Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2014 3 05 /11 /novembre /2014 11:19
Luigi Mattera is a certified by CERFPA (St. Laurent du Var-France) in HOMEOPATHY (biennale) & ZUO TUINA MASSAGE OF TRADITIONAL CHINESE MEDICINE - Online certificate from TEXAS CHIROPRACTIC COLLEGE (Pasadena-Texas 2007) in CHIROPRACTIC SPORTS & CHIROPRACTIC TREATMENT OF GOLF INJURIES.  In the past, has been Captain aboard tanker ships . He got University Doctorate in Foreigner and Litterature Languages (IULM Milano - Italy) and 3 years University Diploma in Public Relations and Discipline Administration (IULM Milano)  PRESENTS:

Luigi Mattera is a certified by CERFPA (St. Laurent du Var-France) in HOMEOPATHY (biennale) & ZUO TUINA MASSAGE OF TRADITIONAL CHINESE MEDICINE - Online certificate from TEXAS CHIROPRACTIC COLLEGE (Pasadena-Texas 2007) in CHIROPRACTIC SPORTS & CHIROPRACTIC TREATMENT OF GOLF INJURIES. In the past, has been Captain aboard tanker ships . He got University Doctorate in Foreigner and Litterature Languages (IULM Milano - Italy) and 3 years University Diploma in Public Relations and Discipline Administration (IULM Milano) PRESENTS:

MEDICINE & CHINESE TRADITIONAL MEDICINE

 

Dépister le cancer du poumon par une prise de sang - Des cellules tumorales détectées dans le sang 1 à 4 ans avant le diagnostic de cancer bronchique

Depuis plusieurs années, des cellules tumorales peuvent être détectées dans le sang circulant de malades atteints de cancer localisé ou métastatique et de nombreux travaux se sont appuyés sur cette recherche afin de mieux appréhender le pronostic et d’apporter des améliorations thérapeutiques. Cependant, des données expérimentales obtenues chez l’animal ont montré que l’apparition de ces cellules tumorales circulantes (CTC) était un événement très précoce dans la cancérogenèse. D’où l’idée de se servir de ces CTC comme des sentinelles susceptibles d’alerter sur le développement d’un cancer.

Cette possibilité de repérage très précoce serait particulièrement bienvenue dans le cancer bronchique (non à petites cellules ou CBNPC) qui est très rapidement invasif. L’équipe du Pr Paul Hofman à Nice a ainsi conduit une étude pilote chez des patients qui avaient initialement été inclus dans le groupe témoin d’un essai plus important dont l’objectif était d’évaluer la fréquence de CTC chez des malades ayant un cancer bronchique et sur le point d’être opérés. De sujets contrôles, ils sont donc devenus les patients et les témoins d’une seconde analyse.

Parmi les 245 sujets inclus, 168 (68,6 %) avaient une bronchopneumopathie obstructive (BPCO), pathologie qui en elle-même est un facteur de risque de CBNPC indépendamment du tabagisme ; 77 n’avaient pas de BPCO parmi lesquels 42 étaient fumeurs et 35 non fumeurs. La présence de CTC a été recherchée par la technique ISET (Isolation by Size of Epithelial Tumor cells) sur des critères cytomorphologiques complétés par l’étude de l’expression de différents marqueurs. Les patients ayant une BPCO ont parallèlement eu un scanner thoracique à faible dose tous les ans.

Des cellules tumorales détectées dans le sang 1 à 4 ans avant le diagnostic de cancer bronchique

Des CTC ont été détectées chez 5 des 168 malades atteints de BPCO, de 1 à 4 ans avant que le scanner ait dépisté une tumeur bronchique, ce qui a abouti à une résection chirurgicale à un stade précoce, la taille moyenne du nodule étant alors de 1,7 cm, sans envahissement ganglionnaire ni métastases à distance. Seize mois après l’intervention, aucune récurrence n’a été constatée ni réapparition de CTC. Chez 3 autres patients atteints de BPCO, des cellules ont également été détectées par ISET mais d’aspect cytomorphologique bénin : aucun n’a développé de nodule pulmonaire, ce qui a aussi été le cas des 160 autres patients sans cellules circulantes. Chez les 77 sujets sans BPCO (fumeurs ou non fumeurs), il n’y avait pas non plus de CTC et le scanner effectué 5 ans après l’inclusion était normal.

Cette première étude, mettant en évidence que les cellules tumorales peuvent commencer à migrer des années avant le diagnostic de cancer, montre donc que la combinaison de la recherche de CTC et de données d’imagerie serait capable d’améliorer considérablement les possibilités de dépistage et de traitement précoce du cancer bronchique chez des patients à risque, comme c’est le cas des malades atteints de BPCO. Des études de plus grande ampleur sont bien sûr nécessaires pour conforter et affiner ces résultats, mais une grande étape vient assurément d’être franchie.

Dr Patricia Thelliez

Ilie M et coll : « Sentinel » Circulating Tumor Cells allow Early Diagnosis of Lung Cancer in Patients with Chronic Obstructive Pulmonary disease. PLoS One, 2014; 9:e111597. doi: 10.1371/journal.pone.0111597. eCollection 2014

Une simple prise de sang pour dépister le cancer du poumon ?

Depuis plusieurs années, des cellules tumorales peuvent être détectées dans le sang circulant de malades atteints de cancer localisé ou métastatique et de nombreux travaux se sont appuyés sur cette recherche afin de mieux appréhender le pronostic et d’apporter des améliorations thérapeutiques. Cependant, des données expérimentales obtenues chez l’animal ont montré que l’apparition de ces cellules tumorales circulantes (CTC) était un événement très précoce dans la cancérogenèse. D’où l’idée de se servir de ces CTC comme des sentinelles susceptibles d’alerter sur le développement d’un cancer.

Cette possibilité de repérage très précoce serait particulièrement bienvenue dans le cancer bronchique (non à petites cellules ou CBNPC) qui est très rapidement invasif. L’équipe du Pr Paul Hofman à Nice a ainsi conduit une étude pilote chez des patients qui avaient initialement été inclus dans le groupe témoin d’un essai plus important dont l’objectif était d’évaluer la fréquence de CTC chez des malades ayant un cancer bronchique et sur le point d’être opérés. De sujets contrôles, ils sont donc devenus les patients et les témoins d’une seconde analyse.

Parmi les 245 sujets inclus, 168 (68,6 %) avaient une bronchopneumopathie obstructive (BPCO), pathologie qui en elle-même est un facteur de risque de CBNPC indépendamment du tabagisme ; 77 n’avaient pas de BPCO parmi lesquels 42 étaient fumeurs et 35 non fumeurs. La présence de CTC a été recherchée par la technique ISET (Isolation by Size of Epithelial Tumor cells) sur des critères cytomorphologiques complétés par l’étude de l’expression de différents marqueurs. Les patients ayant une BPCO ont parallèlement eu un scanner thoracique à faible dose tous les ans.

Des cellules tumorales détectées dans le sang 1 à 4 ans avant le diagnostic de cancer bronchique

Des CTC ont été détectées chez 5 des 168 malades atteints de BPCO, de 1 à 4 ans avant que le scanner ait dépisté une tumeur bronchique, ce qui a abouti à une résection chirurgicale à un stade précoce, la taille moyenne du nodule étant alors de 1,7 cm, sans envahissement ganglionnaire ni métastases à distance. Seize mois après l’intervention, aucune récurrence n’a été constatée ni réapparition de CTC. Chez 3 autres patients atteints de BPCO, des cellules ont également été détectées par ISET mais d’aspect cytomorphologique bénin : aucun n’a développé de nodule pulmonaire, ce qui a aussi été le cas des 160 autres patients sans cellules circulantes. Chez les 77 sujets sans BPCO (fumeurs ou non fumeurs), il n’y avait pas non plus de CTC et le scanner effectué 5 ans après l’inclusion était normal.

Cette première étude, mettant en évidence que les cellules tumorales peuvent commencer à migrer des années avant le diagnostic de cancer, montre donc que la combinaison de la recherche de CTC et de données d’imagerie serait capable d’améliorer considérablement les possibilités de dépistage et de traitement précoce du cancer bronchique chez des patients à risque, comme c’est le cas des malades atteints de BPCO. Des études de plus grande ampleur sont bien sûr nécessaires pour conforter et affiner ces résultats, mais une grande étape vient assurément d’être franchie.

Dr Patricia Thelliez

Ilie M et coll : « Sentinel » Circulating Tumor Cells allow Early Diagnosis of Lung Cancer in Patients with Chronic Obstructive Pulmonary disease. PLoS One, 2014; 9:e111597. doi: 10.1371/journal.pone.0111597. eCollection 2014

Dépister le cancer du poumon par une prise de sang - Des cellules tumorales détectées dans le sang 1 à 4 ans avant le diagnostic de cancer bronchique

Partager cet article

Repost 0
Published by ROYAL MONACO - dans MEDECINE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : ROYAL MONACO RIVIERA ISSN 2057-5076
  •  ROYAL MONACO RIVIERA      ISSN 2057-5076
  • : Royal Monaco Riviera web magazine fondé par Luigi MATTERA est le PREMIER site online de Monaco en presse écrite . Royal Monaco Riviera, il primo sito online del Principato divenuto cartaceo.ARTE, CULTURA, SOCIETA' della Riviera Ligure e Costa Azzurra!
  • Contact

Recherche