mon travail le plus efficacement possible. En ce moment, je vis à Bruxelles, une ville que je trouve plutôt idéale pour mon travail. Mais si je sentais que je pourrais accomplir plus si j’habitais ailleurs, en particulier en Russie, alors je déménagerais, même si le nouvel endroit se trouvait à certains égards être moins confortable que Bruxelles.

Vous avez reçu une excellente éducation universitaire et vous parlez plusieurs langues européennes. Dans laquelle de ces langues pensez-vous, et laquelle utilisez-vous lorsque vous parlez à votre famille ?

Je peux aller d'une langue à l'autre et j'essaie de penser dans la langue dans laquelle je suis en train de m’exprimer. En même temps, il arrive souvent que dans une phrase, une idée puisse être mieux exprimée dans une langue et une autre idée de la même phrase dans une autre langue. Donc, dans notre famille, nous parlons souvent plusieurs langues les uns avec les autres. Je commence parfois une phrase en français et la termine en russe, en y insérant parfois des mots anglais. Quand je suis en public, les gens me demandent parfois : Quelle langue parlez-vous? C’est une question que l’on pose souvent aux gens qui parlent plusieurs langues.

Comment passez-vous votre temps libre ?

J'aime passer du temps avec mes amis. Qu'est-ce que j'aime faire? Cela dépend toujours de mon humeur. Je n'ai pas un «ensemble idéal» de choses que j'aime faire avec des amis. J'aime consacrer mon temps libre à la plongée, au tir, et à l'équitation.

Les journalistes comme les abeilles attirées par le miel, sont affamés pour couvrir les mariages des princes et princesses d'Europe. Quelle est votre idée de la femme parfaite? Avez-vous une fiancée et quand pourrons-nous commencer à écrire sur le mariage de l'héritier des empereurs de Russie?

Je pense que ce qui importe le plus dans la relation entre un homme et une femme est l'amour et le respect qu'ils éprouvent l'un pour l'autre. La beauté intérieure est beaucoup plus importante que la beauté physique même si, bien entendu, les caractéristiques externes reflètent parfois la personne intérieure. Quand je rencontrerai une femme qui combine ces qualités, qui me comprend et a la même personnalité que moi, alors je saurais que j'ai trouvé celle que je vais épouser.

ROYAL MONACO

S.A.I. le Grand Duc Georgi de Russie entre S.A.R. la princesse Antonella Borbon-Orléans et le Dr. Luigi Mattera

S.A.I. le Grand Duc Georgi de Russie entre S.A.R. la princesse Antonella Borbon-Orléans et le Dr. Luigi Mattera

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : ROYAL MONACO RIVIERA ISSN 2057-5076
  •  ROYAL MONACO RIVIERA      ISSN 2057-5076
  • : Royal Monaco Riviera web magazine fondé par Luigi MATTERA est le PREMIER site online de Monaco en presse écrite . Royal Monaco Riviera, il primo sito online del Principato divenuto cartaceo.ARTE, CULTURA, SOCIETA' della Riviera Ligure e Costa Azzurra!
  • Contact

Recherche