Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2014 7 19 /10 /octobre /2014 05:15
Aristochic : Intervista  di  S.A.R  La  Principessa   Antonella d’Orléans-Bourbon   con la Baronessa Mariuccia Zerilli-Marimò

Intervista di S.A.R La Principessa Antonella d’Orléans-Bourbon

con la Baronessa Mariuccia Zerilli-Marimò

Un paio di anni fa’ mi trovavo a New York e incontrai Mariuccia per caso sulla Fifth Avenue, ognuna all’uscita del suo hotel,e venni immediatamente invitata da lei ad un lunch in occasione di un Board di ‘’Casa Italia ‘’ per il giorno successivo.

Accettai immediatamente, lei mi aveva gia’ parlato di questa sua creatura culturale e la mia curiosita’ era sempre stata forte.

Dopo il luch in giardino con il prestigioso Board, Mariuccia mi condusse in ogni angolo di quella casa ottocentesca di 3 piani, Monumento Nazionale, nel Greenvich Village, spiegandomi come tutto questo era nato, sostanzialmente per onorare la memoria di suo marito, il barone Guido Zerilli-Marimo’, scomparso nel 1981.

Si erano conosciuti a Milano, dove entrambi vivevano, nelle fila del Partito Liberale Italiano e non si erano piu lasciati.

Mi racconto’ della geniale creativita’ e della magnanimita’ di Guido, Presidente della casa farmaceutica Lepetit, di quanto lui adorasse New York , di quanto tempo ci trascorressero sia per la ricerca farmaceutica all’avanguardia che si trovava negli Stati Uniti che porto’ Lepetit a divenire una grande multinazionale con fabbriche in Europa , Sud America, Centro America e Asia., sia per l’energia che dava loro questa citta’ dove ormai avevano molti amici .

Forte di tutti questi ricchi ricordi di vita insieme, la baronessa, si convince e decide che una donazione alla NYU che all’epoca possedeva gia’ la Maison Francaise, la Deutsches Haus, ma non una Casa italiana, fosse l’ unica cosa da fare e cosi’ avvia(mentre riprende gli studi universitari interrotti con il matrimonio) , con l;appoggio di sua figlia Maria Chiara, la ricostruzione del palazzetto a 3 piani nel Village, facendo la scelta di vendere il suo bell’appartamento milanese con giardino (fatto da Gio’ Ponti), appunto per sovvenzionare le notevoli donazioni che avrebbero consentito l’acquisto del palazzetto(che in realta’ era costituito solo da una facciata e null’altro) , la ricostruzione e la successiva continuita’della Casa.

L' inaugurazione di Casa Italia avvenne il 3 Novembre del 1990, Giulio Andreotti fece il discorso inaugurale, il Cardinale Martino benedisse la Casa.

Oggi Casa Italia ( dotata anche di una sala regia e di un’auditorium di 100 posti con acustica perfetta) ha 24 anni svolgendo circa 80 eventi culturali l’anno, e rendendo ‘’New York un po’ piu italiana’’ grazie solo all’immenso sforzo della baronessa.

Nel 2009, la Fondazione New York Landmark Conservancy le conferisce il titolo di Living Landmark:dato abbastanza peculiare considerato che era la prima cittadina non americana ad esserne insignita.

1- L’Aristocrazia oggi -- possiamo ancora definire l'Aristocrazia come il governo degli Eccellenti?

Direi proprio di no. Ci sono tuttavia casi di aristocratici che si sono “riciclati”, per dirla con una brutta espressione, e che sono a capo di aziende , di enti e/o di istituzioni.

2- A quale personaggio del passato ti sente più affine e, ve ne fosse uno, perché?

Questa è una domanda alla quale non posso rispondere perché "parva non licet componere magnis", laddove il “parva” sono naturalmente io.

3- Nel panorama di una politica internazionale sempre più complessa e difficile di questi ultimi anni, a prima vista basata sul controllo sempre più capillare dei cittadini, come ti senti e come vorresti, invece, sentirti?

Mi sento benissimo. Mi spiego: pur non approvando tale situazione, considero, come cittadina, che il mio compito è quello, di dare il mio anche se modesto contributo nel contesto della mia condizione. Di più non posso fare.

4- Cosa, veramente, ti appassiona nella vita di tutti i giorni? Qual’è il momento che attendi di vivere della giornata, che ti dà più gioia, emozioni?

Penso sia il lavoro. Quanto al momento migliore è quello del serale raccoglimento

5- La Famiglia sempre più in pericolo, sempre più fragile in un mondo dove sembra prendere sempre più piede una sorta di “capitalismo sentimentale”, come se il modello vecchio di famiglia tradizionale fosse divenuto obsoleto e, rimpiazzato con un’altro modello piu’ nuovo:che idee hai a tal proposito e che consiglio ti senti di dare ai tuoi figli, ai tuoi amici?

E’ molto difficile per me rispondere anche perché di fronte a modelli che non sono mai stati miei ci sono esempi di famiglie (e molte) che vivono in amore e armonia.

Quanto al consiglio, a parte che difficilmente i consigli sono di qualche utilità, pure posso dire che – specialmente in famiglia - quel che conta è l’amore, quindi la comprensione e il perdono.

6- Che rapporto hai con te stessa e con il tempo che passa?

Posso ripetere la parola armonia per quanto mi riguarda e con il tempo che passa ringraziare il Signore. Ogni giorno. Certamente.

7- Un libro, un’incontro, un viaggio...:cosa veramente ti ha cambiato la vita?

Ah, qui un libro potrei scriverlo davvero !...

Non posso parlare di UN incontro ma DELL’Incontro! In età molto giovanile e lavorando per una parte politica di mio interesse ho avuto la felice sorte di incontrare quello che è stato poi mio marito per trentun anni e che piango da trentatré: Guido Zerilli-Marimò, uomo di rare doti umane, intellettuali e imprenditoriali. Con lui ho vissuto l’esaltante periodo, il più bello per la nostra Italia, quello della Ricostruzione, lavorando intensamente, condividendo ideali e realizzazioni, formando una famiglia e consolidando le virtù apprese dai miei per poter continuare, sola, da così a lungo ormai, attività, impegno, apertura verso il mio prossimo.

8- Cosa non sei riuscito ancora a perdonarti?

Rivedendo una lunga vita ricca di speranze, fatiche, successi, inevitabili delusioni, sorge a volte il pensiero di quanto avrei potuto e dovuto dire, e sopratutto fare, meglio: ma non mi si voglia tacciare di presunzione se dico con il Poeta, ritracciando il mio operato,

“né che poco vi dia da imputar sono

chè quel che posso dar tutto vi dono”.

S.A.R. La Princesse  Antonella d’Orléans-Bourbon  Avec La Baronne Mariuccia Zerilli-Marimo' à l'Automobile Club de Monaco -   La Baronne Zerilli-Marimo' avec le Pape Woytila
S.A.R. La Princesse  Antonella d’Orléans-Bourbon  Avec La Baronne Mariuccia Zerilli-Marimo' à l'Automobile Club de Monaco -   La Baronne Zerilli-Marimo' avec le Pape Woytila

S.A.R. La Princesse Antonella d’Orléans-Bourbon Avec La Baronne Mariuccia Zerilli-Marimo' à l'Automobile Club de Monaco - La Baronne Zerilli-Marimo' avec le Pape Woytila

Interview de S.A.R. La Princesse

Antonella d’Orléans-Bourbon

Avec La Baronne Mariuccia Zerilli-Marimo'

Il y a deux ans je me trouvais à New York et je rencontrais par hasard sur la Firth Avenue Mariuccia, chacune à la sortie de son hôtel, et je fus immédiatement invitée  par elle à un lunch à l’occasion  d’un Board  de « Casa Italia » pour le lendemain.

J’acceptais immédiatement, elle m’avait déjà parlé de sa création  culturelle et ma curiosité avait  toujours été forte à ce sujet.

Après le lunch dans le jardin avec le prestigieux Board, Mariuccia me fit visiter chaque recoin de cette maison du dix neuvième siècle construite sur trois étages, Monument National, sise dans le Greenwich Village, en m’expliquant comment tout cela était né substantiellement pour honorer la mémoire de son mari, le Baron Guido Zerilli-Marimo', disparu en 1981.

Ils s’étaient connus à Milan, où ils vivaient tous deux, dans les rangs du Parti Libéral Italien et ils ne s’étaient plus quittés .    

Elle m’a fait part de la créativité géniale et de la magnanimité de Guido, Président de la maison pharmaceutique Lepetit, de son adoration pour New York, de tout le temps qu’ils ont consacré à la recherche pharmaceutique d'avant garde aux Etats Unis qui a permis à Lepetit de devenir une grande multinationale avec des usines en Europe, en Amérique du Sud, en Amérique Centrale et en Asie, ainsi que de l’énergie que leur donnait cette Ville où ils avaient  dès lors beaucoup  d’amis.

Forte de tous ces riches souvenirs de vie commune, la baronne a décidé avec conviction que la seule chose à faire était une donation à la NYU qui à l’époque possédait déjà la Maison Française, la Deutsches Haus, mais pas une « Casa Italia » et elle mit en place (alors qu’elle reprenait ses études universitaires interrompues par le mariage), avec l’aide de sa fille Maria Chiara, la reconstruction du petit immeuble de trois étages dans le Village, en faisant le choix de vendre son bel appartement à Milan avec jardin (réalisé par Gio' Ponti) pour pouvoir subventionner les donations importantes qui auraient permis

 

 

l’acquisition du petit immeuble (qui en réalité n'était constitué que d'une façade et de rien d’autre), la reconstruction et la continuité de la « Casa ».L’inauguration de la « Casa Italia » est intervenue le 3 novembre 1990, Giulio Andreotti en a fait le discours d’inauguration,  le Cardinal Martino bénit la “Casa”.

Aujourd’hui « Casa Italia » (dotée également d’une salle de contrôle et d’un auditorium de 100 places avec une acoustique parfaite) a 24 ans et organise environ 80 évènements culturels par an, en rendant « New York un peu plus italienne » uniquement grâce à l’immense effort de la baronne.

En 2009, la Fondation « New York Landmark Conservancy » lui a conféré le titre de « Living Landmark » : information relativement caractéristique car elle a été la première citoyenne non américaine que cette Fondation a honorée.

 

 

1 foto di Casa italia a New York - 2 La baronessa Mariuccia Zerilli-Marimo' nel salotto del suo appartamento su Central Park a New York.
1 foto di Casa italia a New York - 2 La baronessa Mariuccia Zerilli-Marimo' nel salotto del suo appartamento su Central Park a New York.

1 foto di Casa italia a New York - 2 La baronessa Mariuccia Zerilli-Marimo' nel salotto del suo appartamento su Central Park a New York.

1 - L' Aristocratie aujourd'hui: pouvons-nous encore définir l'aristocratie, littéralement comme « le gouvernement des Excellents »?

Je dirais non. Il y a toutefois des cas d’aristocrates qui se sont « recyclés » pour dire cela avec une vilaine expression, et qui sont à la tête d’entreprises, d’organismes et/ou d’institutions.

 

2 - Quel est le personnage de l’Histoire, si il y en a un, avec lequel tu sens le plus d’affinités ? Pourquoi ?

C’est une question à laquelle je ne peux pas répondre car « parva non licet componere magnis », précisant que c’est bien moi le « parva ».

 

3 – Dans le panorama d'une politique internationale toujours plus compliquée et difficile de ces dernières années, à première vue basée sur le contrôle toujours plus ramifié des citoyens, comment te sens-tu et comment voudrais-tu sinon te sentir?

Je me sens très bien. Je m’explique : même si je n’approuve pas cette situation je considère, en tant que citoyenne, que mon devoir est celui d’apporter ma contribution, même si elle est modeste, dans le contexte de ma condition. Je ne peux faire plus.

 

4 – Qu'est-ce qui te passionne vraiment dans la vie de tous les jours? Quel est le moment de la journée que tu attends de vivre, qui te donne le plus de joie, d'émotions?

Je pense que c’est le travail. Concernant le meilleur moment de la journée c’est le recueillement du soir.

 

5-La famille toujours plus en danger, toujours plus fragile dans un monde où semble s'installer de plus en plus une sorte de « capitalisme des sentiments », comme si l'ancien modèle de la famille traditionnelle était devenu obsolète et remplacé par un modèle plus nouveau: quelles sont tes idées à ce sujet et quel conseil penses-tu pouvoir donner à tes enfants, à tes amis?

 

Il est très difficile pour moi de répondre également parce que face à des modèles qui n’ont jamais été les miens il y a des exemples de famille (et il y en a beaucoup) qui vivent dans l’amour et l’harmonie.

Concernant le conseil, et même si les conseils sont rarement utiles, je peux dire que – notamment en famille – ce qui compte c’est l’amour et donc la compréhension et le pardon.

 

6– Quels rapports as-tu avec toi-même et avec le temps qui passe?

Je peux répéter le mot harmonie me concernant et avec le temps qui passe remercier le Seigneur. Chaque jour.

Certainement.

 

7- Un livre, une rencontre, un voyage... qu’est-ce qui a vraiment changé ta vie?

Je ne peux par parler D’UNE RENCONTRE mais DE LA RENCONTRE ! A un très jeune âge et travaillant pour un parti politique qui m’intéressait j’ai eu le bonheur de rencontrer celui qui, par la suite, est devenu mon mari pendant trente et un ans et que je pleure depuis trente trois : Guido Zerilli-Marimo', homme doté de rares qualités humaines, intellectuelles et d’entreprise ; Avec lui j’ai vécu la période exaltante, la plus belle pour notre Italie, celle de la Reconstruction, en travaillant intensément, partageant des idéaux et des réalisations, formant une famille et consolidant les vertus apprises par mes parents pour pouvoir continuer, seule, depuis désormais de nombreuses années, les activités, l’engagement et l’ouverture envers mon prochain.

 

8-Qu’est-ce que tu n’as pas encore réussi à te pardonner ?

En revoyant une longue vie riche d’espérances, de fatigues, de succès et d’inévitables désillusions, quelquefois je pense à ce que j’aurais pu et dû dire, et surtout faire mieux : mais ne m’accusez pas de présomption si je dis avec le Poète, en relatant mon travail « qu’on ne me reproche pas de vous donnez si peu puisque je vous offre tout ce qu’il est en mon pouvoir de vous offrir ».

Le  baron Guido et la baronne Mariuccia Zerilli Marimo'.

Le baron Guido et la baronne Mariuccia Zerilli Marimo'.

Partager cet article

Repost 0
Published by ROYAL MONACO - dans ROYALE
commenter cet article

commentaires

lover fashion 10/07/2015 09:34

I like it!
good

Présentation

  • : ROYAL MONACO RIVIERA ISSN 2057-5076
  •  ROYAL MONACO RIVIERA      ISSN 2057-5076
  • : Royal Monaco Riviera web magazine fondé par Luigi MATTERA est le PREMIER site online de Monaco en presse écrite . Royal Monaco Riviera, il primo sito online del Principato divenuto cartaceo.ARTE, CULTURA, SOCIETA' della Riviera Ligure e Costa Azzurra!
  • Contact

Recherche